Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DE TOUTES MES FORCES

de Chad Chenouga ***

138130_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Khaled Alouach, Yolande Moreau, Laurent Xu, Douada Keita

Synopsis : Nassim est en première dans un grand lycée parisien et semble aussi insouciant que ses copains. Personne ne se doute qu’en réalité, il vient de perdre sa mère et rentre chaque soir dans un foyer. Malgré la bienveillance de la directrice, il refuse d’être assimilé aux jeunes de ce centre. Tel un funambule, Nassim navigue entre ses deux vies, qui ne doivent à aucun prix se rencontrer…

Nassim n'avait déjà pas une vie facile avec sa mère. Malade ? Dépressive ? Droguée ? On est sûr de rien. Leur relation est fusionnelle et conflictuelle. Et Nassim assume comme il peut cette mère immature et dépendante. Il ne se pardonnera pas son absence d'un week-end au terme duquel il la retrouve morte dans la cuisine.

Plutôt que de se confier à ses amis, il choisit le silence et cache qu'il vit désormais dans un foyer. Il faut dire que ses nouveaux compagnons n'ont rien à voir avec ses copains et copines du lycée plutôt bourgeois. Ils ont tous et chacun un parcours difficile, un démarrage catastrophique dans la vie et ces adolescents lestés d'un bagage douloureux, d'un traumas ou d'un abandon familial réagissent la plupart du temps avec agressivité. Leur désarroi ne s'exprime que par la colère et les aboiements. Nassim ne se laisse pas intimider et s'il ne s'intègre pas réellement, parvient néanmoins à trouver sa place.

Certains ont un talent, la danse, une autre surdouée passe ses journées à étudier... sans ces échappatoires, sans un but, on craint le pire pour eux.

Nassim parmi eux et avec sa double vie doit en même temps vivre ce deuil et ce chagrin insurmontables. Il écoute  en boucle le dernier message que sa mère lui a laissé sur son portable, ne quitte pas sa photo des yeux, porte sa veste... C'est très beau et très triste et le jeune Khaled Alouach, tout en intériorité porte et incarne ce chagrin avec un certain panache. Il est par ailleurs d'une rare beauté et d'une intensité impressionnante.

Autour de lui les graines de délinquants sont touchants et horripilants comme des ados. Le réalisateur porte sur eux un regard bien tendre. Il faut dire que cette histoire est largement inspirée de la sienne.

J'ai par contre trouvé que Yolande Moreau n'était pas vraiment à sa place en directrice de foyer. La connivence avec les jeunes ne s'établit pas je trouve.

Commentaires

  • Ah mince pour Yolande ! j'aurais pensé au contraire qu'elle était faite pour le personnage.

  • Je l'ai trouvée embarrassée... je me trompe peut-être.

Écrire un commentaire

Optionnel