Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jessica chastain

  • MISS SLOANE

    de John Madden °

    172587_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec : Jessica Chastain, Mark Strong, Sam Waterston

    Synopsis : Elizabeth Sloane est une femme d’influence brillante et sans scrupules qui opère dans les coulisses de Washington. Face au plus grand défi de sa carrière, elle va redoubler de manigances et manipulations pour atteindre une victoire qui pourrait s’avérer éclatante.

    Lire la suite

  • A MOST VIOLENT YEAR de J.C. Chandor **

    037837_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg040738_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Synopsis : New York - 1981. L'année la plus violente qu'ait connu la ville. Le destin d'un immigré qui tente de se faire une place dans le business du pétrole. Son ambition se heurte à la corruption, la violence galopante et à la dépravation de l'époque qui menacent de détruire tout ce que lui et sa famille ont construit.

    Lire la suite

  • ZERO DARK THIRTY de Kathryn Bigelow °

    Zero Dark Thirty : affiche

    Et bien voilà, le récit de la traque d'Oussama Ben Laden, c'est fait. Il ne reste plus à Kathryn Bigelow qu'à faire le film qui démontre pourquoi cet assassinat n'a RIEN changé au terrorisme mondial puisque la dame prend tellement de recul par rapport à l'histoire. Ici il est donc question de l'acharnement 10 années durant de Maya, très jeune et très rousse agent de la CIA à traquer le responsable de l'attaque du W.T.C. et de la mort de 3 000 personnes le 11 septembre 2001.

    Cela commence par un chantage à l'émotion, à l'américaine. Alors que l'écran reste noir, on entend les derniers messages téléphoniques envoyés à leurs proches par certaines victimes juste avant de mourir. Gros potentiel lacrymal inside !

    Ensuite, ça s'arrange, le premier quart d'heure est consacré aux interrogatoires très musclés, disons la torture, d'un terroriste Ammar (notre français Reda Khateb qui aura donc sur son CV Kathryn Bigelow et les meilleures scènes du film, bravo !) par Dan, agent zélé des forces spéciales. Ammar détient des informations et des noms qui permettraient de faire avancer l'enquête. Maya assiste avec une légère moue de dégoût, son collègue est particulièrement raffiné dès qu'il s'agit de faire mal, mais en prend rapidement de la graine. Elle remplacera Dan en tant qu'experte ès tortures lorsque ce dernier préfèrera retourner faire bureaucrate à Langley Virginie (lol) écoeuré parce qu'on lui a tué ses singes (je ne peux tout vous révéler) !

    S'ensuit donc l'enquête... sur place là-bas au Pakistan, un peu aux Etats-Unis aussi. Et on apprendra strictement RIEN. C'est-à-dire que nous entendrons défiler toute une série de noms arabes qui deviennent chacun leur tour la bête à abattre mais susceptible de mener à Ben Laden. Le moment le plus intense du film est celui où les forces spéciales suivent en voiture un des messagers les plus proches de Ben Laden dans les rues embouteillées de Abbottabad. A plusieurs reprises la caméra se fixe sur le visage inquiet (traqué ?) d'un arabe... qui se révèle finalement être, attention je spoile... un agent de la CIA. MDR.

    Cela dit je n'ai pas dormi. J'ai pu constater une fois encore à quel point Jessica Chastain est magnifique et bien l'une de mes actrices américaines préférées actuellement, même si ici elle n'a qu'à prouver qu'elle peut être un homme comme les autres. Donc, zéro émotion et pas une seule expression sur le visage. Par ailleurs Jennifer Ehle est le sosie incroyable de Meryl Streep  et Mark Strong toujours aussi sexy.

