Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bruce willis

  • RED 2 de Dean Parisot *

    21010498_20130605152306096_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Synopsis : Lorsque l’agent retraité de la CIA Franck Moses apprend la mort de son ancien collègue Marvin, il se rend à son enterrement avec sa compagne Sarah, sans se douter qu’il va au-devant de gros problèmes… Arrêté et interrogé par le FBI au sujet d’un mystérieux "Projet Nightshade", il ne doit son salut qu’à l’intervention de Marvin qui avait simulé sa mort. Ils se lancent alors dans une course poursuite à travers le monde pour découvrir le secret du "Projet Nightshade".

    Lire la suite

  • DIE HARD 5 : BELLE JOURNÉE POUR MOURIR de John Moore °

    Die Hard : belle journée pour mourir : affiche

    Je ne vais pas perdre temps et énergie à vous parler de ce film bourrin, indigent. Quelques mots quand même pour vous dire à quel point il est con et peut-être vous faire économiser quelques deniers. Figurez-vous que John McClane (cte bombasse de Bruce Willis) que tout le monde appelle "papy" ou "grand-père" MDR... a un fils et une fille aussi. Le genre d'accessoires dont je ne me souvenais absolument pas. Comme Johnny Chou a passé sa vie à traquer le terroriste et le nazi, il a raté toutes les fêtes d'anniv' et les matchs de base-ball des moutards. Ouiiiiiiiiiiiiiiin. Du coup le filston, John Junior (ct'endive deJay Courtney... comme quoi la bombasse attitude est pas génétique !) est devenu grand délinquant, comprenez agent de la CIA. PTDR ! Il foire copieux une mission à Moscou et papa déboule dare dare chez les vilains ruskofs pour ramener le minot à la maison. Oui, mesdames et messieurs, l'infâme soviétique est de retour, mais Moscou est belle à tomber et fort embouteillée.

    Quoique fâché tout rouge contre son papounet qu'il appelle John, John-Junior finit par être contraint de faire équipe avec lui et d'en revenir aux bonnes vieilles méthodes de l'âge de pierre pour venir à bout des affreux. Il ne faut pas plus de 10 minutes à Bruce/John pour mouiller et tâcher son marcel et démontrer qu'il en a encore sacrément sous le capot malgré ses tempes grisonnantes. Hélas, trois mille fois hélas... l'humour est resté dans le stylo du scénariste et Bruce n'a qu'à répéter des phrases aussi miteuses et ridicules que le scénario : "mais j'suis en vacances !!!... appelle-moi papa... tu veux un câlin..." Si j'ai éclaté de rire à plusieurs reprises c'était indépendant de la volonté du réalisateur. Après une course poursuite interminable dans les rues et sur le périph' moscovites aussi moche que débile, imaginez que John et John se retrouvent à Tchernobyl (oui le vrai Tchernobyl et pas la station de ski Suisse, Grenoble... je n'invente rien...) et qu'il suffit d'arroser la zone pour qu'elle ne soit plus radio-active entre autre absurdité. Tout explose de partout à tout bout de champ et je vous laisse le suspens de deviner si les deux John s'en sortent.

    Imaginer que John Junior puisse reprendre les rênes de la franchise est un scandale car Jay Courtney entre directement dans la catégorie witloof, la team Worthington/Butler/Statham sans même passer par la case départ et toucher 20 000 balles ! Mais où vont-ils chercher ces acteurs bovins ?

