Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PATERSON

de Jim Jarmush **

4000131890.jpg

Avec : Adam Driver, Golshifteh Farahani

Synopsis : Paterson vit à Paterson, New Jersey, cette ville des poètes, de William Carlos Williams à Allen Ginsberg, aujourd’hui en décrépitude. Chauffeur de bus d’une trentaine d’années, il mène une vie réglée aux côtés de Laura, qui multiplie projets et expériences avec enthousiasme et de Marvin, bouledogue anglais. Chaque jour, Paterson écrit des poèmes sur un carnet secret qui ne le quitte pas…

Lundi : Paterson ouvre un œil, regarde sa montre, embrasse Laura qui ouvre un œil et lui raconte son rêve. Il mange sa bouillie, part au travail à pieds, écrit sur son carnet en attendant le signal de départ donné par son patron dépressif. Il transporte des passagers à travers la ville, écoute leurs conversations en souriant à peine. Le soir il rentre chez lui, remet en place la boîte aux lettres branlante, retrouve Laura qui a un rêve. Après le repas il va promener "le pépère à son papa" (l'immonde bouledogue antipathique qui leur sert de chien) et s'arrête au Bar du coin où il retrouve les habitués.

Mardi : Paterson ouvre un œil, regarde sa montre, embrasse Laura...

Une semaine dans la vie de Paterson valait-elle un film ? En tout cas, me voici donc de nouveau confrontée au gros problème que me pose la poésie, cette abstraction énigmatique. Je ne vais pas me lancer dans la dissertation : qu'est-ce que la poésie ? J'ai l'impression que dès qu'il y a quelque chose de joli ou de mignon qui fait pencher la tête sur le côté en s'extasiant "mmmm c'est joli, c'est mignon !', il faut évoquer la poésie. Moi je ne sais toujours pas ce que c'est.

Certes ici, Paterson écrit des poèmes en prose (très médiocres je trouve d'ailleurs) qui s'affichent systématiquement sur l'écran et je dois avouer que j'ai été totalement bluffée, emballée par l'écriture, calligraphiquement parlant, d'Adam Driver. A-t-il une calligraphie poétique ? Je vous pose la question. Bien sûr ici, Laura, la femme de Paterson repeint en noir et blanc tout ce qui lui tombe sous la main. Même ces cup-cakes sont noirs et blancs, les robes qu'elle porte et qu'elle peint sur elle-même, les rideaux qu'elle confectionne, sa guitare, son horrible chien très moche et très con. S'agit-il de poésie ?

Je me suis dit : c'est beau, ces gens là s'aiment, simplement. C'est une évidence, ils n'ont besoin de rien ni de personne. Mais parfois j'avais la sensation que Paterson contemplait sa sublime mais étrange femme d'un drôle d'air de dire : "cette fille est complètement tarée, elle ne sert à rien mais elle sourit tout le temps, elle est constamment enthousiaste et elle cuisine !" J'ai eu finalement l'impression que son passage quotidien dans le bar près de chez lui était SA respiration pour s'échapper d'un travail sans intérêt et d'une femme... pas mieux ! Mais puisqu'il rentre et qu'elle lui dit "j'adore, tu sens la bière"... pourquoi changer. 

Cela dit le flegme et la nonchalance de Paterson ont fini par me lasser et malgré son intervention héroïque et inattendue face à un suicidaire... sa jolie conversation avec une petite fille (poète comme il se doit...), je l'ai trouvé passablement apathique et absent au monde, très égoïste aussi. Il a le droit mais ça n'a rien de poétique. Si ??? Il n'y a d'ailleurs qu'un seul évènement qui semble l'affecter véritablement dont je ne peux rien dire mais cela le touche personnellement, lui et lui seul. La poésie rend-elle seul et égoïste ?

Quant à Laura qui change de "rêve de ma vie" chaque jour, qui vit cloîtrée dans sa maison noire et blanche avec son chien noir et blanc qui pue, on a du mal à savoir si elle est atteinte d'un mal quelconque, si elle est une simplette sortie de psychiatrie, ou si elle a simplement atteint un niveau de béatitude proche du Buddha et dans ce dernier cas, je l'envie fortement !

Les journées de Laura et Paterson se répètent comme se répètent les journées de la plupart d'entre nous, avec de micro-évènements qui les perturbent à peine et en rompent heureusement ou dangereusement la monotonie. Les catastrophes ou les drames ne surgissent qu'occasionnellement sinon il faut bien reconnaître que chaque jour, les mêmes gestes , et c'est plutôt bien vu. Mais indéniablement la petite vie pépère et ordinaire de Pat' et Lau' a eu sur moi un fort effet narcotique.

Impossible de nier néanmoins la beauté des images, de la réalisation, du gros budget twins... et l'interprétation impeccable d'Adam Driver et Golshifteh Farahani.

Comme toujours chez Jarmush Only lovers left alive mais Paterson et Laura n'ont pas la flamboyance affolante, irrésistible d'Adam et Eve que je préfère incontestablement...

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Commentaires

  • J'ai bien aimé ce Paterson, et au plus le temps passe (le film est sorti quinze jours plus tôt en Belgique), au plus je l'aime. C'est pas beau ça ? Allez, j'en profite pour te souhaiter une excellente fin d'année. A bientôt Pascale.

  • Il n'a pas eu cet effet sur moi... plus le temps passe plus il m'indiffère.
    Je reconnais bien la belge avec ton "au plus... Au plus.. ". En tant que frontalière j'ai eu du mal à m'en débarrasser :-)

    Le père Noël m'a gâtée : Amélie Nothomb et The New Pope.

  • Bonsoir Pascale, j'hésite à voir ce film car le sujet ne me passionne pas forcément. En revanche, à propos du chien moche et con, il a reçu un prix à Cannes la "Palm dog". Bonne soirée.

  • Pourtant étrangement j'ai l"impression qu' avec ton pouvoir d'empathie il pourrait te plaire.
    Cette palm dog me consterne.

  • Ah ça alors, "au plus", c'est du belgicisme ? Tu me l'apprends Pascale ! Mince, impossible de passer incognito, je suis définitivement de l'autre côté de la frontière ;-)

    The New Pope ????

  • oOOPSSS : THE YOUNG POPE http://www.surlarouteducinema.com/archive/2016/10/16/the-young-pope-5861301.html

    Le "au plus... au plus"... s'emploie dans le nord donc...

  • je me suis ennuyée mais tellement ennuyée que je me suis endormie et cela faisait bien longtemps que cela ne m'était pas arrivée !

  • Comme je comprends ! C'est soporifique et pas grand chose pour maintenir les sens en éveil.

Écrire un commentaire

Optionnel