    J'ai eu un regain d'intérêt lorsqu'enfin la maison présumée de Ben Laden est découverte. Et là, Jessica/Maya doit environ une dizaine de fois venir écrire au feutre sur la vitre du bureau de son chef le nombre de jours qui s'écoulent depuis la découverte de la maison et l'absence d'action programmée. J'ai failli rire. Mais ce n'était pas au bon moment.
    Quand enfin arrive le moment de l'attaque et là, Jessica/Maya doit tenir tête à des GI Joe méchamment burnés prêts à en découdre, je me suis dit que ça allait commencer à bouger. Et bien pas du tout, l'absence d'action et de tension fait peine à voir. Tout se passe dans le calme, le noir et le (quasi) silence... Et c'est à ce moment précis qu'il n'est pas interdit de rire franchement. GI Joe se poste derrière des portes et interroge : "Oussama ? Oussama ?"

    Pour une fois, je suis d'accord avec Pierre Murat, voilà ce qu'il dit : "Qui a envie de regarder un "Envoyé spécial" de deux heures trente-sept ?"

    Je crois que décidément je n'aime pas le cinéma de Kathryn Bigelow et j'avais été l'une des rares à trouver en son temps, son oscarisé Démineurs particulièrement nul !

  • DES HOMMES SANS LOI de John Hillcoat ***

     Des hommes sans loi : photo Tom HardyDes hommes sans loi : photo John Hillcoat, Mia Wasikowska	, Shia LaBeoufDes hommes sans loi : photo Jessica Chastain, John Hillcoat, Tom HardyDes hommes sans loi : photo Gary Oldman 

    Les frères Bondurant, Forrest, Howard et Jack sont les rois du pétrole, plus exactement de la contrebande d'alcool fort puisque la Prohibition sévit en ces années difficiles. Leurs alambics planqués dans la forêt ils profitent du commerce juteux de leur production. Cela se passe en 1931 dans le Comté de Franklin en Virginie et les frères Bondurant ont réellement existé. Mais peu importe, ce qui compte ici est davantage la façon dont l'histoire est racontée, l'atmosphère que l'histoire elle-même et plus encore la personnalité des trois frères, soudés et seuls au monde face aux bandes rivales et à la police qui traque les trafiquants de façon très laxiste. Jusqu'au jour où débarque directement de la ville un agent très spécial et très déterminé qui entend bien kärchériser la région de ces hors la loi avec des méthodes pas très catholiques ! La guerre est déclarée.

    Dans la même période, arrive de Chicago, Maggie, une rouquine flamboyante qui va mettre le coeur de cette brute de Forrest en vrac, tandis que Jack le plus jeune va perdre le sens commun pour les beaux yeux de la jolie Bertha, coincée entre son éducation mormonne et un père plus rigoriste qu'un ayatollah. Quant à Howard, le pittbul de la famille, il est violent, irresponsable et épri de son flacon d'alcool qui ne le quitte jamais.

    Ce film est vraiment ce qu'on peut appeler de la très très belle ouvrage. Visuellement une splendeur. Ce qui n'est évidemment pas suffisant pour faire un grand film. Mais justement le réalisateur ne se contente pas de faire joli. Dans des paysages d'une beauté à couper le souffle, on oscille sans cesse et avec bonheur entre le western et le film de gangsters faisant de ces Hommes sans loi ce qui pourrait devenir un classique du genre.

    Des célébrités telles que Al Capone sont évoquées, mais on ne quitte jamais la campagne de ce Comté de Franklin et cela rend ce déchaînement de violence encore plus absurde tant il semble se concentrer dans un espace très limité entre voisins qui se connaissent. Il y a une progression, une succession de faits, d'événements et d'erreurs dont on sent qu'ils vont aboutir à une explosion inéluctable de la violence. Et pourtant quelques embellies, quelques moments de douce sérénité dus aux deux beaux personnages féminins, vont un temps adoucir les ardeurs belliqueuses masculines. Provisoirement. L'amour ne peut décidément rien face à la bêtise des garçons.

