Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MISS SLOANE

de John Madden °

172587_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec : Jessica Chastain, Mark Strong, Sam Waterston

Synopsis : Elizabeth Sloane est une femme d’influence brillante et sans scrupules qui opère dans les coulisses de Washington. Face au plus grand défi de sa carrière, elle va redoubler de manigances et manipulations pour atteindre une victoire qui pourrait s’avérer éclatante.

Mais les méthodes dont elle use pour parvenir à ses fins menacent à la fois sa carrière et ses proches. Miss Sloane pourrait bien avoir enfin trouvé un adversaire à sa taille.

Ce n'est pas le film en lui-même qui m'a ennuyée (argument absolument rédhibitoire pour me faire détester un film) car malgré le caractère répétitif des scènes qui s'enchaînent et se répètent identiques à un rythme quasi métronomique :

Miss Sloane au prétoire,

Miss Sloane dans son bureau,

Miss Sloane arpente des couloirs,

Miss Sloane marche dans des rues le portable à la main,

Miss Sloane va aux toilettes (mais ne fait pas pipi),

Miss Sloane à la télé,

Miss Sloane avec ses esclaves collaborateurs,

Miss Sloane avec son sex-toy etc...

et on repart au début,

je n'ai pas vraiment eu envie de sortir en courant. Mais je crois que ce thème, ce milieu, un tel personnage ne m'intéressent absolument pas. C'est d'ailleurs peut-être la détestation de cette espèce qui m'a maintenu éveillée.

Pour vous dire si on part de loin, je ne savais même pas que lobbyiste était un métier. Je pensais qu'il s'agissait de personnes malfaisantes agissant dans l'ombre. Comment voulez-vous que Jessica Chastain reste dans l'ombre ? Malfaisante, elle s'en tire plutôt bien et avec une délectation manifeste. Tellement habituée à jouer les mères de famille mal fagotées, elle est ici belle et chic comme une gravure de mode. Juchée sur des talons de 12, parfois à semelles rouges, moulée au plus près dans des tailleurs luxueux, plus pâle qu'une lune gibbeuse, sa pâleur accentuée par un rouge à lèvres vermillon, la tignasse fauve au carré plongeant parfait, elle tyrannise de sa superbe tout un entourage qu'elle méprise et manipule pour parvenir à ses fins. Ici donc, influencer et exercer des pressions pour favoriser une loi contre le port d'armes aux Etats-Unis (si j'ai bien compris). C'est dire si elle s'attaque à une cause perdue.

Pour cela, la belle ne dort jamais. Elle a renoncé à tout , sa vie, ses amours, son sommeil, mais se gave de benzodiazépines et a recourt aux talents d'escort boys musclés pour se donner l'illusion d'avoir une vie (c'est elle qui le dit). Drame quand on lui change le produit sans l'avertir !

Miss Sloane est une sorcière maléfique pourvu pendant 98 % du film de cet unique trait de caractère. C'est dire si on croit à ses larmes de crocodile quand un juge amorce de faire vaciller l'édifice ! Que dire de la prestation de l'escort-boy au prétoire (je ne spoile rien, le film démarre alors que la Miss est menée par les cheveux devant le Congrès), j'ai failli rire ! Quant à ceux qui gravitent autour de la beauté fatale, ils sont tous totalement dénués de personnalité et eux aussi pourvus d'un trait de caractère unique et immuable. Dans ce milieu de pourris, ils tombent tous des nues devant la frénésie dévastatrice de la dame... On veut bien être des pourritures mais il y a des limites !!! Que dire encore des collaboratrices corvéables à merci mais qui en ont sous les talons (le twist final a fait pschiiiit en ce qui me concerne... oula, ici je spoile un peu non ?) et de celle, douce, généreuse et naïve ?

Du cinéma patapouf, sans grand intérêt et sans nuances pour moi. Next.

Commentaires

  • Bonsoir Pascale, au moins cela a le mérite d'être clair. En tout cas, je ne retire rien de ce que j'ai écrit sur ce film au scénario brillant. Le sex-boy a des sentiments pour Miss Sloane, il devient touchant. Je te trouve vraiment dure.

  • J'espère bien que tu ne changes rien :-)
    J'ai trouvé ça bavard et insupportable.
    Des sentiments ? Le pauvre... il ne m'a pas touchée moi (et heureusement :-))
    Bonne nuit.

Écrire un commentaire

Optionnel