Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

THE MULE

de Clint Eastwood ****

4909441_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Clint Eastwood, Bradley Cooper, Dianne West, Alison Eastwood, Michael Pena, Andy Garcia

Synopsis : À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d'être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s'est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain.

Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un "supérieur" chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s'intéresser à lui : l'agent de la DEA Colin Bates est plus qu'intrigué par cette nouvelle "mule". Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre...

Aaaaah Clint.

Et ne venez pas me dire que j'ai perdu le sens commun ou que je ne suis pas impartiale. On sait d'où vient le nom que j'ai donné à ce blog qui fêtera bientôt ses 13 ans !!! Il y a deux évidences dans ma vie de cinéphile, Paul Newman et Clint Eastwood. C'est ainsi. Mais certains films de Clint ne m'ont pas plu, ou moins, tel Hereafter ou 15 h 17 for example. C'est donc toujours avec appréhension que je me précipite pour voir un film de Clint Eastwood.

Ici, c'est du bonheur à l'état pur. Ce film est drôle et émouvant : le rêve de la cinéphile que je suis. Clint  est devant et derrière la caméra. Tant mieux. Malgré sa silhouette voûtée parfois, sa démarche hésitante d'autres fois, on reconnaît le félin qu'était l'homme au poncho et ici il joue avec lui, son âge, ses artères, son physique et il joue avec nous, de son âge, de sa vertigineuse filmographie, de son statut. Mais aussi il démontre le merveilleux acteur qu'il est. Sans grimace, sans gesticulation, sans esbroufe.

Je lis que c'est un film testament comme je l'avais déjà lu au temps de Gran Torino où il mourait les bras en croix. Foutaises. Clint en a encore sous la semelle. A 88 ans, il sait que les années sont désormais comptées mais il s'amuse encore et nous emporte avec lui. Et il s'offre une tentative de rédemption. Il confesse et implore le pardon de sa famille, ses femmes, ses enfants d'avoir été ce qu'il a été, passionné par son métier et défaillant comme mari et comme père. C'est simpliste ? Peut-être. Mais c'est beau. On y croit et on pardonne. Comme pardonne sa fille, ici interprétée par sa propre fille Alison. 

Le personnage qu'il incarne, Earl, a toujours privilégié son travail d'horticulteur qui le passionnait, à sa famille. A l'heure d'internet, où l'on commande les fleurs en trois clics, sa petite entreprise fait faillite. C'est ainsi, bêtement qu'il se retrouve à transporter des sacs dont il prétend ignorer le contenu, "je n'ouvre jamais un sac qui ne m'appartient pas" pour le Cartel de la drogue.  Qui se méfierait d'un papy de 90 balais qui traverse les Etats Unis au volant d'un pick up pourri ? Alors il devient la meilleure "mule" que le Cartel ait connu. Il n'en fait qu'à sa tête, tient tête aux malfrats tatoués, sympathise avec d'autres... Tout ici est savoureux même si le crépuscule pointe son nez, même si la mélancolie n'est pas loin, même si aussi il s'amuse avec des rosseries réacs, comme dire "nègre" et pas "noir". Et la scène où un gars au type latino se fait contrôler arbitrairement pour délit de faciès par les flics et ne cesse de répéter "je suis en train de vivre les minutes les plus effrayantes de ma vie" est à la fois drôle et angoissante.

Comme son personnage, fou dingue de son métier d'horticulteur, Clint nous dit, nous démontre et nous crie qu'il aime le cinéma. Ici, il danse, il chante, il séduit, se trémousse, se retrouve au lit avec deux jeunettes et lance "appelez mon cardiologue" et on rit avec lui. On s'amuse. On y croit.  On pardonne.

Plus loin et plus fort que cette amusette, il pointe aussi qu'être un vétéran de la guerre de Corée ne vous met pas à l'abri de devoir gagner votre croûte au-delà de l'âge légal. Et sans jamais, à aucun moment en faire des tonnes, il interprète cet Earl en quête de rédemption, de partage et de don (tout l'argent qu'il récolte, il le distribue).

Alors oui, la drogue c'est mal, c'est LE mal, mais Clint, entouré d'une flopée d'acteurs formidables en état d'humilité et de dévotion absolues, domine, étonne, surprend, amuse, émeut. Et on pardonne.

Un film comme aucun autre. Drôle et mélancolique. Un grand film.

la mule de clint eastwood,cinéma

Commentaires

  • J'ai bien envie de le voir, à chaque fois je dis ça car c'est peut être le dernier. Mais j'hésite encore car il y en a que je n'ai vraiment pas aimé.

  • Bon j'y vais rassurée alors car 15 h 17 avait été un peu difficile à digérer.
    Pour reprendre tes mots Clint Eastwood est "une évidence" pour moi également. Cela ne s'explique pas. Je me rappelle même que cela semblait inquiéter ma mère cette "obsession" with Clint pendant mon adolescence. Il est talentueux mais à bien y réfléchir il y a finalement des acteurs/réalisateurs plus (aussi ?) talentueux que lui et pourtant à mes yeux il est et sera toujours au-dessus des autres, il a sa place à part.
    Je me rappelle précisément les émotions ressenties à a sortie d'Impitoyable, le choc après Million dollar Baby, le torrent de larmes à la fin de Sur la route de Madison, les rires partagés enfants avec mon frère devant ce navet qu'est Doux, dur et dingue, la fascination devant la trilogie de Sergio Leone. Bref je vais m'arrêter là.

