Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TAXI TEHERAN de Jafar Panahi ***

546075_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpgSynopsis : Installé au volant de son taxi, Jafar Panahi sillonne les rues animées de Téhéran. Au gré des passagers qui se succèdent et se confient à lui, le réalisateur dresse le portrait de la société iranienne entre rires et émotion.

Première surprise : voir les rues de Téhéran. Elles semblent tellement européennes, tellement occidentales, je dirais presque, tellement "normales". Alors que ce pays est celui qui possède le plus fort taux d'exécutions au monde, où les droits de l'homme sont piétinés, où les femmes sont discriminées et ont l'obligation de porter le foulard islamique. Et où la liberté d'expression n'existe pas.

 

Rappelez-vous, il y a quelques années au Festival de Cannes, dans les rangs du jury, une chaise est demeurée vide, c'était celle de Jafar Panahi

taxi teheran de jafar panahi

interdit de quitter le territoire iranien et de réaliser des films pendant 20 ans. Pourtant, depuis ces interdictions, son emprisonnement où il a été battu, Jafar Panahi a tourné trois films qu'il réussit à faire passer clandestinement dans les Festivals qui le soutiennent. C'est cette passion, cette obstination, ce courage qu'on a envie de saluer avant tout. La résistance, le militantisme doux du réalisateur sont admirables. Jamais il ne provoque et ne cherche à imposer une vision négative de son pays ou à dénoncer avec virulence ce qui s'y passe. Tout passe par la parole, la discussion et l'écoute !

 

Tout ce qui fait que l'Iran terrifie souvent ne se voit pas ici. Téhéran, grouillante, surpeuplée (plus de 8 millions d'habitants) énergique, vit. Et Jafar Panahi embarque successivement à bord de son taxi quelques passagers qui représentent plusieurs pans de la société iranienne.

 

A aucun moment je n'ai cru au côté improvisation du film tant il me semble millimétré et parfaitement scénarisé. Cette petite fille, la nièce du réalisateur, un peu tête à claques et insolente semble trop intelligente pour être vraie et doit réaliser un film pour l'école. Ce type qui se meurt et ensanglante le siège arrière (qui sera tout propre le plan suivant...). Cet autre qui vend des DVD interdits (Woody Allen est subversif en Iran !) et a déjà rencontré Panahi. Cette avocate des Droits de l'Homme qui s'exclame "Notre Jafar Panahi !" et dépose une fleur sur le tableau de bord (là où se trouve la caméra) à destination du public occidental... impossible d'imaginer qu'ils passent là par hasard pile poil sur le chemin du taxi... Mais peu importe, c'est passionnant, drôle, inquiétant. Et le réalisateur démontre qu'avec une voiture et une caméra embarquée, on peut réussir un grand et beau film. Chapeau !

Commentaires

  • j'ai adoré ce film, pour ce qu'il m'a fait découvrir de l'Iran et de ses habitants. Je repense à quelques scènes, et vraiment ce film me reste en tête. Je ne m'attendais à rien en allant le voir puisque je n'avais ni vu qui réalisait, ni lu le synopsis, je suis entrée dans la salle parce que c'était le seul film qui jouait à mes horaires, eh bien, je ne regrette pas un seul instant !!! je pense même y retourner...et ce n'est certainement pas improvisé mais c'est très bien quand même ta critique est parfaite !

  • J'en ai beaucoup entendu parler et c'est vraiment débile parce que j'ai eu l'impression que les participants entraient dans le taxi par hasard... A chaque fois on insistait bien là dessus.
    Ils pourraient laisser aux spectateurs le soin de se faire une idée.
    Proche du docu, oui.
    Improvisé, non.

  • J'y vais demain, je reviens te dire après.

  • Je ne bouge pas...
    Enfin, si justement, je pars 4 jours :-)

  • Rue presque occidentales, mais tout de même ces silhouettes de femmes toutes noires ... je ne m'y fais pas. C'est sûrement scénarisé en effet, peu importe c'est un bonheur de le suivre cet homme au bon sourire Bon week-end prolongé.

  • Oui c'est vrai que moi aussi ça me choque et ça me fait mal.

    Et oui il a une tête vraiment sympathique et beaucoup de douceur dans le regard.

  • Ouf ! Enfin un film en commun. On en a pourtant vu 6 avant celui-ci dont 4 italiens, semaines italienne oblige, 1 japonais (la maison au toit rouge) et un anglais (Une belle fin) Tous pas mal.
    Le problème, c'est qu'on a vu 4 fois la bande-annonce de Taxi Téhéran, bande-annonce qui est très bonne. Du coup, nous sommes ressortis un peu déçus. Ceci dit, ta critique est juste et c'est un grand film.

  • Arrête tes morgnafes, la maison au toit rouge, je l'ai vue !
    http://www.surlarouteducinema.com/archive/2015/04/07/la-maison-au-toit-rouge-de-yoji-yamada-5599059.html

    Oui c'est un cinéma essentiel.

Les commentaires sont fermés.