Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA LA LAND ****

de Damien Chazelle ****

A Los Angeles, cité des anges, cité des étoiles, Mia et Sebastian ont un rêve. Elle, comédienne, de devenir actrice, lui, pianiste d'avoir son propre club de jazz. 

De fait, Mia sert des cafés dans un bar et multiplie les castings humiliants tandis que Sébastian interprète des morceaux minables dans des clubs où personne ne l'écoute. Il faut bien vivre et survivre !

Mia et Sébastian ne se connaissent pas mais vont se rencontrer, se percuter. Ces deux-là ne tombent pas amoureux, ils s'envolent amoureux... et si vous ne décollez pas avec eux, sortez immédiatement.

Mais comment l'amour de deux idéalistes rêveurs peut-il résister aux exigences de la vie à Hollywood dès lors que le succès voire la réussite pointe le nez ? Vous le saurez en allant voir cette merveille !

Instantanément, on est prévenu : ce film est en cinémascope et l'écran semble s'ouvrir sur une immensité de possibles. La scène inaugurale est un modèle. On sent que le réalisateur cherche à nous harponner. En ce qui me concerne, il a réussi son coup. Entrée dans la salle avec un moral au fond des bottines, j'ai immédiatement été emportée par l'énergie, la fantaisie, la folie et me suis sentie envahie de bien-être. Cette impression se prolonge des heures après.

Damien Chazelle, magicien, transforme un embouteillage monstrueux, dont les villes tentaculaires telles que Los Angeles ont le secret, en moment de pur bonheur où chaque conducteur sort de sa voiture pour chanter et danser, communiquer, rire, partager. Une utopie, un rêve, une aberration comme il ne peut en exister qu'au cinéma.

Avec les couleurs chatoyantes, les chorégraphies, les musiques, on se retrouve chez Jacques Demy mais aussi on se souvient des grands films hollywoodiens où brusquement les acteurs se mettaient à chanter et à danser comme s'ils improvisaient leur vie. C'est pareil ici, et c'est magnifique, naturel, évident. Plus tard, avec la visite de l'Observatoire Griffith on plonge dans La Fureur de vivre. Avec ce film on est bel et bien au cinéma, nulle part ailleurs. Et c'est un pansement, un baume sur les plaies. Ce film est un puissant antidépresseur contre la morosité, contre l'adversité, contre la bêtise, la méchanceté. Contre l'ennui, la peur de vivre et d'affronter ! A consommer sans modération et sans effets secondaires.

Et le réalisateur nous conte aussi l'histoire de deux amoureux parfaits, seuls sur terre mais rattrapés par le monde qui les entoure...

C'est drôle, émouvant, impétueux, énergique.

En parfait gentleman Ryan Gosling laisse toute la place à sa partenaire Emma Stone qu'il est bien difficile de quitter des yeux tant elle est la grâce incarnée (bien que j'avais jusque là douté de son talent bécasse que j'étais). Et alors que je pensais n'avoir d'yeux que pour Ryan, c'est elle qui capte l'attention en permanence. Et tout le monde va tomber amoureux. Comment résister au sourire de Ryan et aux yeux (a-t-on jamais vu des yeux aussi immenses ???) d'Emma ? Impossible. Il faut s'appeler Pierre Murat pour bouder et passer à côté de cet enchantement permanent.

Certaines images, certains cadrages sont d'une beauté époustouflante et pourtant j'ai constamment eu l'impression d'une grande modestie. Un film magnifique qui ne se la pète pas.

Est-ce un hommage à la comédie musicale d'antan ? Peu importe. Ce film est utile, nécessaire, incontournable. Et lorsque l'on croit l'histoire finie, Damien Chazelle, en enchanteur accompli nous surprend encore en détricotant tout et en nous laissant haletant, tout remué, tout triste, tout heureux. Et on se dit que oui, oui, oui... et... finalement non. Mais tant pis, mais tant mieux. La vie peut se chanter, se danser et ce film vous emporter vers des sommets.

