Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LES AUTRES FILMS DE MARS AVRIL 2018 (1) - ° et *

3169142.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg0883250.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg3141371.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg4388125.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 ................................................

MARIE-MADELEINE de Garth Davis *

4388125.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 
Avec Rooney Mara, Joaquin Phoenix, Chiwetel Ejiofor, Denis Ménochet, Tahar Rahim
 
Synopsis : Marie Madeleine est un portrait authentique et humaniste de l’un des personnages religieux les plus énigmatiques et incompris de l’histoire. Ce biopic biblique raconte l’histoire de Marie, une jeune femme en quête d’un nouveau chemin de vie. Soumise aux mœurs de l’époque, Marie défie les traditions de sa famille pour rejoindre un nouveau mouvement social mené par le charismatique Jésus de Nazareth. Elle trouve rapidement sa place au cœur d’un voyage qui va les conduire à Jérusalem.

Je n'avais pas parlé du Lion
de Garth Davis tant j'avais trouvé ce film écoeurant de niaiserie malgré un Del Pavel très surprenant et une Nicole Kidman toute en bouclettes et oeil humide. Cette fois le réalisateur s'attaque à l'histoire très triste et très dramatique de Jésus de Nazareth que tout le monde connaît.
 
Jésus est présenté ici comme le leader d'un mouvement social. OK.
L'histoire est racontée du point de vue de Marie-Madeleine dont je savais qu'elle avait lavé les pieds du Christ avec ses cheveux. Et pendant tout le film je me suis dit "mais elle était pas pute la Marie ?" Car dans le film elle sert d'esclave, mais pas sexuelle, à sa famille en travaillant les pieds dans l'eau pour lever les filets remplis de poissons (enfin si j'ai bien compris). Son père est très gentil (Tchéky Karyo) mais son frère est très macho vilain (Denis Ménochet). De toute façon ce sont les hommes qui commandent. Lorsque Marie rejoint Jésus et ses apôtres, ces derniers se disent que les ennuis vont commencer, mais pas du tout, Marie est plus apôtre que les 12 autres réunis. A mon avis elle en pince pour Jésus. Je comprends. Jésus c'est Joaquin Phoenix, charismatiquissime et je me convertirais au catholicisme pour moins que ça. Elle le fait même sourire, et voir Joaquin Phoenix sourire, c'est cadeau.
 
On apprend à la fin par un petit encadré que Marie-Madeleine n'a jamais été pute mais pêcheuse les pieds dans l'eau et marcheuse ensuite (parce que Jésus quand même, il faut le suivre de Galilée à Jérusalem). Cette fille a donc fait l'objet d'allégations perfides et autres médisances pendant 2012 ans !!! C'est moche, mais ce film est là pour rétablir la vérité historique et la réhabiliter aux yeux de tous : Marie-Madeleine est une sainte. Elle est apôtre et a le doux visage de Rooney Mara.
 
A ses côtés on trouve Tahar Rahim en Judas, Chiwetel Ejiofor en Pierre. Bonjour le casting international.
 
Sinon what ? Les costumes se déclinent dans un superbe camaïeu de gris, beige et les décors naturels sont magnifiques. Biblique.
 ................................................

LE COLLIER ROUGE de Jean Becker °

3169142.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec François Cluzet, Nicolas Duvauchelle, Sophie Verbeeck

Synopsis : Dans une petite ville, écrasée par la chaleur de l’été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d’une caserne déserte. Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit. Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère. Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes. Trois personnages et, au milieu d’eux, un chien, qui détient la clef du drame…

Quel ennui ! Je n'ai pas cru une seconde à cette histoire planplan racontée sans entrain. Les acteurs font de leur mieux, mais engoncés dans leur costume d'époque et pas aidés par un manque total de direction quasi visible ils font ce qu'ils peuvent mais semblent également s'ennuyer poliment.

J'ai trouvé le chien effrayant et ses aboiements permanents (même s'ils font partie de l'histoire) vraiment pénibles. De toute façon ce chien est con, il est responsable d'une horreur.

Je ne retiens de ce film (heureusement relativement court) que la lumière éclatante d'un été ensoleillé dans la campagne française.

 ................................................

