Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

7 °° En route vers le néant absolu - Page 7

  • Actrices de Valeria Bruni Tedeschi °

    Actrices - Valeria Bruni Tedeschi

    Marcelline répète le rôle de Natalia Petrovna, héroïne d’Un mois à la campagne de Tourgueniev. Sa vie privée (les morts irremplaçables partis trop tôt, le désir d’enfant qu’elle n’arrive pas à satisfaire, l’omniprésence de sa mère infantile etc…) ,interfère beaucoup sur sa vie professionnelle.
    Actrices ? Mais pourquoi actrices et surtout pourquoi au pluriel ? Valeria Bruni Tedeschi me semble tellement auto-concentrée sur elle-même qu’elle ne laisse aucune place aux autres et encore moins aux autres acteurs. Qu’on ne vienne pas me dire que quiconque existe dans ce film ? Les névroses, l’égocentrisme, l’hystérie… décidément non, ce n’est pas fait pour moi, en tout cas pas au cinéma sauf si c’est virtuosement fait comme chez et par Woody Allen. On sent pourtant tout le désir et le potentiel de burlesque et de fantaisie qui sommeillent en Valeria/Marcelline. La scène à la piscine où le maître-nageur lui explique qu’en ayant « In the mood » de Glenn Miller dans la tête on peut accomplir des prouesses est une merveilleuse idée qui m’a enfin fait esquisser l’ombre d’une ébauche de sourire. Hélas, ce doit être trop drôle et la scène est interrompue si brutalement qu’on a l’impression que Valeria/Marcelline nous murmure à l'oreille, (Valeria/Marcelline ne peut de toute façon que murmurer) : « ya pas de raison que je sois la seule à souffrir sur terre ? ». Car elle souffre Valeria/Marcelline, beaucoup… et du coup elle parle beaucoup avec les morts qui viennent lui rendre visite, avec la sainte vierge pour lui demander de lui filer un coup de main dans sa cagade de désir de moutard "remplissez-moi" dit-elle élégamment, avec le personnage de Natalia Petrovna qui lui dit à peu près qu'elle joue comme une savate... Elle souffre aussi parce qu’elle n’a pas d’enfant. Mais qu’ont-elles toutes, enfin surtout Valeria/Marcelline, avec ça ? Evidemment, je ne peux pas comprendre ce désir qui étouffe tout à la quarantaine car je ne saurai JAMAIS ce que c’est que de ne pas avoir d’enfant à la quarantaine. Mais tout de même, c’est bizarre ; bizarre et agaçant, je ne sais pas pourquoi.
    Valeria/Marcelline est très maso aussi : elle se fait entarter, elle se prend une bonne baffe, elle saute dans la Seine (ça mouille !), elle arrive en retard à un repas et se fait envoyer sans préavis ses quatre vérités sans qu’elle ait rien demandé. Remarquez, on demande rarement de se faire envoyer ses propres quatre vérités. OK, vous marquez un point... Valeria/Marcelline est lucide parfois : un des morts qui lui fait la conversation lui dit « articule, on ne comprend rien à ce que tu dis ». Mais Valeria/Marcelline n’écoute pas les morts, elle n’articule pas et on ne comprend pas toujours ce qu’elle dit, ni où elle veut en venir d'ailleurs. Que qui que ce soit lui adresse la parole : elle éclate de rire ou en sanglots. Y’a pas trois options, c’est comme ça qu’elle fait Valeria/Marcelline, tout en murmurant encore et toujours.
    Seul personnage réjouissant finalement, la mère (la vraie maman à la ville d’ailleurs)… vipère sans cœur aussi égocentrique que sa fille.
    Enfin, voilà, ce film est fait pour les inconditionnels de Valeria/Marcelline et ceux qui ont aimé « Il est plus facile pour un chameau », premier film de l’actrice réalisatrice. Je n’avais déjà pas beaucoup aimé ce premier film mais là, la bande-annonce m’avait accrochée. Hélas, c’est typiquement le genre de bande-annonce où tout ce qui est drôle et original y est montré. Moi j’y ai vu une chose égoïste et sans partage ainsi qu’un plaisir insistant et indiscutable à nous faire entendre que : dans le monde du cinéma et du théâtre, tout le monde est malade et antipathique… à cracher dans la soupe en quelque sorte.
    Dernière chose : Ai-je rêvé ou Marcelline/Valeria se fait violer par son metteur en scène dans une des scènes les plus immondes qu’il m’ait été donné de voir récemment au cinéma ?