Un film BEAU qui fait du bien, qui fait du mal. Deux interprètes inoubliables et une ritournelle  charmante, entêtante... City of stars...

la la land de damien chazelle,emma stone,ryan goslingla la land de damien chazelle,emma stone,ryan goslingla la land de damien chazelle,emma stone,ryan goslingla la land de damien chazelle,emma stone,ryan gosling

 

Commentaires

  • Oooh comme j'ai envie de voir ce film !
    Il me faisait déjà énormément de l'oeil en même temps comment passé à côté en ce moment ?
    Mais ta critique me donne vraiment envie car ce que tu décrit c'est tout ce j'aime dans un film !!
    Merci pour cette chronique !
    Bonne soirée

  • Impossible de ne pas en avoir entendu parler. Ça me faisait un peur d'ailleurs.
    Aucune déception c'est un enchantement.

  • Quand j'ai vu que Pierre Murat n'aimait pas, je me suis dit O.K. c'est bon, je peux y aller ;-) Prévu pour aujourd'hui ou demain.

  • Il m'arrive exceptionnellement d'être d'accord avec lui. Mais là quel pisse froid ce type. Je ne l'ai pas entendu en parler au Masque... il a encore du tout raconter.

  • La bande-annonce donne envie, mais personne autour de moi n'est intéressé. Va falloir que j'y aille seule ! :)

  • La bande annonce est loin de rendre compte de la réalité de la beauté de ce film.
    Ils sont bizarres autour de toi :-)
    Mais ce bonheur peut se déguster seule. Tant pis pour eux.

  • Un très beau film. Qui fait du bien. Mais qui fait du mal aussi : j'avais juste envie de verser toutes les larmes de mon corps à la fin ! Et ce dernier regard échangé bouh bouh bouh snurf

  • Je l'ai vu hier et me suis laissée transporter aussi :)
    ça fait du bien !!

  • Ai-je vu le même film que vous ? Première scène fulgurante qui laisse présager une suite éblouissante. Hélas il n'en est rien. D'un chef d'œuvre annoncé, je n'ai trouvé que des scènes mises bout à bout, certes avec virtuosité, mais est-ce nécessaire tant l'écriture est faible. Les acteurs qui n'ont pas écrit le scénario font ce qu'ils peuvent. On reste sur sa faim. Pas d'enchantement.

  • Tant pis. Je l'ai revu et ai ressenti les mêmes émotions encore plus fortement.

  • Bonsoir Pascale, je vais me faire des ennemi(e)s ne partageant pas l'enthousiasme générale. Même si j'ai apprécié le film dans son ensemble : surtout la première séquence sur la freeway et la dernière à propos de "si" Seb avait épousé Mia, voilà comment les événements se seraient passés sans parler du fait que Ryan Gosling est mimi tout plein (J'ai entendu des soupirs de déception dans la salle quand Mia embrasse son mari) Le reste du film est léger, coloré, kitsch à souhait, un peu décousu et ça s'oublie vite.

  • Bonjour dasola. Des ennemis peut être pas... meme si parfois causer cinéma ça rend agressif... Et oui le film est léger, coloré. Mais pas décousu du tout. Et si tu le trouves kitsch tu ne dois pas aimer Demy et Minelli.
    Moi il me fait encore du bien. Loin d'être sitôt vu sitôt oublié donc.

  • merci aux commentateurs d'avoir raconté tout le film !
    il y a des lecteurs qui ne l'ont pas (encore) vu...

  • J'essaie d'en dire le moins possible en général.. En tout cas sur les moments clés ou décisifs. Sauf pour les films ou je m'ennuie et auxquels je ne fais pas de cadeaux.
    Mais dans les commentaires il y a effectivement des indices.
    Mais puisque je n'ai vu deux fois... Tu verras rien ne gâche le plaisir.

  • oui, Pascale, j'apprécie le fait que tu ne dévoiles pas l'intrigue dans tes critiques.
    dommage que les commentateurs-trices n'en fassent pas toujours autant.
    :-)

  • Je découvre avec joie ta chronique sur ce film qui m'a enchantée (je lui ai consacré mon article d'hier !)
    Amicalement,

  • oui c'est un film enchanteur. J'irai voir :-)

  • Complètement d'accord ! Un film brillamment réalisé sans qu'on ait pour autant l'impression d'un réalisateur qui se la pète (Chazelle n'est pas Dolan, et heureusement). La modestie se traduit même dans l'interprétation des acteurs, leurs chants et leurs danses resplendissent de leurs imperfections, de leurs chorégraphies au profil bas. Il restent à notre hauteur pour mieux nous prendre la main, et nous emmener dans leur mélancolie.

