Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NOCTURNAL ANIMALS

de Tom Ford ****

415908_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Amy Adams, Jake Gyllenhaal, Michael Shannon, Aaron Taylor Johnson, Armie Hammer

Susan, une galeriste d’art de Los Angeles, s’ennuie dans l’opulence de son existence, délaissée par son riche mari Hutton. Alors que ce dernier s’absente, encore une fois, en voyage d’affaires, Susan reçoit un colis inattendu : un manuscrit signé de son ex-mari Edward Sheffield dont elle est sans nouvelles depuis des années.

Premier coup de cœur de l'année. J'ai eu du mal à quitter la salle, envoûtée par l'histoire bouleversante que je venais de suivre, par la musique et surtout la dernière image inattendue, d'une cruauté et d'une tristesse sans nom.

Autant l'esthétique chic et choc utilisée par le réalisateur/styliste m'avait gênée dans son premier film A single man où rien ne dépassait du cadre autant je l'ai trouvée justifiée ici pour notamment signifier les différences de milieux entre les personnages. Même si l'héroïne n'est entourée que de luxe aussi bien chez elle que dans son milieu professionnel, Tom Ford s'échappe néanmoins des milieux aseptisés où tout n'est que calme, luxe et volupté et se confronte à la caillasse du désert, à la crasse, aux intérieurs miteux et aux personnages peu reluisants.

J'ai aimé me perdre dans ce récit multiple. Lorsque Susan commence la lecture du livre envoyé par son premier mari qu'il lui a également dédié, le réalisateur nous plonge dans l'histoire du roman. La ressemblance entre deux personnages du livre et Susan est tellement troublante qu'on pense à une autobiographie. D'autant que le trouble de Susan est manifeste. Son évidente émotion l'oblige régulièrement à interrompre sa lecture.

Puis elle s'interroge sur sa vie, sa rencontre avec Edward, celle avec Hutton, son conflit avec ses parents, de grands bourgeois matérialistes auxquels elle ne veut surtout pas ressembler. Parallèlement, on suit les évènements tragiques qui se déroulent dans le livre. La longue, très longue scène de la mésaventure inaugurale qui se transforme en drame m'a littéralement coupée le souffle. Et pourtant (je l'en remercie) le réalisateur montre à peine les moments les plus odieux, les plus violents et insoutenables de l'agression. Suite à cet évènement une enquête est ouverte et apparaît le personnage de Andes, un flic taciturne mais opiniâtre qui va mener les investigations de façon peu orthodoxe...

Je ne dévoile rien pour vous laisser le charme et le mystère de la découverte.

Et l'on retourne à la vie présente de Susan. Derrière cette apparence de perfection glacée on découvre une femme éternellement insatisfaite qui ne cesse de faire de mauvais choix et surtout un être profondément et sincèrement malheureux. Ce mal-être quasi chronique la culpabilise énormément, elle qui a "tout pour être heureuse".

Il y a certes des maladresses dans ce film, comme des dialogues trop explicites, des indices disséminés, une affiche Revenge par exemple, des cadres dont on voit qu'ils ont été travaillés, et aussi un pré-générique étrange et injustifié où des femmes obèses nues dansent au ralenti... mais ces quelques réserves sont vite balayées par une sorte de maîtrise du fond totalement abouti qui m'a vraiment bluffée. Toutes les histoires sont closes et réservent des surprises, ce qui est forcément un atout majeur quand on voit autant de films... Sans parler d'une direction d'acteurs remarquable, impressionnante. Evidemment Michael Shannon en fait des tonnes dans le rôle du fric peu ordinaire mais finalement cela cadre plutôt bien avec le personnage. Amy Adams, Jake Gyllenhaal, Armie Hammer, Aaron Taylor Johnson conjuguent la beauté, le charme et font preuve d'énormément de sensibilité et d'émotion dans leur interprétation.

Coup de cœur je vous dis !

Commentaires

  • Vu hier soir et j'ai beaucoup aimé également. Quel fin dure et cruelle, je crois que je m'en souviendrai encore longtemps. Comme quoi, certains actes sont irréparables parfois...

  • Oui déchirant...
    Y'a impardonnable et... vengeance... Dur d'en arriver là !

  • Mon dernier coup de coeur !! Parfois l'esthétique trop chargée m'agace mais là je trouve que ça sert vraiment l'intrigue et tout le propos complexe, ouvert à diverses interprétations. La mise en scène est d'une grande élégante et le casting est parfait.

  • Oui quelle belle surprise. Et tu as très bien analysé le côté artistique des grosses dames qui dansent nues au ralenti. J'ai trouvé ça racoleur et sans justification.
    Mais le reste est un sans faute. Implacable ce dernier plan...
    Et en plus oui c'est beau pour les yeux.

  • j'ai bien aimé ce film mais je suis un peu restée sur ma faim. A dire vrai j'ai eu un peu de mal à comprendre pourquoi elle réagissait si violemment à sa lecture...à chaque fois ça a l'air de la mettre dans des états pas possibles. La fin ne m'a pas marqué du tout moi, je crois même que j'ai oublié comment ça finit ;) en revanche je n'oublierai jamais cette introduction, de ces femmes qui dansent ainsi, nues et déguisées, j'ai trouvé ça à la fois fascinant et repoussant, j'ai adoré !!! Concernant le casting, Jake est parfait as usual et l'actrice est bien, sans plus (je la trouve un peu quelconque à dire vrai, elle a un petit air de Nicole Kidman plus jeune, mais pas le talent qui va avec). Pas un coup de coeur quoi, mais un bon film que je reverrai avec plaisir si l'occasion se présente.

  • J'ai cru au début qu'elle réagissait ainsi car il racontait sa vie à elle... ça fait partie du trouble que le film distille.
    Ah ben pourtant cette fin... pfiou !!!
    L'introduction, je l'ai trouvée racoleuse et sans intérêt ici. Mais bon ça permet de relativiser son propre gras...
    Oui Jake est parfait et oui Amy ressemble à Nicole. Et bien nous voilà d'accord sur deux points. champagne !
    Ah non, je déteste le champagne.

Les commentaires sont fermés.