Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PARTY GIRL de Marie Amachoukeli, Claire Burger, Samuel Theis ***

PARTY GIRL de Marie Amachoukeli, Claire Burger, Samuel Theis,

En première mondiale, vous découvrirez ci-après pour ce film une « critique », un avis à deux mains, à deux têtes et à deux cœurs surtout.

Ce film je l'avoue me disait moyen moins (dans mon langage ça veut dire : bof, pas trop quoi !) Je reportais, je reportais, je ne sais d'ailleurs plus pour quelle(s) raison(s) je reportais ainsi. Le synopsis sans doute...

 

Synopsis : Angélique a soixante ans. Elle aime encore la fête, elle aime encore les hommes. La nuit, pour gagner sa vie, elle les fait boire dans un cabaret à la frontière allemande. Avec le temps, les clients se font plus rares. Mais Michel, son habitué, est toujours amoureux d’elle. Un jour, il lui propose de l’épouser. 

 

On peut pas dire que ça envoie du rêve... Genre t'es moche, t'es vieille... ton seul salut, épouser le premier venu. Non !

 

Et il se trouve que j'ai dans mon échantillon de plus en plus restreint d'amies une autochtone du cru à qui j'ai proposé la grande aventure de m'accompagner au cinéma. Elle a dit : « oh en voilà une idée qu'elle est bonne ! ». C'est incroyable comme les gens qui viennent avec moi au cinéma s'imaginent qu'ils vont vivre une expérience extra-temporelle ! C'est très flatteur pour moi, mais ça doit être décevant pour eux. Soit.

 

Nous y sommes donc allées avec plus ou moins des pieds de plomb et en sommes ressorties emballées, touchées, émues...

 

Le problème c'est que le temps passe et plus je mets de temps à écrire à propos d'un film plus c'est difficile et de toute façon, il est toujours plus difficile d'écrire sur un film qui me plaît que l'inverse... J'ai donc proposé à Carole de faire une rédac... et après avoir tergiversé : « oh nooon, pas moi, j'y arriverai pas... je sais pas écrire, je sais pas lire... qu'est-ce qu'ils vont dire... j'ai peur... » tout ça... Elle s'est mise à l'ouvrage.


Voici donc ses impressions en rose (c'est une fille) et les miennes en noir (je suis en deuil).

 

Bon, on m’avait prévenue : . « Ce film est noir... Il donne une image déplorable des mosellans. Ces gens sont moches... en plus d’être analphabètes j’veux dire... Après ça, la France entière se moquera de nous ».

 

Ben ça se voit que t'as pas connu « Bienvenue chez les Schpountz ! »... t'as jamais eu droit à « Comin cha va biloute? », tout cha quoi. Oui je suis flamande, frontalière belge... j'assume et même je revendique.

 

Bon … admettons.

 

 Et puis, lors d’un de nos week-ends « fiiiiilles », Pascale m’a gentiment proposé d’aller m’enfermer dans une salle de cinéma avec elle, histoire de visionner ce film honteux. Ni elle ni moi n’avions spécialement envie de le voir … mais ensemble ? …

 

La grande aventure !!!

 

 Oui ! Mais oui ! Dix fois OUI !! (Et puis la veille elle m’avait dépucelée de l’opéra, 

 

C'est vrai, je l'ai emmenée faire une sieste au Chateau d'Haroué où j'ai dégusté Don Giovanni pendant qu'elle ronflait.

 

 j’étais au point sur les sopranos, altos et autres ténors, alors on pouvait bien aller se décontracter du gland avec un film noir plein d’analphabètes).

 

 Dans le nord, nous avons aussi non consanguins analphabètes et autres alcooliques...

