Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SANTA & Cie

d'Alain Chabat ***

0411882_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Alain Chabat, Golshifteh Farahani, Pio Marmaï, Bruno Sanches

Synopsis : Rien ne va plus à l'approche du réveillon : les 92 000 lutins chargés de fabriquer les cadeaux des enfants tombent tous malades en même temps ! C'est un coup dur pour Santa (Claus), plus connu sous le nom de Père Noël... il n'a pas le choix : il doit se rendre d'urgence sur Terre avec ses rennes pour chercher un remède. À son arrivée, il devra trouver des alliés pour l'aider à sauver la magie de Noël.

Pas question pour moi de faire la fine bouche. J'ai passé un super bon moment. Je me suis bien amusée. Pas une hilarité permanente mais un bon grand sourire souvent et le plaisir de voir et constater que Chabat est absolument l'incarnation que l'on peut se faire du Père Noël. Mais aussi qu'il est resté un enfant. Son sourire timide et ses yeux étonnés sont un régal. Même si ses rapports avec les enfants lorsqu'il arrive sur Terre sont compliqués. Lui qui a l'habitude de ne les voir que sagement endormis pas loin du sapin, il est déçu et surpris de voir des mini adultes agités, qui n'écoutent rien, ne comprennent rien, crient fort et bougent beaucoup.

La réussite tient au fait qu'à aucun moment l'existence du Père Noël n'est remise en doute. Alors vous pouvez emmener vos enfants sans crainte. Si vous voulez les maintenir encore un peu dans cette "croyance", à l'issue du film ils "croiront" toujours. Evidemment, les allergiques à cette période, cette célébration, cette agitation mercantile, cette réunion familiale qui voit exploser les non-dits et jaillir les fonds de tiroir quand l'oncle Armand a bu un coup de trop et se met à tripoter la cousine Angèle... pourront passer leur chemin et pousser des cris d'orfraie, s'indigner, vomir, il n'en reste pas moins que rire sans méchanceté ni vulgarité, ça fait du bien.

Bien sûr le film n'est pas parfait. En ce qui me concerne, les ventres mous se situent au niveau de la conclusion qui tarde à venir (la course poursuite avec la mafia russe ne m'a pas amusée), la scène de trop (que deviendrait le monde sans Père Noël ?) et la présence du frangin relou de chez relou (personnage souvent inévitable dans les comédies qui ne m'amuse jamais). Apparemment il est difficile de trouver la justification de contretemps en cascade sans qu'ils proviennent d'un personnage complètement con.

Mais pour le reste, tout m'a plu. Evidemment on est pas dans la comédie amenée à devenir culte genre La cité de la Peur dont on a fini par connaître chaque réplique, mais tant pis, j'ai aimé. Voir le Père Noël très amoureux vivre avec la Mère Noël, une râleuse (amoureuse aussi) qui répond au prénom de Wanda (interprétée avec folie par Audrey Tautou), s'émerveiller devant la fabrique de jouets où il n'existe qu'un lutin (Bruno Sanches est PARFAIT) et qu'une lutine (Louise Chabat, fille de... charmante) répliqués à 92 000 exemplaires, voir les rennes, la hotte et le traîneau magiques et se réjouir de rencontrer le Père Noël qui lit chaque lettre des enfants et se souvient de tous à tout jamais, le découvrir complètement naïf et déconnecté de la réalité... Tout cela est charmant et ne peut pas faire de mal au contraire.

Santa s'étonne de voir sa représentation terrestre rouge alors qu'il est vert (superbe robe de chambre), il donne l'explication que beaucoup connaissent : c'est la marque rouge à la boisson immonde noire qui a changé la couleur du Père Noël pour qu'il soit raccord avec la marque. Perso, je m'en fiche, le rouge et le vert sont mes couleurs préférées. Ce que je ne savais pas c'est l'âge du Père Noël. Je vous le révèle ? Oh et puis non.