  • LOOPER de Rian Johnson ***

    Looper : photoLooper : photo Emily BluntLooper : photo Joseph Gordon-Levitt

    En 2044, des mafieux pourris jusqu'à l'os ont inventé une machine à remonter le temps. Ils envoient dans le passé des tueurs chargés d'éliminer des témoins gênants. Ces sales types sans foi ni loi ni grandes compétences mais frimeurs et drogués car plein aux as s'appellent des "loopers". Leur boulot est assez simple, équipés d'un "tromblon", une arme qui éclaterait un moustique à 200 mètres, ils se contentent d'attendre aux abords d'un champ de maïs qu'un gars leur tombe du ciel directement sur les pieds, cagoulé, les mains dans le dos et de tirer. En échange de ce service, ils reçoivent une coquette somme en lingots d'or qu'il leur est conseillé de capitaliser jusqu'aux jours où ils se retrouvent face... à eux-mêmes. La plupart des "loopers" tirent sans rechigner sur leur "moi" âgé. Dans ce cas, la "boucle est bouclée" et ils n'ont plus qu'à se ranger des voitures. Parfois, un looper hésite à se tirer dessus et là, ça fiche un sacré bazar. C'est ce qui arrive au jeune Joe... d'autant que le vieux Joe, informé de ce qui va lui arriver... a réussi à ôter le sac qu'il devait porter sur la tête. Une seconde d'hésitation et paf, la machine s'enraye. Contre toute attente, les deux Joe ne vont pas s'allier, ne vont pas s'entendre. Et le vieux Joe va se mettre à la recherche du pourri qui sera responsable de l'assassinat de sa femme 30 ans plus tard et qui est à l'heure actuelle un enfant. Cet élément, empêcher un petit garçon de devenir une ordure, ne lui pose d'ailleurs aucun problème... Ce qui n'est pas l'élément le plus inattendu du film.

    J'arrête là de me retourner le cerveau et je vous conseille d'en faire de même et vous recommande également de laisser votre logique au vestiaire avant de voir ce film FORMIDABLE et unique en son genre. Même s'il lorgne avec humilité du côté des Matrix, Inception, Memento et compagnie avec une petite dose homéopathique de Damien, la Malédiction. Et même si j'en suis encore à me demander comment et pourquoi, alors qu'ils sont renvoyés dans le passé... ce sont les jeunes qui sont chargés de tuer les vieux !!! Vous me suivez ? Moi non plus. Peu importe. A cette même époque, certaines personnes ont développé un mini pouvoir télékinésique à peu près inutile sauf à draguer des filles impressionnées de voir un garçon faire tournicoter une pièce par le seul pouvoir de la pensée. Ce don minable et vain prend une toute autre dimension et d'autres proportions chez un petit garçon isolé avec sa jolie maman dans sa ferme au milieu de n'importe où et qui pourrait bien être le futur pourri responsable de la mort de la femme de Joe. Ou pas !

    Vous ne suivez toujours pas ? C'est normal.

    Néanmoins, je vous recommande vivement de ne pas faire l'impasse sur ce grand petit film qui sans surenchère d'effets spéciaux envahissants (la deuxième partie se passe dans une ferme au milieu d'un champ je vous le rappelle) va vous en mettre plein la vue et vous laisser sur le fondement avec un final tellement inattendu, renversant que je n'ai pu m'empêcher de dire "oh" ou "noooon !"  de stupéfaction, c'est dire !!! Quant aux réponses à certaines questions, et bien, je pense qu'il faut revoir la chose.

    Bruce Willis est beau et bon comme Bruce Willis. Il porte toujours admirablement le ti-shirt blanc taché de sang, a toujours ses magnifiques yeux verts et son regard qui semble frisotter. Et Joseph Gordon Levitt, parfois méconnaissable, lui ressemble comme un double et a poussé le perfectionisme jusqu'à emprunter ses tics et ses tocs. Impressionnant.

  • LADY VEGAS - LES MÉMOIRES D'UNE JOUEUSE de Stephen Frears **(*)

    Lady Vegas - Les Mémoires d'une joueuse : photo Rebecca HallLady Vegas - Les Mémoires d'une joueuse : photo Bruce WillisLady Vegas - Les Mémoires d'une joueuse : photo Catherine Zeta-Jones

