Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A LA TELEVISION

  • UN FILM GAY ? UN WESTERN ?

    Non, un grand film d'amour.

    Deux acteurs incandescents dont un qui manque à jamais.


    Ce soir sur Arte :

    "...leurs escapades sont autant de pèlerinages. Sans jamais oser retourner à Brokeback Mountain. Ils reconstituent tacitement, invariablement, les conditions de leur première fois; Comme s'il n'y avait qu'un instant d'éternité dans toute une vie et ensuite, des décennies entières vouées au culte de ce dernier".
    Louis Guichard. Télérama

    Lire la suite

  • LOTTE

    n'est pas un thon, ce n'est même pas un poisson. Souvenez-vous... en 2010 au Festival D'Annonay nous avions rencontré cette actrice merveilleuse, Lotte Verbeek et elle était à l'affiche d'un film extraordinaire Nothing personal qui hélas n'a jamais trouvé de distributeurs (HONTE SUR EUX). Elle a pourtant pour ce film reçu le Prix d'interprétation au Festival de Marrakech et au Festival de Locarno.

    Comme l'anniversaire du Warrior tombe toujours en plein festival et réciproquement, il s'était même passé ceci :

    P2050126.JPG

    Ensuite il y avait eu un bisou (car il a décidément une têtabisous) mais je n'ai pas eu le temps de flasher. Je n'avais pas encore mon super appareil de compèt.

    Cette jeune personne n'est pas seulement belle, intelligente et gentille, elle est aussi une formidable actrice. Pour ceux qui suivent les séries elle est d'ailleurs Giulia Farnese dans Les Borgias. Mais ce soir, vous aurez l'occasion de la découvrir dans un téléfilm de l'italien Maurizio Zaccaro où elle tient l'un des trois rôles principaux (vous pourrez par ailleurs y retrouver Sylvia Kristel) :

    sur Arte à 20 h 45 - LES DEMOISELLES DU SWING

    P2050118.JPG

  • UN MONDE PARFAIT de Clint Eastwood ****

     un monde parfait,clint eastwood,cinéma,télévision

    Un monde parfait : photo Clint Eastwood, Kevin Costner, T.J. LowtherUn monde parfait : photo Clint Eastwood, Laura Dern

    Quand je regarde la filmo de MON Clint, il est certain que Sur la route de Madison est ce qu'on a fait de mieux en matière de romance adulte qui fait pleurer des rivières et dont je ne me lasserai sans doute jamais. Mais, je crois que de ses films, celui que je préfère entre tous est Un monde parfait. Cela dit, appeler mon blog Un monde parfait me semblait un chouillas prétentieux. Voilà pourquoi j'ai opté pour la Route... D'autant que la bannière avec ce pont rouge, ce pick-up vert est à mes yeux une merveille que je ne me lasse pas non plus de contempler !

    Alors bande de petits veinards, Un monde parfait sera dans votre poste

    jeudi 26 avril sur France 3 à 20 h 35.

    Pour les chanceux qui ne le connaîtraient pas, car ce n'est pas le plus célèbre de Clint, attardez-vous sur cette merveille car je vous le répète :

     

    ce film est comme son titre : parfait, et Clint offre une fois encore une leçon de cinéma. Un trou étatzunien de plus, les alentours de Dallas à la veille de la visite de JFK en 1963, une musique bluezzy idéale et cette fois, Clint traite à sa façon l’éclatement de la cellule familiale, la maltraitance des enfants et leurs conséquences.

    Cela commence par une évasion. On se dit qu'on est en terrain connu. Mais Butch et son comparse se détestent et la cavale va prendre un tour curieux et inattendu. Criminel tout juste évadé de prison donc, Butch prend en otage Philip (8 ans) et entame avec lui une cavale drôle et dramatique qu’il transforme en jeu de piste géant pour cet enfant à l’éducation rigide qui lui rappelle sa propre enfance privée de père. C’est un road-movie (genre cinématographique réjouissant) physique et métaphorique où la recherche du père est centrale. Le petit Philip sera vite atteint du Syndrome de Stockholm qui atteint tout otage tombant sous le charme de son ravisseur. Et de charme, Butch n’en manque pas, ni de fantaisie et la relation tendre qui s’installe entre ces deux paumés en manque d’amour sera l’objet de scènes cocasses, émouvantes, poignantes et dramatiques. A la poursuite de cet improbable duo : l’as des Texas Rangers (Clint Himself), une criminologue (Laura Dern, formidable) et un agent du FBI bas de plafond.

    Comme toujours, le casting est magnifique jusque dans le moindre second rôle. En tête Kevin Costner absolument remarquable, tour à tour inquiétant, déroutant, paternel, amical. C'est selon moi son plus grand, son plus beau, son plus profond et complexe rôle (avec le John Dunbar de Danse avec les loups). Le petit garçon T.J. Lowther est l'exacte antithèse des têtes à claques hollywoodiennes, petits anges blonds bourrés de tics. Il est un bien surprenant petit fantôme aux grands yeux. Laura Dern est magnifique en idéaliste (un de mes rêves étant d’être à sa place lors du coup de genou qu’elle assène entre les jambes du sniper du FBI (physique de top model, teub et flingue à la place du cerveau).

    Le final déchirant est poignant et ce film est parsemé de scènes d’une force inouïe et parfois inattendue dont l'apothéose est celle où Butch et Philip sont recueillis par un couple de noirs et leur petit fils de 6 ans. Pour défendre le petit garçon qui vient de prendre plusieurs gifles d’affilée, Butch, toujours indigné dès que les enfants sont en danger, nous inflige une séance de torture mentale interrompue de la plus ahurissante façon : un choc ! Alors qu'on ne s'y attendait pas, Clint réussit une scène d'une tension folle totalement hallucinante. 

    Et Clint Eastwood, magnifique, traverse le film de son humanité, forgeant ici son mythe. Deux ans plus tard il affirmera encore son incorrigible romantisme, sa pudeur, sa délicatesse et son intensité en révélant sur grand écran l’impossible amour d’une fermière de presque 50 ans et d’un homme de 65...