    Le moment fatidique est arrivé ! Il faut que je vous parle du casting ***** de folie de ce film. D'abord le tout jeune Dane DeHaan très prometteur dans Chronicle tient ses promesses. Un peu comme les filles de l'histoire, il n'est que douceur et pureté. L'étonnant Guy Pearce s'est fait une tête de nazi absolument grotesque. Cheveux gominés, raie au milieu, sourcils rasés on sentirait presque l'odeur du parfum écoeurant dont il s'asperge. Vraisemblablement homosexuel refoulé, il est d'un sadisme et d'une sauvagerie dont il jouit manifestement. Il est à l'origine des scènes les plus violentes et barbares du film. Gary Oldman ne fait que quelques apparitions infiniment sexys qui valent forcément le déplacement. Sa cruauté, il la cache, au contraire de Pearce, sous des dehors très chics et élégants. Les filles Jessica Chastain (sublime) et Mia Wasikowska (craquante) malgré la minceur de leurs rôles, quoique leurs personnages soient essentiels, parviennent à exister devant ces hordes de garçons souvent déchaînés.

    Mais ce sont les deux frangins Jack et Forrest, Shia* Labeouf et Tom Hardy qui réussissent à distancer tout le monde par leur prestation exceptionnelle. La transformation, l'évolution progressive de Jack/Shia, de jeune homme plutôt craintif et lâche à jeune caïd sûr de lui mais inconscient est remarquable. Sa présence est souvent irradiante et à l'image de la jolie Bertha/Mia, il est difficile de lui résister. Quant à Tom Hardy... que dire ? Massif, robuste et vigoureux, son personnage fait l'objet d'une véritable légende selon laquelle il serait invincible pour avoir survécu à plusieurs catastrophes ou épidémies. Il profite de ce mythe jusqu'à s'être convaincu lui-même de son immortalité. Cette légende et sa force herculéenne font qu'il s'oppose  et affronte tout le monde avec un aplomb insensé. C'est plus un homme d'action que de discours et il a évidemment un mal fou à exprimer le moindre sentiment. Lorsqu'enfin, empoté qu'il est, il se laisse approcher par  sa protégée, la somptueuse Maggie (Jessica Chastain, divine), elle lui souffle : "et bien toi, on peut dire que tu sais faire attendre une femme !"

    Forrest/Tom grogne, bougonne et marmonne plus qu'il ne parle. Bizarremment ça le rend irrésistible. Chacun de ses grognements, chacun de ses regards implacables transpercent l'écran. Même de dos il impose sa présence. Depuis Bronson, je n'en ai jamais douté, cet acteur est GRAND ! Ici il est magistral.

     

     

    *j'ai appris à Venise qu'il faut prononcer Shaï !

    des hommes sans loi de john hillcoat,cinéma,tom hardy,jessica chastain,shia labeouf,gary oldman,dane de haan,guy pearce

  • TAKE SHELTER de Jeff Nichols **(*)

    Take Shelter : photo Jeff Nichols, Michael Shannon (II)Take Shelter : photo Jeff Nichols, Jessica ChastainTake Shelter : photo Jeff Nichols, Jessica Chastain, Michael Shannon (II), Tova Stewart

    Curtis semble posséder ce qu'il y a de mieux sur terre. Il est celui dont ses collègues disent "tu as de la chance !" Et effectivement, il a une femme superbe et aimante, une petite fille délicieuse, une jolie et grande maison, un bon boulot, des potes. La seule ombre au tableau pourrait être le handicap de sa fille, sourde et muette, mais sa femme et lui assument tellement et mettent tellement tout en oeuvre pour qu'elle soit une enfant comme les autres que rien ne pourrait assombrir le tableau. D'ailleurs ne sont-ils pas en attente d'ici quelques semaines d'une opération miraculeuse qui va permettre à la petite de se voir poser des prothèses auditives ? Cerise sur le crumble, Curtis a une excellente mutuelle !