    En Floride, Beth exerce le beau métier de strip-teaseuse à domicile. Lassée de tomber sur des clients pas toujours fiables ou bien intentionnés, elle se rend à Las Vegas avec l'ambition de devenir serveuse dans un bar ! Dès son arrivée, de jeunes demoiselles pas farouches la mettent en relation avec Dink, parieur sportif professionnel. La petite entreprise de Dink connaît parfois la crise mais la facilité déconcertante de Beth à prendre les paris met illico Dink en confiance. Il l'embauche et la considère immédiatement comme un véritable porte-bonheur. Alors qu'il considère sa femme qui répond au doux prénom de Tulip, comme un porte-poisse. La dame, furie botoxée, n'apprécie d'ailleurs guère la complicité nouvelle de Dink et Beth qui saute aux yeux instantanément. Par ailleurs, l'aisance de Beth lui donne rapidement de l'assurance, ce qui va l'amener à commettre des erreurs auprès de bookmakers dont l'activité est illégale aux Etats-Unis...

    Après le calamiteux et pas du tout drôle Tamara Drewe avec l'insupportable Gemma Arterton, Stephen Frears nous offre cette petite sucrerie ensoleillée au royaume du bling-bling et de l'argent facile (et de la faillite catastrophique). Evidemment, je n'ai pas compris le début du commencement du fonctionnement de cette activité lucrative et manifestement addictive qu'est le pari mais l'important n'est pas là. Même si les ressorts et rebondissements de l'histoire permettent de rester connecter, ce sont ici surtout les personnages et les acteurs qui valent le déplacement.

    La jolie et pétillante Rebecca Hall (qui craque pour Dink, je comprends à 200 % !!!) est absolument adorable en banlieusarde naïve mais futée qui manie les chiffres et les lettres avec brio. L'apparition de Catherine Zeta-Jones en mégère vulgaire, cupide et jalouse fait d'abord craindre le pire et une impression de déjà vu. Mais finalement le film est plus subtil qu'il n'y paraît et le personnage de Tulip évolue, montre ses failles, parvient à être touchant et Catherine Zeta-Jones démontre son (ou ses) talent(s) comme il y a bien longtemps qu'elle ne l'avait fait. Mais évidemment, c'est Bruce Willis qui monopolise l'attention. Une nouvelle fois il casse son image de gros dur qui sauve le monde et se montre particulièrement fragile en anxieux, parfois colérique et très hypocondriaque. Son look short et chaussettes blanches montantes lui donne une allure de papy un peu abruti. Bien joué Bruce, car dès que la caméra s'approche de son visage, sourire enjôleur et regard qui tue... on voit bien que cte bombasse en a encore et toujours sous le capot. D'ailleurs la petite Rebecca/Beth a bien du mal à contrôler ses élans malgré la différence d'âge. Mais Tulip et un scenario malin sont là pour que les choses ne soient pas aussi prévisibles qu'on aurait pu l'imaginer.
    En outre, il est rare de voir un film énergique, dynamique avec des personnages aussi positifs et on sort de la projection de ce film plein d'entrain et de bonne humeur !

    Et une furieuse envie de revoir Bruce Willis dans un grand rôle à lui tout seul...

    P.S. : Joshua Jackson est très bien aussi !

  • MOONRISE KINGDOM de Wes Anderson ***

    Moonrise Kingdom : photoMoonrise Kingdom : photo

    Lorsque Sam aperçoit Suzy pour la toute première fois, elle est déguisée en oiseau et c'est le coup de foudre ! La bonne nouvelle c'est qu'il est réciproque. Mais les deux amoureux n'ont que 12 ans et sont donc séparés. Suzy, considérée comme psychologiquement fragile et perturbée vit avec ses parents et ses trois petits frères, tandis que Sam, orphelin, passe d'une famille d'accueil à l'autre car il est ingérable. Les deux enfants s'écrivent et promettent de se retrouver. Sam s'échappe du camp scout où il passe l'été 1965 sur une île de la Nouvelle-Angleterre. Suzy se sauve de chez elle en pleine nuit. Alors qu'une tempête s'approche précisément du lieu où les deux tourtereaux se retrouvent, les adultes se mettent à la recherche des enfants.

