Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

inland empire - cinéma

  • Inland Empire de David Lynch ?????

     

     

    Laura Dern et David Lynch s'aiment, c'est indéniable.

    Et si trop de mystère tuait le mystère ?

    Une fille triste en Pologne regarde un feuilleton télé dont les héros sont des lapins géants : un lapin fait du repassage, un autre cause et le troisième répond au téléphone quand le téléphone sonne. La fille pleure, pourtant c’est drôle, il y a même les rires ajoutés du public comme aux meilleures heures de « Benny Hill » (il y en aura pendant tout le film car David Lynch est un comique). Une autre fille (Laura Dern) à Hollywood Californie reçoit la visite d’une femme inquiétante qui lui dit qu’elle va obtenir le rôle qu’elle attend mais que ce sera pas du gâteau. Laura a peur : elle plisse le front et tord la bouche vers le bas. Le tournage du film commence… Aleluyah, c’est Jérémie Irons le metteur en scène et il est souriant mais il ne sera là que pendant un petit quart d’heure.

    David Lynch est un génie : il filme en numérique ; c’est bien la preuve qu’il est en avance sur son temps et le cinéma de demain qui arrive à grands pas. Il dit « avec la caméra numérique, vous êtes léger, mobile… ». Du coup il filme en gros gros plans les visages. On voit les pores de la peau. Dans « Climat », c’était magnifique. Ici c’est moche de voir que les actrices ont des boutons… sauf Laura Dern qui est maquillée, mais pas les autres. De ce fait, Julia Ormond, vieille et moche se balade avec un tourne vis et le plante régulièrement dans le ventre des filles qu’elle croise. On ne devrait jamais laisser un tournevis traîner dans les films de David Lynch. Quand Laura se prend un coup de tournevis dans le ventre : ça la fait vomir des geysers de sang sur Hollywood Boulevard sur l’étoile de Dorothy Malone… Qu’est-ce qu’elle lui a fait Dorothy Malone ? C’est Julia Ormond qui la plante ! Laura se relève, c’est normal on est au cinéma. Mais parfois elle court au loin et elle s’approche si près de la caméra en hurlant avec sa bouche toute déformée qu’elle m’a vraiment foutu les chocottes. Justin Theroux est très beau mais il ne retire jamais son tee-shirt alors on ne voit pas vraiment à quel point il est beau. David Lynch préfère déshabiller les filles. C’est vrai. Parfois, une fille soulève son tee-shirt et reste face caméra pour montrer qu’elle a de beaux et gros seins. Les autres filles lui disent « waouh ! ils sont beaux tes seins !!! ». Et comme David Lynch aime voir des filles qui s’embrassent, parfois les filles s’embrassent. Les filles s’aiment dans les films de David Lynch… sauf Julia Ormond, mais c’est normal aussi, vous feriez quoi si Laura Dern débarquait chez vous, hirsute, en gueulant comme un veau à votre Paulot : « I love you Paulot ? Do you love me ? ». En Pologne, un type sort d’une maison et dit : « y’a plus de papier aux toilettes ». C’est rassurant de se dire que même dans un film de David Lynch, il y a ce genre de problèmes, ça le rend humain. Laura franchit des portes, il faut bien lire tous les niveaux de conscience et les différents rôles qu’elle explore quand même ! Vous faites exprès de ne pas comprendre ou bien ? Parfois, souvent, c’est écrit Axxon… mais ne vous inquiétez pas on ne saura jamais pourquoi. Mais le numéro 47 revient souvent aussi et à un moment Laura s’arrête devant une porte (ah oui, j’oubliais ya plein de couloirs aussi !) qui porte le numéro 47. Aaaaah ! qu’on se dit et paf… j’avais tout bon, c’est pile poil la porte de la maison des lapins ! Par contre, ya vraiment un truc qui fend le cœur, c’est Harry Dean Stanton qui fait la manche pendant tout le film. Ce type là a fait Paris-Texas à pieds et il est toujours sans le sou. D’ailleurs, au générique j’ai lu Nastassia Kinski… mais je ne l’ai pas vue dans le film. Je suppose qu’elle ne devait pas être maquillée ou qu’elle portait une perruque rose : je ne l’ai pas reconnue.

    J’ai lu ceci à propos d’Inland Empire : « en l’absence de script, chaque scène était écrite au jour le jour. Je rédigeais une scène et Laura et moi la tournions ». Si vous voulez des explications, écrivez directement à David, moi j’ai fait tout ce que j’ai pu.

    J'adore la critique de Didier Peron : "C'est ainsi que, de l'extase à la décomposition, au terme d'un supplice figuratif particulièrement secouant, une joie sans nom se libère et que le film enfonce dans nos têtes en feu la pointe effilée d'une nouvelle lucidité". Wah ! la classe... mais on sent bien que c'est pas le gars à qui il faut confier un tournevis... David dit : "Il y a une logique dans chacun de mes films, mais l'important, c'est votre logique à vous". Moi, en sortant du dortoir... euh, pardon de la salle, je me suis sentie comme un cobbaye dans un laboratoire ; ça te va comme logique ça David ???

    Pendant tout le générique, toutes les filles du film se mettent à chanter et à danser (sauf Laura qui les regarde en penchant la tête d’un air de dire « amusez-vous les filles ! ») un truc de ouf qui met une ambiance du feu de dieu, et là normalement, en temps normal je veux dire, je me serais levée et je serais allée faire la farandole avec elles, mettre mes deux pieds en canard pour faire redémarrer la chenille… mais je sais pas pourquoi, à ce moment là j’avais plus envie de danser ! Je me suis juste souvenue d’une splendeur qui se terminait par un mot :

    Silenzio !

    Ici, Le mot, c’est :

    Sweet...

    David est un sacré farceur !