Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tilda swinton

  • THE GRAND HÔTEL BUDAPEST de Wes Anderson **(*)

    017555_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg239820_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Dans un pays imaginaire de l'Est de l'Europe nommé Zubruwska, dans les années 30, Monsieur Gustave est le Concierge du grand Hôtel Budapest, un Palace qui accueille de richissimes personnages.

    Lire la suite

  • MOONRISE KINGDOM de Wes Anderson ***

    Moonrise Kingdom : photoMoonrise Kingdom : photo

    Lorsque Sam aperçoit Suzy pour la toute première fois, elle est déguisée en oiseau et c'est le coup de foudre ! La bonne nouvelle c'est qu'il est réciproque. Mais les deux amoureux n'ont que 12 ans et sont donc séparés. Suzy, considérée comme psychologiquement fragile et perturbée vit avec ses parents et ses trois petits frères, tandis que Sam, orphelin, passe d'une famille d'accueil à l'autre car il est ingérable. Les deux enfants s'écrivent et promettent de se retrouver. Sam s'échappe du camp scout où il passe l'été 1965 sur une île de la Nouvelle-Angleterre. Suzy se sauve de chez elle en pleine nuit. Alors qu'une tempête s'approche précisément du lieu où les deux tourtereaux se retrouvent, les adultes se mettent à la recherche des enfants.

    Dès la première image on entre dans l'univers visuel très particulier de Wes Anderson avec ses couleurs improbables et ses plans parfois vertigineux. La maison où vit Suzy ressemble à une maison de poupées et l'atmosphère qui y règne est étrange. Les enfants semblent livrés à eux-mêmes et la mère ne s'adresse à ses enfants et son mari qu'à l'aide d'un mégaphone. Pourtant la disparition de Suzy est ressentie comme une tragédie par les parents qui semblaient pourtant apathiques à tout ce qui les entoure. Lorsque Sam manque à l'appel au camp, le chef scout est lui aussi complètement catastrophé. Le point commun de tous ces adultes est une espèce d'attitude mécanique et une tristesse insondable qui semble tous les avoir envahis depuis longtemps. Aucun d'entre eux n'est heureux c'est certain mais tous vont redoubler d'efforts pour retrouver les enfants en danger.

    De leur côté, Sam et Suzy vivent leur aventure comme des grands avec un sérieux qui confine parfois à la tristesse. Mais ces deux là sont à l'image des adultes de l'histoire, dignes, déterminés et un poil désespérés. Mais aussi parfaitement inconscients des risques qu'ils peuvent éventuellement courir et pas informés de la tempête qui approche. Les talents de Sam, scout jusqu'au bout du canif sont parfois contredits par l'impeccable et très futée Suzy. Lorsque Sam lui explique qu'il met des feuilles d'arbre sous sa toque de trappeur pour se rafraîchir la tête, la maline lui rétorque calmement : "tu pourrais aussi bien retirer la toque". C'est tordant, mais ces gosses là ne rient jamais. Ils s'aiment. Et c'est beau. Si Kara Hayward (un nom de star non ?)/Suzy a toutes les chances de nous surprendre de film en film tant elle semble avoir le potentiel d'une Elle Fanning (ce qui n'est pas peu dire), le petit Jared Gilman/Sam est moins convaincant.

    Et bizarrement même s'il s'agit de l'histoire d'amour très forte et très belle de deux enfants, ce sont quand même les adultes qui surprennent ici. Et notamment Bruce Willis, totalement aux antipodes de ce qu'il a fait jusque là en flic très très sérieux d'un bled paumé. Il est aussi amoureux indolent et résigné et d'une tristesse indicible qui lui va très bien. Edward Norton est impayable en chef scout désespéré pour avoir failli à son devoir. Frances McDormand, Bill Murray, Jason Schwartzman et Tilda Swinton sont parfaits. Cette dernière réussit particulièrement sa prestation d'assistante sociale rigide très prompte à prescrire à ces ados récalcitrants quelques séances d'électrochocs pour les remettre dans le droit chemin. Je ne vous dis rien de l'apparition très marrante du Grand Chef Scout dans la toute dernière partie de ce beau film, très original et un peu triste...

