Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2013

L'ODYSSÉE DE PI de Ang Lee °

L'Odyssée de Pi : affiche
 
Heureux avec ses parents et son frère aîné à Pondichéry, la côte d'azur indienne, Pi a néanmoins un problème de taille, son prénom. Il se prénomme en fait Piscine Molitor car ses parents sont des petits marrants, mais ses "copains" de classe des petits cons qui l'appellent volontiers Pisse, et ce n'est, reconnaissons-le, pas du dernier chic voire franchement vexant. Après moult réflexions, par un beau matin de rentrée des classes Piscine Molitor explique à ses camarades et ses professeurs médusés que son prénom est en fait Pi, nombre représenté par la lettre grecque du même nom et qui est le rapport de la circonférence d'un cercle à son diamètre, soit 3,141 592 653 589 793 238 462 643 383 279 502 884 197 169 399 375 105 820 974 944 592 307 816 406 286 208 998 628 034 825 342 117 067. ça leur en colmate une fissure mais les moqueries ne s'arrêtent pas pour autant. Pi ne se démonte pas. Il regarde Richard Parker dans le fond de l'oeil et risque d'y perdre un bras. En effet, le père de Pi est responsable du zoo de Pondichéry et Richard Parker un énorme tigre du Bengale qui a tout le temps la dalle. Pi s'en remet à Dieu, à Vichnou et à Allah. Pas regardant sur la religion il devient bouddhiste, catholique et musulman alors que son père dans son infinie sagesse lui assure que "la religion c'est l'obscurité". Mais Pi est un obstiné qui n'en fait qu'à sa tête et se tourne cinq fois par jour vers la Mecque en posant son front sur un tapis.
Soudain le père décide qu'ils vont aller s'installer au Canada. Ils emmèneront tous les animaux du zoo, les revendront sur place, ça leur fera de la thune pour recommencer à zéro. ça tombe très mal, Pi vient justement de tomber amoureux d'une fille qui danse avec les bras et lui a offert un bracelet en tissu. Et les ennuis ne font que commencer.
Pendant la traversée, un gros orage envoie le rafiot par le fond et Gérard Depardieu aussi. Seuls sur un canot de sauvetage, ne restent que Pi, un zèbre à la patte cassée, une hyène moqueuse et hargneuse, un singe qui a des montées de lait et Richard Parker qui est carnivore.
Autant dire que la cohabitation qui va durer des mois ne sera pas simple. Le cas des zèbre, guenon et hyène sera vite réglé mais Pi et Monsieur Parker auront régulièrement des problèmes de voisinage.
Métaphore et instinct de survie hors du commun sont au coeur de ce périple peu ordinaire certes. Mais bon sang, malgré quelques images sublimes et des digressions chatoyantes et luminescentes destinées à justifier la 3D (que j'ai personnellement soigneusement évitée), ce que tout ça peut être niaiseux !!! Jamais on ne tremble, jamais on ne parvient à réellement éprouver les risques, les dangers, la solitude, la peur de Pi malgré la débrouillardise, la volonté et l'entêtement de ce gentil garçon au prénom stupide.
Et ce n'est pas le petit twist final qui sauve cette gentille histoire simplette destinée aux enfants de 8 à 12 enfants. Les plus jeunes risquent de sursauter quand le gros tigre surgit, les plus âgés de rire ou de s'ennuyer copieusement comme ce fut mon cas. Sans compter qu'il faut attendre au moins trois quarts d'heure avant que l'histoire commence réellement et c'est bien long !
Totalment raté donc et franchement ridicule par moments.

Commentaires

Je ne l'ai pas encore vu car il ne passe (et ne passera !) qu'en français dans Maville... J'avais adoré le livre que j'ai étudié deux ans de suite avec mes élèves de terminale. A la fois roman d'aventure, roman initiatique, intelligent. J'avais peur de l'adaptation filmique, j'avais raison. Pourtant si la première partie du livre est très philosophique, la deuxième partie abondait de scènes qui pouvaient rendre très bien au ciné...

Écrit par : Ed | 03/01/2013

Répondre à ce commentaire

Ah ah, quand je pense qu'il figure en tête des classements de la plupart des blogs ciné qui criaient au chef d'oeuvre en sortant de la projection... je suis moins sévère que toi...mais je me suis aussi ennuyée et n'aurais jamais eu le début d'un commencement d'envie de le classer dans les meilleurs films de l'année.

