Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LIFE - ORIGINE INCONNUE

de Daniel Espinosa *

520233_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Jake Gyllenhaal, Ryan Reynolds, Rebecca Ferguson

Je n'irai pas par quatre chemins, ce film ne révolutionnera ni le genre (S.F.) ni le cinéma. D'ailleurs demain on l'aura oublié. Je dirai même plus : il ne sert à rien. MAIS...

Il bénéficie d'un dernier quart d'heure qui relève le niveau et d'un épilogue fortement réjouissant...

Pour le reste... hum, comment dire ! Je commencerai par le casting qui a le glamour, le sex-appeal et le charme d'un plat de palourdes et de pétoncles. Oui mesdames et messieurs, même Jake Le Gyllenhaal semble dire : "Fans du monde entier, regardez ailleurs, j'ai le deuxième tiers qui tombe dans pas longtemps !" On a l'impression que les acteurs n'ont même pas été présentés avant de tourner tant l'osmose et la connivence sont aux abonnés absents.

Le réalisateur qui jusque là n'a eu que la bonne fortune de nous présenter une bombe en la personne de Joel Kinnaman (qui a bien du mal depuis à transformer l'essai...) a du souci à se faire quant à sa direction d'acteurs. Mais il lui sera beaucoup pardonné car il devait être trop occupé aux manettes des effets spéciaux, déjà vus en mieux et partout ailleurs, mais comme il n'a pas d'amis, personne ne le lui a dit.

Rebecca Ferguson n'a que 33 ans. Je dirai que c'est pile le moment pour penser à une reconversion. Quant au reste de la distribution, au s'couououours !!! je pense que ce sont des gens qui ne coûtent pas cher et vu le budget bébête et effets spéciaux, on peut comprendre. Je ne dis rien de Ryan Reynolds (qui doit coûter cher j'imagine), sa tête parle pour lui. A t-on jamais vu tête qui parle autant pour quelqu'un :

Résultat de recherche d'images pour "life origine inconnue monstre"

L'histoire ? ah oui, une bande de six gugus, des tronches en spationauteries, de nationalités et de couleurs variées (même si je n'ai vu aucun indien Cherokee) à bord d'un vaisseau grand comme une planète, récupèrent et étudient un échantillon de machin ramassé sur Mars. C'est un évènement plus grand que l'invention de la marche arrière : de la vie sur Mars, imaginez la révolution ! Ils mettent le truc dans leur chapeau, il leur dit qu'il fait trop chaud, ils le mettent au congélo, il leur dit spa rigolo. Bref... en le passant de - 110 ° à + 25 °, en bidouillant avec de l'oxygène et du gaz hilarant, le truc se réveille et il est tout mimi choupi chou. Une petite plante de rien du tout avec des poils et qui gigotent. Nous l'appellerons Marvin, Melvin ou Kevin j'ai oublié. Un nom en in. 


Sauf que, Paf, le chien... le mimichou Marvin se met à avoir faim. Il commence par grignoter la main de Hugh qui pourtant lui prodiguait des soins jaloux. Il grandit du coup à la vitesse du grand 8. Puis il entre dans la bouche de Hugh et lui bouffe le foie, les intestins et la prostate. C'est joli le sang dans l'espace, ça flotte. Kevin grandit encore. Il dévore la rate de Rory. David, Miranda, Sho Cacao et Kate n'ont pas le temps de se présenter les condoléances d'usage, y'a urgence, et les larmes, ça flotte pas. Il faut se débarrasser de Melvin qui prend des proportions allienesques et de petite plante virevoltante se transforme en poulpe géant qui fait slurpe dès qu'il se déplace. Et peu à peu il a même un visage enfin quand je dis visage, disons plutôt masque, qui se forme et s'ouvre telle une corolle. C'est joli. Non, ça fait peur. Non, ni c'est joli ni ça fait peur. ça fait rien. Eventuellement on pourrait sourire !

Même pas la possibilité d'envoyer un fax genre Houston on a un problème, dans l'espace personne ne t'entend crier, c'est pas d'hier, car les communications avec la terre sont interrompues. Melvin a grignoté les fils. De toute façon, quand ils pourront passer un coup de fil à la Nasa, ça ne va pas arranger leurs bidons. Comment la Terre va réagir est proprement hilarant. Et pendant ce temps sur Mars... c'est l'hécatombe et les survivants n'ont même plus le temps de pousser de la fonte ou cavaler sur un tapis de course.

