Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

AU NOM DE MA FILLE de Vincent Garencq **(*)

010754_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec  : Daniel Auteuil, Sébastian Koch, Marie-Josée Croze

Synopsis : Un jour de juillet 1982, André Bamberski apprend la mort de sa fille Kalinka. Elle avait 14 ans et passait ses vacances en Allemagne auprès de sa mère et de son beau-père le docteur Krombach.

Rapidement, les circonstances de sa mort paraissent suspectes. L’attitude de Dieter Krombach ainsi qu’une autopsie troublante laissent beaucoup de questions sans réponse. Très vite convaincu de la culpabilité de Krombach, André Bamberski se lance dans un combat pour le confondre. Un combat de 27 ans qui deviendra l’unique obsession de sa vie…

 

Après le très douloureux Présumé Coupable, Vincent Garenq évoque à nouveau une histoire vraie encore plus épouvantable et dramatique, même s'il n'y a pas de hiérarchie dans l'horreur dès que des enfants sont impliqués. Mais la monstruosité des coupables est selon moi d'autant plus douloureuse et insupportable dès lors qu'il s'agit d'enfants.

 

Ici encore il s'agit d'un père mais celui-ci n'est pas injustement accusé de crimes qu'il n'a pas commis. Il va contre toute logique parfois mais avec une obstination qui vire parfois à l'obsession consacrer sa vie, la perdre, au sens où il n'aura plus la capacité de vivre autre chose que son combat, à tenter de faire la preuve de la responsabilité du meurtrier de sa fille. En effet, l'implication du bon et beau docteur Krombach est immédiatement écartée. Mais le compte-rendu d'autopsie, difficile à obtenir, met en lumière certaines aberrations, approximations et la présence du docteur lors de l'autopsie est pour le moins troublante et injustifiée. Le père n'hésitera pas à faire exhumer sa fille pour faire procéder à une nouvelle autopsie qui révèlera une extravagance encore plus horrible.

 

Dès lors cet homme ne lâchera plus les justices française et allemande particulièrement laxistes voire coupables de collusion aux fins d'éviter un incident diplomatique ou de mettre en cause un notable. Et c'est terrifiant. Et l'on se dit en découvrant ce genre d'affaire à quel point les erreurs et manquement de la justice peuvent mettre le citoyen ordinaire dans des situations inextricables et à quel point aussi il est peut-être préférable de ne jamais avoir à faire avec ladite justice... Evidemment le père de la victime se livre après presque trois décennies à tenter de faire la lumière sur la mort de sa fille, à un acte répréhensible et condamnable, ce que la justice cette fois ne tarde pas à condamner... Mais comment ne pas comprendre ?

 

L'histoire est révoltante, douloureuse. On est à la fois admiratif et intrigué par la persévérance calme et implacable du père de Kalinka et on se demande si elle ne va pas à un moment ou à un autre le faire sombrer dans la folie. La personnalité intrigante du Docteur Krombach, interprété bravement et avec ambiguïté par Sébastian Koch, mériterait sans doute un film à elle seule. Mais il s'agit une nouvelle fois d'un monstre "ordinaire" quoique particulièrement machiavélique.

 

Le film s'attache donc au père inconsolable dont le chagrin digne et la ténacité farouche sont confiés à Daniel Auteuil. Il livre une bien belle interprétation de ce personnage réel que seule sa bataille de David contre Goliath permet sans doute de rester debout quitte à négliger tout le reste dont l'amour d'une femme patiente.

Commentaires

  • Je ne sais pas si j'aurais l'occasion d'aller voir ce film dans les prochains jours.
    Mais le fait que ça soit une histoire réelle, me donne envie d'aller le voir même si le film et l'histoire doivent être "dur" à supporter !
    Merci en tout cas de ton avis sur ce film !

  • C'est révoltant.

  • Pourquoi une étoile entre parenthèses ? Ton billet est pourtant positif et je suis tentée.

  • Et bien sur le plan cinématographique c'est assez banal bien que pas chronologique.

  • Je trouve que ce film se laisse regarder parce que l'histoire en elle-même est forte et puis Auteuil est vraiment bon. Je regrette tout de même un film très linéaire, qui se contente d'exposer juste les faits sans réellement chercher à approfondir son sujet.

  • C'est exactement ça. Approfondir le personnage de cette ordure de Krom truc !

  • Alors là, j’ai adoré ce film. Daniel Auteuil est au top. Il est vraiment touchant dans le rôle de ce père, qui se bat contre vents et marées pour rendre justice à sa fille. Ce long-métrage est encore plus prenant sachant que c’est inspiré d’une histoire vraie.

Les commentaires sont fermés.