 

BLACK PANTHER de Ryan Coogler °

0883250.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Chadwick Boseman, Michael B. Jordan, Lupita Nyong'o °

Synopsis : Après les événements qui se sont déroulés dans Captain America : Civil War, T’Challa revient chez lui prendre sa place sur le trône du Wakanda, une nation africaine technologiquement très avancée. Mais lorsqu’un vieil ennemi resurgit, le courage de T’Challa est mis à rude épreuve, aussi bien en tant que souverain qu’en tant que Black Panther. Il se retrouve entraîné dans un conflit qui menace non seulement le destin du Wakanda, mais celui du monde entier…

Si réaliser un film exclusivement interprété par des acteurs et figurants noirs représente une révolution, je trouve vraiment triste que ce soit pour un film aussi laid et pénible que celui-ci. Pourvu d'un scenario inutilement complexe, il enquille les scènes de baston dont le summum du ridicule revient à celle(s) (je crois me souvenir qu'il y en a plusieurs) au bord d'une falaise (qui va tomber/qui va pas tomber). Les effets visuels sont épais et visibles l'oeil nu et les décors vraiment très moches.

Je ne me suis nullement divertie contrairement à ce qu'on annonçait et j'ai failli sortir avant la fin : c'est très looooooong. Mais finalement, il pleuvait, je suis restée !

Les thèmes "politiques" (hum hum, je toussote) évoqués, le racisme, l'esclavage, les réfugiés m'ont semblé traités de manière lourdingue, à l'emporte-pièce, sans la moindre profondeur et téléphonés. Je n'ai trouvé aucune originalité à ce film de super héros et pire, qu'il était sans doute un des plus mauvais Marvel jamais vu (ce que la BA laissait d'ailleurs supposer) et totalement dépourvu d'humour.

Chadwick Boseman qui était vraiment très bon ici semble avoir désormais signé pour être quasi exclusivement Black Panther à l'écran. Dommage pour nous.

 
 ................................................
 

GASTON LAGAFFE de Pierre-François Martin-Laval °

3141371.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Théo Fernandez
 
Synopsis : M’enfin ! Gaston débarque en stage au Peticoin. Avec ces inventions délirantes, il va changer le quotidien de ses collègues. Chat, mouette, vache, et gaffophone seront au rendez-vous des aventures de notre bricoleur de génie qui ne pense qu’à faire le bien autour de lui mais qui a le don d’énerver Prunelle son patron. Les gaffes à gogo de notre empêcheur de travailler en rond pourront-elles éviter que le redoutable Monsieur de Mesmaeker rachète le Peticoin ?
 
Scenario inconsistant, blagues pas drôles et gags en cascade qui démolissent tous les décors, voilà à quoi se résume ce film vraiment pas terrible et heureusement aussi pas très long... forcément quand on a si peu d'imagination et d'originalité ! Personnellement je n'ai jamais été fan de Gaston donc je ne peux crier à la trahison mais le film ne m'a pas donné envie de lire les aventures du stagiaire à vie.

Le seul intérêt ? Théo Fernandez qui interprète Gaston, épatant voire touchant !
 
P.S. : quelqu'un pourrait-il demander à Arnaud Ducret d'arrêter le cinéma ? Merci.
 
M'enfin !
 ................................................
 
N.B. : je n'ai plus Internet depuis plusieurs jours.
Je dois donc user de subterfuges pour publier.
J'ai contacté Free qui a "ouvert un ticket" (mouarf) et mis ses agents sur le coup pour me reconnecter.
Devraient suivre dès que je le pourrai, les notes plus positives des autres films que j'ai vus : Jersey affair, L'île aux chiens, Luna, Kings, Dans la brume, Don't worry, he won't get far on foot.

Commentaires

  • "Et pendant tout le film je me suis dit "mais elle était pas pute la Marie ?""
    Je suis si puérile mais mon dieu le fou riiiire que je viens de me prennndre !

  • J'ai bien aimé Marie Madeleine. Les autres ? Pas vu.
    Il n'y a rien d'éternellement mémorable dans cette liste, n'est-ce pas ?

  • Marie-Madeleine manque de beaucoup de choses, mais le couple vedette (présent aussi chez Gus Van Sant que j'ai vu et aimé) est convainquant.
    Le reste ? On oublie.

Écrire un commentaire

Optionnel