Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FESTIVAL EFFERVESCENCE MÂCON 2019

SELECTION : A FLEUR DE PEAU (AVANT-PREMIERE)

LA DERNIERE VIE DE SIMON

de Léo Karmann ****

film_laderniereviedesimonAP.jpg

Simon a 8 ans et est orphelin. Il ne rêve que d’une chose : trouver une famille.
Or Simon a un pouvoir secret...

Le Festival n'est pas terminé, mais je crois que je tiens ma petite perle rare. Celle  que j'attends à chaque festival, qui fait fondre et battre mon petit cœur de midinette tout en offrant à ma curiosité cinéphile une histoire dont on ne sait jamais où elle va nous emmener, dont on sait encore moins comment elle va aboutir sans foncer droit dans le mur. Léo Karmann réussit à boucler son histoire, son conte féérique de façon bouleversante et follement romantique.

Adepte de la vraisemblance, passez votre chemin, mais tant pis pour vous. Passer à côté de ce bijou de folie et de douceur qui n'élude pas deux ou trois scènes violentes et de grandes douleurs morales serait vraiment dommage. Le réalisateur parvient à nous faire vivre plusieurs drames sans jamais céder au chantage à l'émotion. Je me suis demandée comment il était d'ailleurs possible de raconter une histoire parsemée d'évènements aussi tristes sans que jamais on ne soit anéanti. Sans doute parce que comme dans la vie réelle, quoiqu'il arrive, la vie continue.

Dès les premières minutes plusieurs thèmes se confondent. On trouve un enfant, Simon, que personne ne veut adopter mais qui a des pouvoirs magiques qu'il ne révèlera qu'à Madeleine gravement malade et en attente de greffe et Thomas dont les parents accueilleront Simon pendant un Week-end. Avant le drame.

Hommage non dissimulé à Spielberg et plus particulièrement à E.T., on plonge directement à hauteur d'enfant dans un monde chaleureux et bienveillant où les enfants sont choyés, aimés, au centre des préoccupations des adultes qu'on ne voit d'abord, comme dans E.T. que partiellement. Et puis il y a la chambre de Thomas, quasi réplique de celle d'Eliott, la forêt alentour source de jeux et de frayeurs, les lampes torches des adultes qui recherchent un enfant égaré, une maison au bord d'une falaise, la mer toujours à l'horizon... Et le pouvoir de Simon qui sera également au cœur de l'intrigue. Sans compter que l'histoire d'amour contrariée, sublimée, remuera les plus fleurs bleues (dont je suis).

C'est un film fantastique, dans tous les sens du terme et il est français. Il ne ressemble à aucun autre, même s'il s'inspire du cinéma qui a bercé les réalisateur et scénaristes dans leur enfance.

J'ADORE CE FILM.

Il ne faudrait rien en savoir pour y goûter davantage, être surpris, déroutés parfois, enchantés toujours et s'attacher très forts aux personnages. Enfants comme adolescents, le casting est une grande réussite. Et même les parents sont formidables.

Benjamin Voisin, Martin Karmann, Camille Claris, Nicolas Wanczycki, Julie-Anne Roth, Albert Geffier, Simon Susset, Vicky Andren : BRAVO.

Commentaires

  • Bravo, c'est son fils et Martin l'autre fils joue dans le film.

Écrire un commentaire

Optionnel