Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LOVING

de Jeff Nichols ****

043376_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Avec : Joel Edgerton, Ruth Negga, Marton Csokas

Synopsis : Mildred et Richard Loving s'aiment et décident de se marier. Rien de plus naturel – sauf qu'il est blanc et qu'elle est noire dans l'Amérique ségrégationniste de 1958.

Ils se marient donc en cachette dans un Etat voisin mais la Virginie où les Loving ont décidé de s'installer les poursuit en justice : le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à condition qu'il quitte l'État. Considérant qu'il s'agit d'une violation de leurs droits civiques, Richard et Mildred portent leur affaire devant les tribunaux. Ils iront jusqu'à la Cour Suprême.

L'histoire est vraie et a effectivement abouti à l'arrêt Loving v. Virginia rendu le . Cassant une décision de la Cour suprême de Virginie, il déclare, à l'unanimité des neuf juges, anticonstitutionnelle la loi de cet État qui interdisait les mariages entre personnes de race noire et blanche. Plus largement, il invalide toute loi qui apporterait des restrictions au droit au mariage en se fondant sur la race des époux.

Je répugne toujours autant à prononcer ou écrire le mot "race" s'agissant d'êtres humains car je ne sais plus quel scientifique m'a convaincue il y a bien longtemps que les races n'existent que chez les animaux et qu'il n'y a qu'une seule et unique race humaine. Je préfèrerais pouvoir parler de couleurs de peau mais hélas le terme "race" est toujours bien d'actualité et quotidiennement employé dans les média et chaque fois il me hérisse le poil.

Ce qui surprend d'emblée est que Loving veut dire Amour et que c'est leur vrai nom, et que ce sont des vrais gens et qu'ils s'aiment vraiment. Ils ne se le disent pas mais ils passent leur temps à se le prouver. Et c'est d'une beauté ! Ces gens ne font pas de discours, ils semblent comprendre, ce qu'ils vivent, ce qui leur arrive. Même lors de leur brutale interpellation en pleine nuit, ils exécutent ce qu'on leur dit de faire et vivent leur séjour en prison sans hystérie, dignement. Leur vie n'est pas un long fleuve tranquille. Ils se cachent. Richard semble toujours aux aguets, prêt à bondir, à défendre sa famille.

C'est évidemment révoltant. Je manque de mots pour exprimer ce que je ressens quand j'assiste à pareilles injustices au-delà de la bêtise. L'esclavage a été aboli en 1865 et deux siècles plus tard, l'Amérique s'en prend encore à ces unions qu'elle considère contre nature. C'est à vomir. Et le combat est d'autant plus beau qu'on est face à deux personnes d'une humilité  et d'une discrétion sans pareille qui ne veulent être le porte-parole de rien ni de personne mais veulent simplement vivre ensemble, leur amour incomparable, évident et d'une simplicité exemplaire.

Jeff Nichols décidément incontournable aujourd'hui ne multiplie pas les scènes de prétoire et les déclarations militantes. Il regarde vivre Mildred et Richard et nous emporte dans la tourmente de leurs espoirs et de leurs sentiments, puisque l'amour est un crime.

La Brindille (surnom que lui donne son Loving de mari) de ce film est Ruth Negga dont je verrais bien la cheminée ornée d'un Oscar. Elle est fragile et déterminée, belle et solide.

L'interprétation renfrognée de Joel Edgerton pratiquement méconnaissable en prolo blanc amoureux nous cloue parfois d'émotion et je vous mets au défi de retenir vos larmes quand il répond à un de ses amis qui lui dit que la solution est simple : "divorce" ou qu'il marmonne sa seule "défense" à son avocat :

"tell the judge, I love my wife".

Loving : Photo Joel Edgerton, Ruth Negga

Résultat de recherche d'images pour "loving jeff nichols"Résultat de recherche d'images pour "loving jeff nichols"

Commentaires

  • Le sentiment amoureux n'aura que rarement été aussi pur au cinéma !
    Que c'est beau, un film généreux qui se concentre d'aussi près sur ses personnages !

    Jeff Nichols est décidément un grand monsieur. Vivement l'prochain !

  • Ah oui l'amour ici est dans tous ses états. Quelle pureté en effet.
    Et heureusement Jeff est prolixe.

  • Je ne doute pas une seconde que tu vas aimer d'amour.

  • Nichols a réussi à te faire bouillir d'amour et d'indignation face à ces lois iniques ! C'est la moindre des qualités de ce film qui, en toute humilité, fait vibrer la corde sensible (cette phrase que tu cites à la fin continue de me mettre une boule au fond de la gorge). Je ne comprends toujours pas l'accueil froid qu'on lui a réservé à Cannes.

  • Et la tête de nounours tout perdu du Jojo quand il dit ça... j'en fonds encore !
    Et j'ai encore couiné quand on nous apprend pendant le générique que Richard a eu un accident de voiture 7 ans plus tard... Et j'ai lu que Mildred était dans la voiture et qu'elle a perdu un œil et qu'elle est morte à 68 ans :-(''''''

    Oui c'est fou que Pedro n'ait pas fondu d'amour pour ce film.

  • Un petit tour au cinéma pendant mes vacances et avec ce film.
    Un joli film, une belle histoire d'amour dans la grande Histoire j'aime.
    Après j'ai trouvé un soupçon lent et peu bavard et aurais avec plaisir pris un peu de plaidoirie...
    Bisous

  • Il paraît que les scènes de prétoire sont très difficiles pour un réalisateur.
    Je les ai trouvées assez adroites ici avec ce Juge dont je n'arrivais pas à savoir s'il était froid ou bienveillant.
    Oui c'est un peu lent... mais le deuxième effet kiss cool du film est foudroyant je trouve.

  • Vu hier après-midi
    Un hymne à l'amour
    En n'y ai pas vu Clint et Meryl
    Mais presque :-)

  • Oui quel amour magnifique.
    Je trouve qu'ils avaient toutes les bonnes raisons de ne pas rester ensemble. C'est magique leur histoire. Qui finit mal (il est mort 7 ans après...) comme les histoires d'amour :-)

Écrire un commentaire

Optionnel