Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TOP GUN : MAVERICK

de Joseph Kosinski ***

top gun : maverick de joseph kosinski,cinéma,om cruise,miles teler,jennifer connely,john hamm,val kilmer,ed harris

Avec Tom Cruise, Miles Teler (et sa moustache so 1986, à mourir de rire), Jennifer Connely, John Hamm, Val Kilmer, Ed Harris

Pete Maverick Mitchell est toujours pilote d'essai et sa prochaine étape consiste à atteindre Mac 9. On ne se rend pas compte vu d'en bas mais c'est très très vite.

Sauf que pour remplir une mission top secret et top dangereuse il faut atteindre Mach 10 (10 fois la vitesse du son, le son qui va déjà très très vite). Qu'à cela ne tienne, contre l'avis de la hiérarchie Mav' enfourche son F18 et bien sûr réussit l'exploit. Les drones sont appelés à remplacer l'homme. On le dit à Mav' : "le futur est en marche et tu n'en fais pas partie". Mais face à son récent exploit et appuyé par son ex ennemi, devenu ami depuis 36 ans Iceman pointure de l'Etat-Major, il doit retourner à Top Gun et devenir instructeur des jeunes diplômés de l'école. Il devra au terme de la formation en choisir plusieurs pour assurer la mission top secret. Le hic est qu'il y retrouve Bradley Rooster Bradshaw qui n'est autre que le fils de Nick Goose Bradshaw. Et Brad tient Mav' pour responsable de la mort de son père. Ambiance.

J'ai revu récemment Top Gun premier du nom. Pas tout, je n'ai pas tenu devant la vision de cette masculinité triomphante, des sourires trois bis ultra brite (les plus jeunes seront largués), des chewing-gums mâchouillés et autres regards appuyés. Alors pourquoi ce film de 1986 est-il devenu culte ? Une rengaine chanson, un blouson, des lunettes, un acteur ? Un peu tout ça avec en prime sans doute la magie du cinéma et du temps qui passe.

Joseph Kosinski, dont je n'avais pas beaucoup aimé son Oblivion, cède à la nostalgie sans y sombrer tout à fait. Pas de Take my breath away ici mais des moments musicaux très évocateurs néanmoins. Les fans retrouveront donc Maverick, le seul, le vrai, l'unique, 36 ans après ses premières extravagances de pilote d'essai tête brûlée. Celui qui a refusé les galons qui l'auraient obligé à renoncer à voler. Celui qui enfourche toujours sa Kawasaki 900 GPZ-R sans casque, celui qui entre sans montrer patte blanche sur le terrain d'aviation, porte comme personne les Ray-Ban Large Aviator RB3025 (arrêtez les garçons de porter ces lunettes, elles ne vont qu'à Tom/Maverick) et le blouson aviator (arrêtez aussi les garçons, sauf si vous êtes pilotes d'essai, merci).

Pin em Tom cruise top gun

Le réalisateur copie-colle également les relations/amitiés/antagonismes virilo-machistes avec tapes dans le dos, sourires en coin, regards qui flinguent et de c'est kiki fait pipi le plus loin. Même si des filles ont intégré le prestigieux centre de formation, Top gun (de son vrai nom United States Navy Strike Fighter Tactics Instructor program) reste méchamment burné.

Ce film est fait pour le grand écran, le plus grand possible. Les prouesses aériennes sont franchement impressionnantes. Et même si le film m'a paru un tantinet longuet, la première heure peine à se sortir d'un petit ronron en forme d'hommage à feu Tony Scott à qui le film est respectueusement dédié et de cadeaux pour les fans. Mais les atouts de taille tiennent en deux mots : Tom Cruise et la mission. Evidemment il y a une petite bluette sentimentale puisque la ravissante Jennifer Connely est là et qu'elle tient le bar proche de l'école. La dame n'a pas 25 ans de moins que Tom, seulement 8 ce qui est raisonnable et appréciable, mais quand même 13 de moins que Kelly McGillis l'ex Top Gun girl vraiment plus présentable pour flirter avec Tom. Ceci étant dit, la belle tient un peu la dragée haute à Mav' et le fait mariner quelque temps devant sa porte. Il lui aurait brisé le coeur par le passé et sa grande ado de fille le menace de ne plus recommencer sinon...

