Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRAQUAGE À L'ANCIENNE

de Zach Braff **

313963_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Morgan Freeman, Michael Caine, Alan Arkin

Synopsis : Pour Willie, Joe et Al, trois amis octogénaires – ou presque –, la retraite, c'est du passé. Quand ils apprennent que leurs pensions sont parties en fumée, ils décident de passer à l'action. Bousculant tous leurs principes, ils tentent l'impensable : braquer la banque qui les a ruinés !

En ce jour de grande tension électorale, j'avais envie de légèreté. On peut dire que j'ai été servie car le film ne traite qu'à peine, ne fait qu'effleurer le sort réservé aux personnes du 3ème voire du 4ème âge aux Etats-Unis. Que se passe-t-il lorsque l'entreprise qui vous a employé pendant 30 ans délocalise au Viêt-Nam ? Et que votre banque ne cesse de vous mettre en demeure de régler vos découverts et vous menace d'expulsion ? Et que le système de santé ne vous permet pas de faire face aux dépenses que votre santé exige ? Il est vrai que la durée de versement des pensions de retraite s'allonge considérablement en proportion de l'espérance de vie. Le calcul est imparable.

Tout cela, il en est question mais le brûlot anti-capitaliste n'est pas implacable et le but du réalisateur est de faire que ses trois papys s'en sortent. Témoin d'un braquage alors qu'il est en rendez-vous avec son conseiller bancaire, c'est Joe qui lance l'idée insensée de ce cambriolage. Willie et surtout Al ne sont pas chauds cacao au départ. Et puis finalement, voler la banque après tout ce n'est pas vraiment du vol, surtout si l'on ne prend que ce dont on a besoin !

Cela n'a donc pas grand intérêt, on ne rit pas aux éclats mais on sourit souvent et le plaisir est surtout de voir ces trois grands du cinéma rassemblés ! Je suis allée vérifier leur âge et j'étais soufflée de constater que Michael Caine, classe et charme intacts, avait éteint ses 84 bougies. Le jeunot de la bande c'est Morgan Freeman qui n'a pas encore achevé sa 7ème décennie. C'est Alan Arkin qui cabotine le plus. Et Christopher Lloyd en second couteau est le jeunot de la bande mais semble en ruines et hérite d'un rôle/personnage débile. Mais on n'est pas tous égaux au niveau des ravages de l'âge, c'est évident.

Zach Braff nous avait habitué à beaucoup mieux avec son inattendu et mélancolique Garden State puis Wish I was here. Mais on sent tout le respect et l'amour que le réalisateur portent à ses illustres aînés et ce braquage réserve quelques bons moments et surtout se voit sans ennui. C'est déjà ça.

Commentaires

  • Bonjour Pascale, vu vendredi soir, bon moment pour se remettre de ma semaine de boulot. Pas impérissable mais sympa. Bonne journée.

  • Oui voilà, pas désagréable mais pas indispensable. Pas d'ennui c'est déjà ça !

  • Je viens juste de réaliser en lisant cet article que le réal est Zach braff. Ca aurait du m'attiré en salle mais l'histoire ne m'attire pas, et puis I wish I was there m'avait déçue. Et en plus, il n'est même pas acteur dans ce film.
    Bon, je passe !

  • J'étais surprise que ce soit lui.
    Ce doit être son amour des 3 acteurs qui lui a fait réaliser ce film qui ne lui ressemble pas.
    C'est mieux que ce que j'imaginais.

Écrire un commentaire

Optionnel