    Fin de l'histoire ? Que nenni. Brusquement Curtis devient la proie de visions d'apocalypse : une terrible tempête menace la terre. D'épouvantables cauchemars qu'il juge prémonitoires confirment ses hallucinations. Mais Curtis se fout comme de l'an 40 de la fin du monde, ce qui le préoccupe uniquement c'est sa petite famille qu'il veut protéger. Dès lors et jusqu'à l'obsession il se met à aménager l'abri anti-tempête de son jardin, multipliant les dépenses, hypothéquant la maison, contractant un prêt, s'absentant du travail...

    "Take shelter" n'était pas loin d'être le grand film qui aurait justifié les termes de "magnifique", "vertigineux", "magistral" lus et entendus un peu partout. J'ai trouvé qu'il ne l'était pas car Jeff Nichols commet de fâcheuses erreurs qui nuisent au climat anxiogène du film qu'il avait pourtant réussi à installer dès les premières images. Dès le premier cauchemar de Curtis et alors que rien ne nous laisse supposer qu'il s'agit d'un cauchemar, le réalisateur nous rassure : ce n'est "qu'un" cauchemar, aussi terrible soit-il. A partir de là, dès que des situations nous paraîtront un tantinet hors normes, l'effet d'angoisse sera largement atténué. La scène où sa femme est seule trempée au milieu d'une pièce avec gros plans insistants sur un grand couteau de cuisine est à ce titre parfaitement ratée et ridicule. Il poussera même la maladresse jusqu'à nous faire sursauter en faisant apparaître des ombres imaginaires donc, devant une porte ou une fenêtre. C'est dommage. Même si on ne doute pas un instant que Curtis devienne de plus en plus dérangé dans sa tête par l'ouragan qui s'y installe, on ne tremble pas comme on aurait dû.

    Néanmoins, il reste le traitement souvent original d'un film de fin du monde qui voudrait en général que chacun prenne soin de chacun. Pas de héros qui veut sauver l'humanité et même s'il est seul contre tous à affirmer que la tempête approche, il ne cherche qu'à mettre sa femme et sa fille à l'abri. Pas d'altruisme exacerbé chez Curtis, le sort de ses semblables lui importe peu. L'autre grande particularité est que Curtis ne s'isole pas dans sa "folie". Il reste conscient des changements qui s'opèrent en lui et cherche à les comprendre. Il ne tarde pas à consulter son médecin qui le dirige vers une psychologue. Il rend visite à sa mère enfermée depuis 25 ans dans une unité de soins spécialisés pour schyzophrénie paranoïde (la totale !) et craint l'hérédité de ses troubles. Il finit par en parler à sa femme dont, autre surprise, l'amour et la compréhension sont infaillibles. Et malgré l'énergie qu'il met à s'en sortir, rien ne l'arrête dans l'aménagement de l'abri. On s'affole parfois de constater à quel point la femme de Curtis lui garde sa confiance et continue de lui confier leur petite fille si fragile et cela met heureusement un peu de stress dans une approche parfois trop lisse de ce qui devrait être terrifiant.

    MAIS, il reste les acteurs. La désormais parfaite mère américaine est une fois encore ici représentée sous les traits gracieux et doux de l'excellente Jessica Chastain. Et il y a Michaël Shannon, géant paumé et anéanti au visage de plus en plus tourmenté. Il incarne avec une intelligence rare les abîmes de perplexité qui peuvent ravager un homme brusquement rongé par un mal qui le domine et finit par l'envahir. Son impressionnant calme apparent, sa douceur contrôlée, ses larmes de panique, son unique scène de colère qui laisse tout le monde pétrifié sont la pièce maîtresse de ce film qui vaut surtout pour lui.

    La tempête extrême va t'elle survenir ou n'est-elle que le fruit de l'aliénation d'un esprit anxieux ? Il faut aller voir le film pour le savoir !

