Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ANNONAY 2017 - SWAGGER

d'Olivier Babinet ****

annonay 2017 - les films du jour 10 fevrier

Avec: Régis Marvin Merveille N’Kissi Moggzi, Paul Turgot, Aïssatou Dia, Mariyama Diallo, Abou Fofana, Nazario Giordano, Astan Gonle, Slimata Gonle, Naïla Hanafi, Aaron N’Kiambi, Elvis Zannou

Synopsis : SWAGGER nous transporte dans la tête de onze enfants et adolescents aux personnalités surprenantes, qui grandissent au cœur des cités les plus défavorisées de France.

Le film nous montre le monde à travers leurs regards singuliers et inattendus, leurs réflexions drôles et percutantes. En déployant une mosaïque de rencontres et en mélangeant les genres, jusqu’à la comédie musicale et la science-fiction, SWAGGER donne vie aux propos et aux fantasmes de ces enfants d’Aulnay et de Sevran. Car, malgré les difficultés de leur vie, ils ont des rêves et de l’ambition.

Une des innombrables raisons qui me font aimer ce festival entre tous, c'est qu'en plus des découvertes de films qui hélas ne trouvent  parfois pas de distributeur (mais parfois si) et des échanges avec les équipes, c'est aussi qu'il me permet de "rattraper" certains films que je n'ai pas pu ou pas voulu voir en salles.

Ici évidemment, et malgré une critique plutôt enthousiaste, voir une énième fois des ados de banlieue zoner en bas des tours en mode wesh-ma-gueule, ne me disait absolument RIEN.

Une fois encore j'avais tort car ce film documentaire est absolument passionnant, attachant et donne à voir une réalité sans sombrer dans le misérabilisme et les nombreux clichés faciles dont ma tête est farcie.

Tristement d'actualité, Aulnay-Sous-Bois est le cadre de cette rencontre avec 11 enfants et ados aux personnalités déjà bien affirmées et aussi multiples et variées que possibles.

Ce qui m'a frappée d'emblée est aussi la beauté et l'ambition de la réalisation aux cadrages, plans-séquences et travellings qui m'ont fait ouvrir grand les yeux d'émerveillement, ce qui n'est pas courant lorsqu'il s'agit d'un documentaire.

Quant aux enfants ici, ils m'ont tour à tour impressionnée, fait hurler de rire, émus pratiquement aux larmes et vraiment éblouie et enthousiasmée par l'intelligence de leur discours, leur vocabulaire riche, leur façon de s'exprimer.

Une longue conversation jusqu'à une heure du mat" avec la productrice Marine Dorfmann Marine Dorfmann, productrice (SWAGGER)qui parle admirablement de ce film et de ces enfants, m'a convaincue qu'il s'agit d'improvisations malgré quelques passages mis en scène, et qu'ils n'ont reçu aucune consigne quant à ce qu'ils pouvaient dire et ne pas dire.

Chaque enfant a une personnalité affirmée, parfois déroutante. La petite Aïssatou qui semble occulter toutes les brimades qu'elle a vécues, qui ne parvient jamais à prononcer son nom, qui dit toujours qu'elle a tout oublié comme si elle avait vécu 10 vies, m'a déchiré le cœur. Son attitude, sa façon de se tenir prouvent son mal-être et à la fin elle affirme "je suis plus optimiste". Marine Dorfman m'a confirmé qu'elle va bien.

Ils sont tous absolument étonnants et attachants mais j'ai été  estomaquée par la petite Naïla, la plus jeune sans doute qui veut devenir architecte parce que franchement les architectes derrière leur bureau à Paris ne se rendent pas compte des erreurs qu'ils commettent en construisant leurs tours. D'après elle, ils ne se doutent pas que des gens vivent dans leurs constructions immondes. Et puis son analyse géo-politique de Mickey et Barbie (qui la font vraiment flipper) mériterait à elle seule de voir ce film.

Régis, flamboyant, sûr de lui, fasciné par la mode, s'exprime de façon exceptionnelle.

Et mon coup de cœur va à Paul Turgot, français de Pondichéry, beau comme un ange, véritable graine de star qui illumine le film plusieurs fois, et notamment par son morceau de batterie impeccable, sa scène de comédie musicale et son imitation HILARANTE de ses copains africains. Et la phrase choc est pour moi : "ils mettent des bombes dans les enfants ?".

La seule chose qui me désole pour eux est leur engagement religieux... Musulmans ou catholiques, ils sont tous persuadés que la religion DOIT faire partie de leur vie. Espérons qu'en grandissant ils comprendront que ces chimères n'existent pas.

Ne faites pas comme moi, ne ratez pas ce film s'il passe encore dans vos contrées.

annonay 2017 - les films du jour 10 fevrier

Commentaires

  • J'ai beaucoup aimé ce documentaire,une vraie pépite, super originale. Et je te rejoins pour la petite Naïla, incroyables les réflexions de cette petite ... c'est très intéressant de donner la parole aux ados et aux enfants.

  • Je ne vois plus Mickey de la même façon depuis que je l'ai entendue :-)

Écrire un commentaire

Optionnel