    Une chose est sûre, les actrices, celle-ci en tout cas, ne sont pas des hommes comme vous et moi.

  • Elizabeth, l’âge d’or de Shekhar Kapur °°

    Elizabeth : l'âge d'or

    Voici donc la suite de l’histoire d’Elizabeth, dont le premier volet datant de 1998 racontait la jeunesse et l’ascension de la jeune reine d’Angleterre. C’était un film magnifique. Ici, la reine vierge, qui vit ses amours par procuration, et protestante doit faire face à Philippe II d’Espagne, fervent catholique qui considère son règne comme une imposture… puisque Marie Stuart, qu’Elizabeth fera décapitée est emprisonnée.

    Pour la vérité historique, il faudra sans doute se replonger dans les livres d’histoire, mais ce n’est pas gênant, en ce qui me concerne je ne demande pas au cinéma de me dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité dites je le jure… mais autant l’avouer sans ménagement, en premier lieu, j’ai trouvé ça d’une laideur à faire fuir.

    Pour le reste : pas mieux ! Le montage à la hache et à la scie circulaire fait qu’on passe d’une scène à l’autre sans transition sous mes bâillements. Aucun personnage n’accroche l’attention.

    Le roi Philippe II d’Espagne, titubant, menace tous les quarts d’heure sa petite fille muette de devenir reine d’Angleterre (oui, l’Europe est une grande famille, on le sait). Son invincible Armada se résume à trois rafiots qui voguent sur une mer en plastique. L’équipage est composé de trois guguss lookés à la mode talibans et au regard souligné de khôl qui se fera ratatiné en deux temps trois mouvements par des pirates enragés.

    Geoffrey Rush en conseiller trop zélé est mou et vieux.

    Clive Owen, regard d’acier, sourire en coin et culottes bouffantes est ridicule.

    Même l’interprétation consciencieuse et zélée de Cate Blanchett, tout en cris puis en chuchotements, en sourires complices et clins d’œil canailles, finit par lasser.

    Au final on trouve deux bandes de fanatiques religieux qui se font la guerre au nom de leurs superstitions, comme d'hab'. Pouah !

    Le tout est emballé, enseveli devrais-je dire, sous une musique tonitruante hideuse sans doute censée nous faire croire qu’un spectacle trépidant se déroule sous nos yeux.

    Affligeant !

  • Agent double de Billy Ray°°

    Agent double - Ryan Phillippe et Chris CooperAgent double - Ryan Phillippe et Chris Cooper

    Pas de surprise puisque dès le titre et le générique on sait que l’agent Robert Hanssen est double, que c’est tiré d’une histoire vraie et que le futur agent Eric O’Neil va devoir le traquer. Le fait de savoir n’est pas grave, exemple : on savait que le Titanic coulait à la fin… mauvais exemple ? Bon, quand même c’est souvent qu’on sait et qu’on passe un bon moment de cinéma, nonobstant qu’on sait !

    Qu’avons-nous ici ?

    Le futur agent O’Neil est au lit avec madame. Déjà là, ciel couvert… j’étais déjà morte écroulée de rire. Les américains me font rire parce que sur leur table de nuit, ils ont des photos d’eux ! Passons… Monsieur dit à Madame : « redis-le moi encore ? ». On s’attend à la scène d’amour, direct comme ça et sans préavis ! Ben non pas du tout, Madame répond « Tu seras un agent bientôt mon TocToc, je te le promets ». Oui, le rêve d’Eric est d’être agent du FBI mais il faut faire ses preuves. Quant à Madame, c’est une nunuche au foyer qui s’effondre en larmes dès que Monsieur rentre en retard. On a vraiment envie de lui dire : « t’as pas toute ta tête ma pauvre fille. Ton mari il bosse au FBI ! Oublie les 35 heures. Le FBI c’est 7 jours sur 7, 24 h sur 24 ». Elle est bête cette fille ! Passons encore, c’est pas elle le centre d’intérêt, mais tout de même quelle cruche !