Parlons des atouts. La mission. Détruire une installation dans un cratère volcanique en haute montagne où est fabriqué de l'uranium enrichi par une nation hostile qui ne sera pas nommée... Avant de se rendre sur place, il faut s'entraîner dans un canyon qui reproduit à l'identique le site à bombarder. Les scènes d'entraînement font monter l'adrénaline et lorsque l'équipe formée aux ordres de Maverick se rend sur zone à bord d'un porte-avions l'excitation est à son comble. On peut dire que cette partie est vraiment enthousiasmante avec son intrigue militaire qui donne des sueurs froides. Evidemment je ne vous révèle rien des rebondissements jusqu'à la fin. On tremble. Les méchants non identifiés portent des casques noirs qui les font tous ressembler à Dark Vador et le combat entre les montagnes ressemble à ceux des Star Wars.

Quant à Tom Cruise (60 ans dans deux mois), qui se fait "traiter" de papy à plusieurs reprises, avec le poids des ans qui ne semblent pas peser bien lourd sur ses larges épaules musclées, il fait de son Mav' un fou aérien dans sa drôle de machine toujours mais réussit à ne pas en faire trop tout en prouvant qu'il est encore là, pour notre plus grand plaisir. Sobrement, sans cabotinage, sans excès de sourire hollywoodien, il est infiniment sympathique, roi du film d'action et même si ça ne se fait pas d'aimer Tom Cruise (il est scientologue, penser à ne jamais oublier de le rappeler), je dois dire que le revoir sur grand écran est un pur plaisir et qu'on en redemande. J'aime Tom Cruise. 

J'ai failli oublier la longue scène de plage qui vaut le décollage. Tous les garçons retirent le haut et font un match de foot aux règles étranges, ça soude l'équipe et donne lieu à une séance de c'est kiki a le plus beau torse. A revoir, au soleil couchant et au ralenti. Merci.

Et au passage si quelqu'un connaît la marque de la crème hydratante, anti rides à l'acide hyaluronique de Tom, je suis preneuse.

Commentaires

  • Ouiiii, ce beau Tom veillit très bien (je l'ai vu hier soir dans Jack Reacher -celui de 2016-), et a toujours les cheveux dans le même ordre, ainsi que ce sourire dévastateur.
    Mon amoureux grésille d'y aller et un programme chargé nous contraint d'attendre la semaine prochaine : l'attente est insoutenâââble.
    Tout cela nous aurai presque fait oublier la scientologie.

  • Mais oui, il a les cheveux bien placés c'est fou.
    Ton homme grésille ??? Il faut peut-être le retirer du four tant qu'il est temps non ?

  • MOI, je veux plus d'étoiles !
    Déjà, j'ai revu le premier opus qui au final a bien vieilli, je trouve.
    Et là, 36 ans après, toutes les notes du premier s'y retrouvent comme effectivement un hommage Tony Scott. La musique, la moto, le survol à très basse altitude... et ces torses imberbes et luisant de sueur... Le ballon de volley a été remplacé par un ballon de foot am... mais les plaquettes de chocolat s'affichent fièrement (un peu gringalet dans Whiplash, le petit a pris du muscle depuis).
    Heu, comment on fait pour avoir un sourire comme ça ?

    Et moi j'ose dire, j'adore Tom Cruise au cinéma, le sens du spectacle, du divertissement (et en prime j'ai eu le droit à la B.A. de mission impossible, double dose de Tom). d'ailleurs, la fin me fait penser plus à un nouvel épisode de Mission Impossible, mais chut on s'en fout. C'est du grand écran, point final.

    En conclusion, j'ai adoré. Et aussi compris - avec ton insistance - qu'il fallait que j'oublie de porter des Ray-Ban et un blouson de cuir, ça ne m'irait pas autant qu'au petit Tom.

  • 3 étoiles c'est pas ma pour un film qui tarde à démarrer :-)
    J'ai trouvé qu'il avait mal vieilli le prems et j'en pouvais plus de ces amitiés viriles. Je préfère le second, c'est UN PEU moins bite couilles.
    Le Miles Teller, je ne le trouve pas super super, sauf quand il se retrouve dans le cockpit avec Tom, il est drôle à pas trouver les commandes du dinosaure.
    Un sourire pareil, ça se travaille devant la glace j'imagine.