  • LA COULEUR DES SENTIMENTS de Tate Taylor *(*)

    19760077_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110614_045230.jpg19760078_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110614_045230.jpg19807494_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110906_033439.jpg

    Dans les années 60, il ne fait toujours pas bon être noir dans l'Etat du Mississippi. Les demeures bourgeoises ressemblent toujours aux plantations d'Autant en Emporte le Vent (qui se passait en Georgie, merci). Elles sont habitées par des hommes souvent absents qui lisent leur journal à table et embrassent chaleureusement leurs épouses sur le front avant d'oeuvrer pour la grandeur de la bannière étoilée. Les femmes ressemblent à des poulettes oisives, fardées, laquées comme des limousines volées qui se donnent bonne conscience en oeuvrant pour des missions caritatives. Les enfants quant à eux sont élevés par des "mamas" noires dont la condition n'est pas très éloignée de celle de leurs grands-mères jadis esclaves. Pour quelques cents de l'heure, 10 heures par jour, 6 jours par semaine, elles s'occupent des petits, font le ménage, la cuisine, la lessive et subissent quotidiennement les affronts d'un racisme ordinaire. Skeeter jeune femme érudite qui rêve d'être journaliste et écrivain se met en tête de recueillir le témoignage de ces "bonnes" qui n'ont jamais la parole et se bat pour que le livre soit publié. D'abord réticentes, les femmes se rassemblent de plus en plus nombreuses pour tenter de faire des révélations surprenantes, amusantes, désolantes, émouvantes, révoltantes (et tous les adjectifs en "antes" que vous pouvez ajouter).

    Comme chacun sait ce film est tiré du roman éponyme de Katrhyn Stockett, best-seller mondial que j'ai lu et adoré. Je suis la première à dire qu'un livre et un film se consomment différemment et je suis toujours d'accord avec mon avis personnel que je partage. Selon moi, on peut aimer un film et pas le livre ou le contraire. Un film peut donner envie de lire le roman dont il est tiré -ça m'est arrivé à de nombreuses reprises- et un livre peut attiser l'impatience de découvrir son adaptation au cinéma. Sauf qu'ici, c'est très étrange, le film me semble fidèle à la virgule près à ce que j'ai lu mais alors que l'on tremblait à chaque page pour le sort de ces femmes noires qui se racontent à une blanche, elle-même obligée de se cacher pour les rencontrer, on est ici face à un exercice minutieux et appliqué mais sans âme. Il y a les gentilles noires d'un côté et les vilaines blanches de l'autre. Les aspérités, le tempérament revêche et indocile de Mimi par exemple sont complètement gommés pour en faire une grosse mama un peu ronchon certes mais plutôt bonne pâte. Ici elle a plutôt tendance à se faire copine avec sa patronne, la décérébrée Celia (excellente Jessica Chastain). Je ne vais donc pas faire un inventaire des plus et des moins et vous laisse découvrir ce film qui se voit sans ennui, mais sans passion, plein de bons sentiments et plutôt dénué d'insoummission.

    Par contre, comme dans le livre, j'ai été assez bouleversée par le sort de la pauvre petite Mae Moblee constamment rejetée, humiliée par sa mère qui ne peut partager ses toilettes avec une femme noire mais qui lui abandonne totalement sa petite fille. Et impressionnée par Brice Dallas Howard, teigne d'anthologie totalement méconnaissable ! Emma Stone quant à elle m'a bien déçue. Décidément, les actrices à 24 grimaces/secondes vont finir par devenir la règle à Hollywood et me rendre désagréable.

  • THE TREE OF LIFE de Terrence Malick**

    The Tree of Life

    Il y a du sublime et du grostesque, du merveilleux et de l'insupportable dans ce film d'un réalisateur chéri entre tous... mais le miracle de films passés tels que Badlands, La ligne rouge,  Le Nouveau Monde ou Les Moissons du Ciel ne se renouvelle pas ici. Loin s'en faut. Il ne reste au fond qu'un sentiment de grande frustration, de grande déception à la hauteur de ce que l'attente des films de ce réalisateur aussi mystérieux qu'envoûtant provoque. Et Vichnou sait combien de temps se passe entre chaque film de Terrence Malick qui n'en est qu'à son cinquième en 40 ans !!!

