Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

AU POSTE !

de Quentin Dupieux ***

4888503.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Benoît Poelvoorde, Grégoire Ludig, Marc Fraize, Anaïs Demoustier

Synopsis : Un poste de police. Un tête-à-tête, en garde à vue, entre un commissaire et son suspect.

Quentin Dupieux est fou mais il met sa folie au service d'un cinéma qui n'appartient qu'à lui et qui nous fait un bien fou à nous, cinéphiles curieux de nouveautés. C'est tellement énorme et délirant qu'on ne peut qu'aimer ou détester. D'ailleurs j'avais détesté Wrong cops et préféré Réalité. Ce film, comme les autres de ce réalisateur totalement barré est absolument inclassable. Et pourtant il a un scenario. Même si comme pour Rubber (son meilleur film à ce jour, l'histoire d'un pneu serial killer, psychopathe et amoureux… comment aller plus loin ?) il commence par un prologue absurde (mais très beau) dont je ne vous souffle mot.

Sans transition, ou presque on se retrouve dans un commissariat qui semble dater des années 70 tant par les décors que les costumes et l'énorme moustache arborée par Fugain (Grégoire Ludig, formidable). Ce dernier est interrogé dans le cadre d'une enquête à propos d'une mort suspecte. Il a trouvé un type baignant dans son sang au pied de son immeuble et a eu la mauvaise idée d'oublier son fer à repasser à côté du défunt. De témoin il devient rapidement suspect d'autant que cette même nuit il a quitté sept fois son appartement, ce qui a été rapporté par la voisine (interprétée par un homme qui joue également un autre rôle dans l'histoire…). Fugain doit donc expliquer au commissaire ces sept aller-retours. Cela donne lieu à des flash-backs au cours desquels les personnages du commissariat se retrouveront dans le passé en plein milieu de la chambre de Fugain. C'est difficile à expliquer mais c'est tordant.

Le dispositif ressemble à celui du génial Garde à vue de Claude Miller auquel il est difficile de ne pas penser. Pendant les absences du commissaire, il se passera des choses incroyables car il y a un troisième larron interprété génialement par Marc Fraize. Il a une petite particularité anatomique que je vous laisse découvrir et il a la responsabilité de surveiller Fugain.

Entre autre étrangeté, nous découvrons que le commissaire a un poumon perforé dont la fumée sort à chaque bouffée de cigarette. Ne soyons pas surpris : c'est normal. Il y aura également un cadavre dans un placard et l'apparition d'acteurs dans des rôles secondaires mais aussi délirants que le reste (Anaïs Demoustier et ses improbables accent et perruque, Orelsan et sa game boy).

On ne doute pas un instant que Benoît Poelvoorde soit parfaitement à l'aise dans cet univers. Et il a l'intelligence de ne pas en ajouter, de rester très sobre, l'absurdité des situations ne nécessitant pas d'en remettre une couche et d'ajouter des pitreries à la loufoquerie. Il est extra.

J'ai trouvé le double épilogue génial mais comme une idiote j'ai quitté la salle avant la fin du générique. Il ne faut pas.

C'est pour ça...

Commentaires

  • Bonjour Pascale, tu m'a convaincue d'y aller et je resterai jusqu'à la fin du générique. Merci. Bonne après-midi.

  • La scène post-générique est uniquement destinée aux spectateurs restés pour la voir (et se moque un peu d'eux). Pour les amateurs de mise en abyme...

  • Dupieux ? Se moquer ??? cela paraît improbable :-)

  • Je suis parti trop vite !!! J'aurai dû venir lire ça plus tôt plutôt que de me mettre l'équerre dans l'œil !
    ça mérite une deuxième garde à l'œil du coup :-D

  • J'avais adoré Réalité mais là, la sauce n'a pas pris. Je me suis ennuyée alors que le film est court et même si je vois ce qu'a voulu faire Dupieux, j'ai trouvé qu'on était dans du foutage de gueule...

  • Je suis bien de ton avis. Pffffff...

  • Chuuuuuuuuut

  • P*** j'ai loupé la scène après le générique.
    Bon, avis mitigé pour moi mais c'était pas mal. Je crois que c'est le premier film que je vois de ce Quentin. Ca m'a fait penser à un épisode de la série Black mirror (Saison 2 épisode 2 "La chasse").

Écrire un commentaire

Optionnel