    Eric est muté au service de Robert Hanssen pour trouver les preuves de sa doublitude.  Sale temps au FBI. A nous spectateurs, on affirme que le Bob est une pointure, que c’est le pire espion que l’Amérique et la terre aient porté et qu’il est la cause de bien des dommages collatéraux mondiaux… sans jamais nous donner l’ombre de la queue d’une preuve. Y’a bien deux types qui se font descendre dans un couloir et c’est de la faute à Bob, mais c’est tout.  Que voit-on ? Un mal embouché, insupportable cul béni qui fait une fixette sur Catherine Zeta Jones et termine toutes ses phrases par Jésus, Marie, Joseph, l’âne ou le bœuf ! Pour une fois que l’impressionnant Chris Cooper tient un premier rôle c’est dans un film débile.

    A côté de lui, nous avons Ryan Philip, acteur transparent et Laura Lynney actrice relativement ectoplasmique également, ce qui ne relève pas le débat.

    Une fois, on ne sait pourquoi, mais la scène vaut son pesant de cacahuète, Eric va rendre visite à son père. Apparemment, il est venu chercher un conseil, vu qu’on lui a confié l’enquête la plus importante de la terre (rechercher Ben Laden à côté c’est de la roupette de sansonnie). Le père qui voit bien que son rejeton en a gros sur la patate lui dit sans rire : « Monte sur le bâteau, fais ton travail et rentre à la maison »… Manifestement c’est ce qu’il attendait Eric. Il repart tout guilleret… Enfin, si tant est que Ryan Philip puisse avoir l’air guilleret.

    Ce film est aussi palpitant qu’un épisode de Derrick. Je n’ai jamais vu un seul épisode de Derrick mais d’après ce que j’ai lu ici et là, il semble être le maître étalon en matière de rebondissements en série. Voilà, ici c’est un peu pareil. Le plus grand suspens est de savoir si la porte que Bob va ouvrir, s’ouvrira avant qu’Eric ait le temps de replacer une mallette à la bonne place. Pas de quoi faire un arrêt cardiaque.

    Finalement le plus grand espion de tous les temps qui gare sa voiture sur le parking du FBI alors qu’elle est chargée comme un arsenal finira par se faire avoir par un bleu bite, le même qui se fera avoir par une ruse de sioux de sa femme (la nunuche du début, vous vous rappelez pas ???).

    Bon je crois que je tiens là l’un des navets de l’année et le dernier plan m’a définitivement foudroyée. Le Bob (menottes aux poignets) et l’Eric se rencontrent une dernière fois. Bob (qui va finir sa vie en prison) sanglote et dit à Eric : « Prie pour moi ». Si j’avais une once de religion je prierais bien pour que les spectateurs n’y aillent  pas… , mais tout ce que je peux faire c’est vous prévenir ici.

  • A vif de Neil Jordan °°

    A vif - Jodie Foster

    Erica est en instance de mariage avec David. Un soir qu’ils vont promener Curtis (le chien) dans Central Park, ils se font agresser par des décérébrés qui leur explosent le cerveau. Erica s’en sort et après trois semaines de coma se transforme en machine de guerre pour venger David, mort et enterré.

    Le plus consternant de l’affaire est de constater que l’une des actrices les plus diplômée, cultivée et intello d’Hollywood/France ne sache pas lire un scénario. Car ici, j’ai à peine envie d’évoquer le semblant de polémique né du fait que Neil Jordan et Jodie Foster nous livrent un vibrant plaidoyer en faveur de l’autodéfense, la vengeance sanguinaire et l’auto-justice barbare et expéditive (quand c'est un homme qui dégomme à tout va, on fait moins de tapage...) tant les aberrations et invraisemblances pleuvent en abondance de la première à la dernière image. Car Erica ne se contente pas de se « venger », dès qu’elle a son flingue en main, elle dézingue tout ce qui remue dans une épicerie, dans le métro, dans la rue… C’est navrant de bêtise et même Jodie Foster, virile à souhait (mais qui le souhaite ?) ne convainc aucunement. L’épilogue qui donne à la tueuse en série la bénédiction de la police achève de toucher le fond irrémédiablement. Quand on pense que le titre original est "The brave one"... on croit rêver.

    Fuyez !

    NB. Une fois n’est pas coutume, je livre un scoop : le chien s’en sort, waouf !