    Dès la première image on entre dans l'univers visuel très particulier de Wes Anderson avec ses couleurs improbables et ses plans parfois vertigineux. La maison où vit Suzy ressemble à une maison de poupées et l'atmosphère qui y règne est étrange. Les enfants semblent livrés à eux-mêmes et la mère ne s'adresse à ses enfants et son mari qu'à l'aide d'un mégaphone. Pourtant la disparition de Suzy est ressentie comme une tragédie par les parents qui semblaient pourtant apathiques à tout ce qui les entoure. Lorsque Sam manque à l'appel au camp, le chef scout est lui aussi complètement catastrophé. Le point commun de tous ces adultes est une espèce d'attitude mécanique et une tristesse insondable qui semble tous les avoir envahis depuis longtemps. Aucun d'entre eux n'est heureux c'est certain mais tous vont redoubler d'efforts pour retrouver les enfants en danger.

    De leur côté, Sam et Suzy vivent leur aventure comme des grands avec un sérieux qui confine parfois à la tristesse. Mais ces deux là sont à l'image des adultes de l'histoire, dignes, déterminés et un poil désespérés. Mais aussi parfaitement inconscients des risques qu'ils peuvent éventuellement courir et pas informés de la tempête qui approche. Les talents de Sam, scout jusqu'au bout du canif sont parfois contredits par l'impeccable et très futée Suzy. Lorsque Sam lui explique qu'il met des feuilles d'arbre sous sa toque de trappeur pour se rafraîchir la tête, la maline lui rétorque calmement : "tu pourrais aussi bien retirer la toque". C'est tordant, mais ces gosses là ne rient jamais. Ils s'aiment. Et c'est beau. Si Kara Hayward (un nom de star non ?)/Suzy a toutes les chances de nous surprendre de film en film tant elle semble avoir le potentiel d'une Elle Fanning (ce qui n'est pas peu dire), le petit Jared Gilman/Sam est moins convaincant.

    Et bizarrement même s'il s'agit de l'histoire d'amour très forte et très belle de deux enfants, ce sont quand même les adultes qui surprennent ici. Et notamment Bruce Willis, totalement aux antipodes de ce qu'il a fait jusque là en flic très très sérieux d'un bled paumé. Il est aussi amoureux indolent et résigné et d'une tristesse indicible qui lui va très bien. Edward Norton est impayable en chef scout désespéré pour avoir failli à son devoir. Frances McDormand, Bill Murray, Jason Schwartzman et Tilda Swinton sont parfaits. Cette dernière réussit particulièrement sa prestation d'assistante sociale rigide très prompte à prescrire à ces ados récalcitrants quelques séances d'électrochocs pour les remettre dans le droit chemin. Je ne vous dis rien de l'apparition très marrante du Grand Chef Scout dans la toute dernière partie de ce beau film, très original et un peu triste...

