Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MARIO (DVD)

de Marcel Gisler ***

5798720_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Max Hubacher et Aaron Altaras

Synopsis : Pour la première fois de sa vie Mario, un jeune footballeur, tombe amoureux de Léon, nouvel attaquant venu d’Allemagne. Mais dans l’équipe, des rumeurs commencent à circuler sur leur relation et Mario voit sa carrière compromise pour intégrer un club de première division.

Ce film est dans les salles depuis le 1er août mais il n'est hélas pas sorti chez moi. J'avais envie de le voir et grâce à la nouvelle proposition de Cinetrafic, je l'ai obtenu en DVD où il est disponibe depuis le 3 juillet et édité chez Epicentre Films. Je ne sais si on peut trouver des éléments nouveaux dans un énième film sur l'homosexualité masculine au cinéma, mais j'avais envie de voir  comment le thème pouvait être abordé dans le milieu du foot, éminemment machiste et bas de plafond où pourtant les hommes ne cessent de se tripoter, s'embrasser, se sauter dessus à la moindre occasion, sans parler des vestiaires et des douches où tout le monde à poil partage la sueur, les rires et les larmes.

Le réalisateur s'en sort vraiment bien, sans esbroufe, sans effet de manche ni grande déclaration homophobe même s'il y a quelques dérapages verbaux dès lors que les autres joueurs sont avertis de la relation entre Mario et Leon, ici on ne "casse pas du pédé". Lorsque l'un des dirigeants du club explique que la fédération ne peut tolérer ni la drogue, ni la pédophilie, ni l'homosexualité, on est sidéré de voir que les trois conditions sont mises dans le même sac, mais encore une fois la déclaration est faite sans cri ni haine. C'est un fait, un joueur gay ne pourra accéder aux hautes sphères de la 1ère division, sommet que Mario est en passe d'atteindre. Il y a des homos chez les footballeurs mais il faut que cela reste secret. Le problème n'est pas que Mario doive réprimer ses instincts qui dérangent mais museler ses sentiments sincères et partagés. Il faut donc sauver la face, sortir avec des filles, ou mieux avec une fille, s'afficher pour des photos people. Mentir et se cacher. Mario et Leon le pourront-ils ?

Vous le savez, je déteste n'aime pas le foot. Les scènes sur le terrain ne m'ont strictement pas dérangée ni déplu car là encore on suit Mario, ses réactions et celles des autres joueurs. Peut-on continuer à jouer efficacement quand on doit également se livrer un combat intime ?

Marcel Gisler, sans pour autant éluder l'homophobie (quelques joueurs, les dirigeants, le père...), opte pour la douceur et la non violence. Même si l'on sent parfois le drame poindre, on est surtout suspendu au coup de foudre et à l'histoire d'amour entre les deux garçons que les deux acteurs, très agréables à regarder, vivent avec beaucoup de fougue et d'authenticité.

Il faut saluer une nouvelle fois Max Hubacher sur qui repose le film. Il est animé du feu de la passion et doit faire face, faire des choix douloureux qui provoquent une véritable tempête sous son crâne.

J'avais récemment vu cet acteur dans un film effrayant qui m'avait laissé perplexe, où il interprétait un personnage tellement indéfendable que je n'avais pas réussi à vous en parler. Il y était déjà incroyable.

NB. : Pour découvrir d'autres films sur Cinetrafic, cliquez.

Commentaires

  • Salut Pascale !
    Mario, un jeune footballeur ?
    Un vieux plombier plutôt le Mario, enfin d'après Wikipédia ;-)

  • Salut Ronnie, bien rentré ?
    C'est vrai que quand tu gougueulises Mario, tu te trouves direct sur le plombier :-)
    Je t'assure que le footeux est plus choupi.

  • Bien rentré oui ( je serais bien resté cela dit ) ;-)
    Il Tombe des cordes depuis 14h 00, on commence à respirer un peu, pourvu que ça dure.
    ++

Écrire un commentaire

Optionnel