Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MAGDALA

de Damien Manivel °

MAGDALA de Damien Manivel, cinéma, Elsa Wolliaston, Saphir Shraga, Aimie Lombard

Avec Elsa Wolliaston, Saphir Shraga, Aimie Lombard

Synopsis : Depuis la mort de Jésus, Marie-Madeleine s’est retirée hors du monde. Ses cheveux sont devenus blancs, elle se nourrit de baies, boit l'eau de pluie et dort parmi les arbres. Seule au cœur de la forêt, elle se souvient de son amour perdu. Elle cherche un chemin pour le retrouver.

Si vous voulez vous flinguer le moral au cas où il serait au zénith, je vous recommande Magdala. En exergue le réalisateur nous prévient que ce film est à considérer comme une rêverie autour des derniers jours de Marie-Madeleine, la chérie d'amour de Jésus (amour réciproque). ça tombe bien, je suis rêveuse à mes heures et je peux me fondre et m'abandonner complètement à un cinéma contemplatif. Mais à ce niveau de mysticisme, ce n'est plus de l'épure mais une épreuve. Que celui qui n'a jamais pêché me jette la première pierre mais franchement aucun cinéphile ne mérite d'endurer ça !

Marie-Madeleine a été chassée de la ville après la mort de Jésus. Alors qu'elle était la disciple la plus fidèle et la plus citée de Jésus dans les Evangiles. Mais ainsi va la chrétienté, pleine de bonté, de douceur et de tolérance. On la retrouve donc écrasée de solitude au milieu d'une forêt, marchant péniblement (environ un pas toutes les 10 secondes), le souffle rare. Marie-Madeleine est une très grosse et très vieille dame noire. On se demande comment elle peut être aussi grosse (oui, on a largement le temps de se poser ce genre de questions) puisqu'elle ne se nourrit que de quelques baies trouvées à grand peine et s'abreuve de quelques gouttes d'eau laissées sur des feuilles (et la goutte met un quart d'heure à lui tomber dans la bouche mesdames et messieurs, j'avais envie de secouer l'arbre).

les nuits de mashhad d'ali abmehdi bajestani,zar amir ebrahimi,arash asthiani,mehdi bajestani,la petite bande,pierre salvadori

Marie-Madeleine marche lourdement, laborieusement, se nourrit peu, se souvient qu'elle s'est roulée nue dans la mousse avec Jésus (nu lui aussi), fait pipi (pas caca, malgré toutes les mûres qu'elle ingurgite), ressuscite un piaf mort, fait des câlins aux arbres, lave sa chemise, se trempe les pieds et marche encore. Comment elle parvient à gravir la colline où on la retrouve à un moment ? Mystère de la chrétienté ! Elle cherche son amour ou veut le rejoindre ; ça tombe bien il l'attend.

Le film est muet sauf quelques mots murmurés en araméen. Et c'est très beau l'araméen. Et quelques instants musicaux, 10 minutes environ, j'ai reconnu Schubert. Et c'est très beau Schubert.

Malgré la ballade, je n'ai pas trouvé le rêve annoncé. Ce film est une agonie. Celle de Marie-Madeleine. Je ne suis pas botaniste mais le film n'a pas dû être tourné dans une forêt proche de Jérusalem. Je suis curieuse, je me suis renseignée, la forêt est bretonne. Pas étonnant qu'elle n'ait plus de souffle Marie-Madeleine, ça en fait de la route pour une vieille dame !

Je ne suis pas sortie de la salle (et aucun des 7 inconscients et courageux spectateurs) parce que le film ne dure qu'une heure et 18 minutes, mais que le réalisateur soit fasciné par son actrice principale ok, cela justifie-t-il d'abandonner ainsi le spectateur dans une forêt puis dans une grotte éclairée à la bougie par un ange ? C'est cruel, inhumain et vraiment pas chrétien.

Commentaires

  • Je serais curieuse de savoir qui aime ce rêve .

  • Merci ;-)
    Je crois que je suis passée à côté du chef d'œuvre inspiré, du cinéma indispensable dont parle Télérama.

  • Eh bien voilà un sublime film d'avion pour mon prochain voyage : si je m'endors au bout de 5 mn et que je me réveille à 1/4 d'heure de la fin, je n'aurai rien loupé.
    Et en plus, ça m'évitera de devoir prendre un cachet pour dormir (clin d'oeil)
    Ke du bohneur, cette rêverie (et j'ai adoré ton billet, on sent que tu avais déjà commencé à le rédiger dans ta tête pendant la projection : visiblement tu as eu tout le temps d'anticiper)

  • Surtout pas, tu aurais envie de sauter par le hublot.
    En fait j'avais d'abord cru ne pas en parler.

  • Ah non surtout pas, je t'en prie, ne nous prive JAMAIS du bonheur de lire tes commentaires de films que tu n'as pas aimés - je crois que je les préfère à ceux que tu as aimés

  • Je t'avoue que j'en ai passé pas mal à la trappe...

Écrire un commentaire

Optionnel