Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MÊME LA PLUIE de Icíar Bollaín ***(*)

19590212_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101115_023554.jpg

Meme_la_pluie_6.jpg

19590213_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101115_023612.jpg

Ce film j'ai eu l'impression de le prendre en route, comme s'il était déjà commencé lorsqu'il a démarré. C'est difficile à expliquer et j'ai du mal à placer des mots sur ce que j'ai vu alors que ça m'a vraiment emballée. Il faut que je vous en parle (brièvement) avant la fin du week end au cas où vous hésiteriez entre plusieurs films. Alors je dirai qu'il y a celui-ci impérativement et Poupoupidou absolument... et aussi Cabeza de Vaca pour les plus téméraires...

Sebastian, jeune réalisateur et son producteur Costa doivent choisir quelques figurants pour le tournage de certaines scènes du film qu'ils tournent en Bolivie. Ils sont espagnols mais le choix du pays s'est imposé pour des questions de restrictions budgétaires. La main-d'oeuvre locale peut travailler à moindre coût. Sebastian et Costa sont stupéfaits par la file d'attente et le nombre de candidats qui se présentent au casting : environ deux cents personnes alors qu'ils n'en ont besoin que de quatre. En choisissant Daniel pour interpréter un des personnages "indigènes" principaux, ils savent que ce ne sera pas de tout repos et ils ne se trompent pas. En effet, Daniel devient rapidement le chef de file d'une révolte locale contre le gouvernement qui entend privatiser l'eau jusque là disponible à tous.

Dans le même temps le film qui est en train de se tourner relate la façon dont se sont conduits Christoph Colomb et ses hommes envers les "indiens" lors de la découverte du Nouveau Monde ! L'exploitation, l'esclavagisme, les représailles, les mutilations étaient le lot quotidien de la population brutalement assujettie aux colons résolus à s'enrichir grâce aux mines d'or. La révolte et la résistance des indiens du XVIème siècle font donc écho à celles du peuple bolivien face au pouvoir en place. Mais la réalisatrice propose encore un troisième axe en mettant le réalisateur et le producteur face à un dilemme, à leur engagement et à leurs convictions. Comment peuvent-ils réaliser un film qui parle de l'exploitation de l'homme par l'homme, de révolte, d'insurrection et ignorer le combat pour la vie qui se joue sous leurs yeux ? Dans un premier temps, c'est le film que Sebastian et Costa vont défendre coûte que coûte. Peu à peu la protestation du peuple va se faire de plus en plus extrême et violente compromettant chaque jour un peu plus le tournage du film. Et ce n'est pas celui qu'on imaginait qui s'impliquera finalement le plus dans la lutte, jusqu'à risquer sa vie auprès des boliviens.

Le tournage et l'histoire du film dans le film sont aussi passionnants que la lutte contemporaine qui s'amplifie. Une population qui ne possède déjà rien se voit confisquer son dernier bien précieux et vital : l'eau. C'est magnifique et aucun pathos ne vient encombrer ou dénturer la misère, la dignité et le courage éloquents qui se révèlent sous nos yeux. Un film fort, à la fois engagé et grand public, souvent tendu à l'extrême, des paysages somptueux, grandioses et trois acteurs admirables Gael Garcia Bernal, Luis Tosar et Carlos Aduviri : DU CINEMA.

P.S. : l'étoile (*) est justifiée par la fin étrangement bâclée en 10 minutes comme si la réalisatrice avait brusquement manqué de bobines...

Commentaires

  • J'ai remarqué aussi la fin curieusement rapide, mais j'ai tellement aimé l'ensemble que je serai indulgente. J'ai eu l'impression de ne pas avoir vu un tel cinéma depuis une éternité. Il est vrai que j'y vais nettement moins souvent que toi. L'évolution du producteur et du metteur en scène est très intéressante. Quand au tournage du film dans le film, çà prend souvent à la gorge, je le savais dans les grandes lignes, mais là çà déchire vraiment.

  • Voilà c'est tout à fait ça ! moi aussi j'ai trouvé que c'était un cinéma qui prend aux tripes/

  • Merci d'avoir explicité l'étoile entre parenthèses !
    La chieuse de service. ;-)

  • C'était pour t'éviter d'avoir à en faire la demande :-) et pour me faire pardonner d'avoir été désagréable l'autre soir :-)))

  • C'est donc une mise en abîme si je comprends bien, tout en essayant de comprendre ce qui peut rapprocher les révoltes du XVIe siècle avec celles d'aujourd'hui. D'habitude je suis toujours plutôt sceptique tant il s'agit de comparer ce qui ne peut l'être que difficilement. Mais bon pourquoi pas. En tout cas je vais voir ces deux films (même la pluie et Cabeza) pour le comparer au "nouveau monde" de Malick ou au magnifique Aguirre de Werner Herzog.

  • J'ai bien aimé... et puis, j'ai revu "Le labyrinthe de Pan" de G DEL TORO (3° fois), et là, je me suis rappelée comment ça fait un vrai coup de coeur! Celui-ci ne me donne pas envie de le revoir!
    Ce qui tempère mon enthousiasme: un effet de "fabriqué", une lenteur, un-je-ne-sais-quoi qui m'a manqué.

  • Charles : ce n'est pas vraiment comparable mais il s'agit de luttes de peuples opprimés. Il aurait peut-être pu choisir une autre époque. L'arrivée de la croix au début, c'est magnifique.

    Nymphette : moins de "fantastique" aussi ! Et même pas du tout.

Les commentaires sont fermés.