  • 28 semaines plus tard de Juan Carlos Fernadillo °°

     

    28 semaines plus tard - Robert Carlyle

    Une épidémie qui rend les gens zombies en deux coups de morsure à pot a ravagé l’Angleterre. Le pays est mis en quarantaine et les zombies finissent par crever de faim. Ensuite, y’a la cavalerie à la bannière étoilée qui vient sécuriser le périmètre, coller des snipers sur les toits et placer les survivants dans des camps : l’ordinaire…

    Déjà faire un remake ou une suite ou je ne sais quoi du « 28 jours après » de Danny Boyle est assez incompréhensible mais nous servir une horreur qui fait sursauter mais qui ne fait pas peur (vous la sentez ma grosse nuance ???), je n’ai pas compris. Mais quand le général tasunien décrète : « tirez sans sommation sur tout ce qui bouge »… entendez les contaminés et les pas contaminés, la coupe est pleine et met le feu aux poudres. Quand Londres est arrosée au Napalm… là… c’est la goutte d’eau !

    A vomir.

    A fuir.

    P.S. : pourquoi j’y suis allée ???

    Pour Robert Carlyle… pauvre et faible femme que je suis !!!

    …………………………………………………………………………………………..

    Voyez plutôt la très très jolie « Face cachée » de Bernard Campan que j’avais vue en avant-première et que je vous recommandais déjà ici.

    La Face cachée

     

  • Les Quatre Fantastiques et le Surfer d’argent de Tim Story °°

    Les 4 Fantastiques et le Surfer d'Argent

    Les Quatre Fantastiques sont des people adulés des « vrais » gens. L’événement incontournable est le prochain mariage de Monsieur Fantastic et de la Femme Invisible… Mais, patatra un mystérieux Surfer d’Argent vient mettre la pagaïe dans le meilleur des mondes. Les Quatre réussiront-ils à sauver la planète ???

    • Scénario inexistant,
    • réalisation nulle,
    • dialogues indigents,
    • humour absent,
    • casting d’endives (avec à leur tête… non, je ne dirai rien).

    Reste le Surfer la plus belle créature super héroïque vue depuis longtemps… hélas, il n’apparaît que 10 minutes à l’écran, il est sacrifié au profit du néant et il est virtuel…

  • Pirates des Caraïbes de Gore Verbinski °°

    Souvenez-vous, notre Johnny/Jack dans le deuxième épisode, se faisait avaler vif par un poulpe géant, nous laissant comme des veuves éplorées devant un plateau de fruits de mer chez Léon de Bruxelles.

    Rassurez-vous : IL revient, toujours et de plus en plus titubant… Je devrais plutôt dire ILS REVIENNENT… car ce n’est pas un mais… Oh et puis, non je vous laisse découvrir. Après tout c’est quand même LA seule scène qui vaille le coup. Bien sûr, il faudra payer et surtout attendre une interminable demi-heure avant que ça ne se produise.

    Ensuite, il faut s’enfiler ce plat de méduses looooooooooooooooooooooooooooooooooooooong comme un jour sans pain. Presque trois heures de parlotes, de blablas, de verbiages, de conférences, de baratins, de causeries, d’entretiens, de conciliabules, de pourparlers... tous plus incompréhensibles, abscons, imbuvables, obscurs, ténébreux, hermétiques et insupportables les uns que les autres, et qui semblent uniquement destinés à remplir le vide incommensurable d’un néant sans fond. L’histoire qui fait apparaître de nouveaux personnages, de nouvelles quêtes tous plus plats les uns que les autres, semble être écrite au fur et à mesure dans un style pataphysicien non maîtrisé. Car c’est bien de science des solutions imaginaires, qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité dont il s’agit ici. Ou alors, je m’égare… Vous trouverez même au rayon "on recycle" : une parodie (risible mais pas drôle) d'"Il était une fois dans l'Ouest" !

    Entre deux diarrhées verbales, Gore Verbinski fait péter TOUS ses décors ! Bon signe ? Peut-être pas ! La fin est ouverte messieurs/dames… entendez par là que… (je ne vous dis pas qui…) va se faire piquer un truc. En outre, il y aura mort d’homme, mais pas vraiment… Oh j’rigole !!!