  • WE NEED TO TALK ABOUT KEVIN de Lynne Ramsay ***

    WE NEED TO TALK ABOUT KEVIN de Lynne Ramsay, cinéma,Tilda Swinton, John C. Reilly, Ezra Miller,WE NEED TO TALK ABOUT KEVIN de Lynne Ramsay, cinéma,Tilda Swinton, John C. Reilly, Ezra Miller,WE NEED TO TALK ABOUT KEVIN de Lynne Ramsay, cinéma,Tilda Swinton, John C. Reilly, Ezra Miller,WE NEED TO TALK ABOUT KEVIN de Lynne Ramsay, cinéma,Tilda Swinton, John C. Reilly, Ezra Miller,

    Kevin est un ado de 16 ans à qui il est fort déconseillé de confier sa petite soeur. Entre autre. Mal dans sa peau, mal dans sa vie, Kevin n'a jamais trouvé sa place dans ce monde et a décidé de faire de la vie de celle qui l'a mis au monde un enfer. Pari gagné. Dès la naissance de Kevin, Eva devient l'ombre de son enfant, pourtant fort désiré, qui n'est que cris, hurlements de jour comme de nuit. Il redevient l'ange que tout nourrisson se doit d'être dès que papa entre dans la maison. Une chose est sûre, ce film est peu recommandé à toutes celles qui ont décidé de procréer et en tout cas devrait calmer celles qui le voient d'appeler leur rejeton Kevin.

    Dès sa plus tendre enfance, Kevin ne parle pas et refuse obstinément de faire ses besoins aux toilettes. A 6 ans et plus, il ne dit pas un mot et porte encore des couches qu'il souille avec un grand sourire dès que sa mère l'a changé... ce qui nous vaut un lancer de Kevin des plus surprenants, et une réaction étonnante de la part de ce sournois Kevin qui ne dénoncera pas sa mère... Malgré les soins attentifs d'Eva et ses efforts pour tenter de jouer avec son enfant, Kevin ne joue pas et regarde sa mère fixement avec à la fois dégoût et indifférence. Les médecins sont rassurants. Bien que Kevin soit peu réactif, il va très bien et ne présente aucune des caractéristiques de l'autisme. Il faut être patient avec cet ange. Car de toute façon : c'est TOUJOURS la faute des mères !

    Ce petit vicelard n'est que haine et roublardise et avec l'âge il va dans un premier temps développer un sens aigü de la torture mentale et opposer des arguments puissants aux tentatives maternelles d'établir un lien. La scène où Eva emmène son fils au restaurant est un des sommets.

    Ce film est un choc et aucune explication n'est donné au comportement de Kevin qui aboutira à un bain de sang mûrement et froidement préparé. Eva a t'elle détesté son fils alors qu'elle le portait encore en elle ? Une scène de préparation à l'accouchement la montre désemparée alors que les autres futures mères sont rayonnantes. L'éducation de Kevin a t'elle eu des ratés qui expliquent sa déviance ? On ne saura rien. On constate. On découvre scène après scène au travers des souvenirs d'Eva comment le regard de Kevin constamment entre le dégoût et le jugement est vide de toute humanité. La construction du film en flash-backs nombreux nous met peu à peu sur la piste de la naissance et de l'évolution d'un monstre au visage d'ange mais au regard inquiétant.

    Dès l'ouverture, on ne sait ce qu'on va découvrir derrière le rideau qui se soulève doucement. On ne passera derrière ce rideau qu'à la toute fin. Entre temps, tout le film sera destructuré. On suivra Eva, fantôme ambulant, en sursis, en sur-vie. On égrènera avec elle ses souvenirs pour tenter de comprendre, et comme elle, on restera dans un état de sidération suffocant. La réalisatrice choisit le rouge comme couleur dominante (tomate, peinture, confiture...) comme pour prévenir le spectateur que sous l'apparence d'un tout petit bébé innocent se dissimule un psychopathe sanguinaire qui un jour peut-être en aura assez de torturer sa mère. Ou alors cherche t'il à attirer son attention encore davantage ? A rester seul pour toujours avec elle ?

