Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PROBLEMOS

 

d'Éric Judor **

594018_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Eric Judor, Blanche Gardin, Youssef Hajdi, Célia Rosich

Synopsis : Jeanne et Victor sont deux jeunes Parisiens de retour de vacances. En chemin, ils font une halte pour saluer leur ami Jean-Paul, sur la prairie où sa communauté a élu résidence.

Le groupe lutte contre la construction d’un parc aquatique sur la dernière zone humide de la région, et plus généralement contre la société moderne, la grande Babylone. Séduits par une communauté qui prône le «vivre autrement», où l’individualisme, la technologie et les distinctions de genre sont abolis, Jeanne et Victor acceptent l’invitation qui leur est faite de rester quelques jours. Lorsqu’un beau matin la barrière de CRS qui leur fait face a disparu…la Communauté pense l’avoir emporté sur le monde moderne. Mais le plaisir est de courte durée…à l’exception de leur campement, la population terrestre a été décimée par une terrible pandémie. Ce qui fait du groupe les derniers survivants du monde. Va-t-il falloir se trouver de nouveaux ennemis pour survivre ?

Je dois vous le dire, pour le peu que j'en connaisse (c'est-à-dire très peu), le duo Eric et Ramzy ne m'a JAMAIS fait rire. Cela ne s'est pas arrangé lorsque, invités sur le plateau de feu le Grand Journal (du temps d'Antoine et Gildas et José... c'est dire si on parle d'un temps blablabla...), un autre garçon oiseau était également invité et avait mis comme à son habitude tout le monde à genoux... sauf UNE personne. Pensant être drôle, enfin j'imagine (et parfois je perds le sens de l'humour), Monsieur Judor s'était moqué de la créature céleste. Je l'avais depuis haï, honni, banni, conspué ! D'ailleurs je me suis toujours consolée en pensant que survivre, même en tant que cinéphile déclarée, à Seuls Two et La Tour de contrôle Infernale devait être supportable. En effet, ça l'est ! J'ai par ailleurs (en consultant sa filmo) vu en tout et pour tout 3 films où apparait Eric Judor (j'ai la rancune tenace) sans qu'il ait imprimé ma rétine.

Voilà, Eric Judor rhabillé pour l'hiver et s'il passe par ici, je le remercie de me le faire savoir pour que je lui explique que JAMAIS il ne doit se moquer des gens que j'admire. Ok ?

Cela dit une de mes rares qualités, car je suis convaincue que c'en est une, est de pouvoir et d'accepter changer d'avis. Et donc, la semaine dernière j'ai entendu dans mon France Inter chez mon Augustin, Blanche Gardin que je ne connaissais ni des lèvres ni des dents et dont je n'avais strictement jamais entendu parler. Même si ce n'est pas un monstre d'élégance et de subtilité (montrer son cul quand on est ivre morte dans un troquet... ça fait rire qui ?), je reconnais néanmoins qu'elle m'a fait rire (quand elle a remis sa culotte) et m'a donné envie de voir le film.

Et je l'ai fait et j'ai bien aimé. J'ai passé un excellent moment. J'ai beaucoup souri, pas ri aux éclats mais souri. Car contrairement à ce que j'imaginais le réalisateur ne fait pas dans la blague facile, scato ou lourdingue.

Evidemment Eric Judor n'est ni Spielberg ni Tarkovski mais il faut reconnaître qu'avec trois €uros six cents, il parvient à zigouiller tous les travers de l'espèce humaine qui se croit, quelles que soient ses convictions, investie d'un pouvoir et détentrice d'un savoir universel. C'est assez réjouissant de voir ces zadistes (militants engagés dans la protection d'une Zone à Défendre) révéler peu à peu toutes les imperfections, les incohérences et la duplicité que l'humain recèle en lui-même.

Racisme, exclusion, lâcheté, haine de ce qui est différent... rien n'échappe à l'œil du réalisateur. Et s'il se donne le rôle du connard de la ville, on ne peut nier qu'il frappe souvent juste et que les intégristes du "vivre autrement" qu'il a face à lui méritent souvent des baffes.

A noter également la présence de Marc Fraize, inénarrable garçon, dans le rôle de Doudou-euh.

Je n'irai pas jusqu'à dire que le film est politique voire militant, mais quand même... il égrène quelques vérités vraies. Il est un poil anar et son final amer et désolant prouve que ce garçon lunaire n'a pas grande confiance en l'espèce humaine. Je dirais que je le comprends...

Commentaires

  • Je suis aussi imperméable que toi à "l'humour" d'Eric et Ramzy et je me passe très bien d'eux. Mais devant l'abondance de bonnes critiques, j'ai fait comme toi, j'ai voulu voir si le gars avait évolué. Bon, j'ai ri à un certain nombre de répliques, mais passé la première demi-heure, je me suis ennuyée et j'ai trouvé qu'il n'y avait pas grand chose à sauver de tout ça. Il y a des chances que l'on ne m'y reprenne plus ;-)

  • C'est aussi l'avalanche d'enthousiasme qui m'a attirée.
    Un bon moment mais pas de quoi devenir fan.
    J'ai trouvé que le thème était plus intéressant que La tour de contrôle... mais bon... c'est de l'humour qui joue plus sur la façon de balancer les répliques qu'autre chose.

  • WHAT?????? Il s'était moqué de "notre mère à tous" !!!!!

    Bon je n'irai probablement pas voir Problemos car moi non plus il ne m'a jamais fait rire. Grand moment de solitude quand au lycée mes copines trouvaient La tour Montparnasse infernale GENIAL, DROLE, SPIRITUEL et ressortaient inlassablement les blagues du film.

    Oui je sais, je pourrais avoir les mêmes grandes qualités que ma mère et changer d'avis !

  • Oui il avait osé !!! Quelle P... !!! Même Ramzy essayait de le ramener à la raison... mais il devait se trouver très spirituel !
    Ce film franchement ça sert à passer un bon moment. Rien de plus.
    OSF OVAA...

  • https://www.youtube.com/watch?v=z_m4Qb0iW-o un peu de bonheur dans ce monde brutes!!!!!

  • J'adore

  • https://www.youtube.com/watch?v=TkIdp4oR0oI

    Encore une chanson a ecouter

Écrire un commentaire

Optionnel