Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DANS UN JARDIN QU'ON DIRAIT ÉTERNEL

de Tatushi Omori ***

4532953.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Haru Kuroki, Mikako Tabe, Kiki Kirin

Noriko et Michiko viennent de terminer leurs études. En attendant de savoir à quoi consacrer leur vie, elles sont poussées par leurs parents vers l’art ancestral de la cérémonie du thé.

Dans une petite maison traditionnelle de Yokohama, Noriko, d’abord réticente, se laisse peu à peu guider par les gestes de Madame Takeda, son exigeante professeure. Elle découvre à travers ce rituel la saveur de l’instant présent, et prend conscience du temps précieux qui s’écoule au rythme des saisons...

Je fais partie d'une espèce étrange qui surprend beaucoup les personnes que je croise et veulent partager un moment de convivialité : je ne bois pas d'eau chaude. Café, thé, tisane : j'ai essayé, je trouve ça très déplaisant, le goût, la sensation de brûlure… Par contre, le rituel de la cérémonie du thé révélé et décortiqué dans ce film est absolument fascinant. D'ailleurs, je me trompe peut-être mais on ne voit pratiquement jamais les femmes du récit boire le breuvage. Ce qui compte c'est le geste, la connexion à l'instant présent.

Le film est hypnotique et à vivre comme une expérience véritablement sensorielle au rythme de saisons bien plus nombreuses que 4, car chacune a sa spécificité : un automne pluvieux, un hiver glacial ou doux, un été humide ou écrasé de chaleur… Mais accrochée au mur de la pièce où se tient la cérémonie, une phrase comme une injonction : Chaque jour est un beau jour. J'aurais plutôt dit Chaque jour est un nouveau jour ou Chaque jour est un jour unique et il faudra plus de 20 ans à Noriko qui suit chaque semaine les recommandations précises et immuables de son Maître Takeda (dernier rôle de la délicieuse Kiki Kirin) pour comprendre que chaque geste répété qui semble identique, répétitif est pourtant chaque fois différent et unique. Il en va de même de la vie. On se croit pris dans une spirale de répétitions et de routines mais en fait chaque instant est le seul dont nous disposons pour tenter d'en profiter.

Une véritable séance de méditation dans une petite maison traditionnelle japonaise qui ouvre sur un jardin à la fois exubérant et délicat qu'on rêve de fouler pieds nus.

Commentaires

  • J'espère que ce jardin est éternel.
    Je me répète mais pour moi c'était une séance de méditation.

  • Bonsoir Pascale, je suis une fan de ce film que tout le monde devrait voir. Bonne fin de soirée.

  • Je l'ai adoré. Quelle sensation que ce film ... il ne parle pas à l'égo, au mental, il parle à notre être dans toutes ses dimensions, une magnifique douceur.

Écrire un commentaire

Optionnel