Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

UN PEUPLE ET SON ROI

de Pierre Schoeller *

1793783_jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Gaspard Ulliel, Adèle Haenel, Olivier Gourmet, Louis Garrel, Izïa Higelin, Noémie Lvovsky, Céline Sallette, Devis Lavant, Johan Libéreau, Laurent Lafitte

Synopsis : En 1789, un peuple est entré en révolution. Écoutons-le. Il a des choses à nous dire. UN PEUPLE ET SON ROI croise les destins d'hommes et de femmes du peuple, et de figures historiques. Leur lieu de rencontre est la toute jeune Assemblée nationale. Au coeur de l'histoire, il y a le sort du Roi et le surgissement de la République...

Je me suis précipitée car j'adore les films historiques. Je n'ai jamais rien raté au cinéma de toutes les évocations de cette période qui me fascine. Et puis je faisais confiance à Pierre Schoeller dont j'avais beaucoup aimé Versailles (film hanté par Guillaume...) et l'Exercice de l'Etat.

Ici il s'agit de retracer la période qui va de la prise ou plutôt de la chute de la Bastille à 1793 et la décapitation du Roi. La démolition de la Bastille a permis à certains parisiens de voir le soleil pour la première fois tant l'imposante bâtisse leur faisait de l'ombre. Ok. Dès lors, le réalisateur s'attarde sur le destins des citoyens moyens et ordinaires qui vont se rendre à l'Assemblée Nationale dite Constituante pour assister aux débats et discours qui règleront leur sort. Les pauvres sont très pauvres, sales et sans chaussures. Les riches sont riches, poudrés et méprisants.

A-t-on encore quelque chose à apprendre sur cette période ? Pas sûr, mais une petite révision ne fait jamais de mal. Ce film ne le permet même pas tant tout est flou et abscons comme si on avait révisé son petit traité de la Révolution juste avant d'entrer en salle.

Pas grand chose à se mettre sous la dent non plus question interprétation même si on sent bien que chacun y a mis du sien pour jouer le révolutionnaire concerné. Mais tout cela semble très scolaire et appliqué. Chacun vient réciter ses tirades et ses bons mots, à l'occasion pousser la chansonnette à la lanterne. Mais les destins des anonymes n'impriment guère la pellicule, n'émeuvent pas. Et comble de tout, Danton, orateur hors pair, n'est qu'une silhouette (j'étais persuadée qu'il avait eu un rôle crucial à cette époque...) interprété par un acteur d'une grande fadeur, mes excuses à la famille.

Désolée, je ne m'éternise pas. A vous de me dire si vous avez plus apprécié.

Commentaires

  • J'étais impatiente d'y aller, tu me refroidis un peu, mais j'ai envie de voir quand même.

  • Oui oui va te faire ton idée et viens me dire. Je te souhaite de ne pas t'ennuyer autant que moi...

  • Bonsoir Pascale, j'ai vu le film avec mon ami en avant-première dimanche, il y avait du monde dans la salle. Personnellement, je suis mitigée mais je n'ai pas trouvé le film scolaire. Avec mon ami, on a pensé au Molière d'Ariane Mnouchkine dans le style. Le scénario est un peu décousu mais au fur et à mesure que le temps passe, j'ai trouvé que cela devenait intéressant. Les scènes avec le souffleur de verre sont belles. Schoeller a montré l'importance des femmes dans le début de la révolution et la prise de la Bastille. Mais ce n'était pas nécessaire de prendre autant d'acteurs connus. Celine fait de la figuration, elle est présente dans deux scènes. Evidemment, les séances à la convention sont intéressantes et pour une fois, j'ai bien apprécié Laurent Lafitte qui est bien en Louis XVI. Bonne soirée.

  • Bonjour dasola. Ah je ne suis pas DU TOUT daccord. Et ça n'a rien à voir avec Molière qui est un de mes films cultes (pas touche :-) ), passionnant malgré ses plus de 4 h et parfaitement réaliste dans la peinture de l'époque. Je me suis beaucoup ennuyée et les acteurs ont l'air déguisé, les décors fabriqués, Les perruques se voient (surtout celle de Gaspard). Et les effets spéciaux de la chute de la Bastille sont ratés. Les scènes de verrerie sont belles, mouais, mais n'ont pas grand intérêt ici.
    Les femmes sont là, elles marchent sur Versailles, investissent l'assemblée etc... elles enfantent dans la douleur et sont solidaires... Ok, mais c'est toujours les hommes qui sont essentiels. Aussi bien les "vedettes" de l'époque que les anonymes (Gourmet, Hulliel) On voit Marat souvent mais pas Charlotte Corday. Marie Antoinette a l'air d'une bécasse. Noémie Llvosky, Izia Higelin et Adèle Haenel sont constamment accrochées à leur mec.
    Je n'ai vraiment pas senti le grand point de vue féminin/féministe annoncé.
    Bonne journée.

  • Bonjour Pascale
    J’ai eu du mal à rentrer dans ce film
    Mais au final
    Je l’ai apprécié
    Le côté historique - piqure de rappel - comme tu dis est intéressant
    Et côté interprétation
    C’est pas si mal
    Sauf Izïa Higelin
    Je ne sais pas pourquoi elle jouait très mal
    Le moment bien fichu pour moi
    La scène de bataille aux tuileries

  • J'ai déjà bien oublié les détails de ce film...
    Il me reste les scènes ridicules comme celle de la visite des rois :-)
    J'ai toujours trouvé Izia mauvaise actrice donc je n'en parle pas car je crois que je le dis chaque fois que je la vois..
    Les autres sont bien (sauf Noémie qui mexaspère).

Écrire un commentaire

Optionnel