    Ici, il y a un père dominateur et tyrannique, une mère tellement évanescente qu'elle se met à voler et trois enfants dociles et inquiets qui rêvent d'être comme les autres. Tout le monde s'aime mais le père souhaitant le meilleur pour ses enfants et sa famille se montre d'une autorité et parfois d'une violence totalement injustifiées. Il terrorise sa femme et ses fils, l'aîné surtout qui, à l'âge àdulte et au moment de devenir père à son tour se sent perdu, plein de doutes et en proie avec des démons qui lui rendent visite sous la forme de souvenirs... Un drame épouvatable viendra par ailleurs bouleverser le cours des événements et chacun en viendra à s'interroger sur sa place et...hélas surtout sur l'incertitude de l'existence de Dieu de la façon la plus bêta naïve qui soit : si Dieu existe, pourquoi est-il si méchant ???

    Alors que se passe t'il ? Une certitude, Terrence Malick sait comme jamais et comme personne conquérir, enchanter et fasciner par sa façon incomparable, inouïe et sublime de filmer. De rendre chaque image unique et admirable. Mais dans quel but ? Pourquoi ? Que cherche à nous dire Terrence ? Trop de Requiem, de Lacrymosa enrobant un salmigondis religieux, un préchi précha mystico-dévot finissent pas lasser copieux. Un documentaire animalier d'au moins un quart d'heure sur les fonds marins enveloppé de musique sacrée a d'ailleurs eu raison des moins patients, vidant la salle d'une partie de ses spectateurs. La création du monde, des vues de la lune, de mars, de saturne et de ses si merveilleusement cinégéniques anneaux, quelques dinosaures dont un très facétieux donnent le sentiment d'approcher les visions psychédéliques d'un homme sous effets de plantes hallucinogènes ! C'est troublant, agaçant et parfois, oui, ridicule ! Alors, grande est la déception.

    Et pourtant, c'est beau, d'une beauté à couper le souffle parfois, tant la nature est toujours sublimée et le moindre brin d'herbe offert à l'adoration. Malick entretient sa légende comme personne mais à quoi carbure t'il ? A qui est destiné son poème psychédélique qui s'achève en rêve de métempsycose ? Pourquoi Terrence Malick s'évertue t'il à délaisser son pauvre spectateur, adorateur inconditionnel sur le bord du chemin tout en convoquant des stars (et non des moindres !) pour l'épauler dans son délire ? Trop exigent ou trop marginal, il se montre ici vraiment difficile à suivre, nébuleux jusqu'à l'extravagance. Alors qu'on est affamé à l'idée de ce qu'il pourrait nous offrir comme merveille à propos de l'enfance, de l'émerveillement d'un père qui découvre à la naissance de ses enfants, leur fragilité, leur beauté, leur dépendance... pourquoi nous gave t'il de cette macédoine dévote et illuminée ?

    Dans "The tree of life", il y a aussi les acteurs tout entier acquis à la cause. Brad Pitt ainsi que les enfants et notamment le "fils" qu'il tourmente le plus sont les seuls à apporter un peu de réalisme voire de réalité à l'histoire de cette famille texane. Jessica Castain est belle, insaisissable, fragile, aimante, Brad, de plus en plus solide à mesure qu'il vieillit. Et les rares scènes qui le réunissent à Sean Penn (son père dans le film...), les regards bouleversants qu'ils échangent, laissent imaginer quel film de folie ces deux là pourraient faire ensemble... Mais il y a aussi ici un jeune garçon qui bouffe littéralement l'écran, aimante la caméra et vampirise le film par sa présence, sa souffrance, son amour et sa révolte longtemps muette, il s'appelle Hunter McCracken et il est extraordinaire

    the tree of life de terrence malick,brad pitt,sean penn,jessica chastain,cinéman hunter mccraken