Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alec baldwin

  • ROCK FOREVER de Adam Shankman *

    Rock Forever : photoRock Forever : photoRock Forever : photoRock Forever : photo

    Sherrie, godiche d'Oklahoma attifée comme une chanteuse country, s'en vient à Hollywood avec ses 33 tours de rock sous le bras convaincue de faire carrière dans la chansonnette. Sitôt descendue du bus, elle se fait chouraver ses skeuds par un vilain et tombe toute pleurnichante dans les bras de Drew, le falot de service qui lui offre un combi amour/boulot dans la même pochette surprise. Voilà donc notre Sandra Dee serveuse au Bourbon Room, bar décadent sur le Sunset Strip où se produisent les stars du Rock'n'roll en cette année 1987. En fait de chanteuse, elle va devenir strip-teaseuse dans un autre bar pour messieurs libidineux pendant que son insignifiant Drew se produira dans un boys-band et que la star planétaire Stacee Jaxx n'en finira plus de faire ses adieux ou son come back... je n'ai pas tout suivi.

    Donc, c'est une comédie musicale.
    Je ne le savais pas. Cela signifie que parfois les gens au lieu de parler, se mettent à chanter et à danser et le moindre passant qui passe en fait de même et connaît la chanson, la musique et la choré !

    Respect.

     

    J'aime les comédies musicales.
    Mais pas trop celle-ci,

     

    elle est ratée !

    La faute aux deux endives que je vais m'empresser d'oublier, qui font office de rôles principaux et qui risquent de se reproduire et de donner encore des générations de braillards qui confondent chansons et hurlements. Et je ne vous parle même pas du vibrato r'n'bisant de la donzelle qui se prend parfois pour Olivia Newton John mais en moche et peinturlurée comme si elle allait à la Gay Pride !

    Le gars... il est tellement mochtron qu'il a même fini par devenir transparent.

    La faute à un macaque habillé comme Kadhafi qui ne risque pas de me faire ébaucher l'amorce de l'ébauche d'un sourire tant ses NOMBREUSES apparitions me donnent plutôt envie d'en faire de la chair à pâté !

    La faute à Russel Brand qui me file un urticaire géant.

    La faute à la musique qui m'a souvent donné l'impression que l'écran était enduit de guimauve, de sirop, de mélasse,

    et trop de glucose me dérégule la glycémie.

    MAIS...

    dans Rock Forever... il y a les "vieux", et ce sont eux qui assurent le BON boulot. Bien sûr il y a Tom Cruise... et une discussion à peine animée autour du repas du soir nous a une fois de plus ramenés au thème de la scientologie. Tom Cruise n'est pas une bonne personne mais c'est un putain de bon acteur. Bon à tel point que je me dis qu'un si bon acteur ne peut pas être une aussi mauvaise personne. Sauf que si. Mais tant pis. La performance physique, vocale et (dés)enchantée qu'il livre est pratiquement du niveau de celles qu'il offrait dans Magnolia for ever ou Eyes Wide Shut où il se décomposait sous nos yeux ébahis.

    Catherine Zeta-Jones est tordante en ex-groupie devenue vipère par dépit. Elle condamne et combat le rock diabolique et s'amuse beaucoup à le faire. Et puis, Alec Baldwyn en tôlier gay du bar où il faut être vu, est absolument impayable. Malgré un sérieux dont il ne se départit pas, il est la caution comique du film, hélas souvent flanqué de ce nazbroque de Russel Brand toujours mauvais comme un cochon.