 

 Party Girl, ça se passe chez moi. Non, je n’habite pas un bar à putes (ça c'est drôle, enfin, moi ça me fait rire). J’habite en Moselle, et plus précisément dans le bassin houiller lorrain (si tu pouvais mettre le lien vers wiki, ce serait chou, comme je suis chou : voilà), dans l’extrême nord-est du département. Là où jamais tu ne te sens vraiment français, tant la frontière est proche. L’accent est là pour te le rappeler, au cas où. D’ailleurs la majorité des habitants sait causer en allemand ou un patois s’en approchant : le platt (ou  «francique lorrain » . Si c'est pas un blog où l'on s'instruit???). Quoiqu’il en soit, chacun, à des degrés différents (ouf), se traîne ce merveilleux accent qu’on retrouve chez les acteurs du film. Là, on est dans le degré haut, tout en haut du haut.

 

Aurais-je aimé ce film si je n’y avais pas retrouvé des comportements, des accents, des endroits, une histoire, qui me sont familiers ? Je ne sais pas. Mais moi qui ai tant de mal à me laisser emporter au cinéma, là j’ai complètement lâché prise. Ça ne s’est pas vu (je confirme) mais j’ai parfois rougi de honte en les entendant parler si mal. Mais j’ai dû me rendre à l’évidence. Ici on ne triche pas. On ne se cache pas de qui on est. Ici on ne joue pas, ici on est. Les sentiments livrés à l’état brut par chacun des personnages du film m’ont bouleversée. Rien n’est caché, rien n’est enjolivé. A Angélique qui joue son propre rôle, et qui nous livre l’histoire de sa vie sur fond de bordel, d’alcool, et d’ « abandon » d’enfants … à aucun moment je n’ai eu envie de lui dire qu’elle l’avait bien méritée sa vie de merde. J’ai plutôt eu envie de lui dire merci d’avoir eu le courage de nous la confier. Quelqu’un a dit que « du chaos naissent les étoiles » (Charlie Chaplin?), ce film est une constellation.

 

En effet, Angélique cède à Michel, son client amoureux. Elle l'épouse, abandonne sa vie de paillettes, ses copines, ses soirées de fête, arrosées, ses clients qui peuvent devenir mufles et cruels : « c'est plutôt toi qui devrais payer » lui lance un jeune bellâtre. Michel se montre prévenant, amoureux oui. Mais Angélique est comme une jeune vierge, incapable de s'abandonner physiquement à cet homme. Elle tente de s'ouvrir à l'un de ses fils (aussi co-réalisateur du film, une mocheté), elle doit bien l'admettre, elle ne ressent pas d'amour pour cet homme. Mais le fils, en une seule réplique d'une cruauté sans nom prévient ses autres frères et sœurs : « si elle se marie pas, c'est nous qui allons nous la coller ». Car oui ce film pose aussi la question de ce qu'il faut « faire » des parents quand ils se trouvent à la retraite, d'autant qu'Angélique a travaillé toute sa vie sans être déclarée...

 

Angélique est une personne incroyable. Elle cherche l'apaisement avec ses enfants dont elle n'a pas toujours eu la garde. Mais elle a une quête du bonheur démesurée et ne sait pas toujours comment exprimer ses attentes. Son regard, son sourire exceptionnels, sa démarche élégante, sa vie chaotique, son enthousiasme hors du commun en font un personnage comme en rêvent sans doute beaucoup de scénaristes. Mais Angélique est un personnage vrai de la vraie vie et partager ses galères et la voir s'éloigner seule sans savoir ce qu'elle devient est un crève-coeur. 

 

Et puis la BO … Chinawoman … quel bon choix. Oh que oui !!!

 

  

Commentaires

  • Il est chouette votre billet à deux mains, Carole se débrouille comme un chef, mais ... j'ai toujours des semelles de plomb pour y aller moi aussi. Franchement, elle ne m'attire pas cette femme.

  • Elle est surprenante je t'assure.
    Vraiment touchante et son "parcours" ne laisse pas une seconde d'ennui.

    Oui Carole se débrouille super bien.

Les commentaires sont fermés.