    Evidemment ce film étrange et dérangeant souffre de quelques faiblesses. Notamment la personnalité du père, un bon nounours, et John C. Reilly lui prête son visage de bambin joufflu et son physique rassurant de bûcheron, qui ne voit rien, n'entend rien, ne dit rien. On se demande comment cette femme de caractère ne quitte pas ce mou du genou qui trouve toujours que Kevin est un enfant. Il laisse sa femme se démerder avec le tyran malgré les signaux qu'elle lui envoie : Kevin est un malade mental. Ce sera également lui qui le transformera en Robin des bois...

    J'élude donc les quelques failles de ce film qui est une belle secousse et note évidemment en particulier les compositions impressionnantes de Tilda Swinton qui se balade avec une aisance confondante entre la bourgeoise glacée et le zombie à l'agonie, et aussi celle de Ezra Miller dont le regard fou de déséquilibré est un effet spécial à lui seul !

  • AMORE de Luca Guadagnino **

    19479425_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100720_103613.jpg19479426_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100720_103621.jpg19479427_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100720_103622.jpg

    C'est l'histoire d'une riche famille industrielle du Nord de l'Italie mais surtout d'Emma, mariée à Tancredi. Elle est mère de trois enfants et mène avec beaucoup de panache et de dévotion sa vie de femme du monde entre les luxueuses réceptions qu'elle donne dans sa maison-palais. Lors de l'anniversaire du patriarche, père de Tancredi, ce dernier lui transmet ainsi qu'à son fils l'entreprise familiale. Mais la passion qu'Emma va nourrir pour Antonio, un jeune cuisinier ami de son fils, va bouleverser et faire exploser les carcans qui l'écrasent. Un drame insurmontable va encore amplifier la révolution qui va déstabiliser les Recchi.

    C'est un film d'une ambition folle et démesurée qui par certains côtés, écrasé de ses références cinéphiles évidentes semble d'un autre âge. En effet, il m'apparaît complètement anachronique dans le cinéma d'aujourd'hui de s'intéresser à une grande famille capitaliste tant ses membres ont l'air déconnectés de la vie telle que le commun des mortels (dont je suis) la connaît. Je ne pense pas que ce qui m'a gênée soit la succession des styles, c'est même plutôt un bonheur de passer sans transition de Visconti à Hitchcock (même le chignon de Tilda Swinton IMPERIALE est Hitchcockien ainsi que cette « poursuite » dans San Remo copiée sur celle de « Vertigo ») mais la déception entre les sommets passionnants atteints et les profonds creux dans lesquels s'insinue un abyssal ennui. La très très longue scène d'introduction qui nous installe dans un dîner guindé où semble déjà planer le(s) futur(s) drame(s), nous promène dans cette maison musée pleine de marbre, d'escaliers, de pièces sombres, à la fois immense et étouffante... et malgré la longueur de cette scène, je n'ai pas réussi à comprendre parfaitement qui est qui (surtout les enfants, et certains invités...). Et je me suis plusieurs fois pendant la première heure, demandée quand l'histoire allait commencer.

    Par la suite, il y aura des coups d'accélérateur infernaux et vraiment saisissants qui m'ont clouée au fauteuil... puis de nouveau le calme, des plans fixes à la limite écœurant sur certains plats, une scène de sexe pas bien passionnante car pas bien passionnée. Et il faut reconnaître que le jeune partenaire de Tilda Swinton n'est pas, mais vraiment pas à la hauteur... Et pourtant j'ai vraiment l'impression qu'on était pas loin de tenir un chef d'oeuvre ! A quoi ça tient ?

     

    Par contre, Tilda Swinton magnifique, énigmatique, forte et fragile, parfois perdue, d'autres fois rassurante, mère, amante est le point positif irréprochable de ce film étrange. Cette actrice est immense et son investissement dans ce beau rôle est remarquable. Mais...

  • FESTIVAL PARIS CINEMA - 2 - (mon) Programme du jour

    (sauf changement de dernière minute)

    14 h : Les amants réguliers de Philippe Garrel - à la filmothèque Quartier Latin (Paris 5ème)

    17 h 30 : MasterClass de Jane Fonda - à la filmothèque du Quartier Latin (Paris 5ème) - Modérée par Fabrice Leclerc, rédacteur en chef de Studio Ciné Live. (Je crois savoir que c'est complet).

    19 h 30 : Amore de Luca Guadagnino au MK2 Bibliothèque (13ème) - Présentée par le réalisateur et la comédienne Tilda Swinton.