Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BURNING

de Lee Chang-Dong ****

1943153_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Avec : Yoo Ah-in, Steven Yeun, Jeon Jong-seo

Haemi, accorte jeune fille qui joue les Pom-Pom girl légère et court vêtue à l'entrée d'un magasin drague ouvertement Jongsu, un jeune coursier qui passait par là.

Le garçon n'est évidemment pas insensible aux charmes de la demoiselle qui lui annonce finalement qu'ils ont jadis été voisins et sont allés à la même école. Il la reconnaît. Elle lui apprend qu'elle est "passée sous le bistouri" pour être plus jolie. Sans doute, parce que les seules paroles que Jongsu a prononcées à son égard lorsqu'ils étaient collégiens furent : "tu es vraiment moche". On ne sait pas. De toute façon dans ce film, le spectateur devra faire énormément de suppositions... Plus tard dans l'histoire, Jongsu aura à nouveau une parole malencontreuse de ce style vis-à-vis de la jeune fille. Mais nous n'en sommes pas là.

Haemi et Jongsu vont boire un verre. Elle lui annonce qu'elle part en Afrique, qu'elle en a toujours rêvé. Elle lui demande de garder son chat chez elle. Il accepte. Comment lui résister ? Elle l'entraîne dans son appartement, ils font l'amour. Mais lorsqu'elle revient, c'est au bras de Ben, un jeune et beau garçon mystérieux et fortuné. Un triangle amicalo/amoureux à la Jules et Jim se crée, Haemi se refusant de choisir entre Ben le riche et Jongsu le pauvre. Nous n'en sommes qu'au premier quart d'heure. Le film dure 2 h 28 mn. Où sont-elles passées ?

Comment parler d'un tel film si dense, si complexe, si envoûtant, si beau sans le trahir ? Il a ce que j'appelle, le double, le triple, voire le quadruple effet kiss cool. Plusieurs jours après, j'y pense encore et n'ai rien résolu de ses mystères. Ou à peine. Sans doute faut-il le revoir pour être sûr d'avoir vu ce qu'on a vu. Tenter de comprendre les indices disséminés. Bravo Monsieur Lee. Et en plein mitan, le film abandonne la fable romantique pour devenir polar incandescent... Vlan.

Quoique, la romance n'est-elle pas au coin de chaque scène ! Est-ce que finalement le beau Ben, au volant de sa Porsche, dilettante et cafardeux comme un Gatsby au pays du matin calme, auquel les filles ne résistent pas, n'enverrait-il pas des œillades appuyées à Jongsu ? Les ai-je rêvées ? Ben révèle son secret inavouable à Jongsu qui en fait son obsession.

Promis, je ne dis rien. 

Contrairement à ce film bouffon qui se la pète pour n'aboutir à rien et dont on peut le rapprocher, tant dans la mise en place d'un casse-tête, l'un fascine et l'autre pas, Lee Chan-dong construit un puzzle qu'il nous invite poliment mais énergiquement à résoudre. Si le jeu est dense et complexe, le réalisateur ne nous abandonne au bord du chemin. On le suit, on décrypte, décortique cherchant dans chaque scène, dans chaque image, dans la course effrénée de Jongsu, les réponses aux interrogations et aux mystères. Bravo à ceux qui réussissent. Jongsu rêve de devenir écrivain. L'imagination est  bel et bien au pouvoir dans ce film.

Mais pas seulement. Haemi (et le réalisateur a trouvé une surdouée pour l'incarner ; Jeon Jong-Seo est magique) prend des cours de mime. Jamais on aura autant salivé à la vue d'une dégustation de mandarine qui n'existe pas. Je salive encore.

DdlBKXZX0AATnDn.jpg

Et puis, Jongsu, le paysan qui se rêve en Faulkner vit à la frontière entre les deux Corées et l'on entend sans interruption la propagande diffusée par les hauts parleurs du Nord. Enfin, en une seule réplique le réalisateur évoque le sort et le quotidien des jeunes filles à qui, dans une société totalement misogyne, on en demande toujours plus et qui finalement ont toujours tort. Quoiqu'elles fassent, qu'elle que soit la façon dont elles se comportent, s'habillent, se maquillent, elles sont toujours jugées, critiquées. Ce n'est jamais assez ou c'est toujours trop. Lee Chang-Dong a beaucoup de choses à dire sur son pays.

Je n'oublie pas ou plutôt comment oublier cette scène magnifique, merveilleuse ? Soudain, sous l'effet de produits illicites ou de la trompette de Miles Davis (qu'en d'autres circonstances je n'apprécie guère) Haemi se lève et face au soleil qui se couche, entame une danse envoûtante, enivrante qui vous paralyse de bonheur par sa beauté. Haemi devient une ombre, une silhouette, un oiseau...

Que ce film qui mérite la Palme d'Or, le Prix du Scenario, le Prix de la mise en scène, le Prix d'interprétation féminine pour Jeon Jong-Seo, soit reparti bredouille  de Cannes relève de l'incompréhension totale. Mais le jury doit faire un choix et Une affaire de famille n'arrive qu'en décembre sur les écrans !

Après les bouleversantes Mija de Poetry et Shinae de Secret Sunshine, Lee Chang-Dong nous présente Haemi une nouvelle héroïne inoubliable.

......................................

ATTENTION : questionnement métaphysique en forme de divulgâchage. Pour ceux qui veulent lire et me répondre (en MP), la question est écrite en "clavier sympathique" (clic gauche ci-dessous sur la souris pour le lire).
Se pourrait-il ? Est-il envisageable que Haemi n'existe pas ?

5b853aaccd700399a0f549c1.jpg

Commentaires

  • Il est au top de ma liste, et prévu pour ce weekend. Ta critique m'a envoûtée, j'ai très hâte de le voir !

  • J'attendais beaucoup ce film étant donné que j'avais beaucoup aimé les précédents films de Lee Chang-Dong (Secret Sunshine et Poetry). Alors oui je vois complètement le propos plus social qui est indéniablement intéressant. Mais honnêtement, la première partie du film m'a semblé interminable, j'ai failli m'endormir (c'est pas une image, j'ai senti mes yeux se tourner) et la fin arrive vraiment brusquement paradoxalement !

  • Tout m'a plu dans ce film.
    Et l'expression "j'ai senti mes yeux se tourner" que je ne connaissais pas, me semble assez horrible mais m'a bien fait rire.

  • J'en attendais beaucoup et j'ai été un peu déçu, même si ma déception s'atténue progressivement. J'ai des réserves sur le dernier tiers quand le film se transforme en thriller (le récit perd alors une partie de son charme flottant et de son mystère). Mais ça reste bien et la scène de la danse au crépuscule (et tout ce qui l'entoure) est un des sommets de l'année. Je déflore un peu chez moi ce mystère que tu évoques bien.

  • Je trouve justement que ce virage est un grand atout du film.
    As-tu la réponse à ma question cachée ?
    Oui j'ai lu chez toi. "On" me reproche parfois/souvent de trop en dire, je trouve q'uil est dommage de revéler cet aspect du film. J'en ai été très surprise moi.

  • Je n'avais pas vu ta question cachée : pour moi, non. Le film n'aurait plus de sens sinon.

  • Bien sûr... mais comme il est romancier je me disais que le fruit de son imagination...

  • Ah mais je te le jure, ça va au-delà des paupières qui se ferment banalement, j'étais dans un état entre la conscience et l'inconscience, c'était hyper désagréable !

Écrire un commentaire

Optionnel