Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DEUX FILMS QUI FONT DU BIEN

1879045_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg4199411_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Le seul point commun de ces deux films très différents voire aux antipodes l'un de l'autre est effectivement de faire du bien, rien de plus, ce qui est déjà beaucoup. Je vous en livre donc quelques impressions au cas où vous croiseriez leur route et hésiteriez.

UNE ANNEE POLAIRE de Samuel Collardey ***

1879045_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Anders Hvidegaard, Asser Boassen, Thomasine Jonathansen

Synopsis : Pour son premier poste d’instituteur, Anders choisit l’aventure et les grands espaces: il part enseigner au Groenland, à Tiniteqilaaq, un hameau inuit de 80 habitants. Dans ce village isolé du reste du monde, la vie est rude, plus rude que ce qu’Anders imaginait. Pour s’intégrer, loin des repères de son Danemark natal, il va devoir apprendre à connaître cette communauté et ses coutumes. 

Anders a 29 ans, il n'a pas grande expérience en matière d'enseignement et pour son pratiquement premier poste, il choisit la difficulté. Alors qu'on lui propose la capitale du Groënland, Nuuk, il préfère ce petit village de 80 âmes. La responsable de son affectation l'encourage à ne surtout pas apprendre la langue des autochtones. Le but est de leur enseigner à devenir des danois car le Groënland fait partie du Danemark, et pas l'inverse. Passé ce petit moment de racisme colonialiste primaire, Anders n'obéira évidemment pas à cette consigne et au contraire apprendra auprès d'une jeune femme le langage local (d'ailleurs beaucoup plus agréable à l'oreille que le danois qui ressemble à une maladie de gorge).

Le choc de la beauté lors de la traversée qui amène Anders sur l'île est subjuguant. Le Groënland est la plus grande île et la moins peuplée au monde. Je ne suis pourtant pas fan de la neige mais ces étendues blanches, le bleu du ciel sur lequel se découpent des glaciers sont d'une beauté sans pareil. Le dépaysement est instantané et on en prend vraiment plein les yeux jusqu'à l'apparition irréelle d'une aurore boréale.

Anders n'est pas immédiatement le bienvenu et évidemment cela s'arrangera car ce grand gaillard au physique imposant est une crème et s'adaptera avec respect aux coutumes de la communauté. Il aura de nombreuses surprises et nous aussi. La première d'entre elles est de constater que les enfants ne sont pas élevés par leurs parents voire qu'ils sont adoptés. C'est… normal.

Peu de chances pour les enfants de trouver du travail sur l'île qui ne propose que 15 emplois. Ils devront quitter l'île, rejoindre la capitale pour faire des études et perdre peu à peu tout ce qu'ils ont appris, comme savoir pêcher ou chasser.

On accompagnera un petit groupe pour une séance de chasse et de pêche, on croisera une ourse et ses deux petits, on suivra les jeux des enfants aux joues cramées par le soleil glacial… Et à la fin on découvre qu'Anders est véritablement instituteur sur cette île. Que les personnages ne sont pas des acteurs professionnels et qu'il s'agit donc d'un docu-fiction.

Dépaysement et émerveillement garantis.

....................................................

LE BOOK CLUB de Bill Holdermann **(*)

4199411_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

avec Diane Keaton, Jane Fonda, Candige Bergen, Mary Steenburgen, Andy Garcia, Richard Dreyfus, Don Johnson, Craig T Nelson

Synopsis : Quatre amies de toujours se retrouvent, comme chaque semaine, au sein de leur club de lecture, lorsque l’une d’entre elles propose de découvrir 50 nuances de Grey ! Elles ont réussi leur vie et elles comptent bien continuer à en profiter, et vivre de nouvelles expériences ! Célibataire depuis peu, Diane va connaître le coup de foudre. La toujours séduisante Vivian retrouve un amour passé. Sharon découvre les sites de rencontre sur internet. Et Carol essaie de redonner du piment à son couple. En ravivant la flamme ou en vivant une nouvelle aventure amoureuse, chacune d’elles va écrire le nouveau chapitre de sa vie. Peut-être le meilleur…

Des septuagénaires (sauf une, Mary Steenburgen, la jeunette de la bande) jouent aux sexagénaires et sont particulièrement émoustillées par la lecture des 50 nuances… Lorsqu'elles se retrouvent pour en discuter, elles n'ont qu'une hâte, lire la suite et ça tombe bien, c'est une trilogie. Evidemment rien à voir avec le récent cercle littéraire vu au cinéma qui s'intéressait davantage à Jane Austen, aux sœurs Bronté, Virginia Woolf voire Shakespeare.