Jake LE Gyllenhaal lit une histoire que son papa lui lisait quand il était minot. On s'en fout, comme du reste. Il regarde Alvin dans le blanc de l'œil comme l'Alien avait fait avec le lieutenant Elen L. Ripley. On ne sait pas s'il lui fait un enfant, mais rien ne nous empêche de croire le contraire.

Résultat de recherche d'images pour "alien face à Ellen L. Ripley"

Résultat de recherche d'images pour "jake gyllenhaal Life : origine inconnue"

Et ENFIN arrive le dernier quart d'heure, et là, pif paf poum... et l'épilogue top moumoute. Mais c'est quand même cher payé !

Commentaires

  • Pfff tous les prétextes sont bons pour une bibine consolatoire.

  • Bonjour Pascale, moi qui voulait aller voir le film, tu me refroidis. D'après ce que tu écris, cela me paraît "gore". Je ne suis pas trop fan. Les films d'Alien étaient plus subtils. Sinon, Rebecca Ferguson était bien dans Mission impossible. Elle est si mauvaise que cela? Bonne après-midi.

  • Bonsoir Dasola. C'est un peu gore (je n'aime pas) mais ça ne fait pas peur (moi qui ai peur facilement). En fait, c'est tellement vide (dialogues indigents) que le réalisateur passe son temps à nous faire sursauter.
    La Fergus' je la trouve très mauvaise dans le sens inexistante et ne l'avais remarquée nulle part ailleurs... mais elle n'a pas grand chose à défendre la pauvre !
    Cela dit, il nous arrive toi et moi de ne pas être d'accord :-) Je pense que tu trouverais davantage ton bonheur dans Pris de court, Cessez-le-Feu (chronique demain) ou A voix haute : pur bonheur !

  • comme dit Louis DE FUNES: " c'était pas mauvais, c'était très mauvais!"

  • Louis est GRAND malgré sa petite taille et ce film petit...

  • Bon bon bon. J'crois que je vais le voir quand même (il y a tellement peu de SF au ciné que je ne veux rien laisser passer).

  • Je pense qu'il ne laissera pas grande trace dans l'histoire du cinématographe ;-) et j'ai hâte de lire ton avis.

  • Rien de honteux mais ce film n'apporte absolument rien au cinéma en général ni au genre en particulier. A réserver aux grands grands fans de méchantes bêbêtes intersidérales, et encore...

  • Pas honteux mais bien relou quand même !

  • C'est Calvin ;)

    Oui mais de quel Calvin on s'inspire là ? Calvin Klein ? Jean Calvin ? Calvin and Hobbes ? Bon, comme ça vient du nom d'une école, on peut raisonnablement penser à Jean Calvin, mais tout de même, ça m'a turlupiné cette histoire (fallait bien passer le temps).

  • Oui je pense que comme ce sont des fichues tronches scientifiques ça doit avoir rapport à un Calvin qui faisait du calcul.
    Et oui, penser à autre chose ça occupe quand on est face à ça !

  • m'en fout, j'y suis allé quand même :)
    Et même que j'ai pris une bibine (... avant... pour me consoler par avance)
    Pas un grand film, tout avait déjà été dit avec Alien, mais pour moi, ce fut un divertissement honnête. Le "héros" étant le poulpe Calvin, les autres ont du mal à exister... Mais, j'aime bien les poulpes, surtout en sashimi.
    Maintenant, j'attends de voir le nouveau Alien, voir s'il s'en sort mieux, s'il arrive à innover par rapport à ses deux premiers opus...

  • Une bibine en prémédication c'est un concept.

    Et moi en post-vision j'ai lu de tellement bonnes choses que je me demande si je ne suis pas passée à côté. Mais je ne m'infliger ai pas un second plat de sushis.
    Et j'attends Alien sans la moindre impatience. Il n"y a pas Ripley je crois !!!

  • Je retire tout ce que j'ai dit.
    J'ai TRÈS hâte de voir Alien. Je découvre que Michael Fassbinder fait partie de l'équipage.
    En espérant que le poulpe lui fasse subir les deniers outrages.

  • Ahaha j'ai préféré ta critique au film ! Je l'ai trouvé trop convenu, il n'y a rien de spécial dans ce classique film de science fiction, il m'a déçu.

Écrire un commentaire

Optionnel