Écrit par : Sandra.M | 03/01/2013

Répondre à ce commentaire

Tiens, y a des comms aujourd'hui, le blog est reviendu. Bonne année donc !
C'est quoi le twist ? A force de voir les fesses de Pi levées vers le ciel il vient des idées au tigré ? c'est donc sublime, forcément sublime (gros lol inside)

Écrit par : FredMJG | 03/01/2013

Répondre à ce commentaire

Ed: ça se veut tout ce que tu dis mais ça ne l'est pas. C'est clinquant, naïf, un peu idiot sur les bords et les contours, à fuir !

Sandra M. : comme je fais bien de ne pas lire les tops, je risquerai un énervement dont je n'ai pas besoin. Ce doit être les lunettes 3D qui les rend débiles !
Ce matin j'entendais Patrick Brion parler du "bon temps". Je deviens vieille et réac. Et oui, c'était mieux avant quand il y avait un chef d'oeuvre par semaine !

Fred : je pense que le twist vaut une claque... veux tu que je te la narre (dès que possible) par mail ?

Écrit par : @Ed, Sandra M., Fred | 03/01/2013

Répondre à ce commentaire

Au contraire moi c'est la 1ère partie du film qui m'a le + intéressée. L'odyssée après tire vraiment en longueur. En revanche visuellement je l'ai trouvé très beau. Bref : pour du Ang Lee c'est décevant

Écrit par : Marine | 03/01/2013

Répondre à ce commentaire

Pas vu car bande annonce ne m'ayant pas plu. Et encore moins envie d'être vu maintenant ;-)

Écrit par : Nath | 03/01/2013

Répondre à ce commentaire

aboule chérie et si tu me dis qu'ils montent un numéro de catch et que c'est le gars qui gagne, je change d'Imèl

Écrit par : FredMJG | 03/01/2013

Répondre à ce commentaire

Marine : c'est mauvais et la première partie je l'ai trouvée encore bien pire que la deuxième.

Nath : j'avais vu la BA et j'avais éclaté de rire et puis... je ne sais pas... un moment d'égarement.

Fred : bon je te raconte ici ! Tant pis pour le spoilage, ce film est trop con. En fait, il s'agirait d'hallus. Les animaux n'étaient pas dans le canot. Le tigre c'est Pi, le Zèbre c'est un matelot, la guenon c'est la mère de Pi, la hyène c'est Gérard Depardieu... et ils se bouffent entre eux. Y'a que Le Tigre/Pi qui s'en sort ! A chier !

Écrit par : @Fred | 03/01/2013

Répondre à ce commentaire

Félicitations pour votre site Internet, je le trouve délicieux et rempli d'émotions

Écrit par : yeux chien | 04/01/2013

Répondre à ce commentaire

Je viens de loler

Écrit par : fredMJG | 04/01/2013

Répondre à ce commentaire

Je crois en effet que c'est très bien résumé. Si seulement tu avais vu le film avant que j'y aille...:-)

Écrit par : Sandra.M | 04/01/2013

Répondre à ce commentaire

Fred:à cause des yeux de chien ou parceque tu as dansé un twist ?

Sandra M. : ben tu n'étais pas si sévère de toute façon ! Emportée par la ferveur bloguesque tu as cru que ce film n'était pas trop mal. Mais quelle horreur !!!

Écrit par : @Fred, Sandra M | 04/01/2013

Répondre à ce commentaire

Pour une fois, je ne suis pas d'accord avec toi, Pascale. Je ne crois pas que le propos du film soit de te faire trembler pour Pi, mais de t'inciter à la liberté de croire ou non. En l'occurrence, toi, tu ne crois pas au charme du film. Dont acte. C'est ton droit.

Du coup, merci: tu offres un contrepoint intéressant à ma future chronique ;-)

Écrit par : Martin | 07/01/2013

Répondre à ce commentaire

Décidément, j'adore ce blog... :-)))

Écrit par : spleen | 07/01/2013

Répondre à ce commentaire

Martin : HA non tout ce salmigondis religieux très peu pour moi. Où est le "conte" initiatique du livre ??? Perdu dans les jolies étoiles et les fonds marins !

spleen : va prendre tes cachets !

Écrit par : @Martin, spleen | 07/01/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire