Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

AURORE

de Blandine Lenoir ***

471835_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg 

Avec Agnès Jaoui, Thibault de Montalembert, Pascale Arbillot, Sarah Suko, Lou Roy-Lecollinet

Aurore vit seule avec sa fille cadette qui fait des études. Son autre fille a quitté la maison et sera bientôt maman à son tour.

Aurore est serveuse dans un restaurant qui vient d'être racheté par un type aux méthodes farfelues. Elle va quitter cet emploi, croiser par hasard son grand amour de jeunesse, partager des moments avec sa meilleure amie, s'apprêter à devenir grand-mère et finalement refuser les rôles qu'on veut lui imposer et ne pas s'avouer vaincue par cette vie qui passe inexorablement.

Voilà un film dont je suis sortie légère comme une plume. Il faut évidemment dépasser les scènes invraisemblables. La meilleure amie est vraiment too much pour être vraie (Pascale Arbillot en roue libre...). La facilité qu'ont les gens pour lâcher un emploi impulsivement dans les films comme si ça n'avait aucune conséquence fâcheuse, et en retrouver un autre dans la foulée. Et aussi je n'ai jamais vu des femmes de cinquante ans et plus, se déshabiller frénétiquement où qu'elles se trouvent dès lors qu'apparaissent les fameuses bouffées de chaleur. Mais ces petites faiblesses sont rapidement balayées, oubliées parce que ce film déploie un charme fou et un amour de ses personnages féminins et masculins. A ce titre, Thibault de Montalembert, infiniment touchant dans son refus de souffrir, n'a jamais été aussi séduisant.

La réalisatrice parle de cette période charnière de la vie d'une femme avec beaucoup de justesse. Cette époque où la solitude peut devenir impitoyable, les enfants ont quitté la maison, le couple pour différentes raisons n'existe plus, le travail n'est pas épanouissant et l'on vous intime l'ordre de vieillir, notamment en devenant grand-mère, comme si vous deviez passer votre tour. C'est comme si toute la société, toute la famille oubliaient qu'une femme de cinquante ans a été jeune et l'est encore.

Agnès Jaoui que l'on aurait pu craindre militante, porte cette Aurore avec beaucoup d'énergie et de tendresse, sans la moindre agressivité. Avec ses doutes, ses craintes et un peu d'égoïsme aussi l'actrice rayonne et nous touche.

Commentaires

  • Entièrement d'accord avec toi. Je l'ai vu mercredi et depuis, me reviennent par bribes des scènes qui m'ont touchée ou fait beaucoup rire (les vieilles dames qui emploient Aurore !!! craquantes au possible).

  • Ah oui j'avais oublié (j'ai fait cet article a la hate). Celle qui semble avoir 120 ans qui raconte son histoire de passion qui date de... 3 ans :-)
    Et la gamine qui s'aperçoit que son mec est le plus con de la terre. Cela dit j'ai déjà vu cet acteur ailleurs je trouve qu'il a pas l'air d'avoir inventé la poudre.
    Et les regards de Thibault de Montalembert... Et Philippe Rebbot qui regarde les photos de son copain :-)))
    La meilleure comédie Française vue depuis longtemps.

  • Celui-là me tente beaucoup, mais pas certaine d'avoir le temps d'aller le voir au cinéma (je pars bientôt en vacances). J'espère qu'il sera toujours là à mon retour...

  • Aaaah des vacances :-) M'étonnerait qu'il reste des mois à l'affiche mais en ces temps de disette cannoise, peut-être quelques semaines.

  • Rebbot n'est là que quelques minutes... Quelques minutes mémorables comme d'habitude.

  • J'en sors
    Il y avait longtemps
    Une claque
    Aurore c'est moi
    Jaoui magistrale
    J'y ai vu un petit côté Meryl streep dans la route de madison
    Je n'sais pas pourquoi
    Une femme une vraie dans toute son humanité
    Bises pascale

  • Oui je comprends qu'on puisse s'y retrouver. A part quelques aberrations, c'est plutôt bien vu.
    Mais je n'ai pas vu Merryl et son cœur d'artichaut :-)
    Bises.

Écrire un commentaire

Optionnel