    Absolument, vers la fin on est clairement plus dans des agents secrets que des militaires, neige comprise.
    En résumé, on adore Tom, son sourire, sa moto, son blouson, ses lunettes... qui ne vont qu'à lui of course.

  • Je suis partagé concernant ce film. Sur le plan technique, c'est du beau boulot. Les scènes d'avion sont spectaculaires. C'est meilleur que dans le premier opus (je trouve). En revanche, l'intrigue secondaire (avec le fils de Goose) est d'un convenu... (Quant à la scène de plage... bof. Je trouve juste cocasse qu'un film mettant en scène l'hétérosexuellissime Tom Cruise contienne un moment aussi "gay friendly".)

  • Je suis d'accord. L'intrigue fils de Goose est d'une mollesse !!! Et Miles Teller : bof. Pourtant Tom laisse la place à ses petits camarades de jeu.
    La scène de plage est inutile et tu aurais sans doute apprécié s'il y avait des filles (topless). Moi j'ai apprécié et compté les tablettes.
    Dans le 1er Top gun, il y avait déjà ces scènes gay friendly. Les garçons aiment se jeter des oeillades et se faire des hugs à tout bout de champ. Idem dans la true life je trouve.

  • Un très bon moment, je ne m'attendais pas à si bien pour une suite. Surpasse l'original sans problème ne serait-ce que pour une mission plus "sérieuse", et pour un Tom Cruise qui est pour la première fois un "papy" (enfin ?!)... Un très bon moment

  • A cent coudées au-dessus du premier et l'intrigue militaire tient bien la route.
    Et Tom... dans toute la splendeur du 3ème âge.

  • Sans moi. J'ai vu le premier pour le côté "classique", mais ça ne m'a pas donné envie de voir la suite / remake / film des années plus tard...

  • Dommage encore. Il est vraiment mille fois meilleur que le premier que je considère comme un navet.

  • Je me disais aussi, cette franche camaraderie autour d'un ballon ovale sur la plage méritait bien un commentaire. Il arrive sur le tard dans l'article, mais il retient l'attention ;-)
    J'avoue être davantage charmé par Miss Connelly qui, à l'instar du Tom(cat), semble être immunisée contre les effets du vieillissement.
    Pour le reste, encore un portrait de l'acteur en creux, comme le sont la plupart des Mission : Impossible. Il est toujours passionnant de voir comment l'acteur (qui règne sur tous les plans du film), véritable auteur des films dans lesquels il apparaît désormais, apporte son épaisseur à un film qui devrait être sans consistance.

  • Cette scène essentielle ne pouvait m'échapper tu penses.
    Miss Connelly présente à peine quelques ridules d'expression très charmantes autour des yeux... comme à 20 ou 30 ans. Elle en a 51.
    Je ne vois pas en quoi c'est un portrait de l'acteur mais oui le film est tout à sa gloire. Néanmoins je trouve que son jeu de plus en plus réservé et sobre est tout à son honneur. Dans ce film il y a l'action spectaculaire et Tom Cruise... pas moins.

  • Je me réjouis d'aller voir ce film. Je me fiche totalement de savoir si ce sera plus ou moins bien que le précédent, j'aime tout simplement les films d'action bien commerciaux, à gros budget. Pas raté un seul James Bond, vu tous les Mission Impossible et autres Jason Bourne. De temps en temps, un blockbuster, ça vide la tête.
    Ce qui ne m'empêche pas de voir et aimer des films plus "discrets". Je me réjouis de la sortie de Land's End et je ne vous dirai pas combien de fois j'ai vu Harold et Maude.
    Have fun

  • Oui les films d'action font du bien. Celui-ci est réussi.
    J'ai vu Jurassic World, le meilleur depuis le premier. Et ça ne m'empêche pas d'être en pâmoison devant Ludwig. Donc je comprends qu'on puisse aimer Mission Impossible et Harold et Maude.
    Je n'ai jamais entendu parler de Land's End.

  • Confusion pour le titre du film. Il s'agit de The Last Bus, l histoire d'un veuf qui part du nord de l'Ecosse pour aller à Land's End. Sorry.

  • Ah ok. Mais si j'ai bien vu, c'est un film Netflix donc sans moi.

Écrire un commentaire

Optionnel