  • Bien dit et même, bien envoyé.

    Mais ATTENTION : on ne touche pas à Dolan ici !!! Quoique... Juste la fin du monde... oui bon, ok.

  • Désolé d'avoir heurté votre dolanophilie. ;-)

  • Le film m'a plu, les deux acteurs sont parfaits, mais j'ai été finalement assez gênée par les scènes chantées, moi qui ne jure pourtant que par les comédies musicales ! C'est un film plaisant, nul doute, mais je ne comprends pas l'engouement phénoménal autour. Si les gens ont oublié ce qu'est un film qui redonne la pêche et le sourire, je peux leur indiquer pleins de références ! En tous cas, Damien Chazelle est un réalisateur à suivre, j'avais adoré "Whiplash".

  • L'histoire m'a plu, les deux acteurs sont parfaits, mais finalement un peu gênée par les scènes chantées, alors que je suis une fan inconditionnelle de comédies musicales ! J'espère que je n'ai pas perdu ma capacité d'émerveillement... En bref le film est plaisant, mais je ne comprends pas trop l'engouement phénoménal autour. Peut-être parce que les gens ont oublié ce qu'est une comédie musicale qui donne la pêche et le sourire, et ce film le leur rappelle ?

  • Pas besoin de me rappeler un film qui me donne la pêche en ce qui me concerne.
    Whiplash était désespérant.
    Je suis entrée en Lalaland avec un moral désastreux et suis ressortie sur un nuage malgré la fin -('

  • Me voilà de retour après des mois d'absence de lecture de ton blog... Je suis rouge de honte.
    Et doublement rouge parce que je fais partie des 3 que ce film a totalement laissés de marbre : non seulement je n'aimais pas les comédies musicales avant (je n'y allais que pour Ryan G. - l'intéressé se reconnaîtra certainement-), mais les critiques dithyrambiques (c'est politiquement correct d'aimer ce film sans conditions ou quoi ???), et les citations aux oscars m'ont fait flancher. Ah, et les claquettes aussi (qu'on voit dans la bande-annonce).
    La la la... que je suis sortie déçue... à part l'esthétique des prises de vue, les plans sur L.A. et les gros plans sur Ryan G. (le même que plus haut), je n'ai rien aimé.
    Mais rien du tout : chansons à l'eau de rose, l'embouteillage carton-pâte du début (on les connait, les légendaires embouteillages de L.A.) sur une seule voie, alors que tout le reste circule, l'histoire à laquelle on n'adhère pas, Emma les gros yeux qui est super-moche, on ne sent jamais l'amour entre eux (à part les dernières scènes), le dîner débile où ils se retrouvent et s'engueulent, jusqu'à la fin où elle n'avait même pas remarqué qu'elle entrait dans le jazz bar de son ex adoré, sauf quand elle a vu le panneau (il n'y a qu'elle qui n'avait pas compris) (et son mari, gros balourd, qu'est au courant de rien ) - non mais on nous prend pour des quiches - Et en plus, ça finit mal
    De quoi te coller le bourdon pour 3 jours et 3 nuits ; et, ze cherry on ze cake, il faudrait chronométrer (mais tu auras compris que je n'y retournerai pas juste pour ça), mais il a dû y avoir même pas 27 secondes de claquettes - et encore, ils auraient pu être un peu plus convaincants, c'est pas des flèches en la matière

    Alors, comme les 2 ou 3 lecteurs ci-dessus qui ont eu le courage de dire qu'ils n'avaient pas aimé (honte à nous), je ne comprends pas non plus le déferlement de nominations, à part, bien sûr, la glorification de Hollywood, qui fait toujours recette.
    Mais nommés Meilleur Film, Meilleur acteur (et Dieu sais si je l'aime d'amour, le Ryan), et Meilleure actrice, zut, quoi, restons sérieux...