  • THE EXPENDABLES : UNITÉ SPÉCIALE de Sylvester Stallonnne **

    19472886_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100706_011508.jpg
    19146404_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20090728_061624.jpg
    19090260_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20090414_110323.jpg
    Barney Ross et sa bande de mercenaires sont des surdoués en résolution de missions impossibles : prises d'otages en Afrique, éliminations de tyrans en Amérique centrale, rien ne les arrête pourvu qu'il y ait du danger et de la baston. Sitôt qu'une besogne est accomplie, ils disparaissent et se retrouvent pour la mission suivante. Ici, il s'agit d'éliminer un général qui tyrannise les habitants d'une petite île jadis paradisiaque et qui s'est accoquiné avec un gros trafiquant de drogue très sadique qui se révèle être un ex agent de la CIA...
    Mais en gros l'intrigue on s'en contrefout car voilà bien un film qui ne sert à rien à part faire énormément de bruit et remuer en tous sens mais aussi à prouver que certains vieux musclés en ont encore dans... sous la semelle. Excepté Mickey Rourcke qui reste assis, le ventre posé sur les cuisses, les autres s'en donnent à coeur joie et ne lésinent pas sur les cascades. Sly se fait plaisir sans donner l'impression de se prendre au sérieux. C'est lui le plus vieux et il a une forme olympique. Le plus petit c'est Jet Li. Le plus méchant c'est Eric Roberts. Le plus... rien-à-faire-j'y-arrive-pas-tellement-je-le-trouve-moche-et-mauvais c'est Jason Statham. Mais celui qui m'a le plus surprise c'est Dolph Lundgren ! Je n'avais jamais remarqué comme ce type est beau... Je ne suis donc pas venue pour rien.
    Sinon, et bien, ça pète, ça explose, ça caracole et ça tire tous azimuts avec des armes de destruction massive comme le fusil d'assaut automatique AA-12 (je me documente) qui est l'arme de feu la plus puissante du monde. Mais les mastars ne sont pas manchos à l'arme blanche non plus, comptez sur eux. Alors parfois ça gicle et comme la vie humaine n'a pas grande valeur, il y a 27 morts par scène ce qui ne dérange personne.
    Sylvester devant et derrière la caméra soigne bien ses petits copains et notamment il bichonne proprement l'entrée et la sortie de Schwarzy et exhibe Bruce Willis sous son meilleur profil... (non madame il n'est pas nu !).
    L'humour n'est pas absent et il n'est pas interdit de sourire à plusieurs reprises ou d'être stupéfait d'entendre des grands garçons plein de muscles et de tatouages se balancer ce genre de boutades :
    - "t'as combien d'hommes avec toi ?
    - que ta mère"...
    MDR,
    ou encore :
    - "qui t'a envoyé ?
    - ton coiffeur".*
    LOL.
     En conclusion, je vous recommande fortement de déposer votre cerveau à la consigne avant d'entrer en salle et de vous laisser aller à cette espèce de plaisir régressif un peu coupable de fin d'été.
    *notez que l'interlocuteur est chauve comme un oeuf.

  • Clones de Jonathan Mostow **

    ClonesClones

    Imaginons un peu que la technologie ait été poussée si loin que chacun d’entre nous ait la possibilité de s’offrir un clone. C’est la machine qui irait au travail, sortirait en s’exposant à tous les dangers de la vie alors qu’on resterait tranquillement chez soi à vieillir et à ne rien craindre. La criminalité aurait chuté de 99% et partout ne circuleraient que des tops models répondant à tous les critères de beauté, d’élégance et de séduction (mouarf) qui ont cours actuellement… car même si vous étiez au moment de l’achat un obèse vieillissant, vous pourriez choisir d’être connecté à un clone ayant l’apparence d’une blonde à forte poitrine (par exemple, c'est pas obligé).

    Evidemment il resterait quelques « réfractaires » à la robotoisation parqués hors de la ville dans un no man’s land sous la coupe d’une pourriture autoproclamée « Le prophète ».

    C’est dans ce meilleur des mondes choisis que vit Tom, agent du FBI qui n’a plus grand-chose à perdre (puisqu’il a perdu son fils et presque sa femme…) ni à faire à part envoyer des clones en réparation. Jusqu’au jour où un clone est abattu et… nouveauté, son propriétaire meurt aussi. L’agent Tom/Bruce Willis va remonter jusqu’à la source et découvrir qui en veut aux machines et surtout à leurs propriétaires.

    D’abord tout en plastique version clonée rajeuni de 20 (ou 30 ?) ans avec mèche blonde rebelle sur le front (ridicule donc), Bruce est beaucoup plus Tchoupi quand il reprend son costume de sauveur du monde, avec ses charmantes rides au coin du regard, son crâne chauve et ses yeux humides de tristesse.

    Et on se prend à rêver ou au moins à imaginer ce qu’aurait pu être ce film si un réalisateur d’envergure (Alfonso Cuaron ???) s’était attaqué aux thèmes passionnants qui ne sont ici qu’effleurer et en aurait fait un grand grand film d’anticipation !

    Reste Bruce Willis qui semble être le seul à avoir compris de quoi il s’agissait et la joue humain plus qu’humain. Grâce lui en soit rendue.