    Sinon, Orlando/Turner m’a semblé un peu moins bulot que d’habitude (j’ai dit « un peu ») on va pas crier « OOOOOOsssssssscAAAAAAAAAAAAAAAAAR !!! » trop vite quand même. Par contre, Keyra/Elizabeth (je ne sais si elle a été passée au Tan O Tan lustrant ou si elle a l’ictère du nouveau-né… mais elle est JAUNE) porte toujours aussi haut les couleurs de l’interprétation ( !!!) indéfendable. Quant à l’apparition de Keith Richards…

    Bon, z’êtes prévenus, embrassez qui vous voulez et dansez maintenant… au-delà des limites du monde connu évidemment.

  • Les oubliées de Juarez°° de Gregory Nava

    C’est une « histoire vraie », sans doute l’une des affaires les plus abominables de l’histoire criminelle de tous les temps. A Juárez, ville frontière du nord du Mexique, plus de 300 femmes ou 5 000 (les chiffres varient selon les interlocuteurs : police locale ou nationale, familles des victimes, juges, avocats ou experts) ont été violées et assassinées Depuis dix ans, des corps de femmes, d’adolescentes et de fillettes, nus, meurtris, défigurés, sont découverts dans les faubourgs de la ville maudite. Les enquêteurs les plus sérieux pensent qu’il s’agit de l’oeuvre de deux « tueurs en série » psychopathes. C’est aussi un scandale judiciaire étonnant. Dix ans après le meurtre de la première victime, retrouvée nue dans le désert qui sépare les États-Unis du Mexique, les autorités ne peuvent toujours pas désigner les responsables du massacre ni donner une explication convaincante à la tragédie…

    Le SEUL et UNIQUE intérêt de ce film est d’évoquer cette affaire et qu’en conséquence elle ne tombe pas complètement dans l’oubli.

    Pour le reste rien à dire ou alors simplement s’indigner. Les deux « stars », crédibles ni l'une ni l'autre, n’apportent rien, car l’un est totalement absent, inexistant et l’autre uniquement préoccupée de son brushing. Quant au film, il est d’une laideur et d’une bêtise à faire peur. Et puis quand on traite d’un sujet où des femmes se font violer et massacrer, on essaye d’avoir la décence de ne pas inclure une scène de sexe aussi débile qu’incongrue où la « star » de service s’envoie en l’air avec un bellâtre sur une commode. Débile, inutile et très con.

    Pouah !

  • Dangereuse séduction de James Foley °°

     

     

    Rowena, journaliste d’investigation qui rêve de Pulitzer (avec ses méthodes de félonne, elle peut rêver…). Un jour, elle décide de s’attaquer à Harrisson Hill, surpuissant publicitaire qu’elle décide coupable du meurtre de son …. amie ???

    Des intrigues cousues de (gros) fil blanc, on en voit, mais des âneries de cet acabit ça hisse la niaiserie au niveau de grand art. Quand je pense que James Foley est le réalisateur du fiévreux « Comme un chien enragé » avec les deux géants Christopher Walken et Sean Penn !!!

    Bon, ici, il s’agit de voir deux….. hum, hum stars, se tourner autour en papillonnant et en se faisant des mines de crapauds morts d’amour. C’est drôle, c’est comique, c’est même tordant. Est-ce que des mecs osent draguer comme ça ? Est-ce que des filles remuent les fesses comme ça (aaaaaaaaaah ! les gros plans fixes sur les fesses d’Halle Berry… James Foley est amoureux c’est sûr) ?

    Bruce Willis a cette particularité de porter le costume-cravate haut de gamme et le marcel crasseux avec la même élégance. Pourquoi je dis ça ? Parce que ce film est un défilé haute couture ! Voilà pourquoi. Sinon, ses petits yeux plissés, sa narine frémissante et sa mâchoire palpitante font un délicieux comique de situation.