  • Moi aussi j'ai eu du mal à digérer certains films mais je le suivrai jusqu'à ce que mort s'ensuive. Tu en parles très bien. Et ce film devrait te plaire.
    Moi c'est ma passion pour Paul Newman qui inquiétait mes parents lorsque j'étais ado (voire plus jeune)...

  • Bonjour Pascale, je vais essayer de le voir ce soir tard ou tôt demain. J'ai bien aimé Green Book maême si Viggo Mortensen a 15 kg de trop. Bonne journée.

  • Bonjour dasola. Je l'ai vu. Je pense que les kgs sont volontaires étant donné ce qu'il ingurgite. et le vrai Tony était gros. Jai adoré ce film.

  • Bons moments avec Clint. Petit bémol pour moi la séquence au motel ne fonctionne pas... Pourquoi les policiers n attendent pas que Clint monte dans le fameux van noir ?? Contrairement aux scènes sur le questionnement sur la vie de famille et les regrets

  • Pas de doute, c'est encore un joli coup asséné par notre Républicain préféré. Et je vois que cette fois, tu ne me contrediras pas (entre têtes de Mule on se comprend). ;-)
    Pas un mot sur le génial Andy Garcia en el Chapeau adepte du ball-trap ?

  • Oui c'est affreux... quand Clint est là je ne suis plus moi-même.
    Mais je suis toujours fan du regard de tombeur d'Andy (moi oui) (revu cette semaine dans le Parrain III) pool...

  • J'ai beaucoup aimé aussi, je rate aucun film de Clintounet (même si son dernier n'était pas terrible). J'ai trouvé que la mule fait penser à Gran torino, avec le même scénariste. J'ai publié une critique moi aussi sur mon blog.

  • Oui il y a un petit côté Gran Torino c'est indéniable. Mais ici il aime un peu plus sa famille :-)
    Je vais aller lire.

  • j'ai modifié ma phrase sur les femmes dans le film : je voulais dire que c'est plutôt de son point de vue qu'il a l'air de les prendre pour des chieuses hystériques (car moi mon mec vient pas au mariage de ma fille, je l'assomme à coups de pelle):-D

  • Ah je ne pense pas non plus. Je crois qu'il se juge lui mais pas elles. Il comprend qu'il a été défaillant et décevant. C'est pourquoi, il rame, il rame !
    Le père de ma filleule n'est pas venu au mariage de sa fille (parce que le mari ne lui plaisait pas !!!)... on ne l'a pas assommé à coup de pelle :-) on le méprise copieusement.

  • oui j'ai bien aimé quand il leur répond "mais j'ai fait tout ça pour vous, pour vous nourrir". il comprend pas du tout, au début. Elles auraient préféré un père/ mari + pauvre mais + présent.
    c'est dingue de pas se rendre au mariage de sa fille...

  • Pour Earl, il ne se rend pas compte de l'importance de l'évènement et finit par le regretter.
    Pour "l'autre", c'est un abruti indécrottable, sans rédemption, sans évolution. On espère juste que ça pèse un peu sur sa pauvre conscience. Mais pas sûr...

  • Je l'ai vu hier et j'ai aimé bien sûr. Il s'amuse avec son image publique (les gouines, le nègre ..) mais on n'arrive pas à le trouver déplaisant. Même avec le comportement qu'il a avec sa famille. Il se rend compte au terme de sa vie qu'il a tout raté et sa tête quand il discute avec le flic ! La première heure j'ai trouvé qu'il faudrait accélerer un peu, après ça s'est animé. Globalement, c'est excellent.

  • Ah oui les gouines à moto :-), les nègres, les haricots rouges... Il n'a plus peur de rien. Surtout pas des critiques. Il s'en fiche. Il a raison. Privilège de l'âge.
    Ce n'est pas un chef d'oeuvre, ce n'est pas un film parfait mais que c'est bon.
    Je ne me bagarrerai même pas avec ceux qui le traiteront de facho. Du cinéma comme ça j'en veux et j'en redemande. Drôle, émouvant. Foutument bien filmé. Linéaire et on comprend tout.
    La rencontre avec le flic est un grand moment. Une pirpuette où il s'amuse encore.
    Qui se méfierait d'un vieux bonhomme ?

  • Je plussoie : c'est un bon Eastwood, même si l'on n'atteint pas la qualité de "Million Dollar Baby" ou de "Gran Torino". Au niveau du jeu, on sent quand même que Clint a pris un petit coup de vieux.

  • Je trouve qu'il n'essaie pas de faire semblant de ne pas avoir son âge ce qui me rend le film encore plus touchant. J'étais déjà bouleversée par Gran Torino et sa chanson finale... alors qu'il n'avait QUE 78 ans !

  • Clint me déçoit rarement (je fais même partie des - rares - défenseurs du 15h17 ahah), quel bonheur qu'est ce dernier film rempli de sagesse, drôle et touchant à la fois. Ca fait aussi du bien de le revoir devant la caméra.

  • Je suis RAVIE qu'il se soit octroyé le rôle.
    Marre qu'on ne parle que du fait qu'il vieillisse comme s'il était le seul.

  • Je suis RAVIE qu'il se soit octroyé le rôle.
    Marre qu'on ne parle que du fait qu'il vieillisse comme s'il était le seul.

  • un film qui va m'attendre sagement sur iTunes car j'ai de gros problèmes pour me déplacer mais je suis déjà impatiente, quel chemin parcouru depuis l'afflux inspecteur Harry !!!

  • Désolée d'apprendre tes problèmes.
    J'espère que le film te ravira. Jen parlais encore ce soir et ça me donnait envie de le revoir.

Écrire un commentaire

Optionnel