Je n'ai pas lu la trilogie best seller et les quelques extraits lus ici ne m'y ont guère encouragée ; ça semble écrit avec les genoux. Quant au film… le 1er épisode est passé récemment à la télé, j'ai tenu un quart d'heure, scotchée, consternée devant tant de niaiserie. J'ai lâché l'affaire lorsque Christian annonce "je ne fais pas l'amour, je baise" et présente sa chambre des tortures à la belle. Heureusement que je n'avais pas la bouche pleine de semoule… j'aurais retapissé le salon en pouffant ! Cette parenthèse fermée, j'ai vraiment passé un bon moment en compagnie de ces quatre actrices toujours resplendissantes, drôles et pleines de vitalité. Bien que très amies, elles sont très différentes et chacune a mené sa vie avec réussite. Evidemment, on évolue dans des milieux très chics, branchés, bourgeois. Les problèmes d'argent ne sont pas d'actualité. Elles prennent l'avion comme on prend le bus mais l'intérêt n'est pas là.

Il réside évidemment dans la joie communicative que transmettent les quatre actrices et qui mine de rien évoquent quelques difficultés et craintes de leur âge. Bien sûr, on se serait aisément passé de la scène Viagra mais finalement le pauvre Craig T. Nelson qui en fait les frais ne s'en sort pas si mal. Notons que pour une fois ce sont les femmes (sauf la jeunette Mary) qui sont plus âgées que les hommes. Elles ont néanmoins la chance de tomber sur  Andy Garcia (empâté mais toujours sexy), Richard Dreyfus, Don Johnson et Craig T. Nelson qui redoublent de charme et d'intelligence, ce qui dans la vraie vie ne risque pas d'arriver.

Vous l'avez compris, on n'est pas chez Bergman et le film vaut exclusivement pour ses actrices… et allez, pour ses acteurs (parce qu'Andy Garcia quand même…). Y'a pas de mal à se faire du bien la la la la.

Commentaires

  • Bonsoir Pascale, pas tentée par le Book club (tant pis pour moi). En revanche, je redis qu'Une année polaire vaut le voyage. Bonne soirée.

  • Ah chouette, je veux aller le voir pour les actrices, en effet ça a l'air fun et pas prise de tête, mais de temps en temps, on a besoin d'une bouffée d'air frais.
    Pour les 50 nuances machin, je suis d'accord avec toi : j'avais vu le 1 dans l'avion, ça endort super bien tellement c'est mièvre et mal foutu. Mon amoureux a A-BSO-LU-MENT voulu le voir lorsque c'est repassé à la télé, il n'a même pas tenu jusqu'au champ de tir - euh pardon, chambre de torture. Je crois qu'au bout de 6 ou 7 minutes il m'a dit "ras le bol, c'est nul, on se repasse un Star Wars" (du coup, je ne comprends pas les nanas qui te citent ce truc comme une merveille de l'émoustillage érotique, en disant que Christian Grey est un homme d'une délicatesse extrême, quand moi, je trouve plutôt que c'est juste un gros égoïste et l'ensemble, un vague film sado-maso d'une mollesse et d'une platitude affligeantes).
    Mais bon, ça n'engage que moi, of course, et ça fait dormir dans les avions : au moins un point positif.

  • Tu as raison elles sont mignonnes.

    Apparemment, ce sont plutôt les trentenaires qui apprécient le livre et le film. Mais le couple à l'écran a le charisme d'une couple de bulots. Et leur relation SM me semble bien gentillette.

  • Personnellement un peu de détente et de rire, cela fait du bien et c'est ce que j'ai eu avec BOOK CLUB :) :) Et je te rejoins pour Andy ...

  • Oui franchement ça élève un peu le niveau des romcoms americaines.
    Le regard et le sourire d'Andy... donnent envie de prendre l'avion.

Écrire un commentaire

Optionnel