Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'AMI FRANÇOIS D'ASSISE ET SES FRÈRES

de Renaud Fely, Arnaud Louvet **

033113_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Jérémie Renier, Elio Germano, Yannick Renier

Synopsis : À l’aube du XIIIème siècle en Italie, la vie simple et fraternelle de François d’Assise auprès des plus démunis fascine et dérange la puissante Église. Entouré de ses frères, porté par une foi intense, il lutte pour faire reconnaître sa vision d’un monde de paix et d’égalité. 

François d'Assise est sans doute celui dont la vie se rapproche le plus de celle de Jésus, pour ce que j'en connais... Entouré de quelques disciples, il prônait l'extrême pauvreté, l'absence totale de biens. Ils ne devaient leur subsistance qu'au fruit de leur travail dans les champs et à la mendicité. Et évidemment ils prêchaient à travers les villages. Comme François refuse de posséder le moindre bien et de former une communauté cloîtrée, il s'oppose au Pape qui ne veut pas reconnaître cet ordre vagabond sans institution.

François d'Assise, devenu Saint après sa mort, qui reçut les stigmates (ce dont il ne se remit jamais) est un personnage assez fascinant habité par une foi extatique que l'interprétation à la fois radieuse et hallucinée d'Elio Germano exprime parfaitement. Lorsqu'il prie, lorsqu'il chante les cantiques, il semble transporté de bonheur. J'avoue que la mécréante que je suis, envie parfois la capacité de ces personnes à atteindre de tels sommets de félicité par l'exercice de leur foi. Hélas la religion me sort par tous les orifices.

En tout cas François ne renie jamais ces principes, ne cède rien sur ce qu'il exige malgré l'appel de ses disciples qui essaient de lui expliquer que posséder un lopin de terre pour survivre mais aussi aider son prochain n'est pas pêcher.

Je dois reconnaître que j'ai été touchée par cette bonté, cette solidarité, cette fraternité inébranlables malgré quelques coups de gueule vite maîtrisés dans de longues embrassades viriles. Et même si un personnage dira de François qu'il connaît la fraternité mais peut-être pas la véritable amitié. La nuance est subtile. J'ai aussi été impressionnée par les conditions de vie de ses hommes qui se consacrent exclusivement à aider leurs prochains dans la limite de leurs moyens et à prêcher la bonne parole.

Quant à Jérémie Rénier qui possède comme personne, comme peu d'acteurs l'art de se fondre dans le métier ou la fonction de tous ses personnages, on dirait qu'il a été de toute éternité un moine franciscain. 

Écrire un commentaire

Optionnel