  • Je fais partie de ceux qui ne portent pas aux nues cette bluette. Il semble être de bon ton de trouver cette comédie musicale "géniale", pourtant à converser et à échanger avec celles et ceux qui sont "tombés dans le piège " on est loin du chef d'œuvre annoncé. Continuons à cultiver notre différence en affirmant que par exemple de cet "excellent" film on retiendra ....la bande son.

  • Personnellement je n'ai pas parlé de chef d'œuvre, mais ce film m'a fait un bien fou.

  • Bon retour !

    Ah la mauvaise foi !!!
    Comme si j'avais l'habitude de faire dans le politiquement correct et d'aimer ce qu'on nous impose d'aimer.
    Il est sûr que si tu n'aimes pas les comédies musicales, tu pars avec un sacré handicap. Tout ce qui fait carton pâte est pratiquement l'ADN des comédies musicales. Et en plus ici ça se passe dans les studios de Hollywood donc tout n'est que décor et façade sans rien derrière.
    Les chorégraphies sont volontairement imparfaites car ils ne sont danseurs ni l'un ni l'autre.
    Et ne jamais m'être trouvée dans un embouteillage de LA ne m'a strictement pas gênée car justement : C'EST UNE COMEDIE MUSICALE. Les gens brusquement se mettent à chanter et à danser donc pour le réalisme...
    TOUT m'a enchanté dans ce film. Et les yeux d'Emma m'ont fait complètement craquer. Et quand ils se regardent, je fonds littéralement.
    Alors oui, comme disent certains quand ils sont pas d'accord : nous n'avons pas vu le même film :-)

  • Chère Pascale, loin de moi l'idée de t'associer à quelqu'un qui fait du politiquement correct, et même si ces derniers temps j'ai moins suivi ton blog, cela fait maintenant quelques années que j'adore te lire. Et tu le sais car je te l'ai dit à plusieurs reprises.
    Pardon, vraiment pardon, si je t'ai blessée ou si tu t'es sentie visée.
    C'est juste qu'aller à l'encontre d'un déferlement d'apologies pareil demande quand même un sacré courage et l'impression d'être un peu la seule qui nage à contre-sens.
    Nous avons bien tous vu le même film, mais nous n'avons pas tous les mêmes goûts, et c'est tant mieux.
    Encore mes plates plates et sincères excuses

  • Comme toi, j'y suis allée avec le moral raplapla et dès la 1ère scéne, j'avais le sourire !
    Ce que cela peut faire du bien, un tel film :)

  • Idem. C'est fou que dès la première scène d'embouteillage le moral remonte en flèche. .. Et pourtant quelle tristesse. ..

  • Ah mais je ne t'en ai pas voulu DU TOUT. Je ne perds jamais de vue qu'on parle de cinéma (même si certains me font le reproche de ne pas "avoir le droit" ici d'aimer ce que je n'aime pas et réciproquement) et l'expression "on n'a pas vu le même film" finalement me plaît bien car elle dit vraiment ce qu'elle veut dire.
    Si ce film plaît beaucoup en général je trouve qu'il y a quand même des gens qui l'aiment moins que moi. Je trouve ça dommage car il m'a fait tant de bien dans cette période pénible que je pense peut-être trop fort qu'il ne peut en être autrement.
    Mais franchement tu ne m'as ni blessée, ni vexée sois en assurée.
    Et je ne voudrais pas me fâcher avec une fidèle parmi les fidèles.
    Bises.

  • Vu hier !
    J'avais aussi un peu peur à cause des critiques élogieuses unanimes (et puis je ne suis pas une grande fan de comédies musicales...) mais la tienne et ses quatre étoiles m'ont convaincue ;-)
    J'ai adoré ces couleurs et cette fantaisie, et le "climat" californien m'a fait du bien !
    Mais pour rester de bonne humeur j'aurais dû quitter la salle avant l'épilogue...

  • Oui c'est original jusqu'à l'épilogue :-('
    Aujourd'hui il est de bon ton de dire que ce film est mauvais :-) Tant pis, je me suis régalée et j'écoute la musique.
    Tant mieux si tu as aimé sans être fan des comédies musicales.

Écrire un commentaire

Optionnel