    Quant à Halle Berry… djizeuse craïste ! je pense qu’elle peut concourir cette année encore aux Razzie Awards. Ne compter et ne capitaliser QUE sur son physique de rêve (la taille la plus fine d’Hollywood je pense) va finir par se savoir ou se remarquer. L’œil humide alterne avec des sourires ultra brite (ne pas oublier de se munir de lunettes écran total, protection maximale) aussi insupportables les uns que les autres. Elle change de robe à chaque plan en dévoilant ou exposant successivement sein, jambe ou fesses !!! La raideur du brushing varie suivant l’humeur et Halle n’oublie pas de traîner en culotte petit bateau et peignoir informe quand elle est chez elle… histoire de nous dire : « regardez les filles, je suis comme vous ! ». Non Halle, tu n’es pas comme nous, tu es d’une beauté à tomber, tu es une gravure de mode, une pub ambulante pour le corps parfait, le sourire blancheur irréel, les cheveux volent au vent parce que tu le vaux, toi… mais comme nous, tu n’es pas actrice !

    Bon, l’histoire, on s’en cogne. La chute réserve une surprise… mais il faut tenir jusque là. Et s’il y avait une jolie musique au générique… j’en sais rien, j’étais partie !

  • La Cité Interdite de Zhang Yimou ?????

    Au Xème siècle pendant la Dynastie Tang : la reine découvre que le roi son époux l’empoisonne à petits feux. Avec l’aide ou pas de son fils, elle va chercher à se venger, ou mieux à renverser le despote.

    Je l’avoue j’ai failli « partir avant la fin du monologue shakespearien » de cet opéra kitsch qui pèse trois mille tonnes et autant de millions de yuans sans doute. Tous ces rouge et or clinquant seraient supportables pour l’œil humain s’il ne s’y ajoutait des rose et mauve fluos du plus mauvais goût qui finissent par donner la nausée. Je ne sais plus qui disait : l’opéra c’est une reine qu’a des malheurs… et bien elle en a des malheurs cette reine. Son mari ne l’aime pas, il lui fait avaler de force et en grande pompe une dose de poison toutes les deux heures, son fils est parti loin mais il revient, elle est amoureuse du fils que son mari a eu d’un précédent mariage, et pour couronner le tout, parfois elle a du mal à mettre ses bigoudis. Tout ça l’énerve, elle tremble, s’agite, transpire en faisant du canevas (elle a quand même 10 000 foulards à broder de chrysanthèmes pour demain)… parfois des larmes jaillissent, de vrais geysers !

    Nous sommes chez les Médicis, les Borgia, la Reine, c’est Margot et entre conspirations, complots, incestes, manipulations et meurtres, ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère les Tang, pas le temps de s’ennuyer… mais Zhang Yimou nous enferme dans une Cité Interdite de pacotille à vous rendre claustrophobe et on est tout étonné de se fiche comme d’une guigne de tout ce qui leur arrive. Soudain, ça s’excite et des hommes chauve-souris envahissent l’écran. C’est la plus belle scène : elle dure 2 minutes 12. Ces hommes noirs sont des espèces de grands coupe-coupe géants. Ça tranche, ça coupe, ça élimine, ça gicle partout, youpih de l’action ! ça dégomme à tout va mais tant pis au bout de deux heures, on a vraiment besoin d’air. Tout ce foutoir luxueux se termine par un combat géant et incompréhensible avec effets visuels très très spéciaux et très visibles à l’œil nu où la secte des poignards volants s’empoigne avec les furieux aux chrysanthèmes sur un très joli parterre de fleurs comme il se doit. On devrait toujours livrer bataille sur des champs de fleurs, c’est beaucoup moins violent et les rivières de sang finissent toujours par s’accorder avec le jaune des chrysanthèmes. Un vrai carnage, youplaboum et les quelques survivants se feront terminer à la machette. En un quart d’heure une armée de nettoyeurs balaieront tout ça et on pourra manger tranquille.

    Luxe et profusion ne sont donc pas synonymes de qualité. Cerise sur le clafoutis : GONG LI !!! Que lui est-il arrivé ? Je pense qu’elle peut définitivement (ses trois derniers films à l’appui) postuler au titre de plus mauvaise actrice de tous les temps… Cela dit, elle place la barre très très haut ! Son visage devenu inexpressif est figé en une seule expression : le mépris. Elle tremble beaucoup et au bout du 25ème gros plan sur son visage en sueur, on frôle l’overdose !

    En voyant ce film, je me demande ce qu’est aussi devenu le Zhang Yimou qui m’avait bouleversée, subjuguée avec « Le sorgho rouge », « Epouses et concubines », « Qiu Ju une femme chinoise » et surtout « Vivre ».