La bonne idée est la rencontre entre Santa et un couple surbooké avec deux enfants. Golshifteh Farahani (c'est la première fois que j'écris son nom sans chercher, Yes !) et Pio Marmaï. Elle travaille aux halles de Rungis, il est avocat qui court après des affaires et ils sont délicieux de justesse et se sont bien mis en bouche les répliques et le timing chaba-esques.

C'est gentil, généreux et drôle donc c'est bon.

P.S. : jolie apparition d'un acteur connu...

Commentaires

  • Ta critique est à croquer. Même si je crois m'être régalé plus encore (ce frangin m'a fait beaucoup rire dans son numéro de disparition, surtout la tronche de la mère). Mais dans l'ensemble on est d'accord : Chabat est un parfait Père Noël (sosie du vrai je pense), et toujours aussi drôle (surtout lorsqu'il joue au jeu de société avec les mioches). Pas de répliques cultes ? c'est à voir, et peut-être même à revoir. De là à en faire un régulier de mes fins d'années, y a pas loin.
    ps : dis donc, on se marre bien aux repas de Noël chez toi !

  • Flatteur va.
    Je n'ai aucune indulgence pour ces personnages cons et sans nuances. Je ne sais même pas qui est l'acteur...

    Il y a effectivement des répliques dont j'aurais aimé me souvenir. Mais j'apprends le Renne. C'est pas simple. Il y a de la nuance..
    J'ai adoré la naïveté de Chabat. Quand il est menotté et remercie les flics (amoureux... décidément ce film est plein d'amour) "vous êtes arrivés à temps"... ça, ça me fait rire.

    Il y a longtemps que j'ai banni l'oncle Armand, la cousine Angèle et toute la clique :-) mais je parlais surtout pour ceux qui chaque année nous rechantent leur couplet : "Noël je déteste, c'est la pire période de l"année." Et blablabla. Force est de constater qu'ils ne convainquent personne.

  • Moi non plus je ne sais pas qui est l'acteur. Il m'a un peu fait penser à une sorte de Jean-Paul Rouve. Sans lui, pas de prison. Et sans prison, pas de "bon ça va, je sais ce que c'est qu'une prison, je fabrique des Monopoly. Je fais un double, hop et puis je sors." Et ça, ça m'a fait rire.

  • Non Jean-Paul Rouve est drôle.
    Et il aurait pu passer à la prison sans passer par la case frère relou :-)
    L'histoire du monop' est canon.

  • Oh qu'il est beau Pio ... On le devine lors d'une scène en particulier, sous ses draps, tout nu. Oulalala ! Ahahah
    Et sinon j'adore Alain Chabat et j'ai bien aimé son film mais franchement il y a de longueur, et la scène avec la mafia russe ne m'a pas non plus faite rire. Dommage, il aurait gagné à en faire moins.

  • On se calme. J'ai vu Pio en vrai au Festival de Beaune. Il est BEAU.
    La mafia russe : next, on est d'accord. Qu'Est-ce que ça vient foutre ici ? Encore un coup du frère relou.

  • Un peu déçu alors que j'aime bien Chabat. Mais ma dernière a beaucoup aimé et c'est ce qui compte. Je suis d'accord : le personnage du frère est pénible.

  • Merci pour le personnage du frangin. Tu le diras au Prince de l'écran noir. Merci :-)

  • j'y suis allée hier soir (parce que je déteste Noël, désolée mais quand t'es tout seule, sans enfant et que tu aurais rêvé de l'inverse, Noël c'est un peu la merde... et donc je voulais éviter la déprime à 2!) et c'était vraiment chouette. Même remarque que toi, le frère relou, évitable, les longueurs dues à la poursuite Russe (m'a pas fait rire du tout). Et ma mère et moi avons versé une petite larme à la fin. Parfait pour un soir de Noël, à 2.

    On se voit bientôt? j'ai exagéré, j'ai pas repris contact :-)

  • Excellent choix pour un soir de Noël en solitaire à deux.
    Ah oui, je me disais bien que j'avais fait le nécessaire et que c'était resté sans suite :-)
    Avec plaisir évidemment !

Écrire un commentaire

Optionnel