Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

helen mirren

  • L'ÉCHAPPÉE BELLE

    de Paolo Virzi ***

    4881490_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec Helen Mirren, Donal Sutherland

    Synopsis : Les années ont passé, mais l'amour qui unit Ella et John Spencer est resté intact. Un matin, déterminés à échapper à l'hospitalisation qui les guette, ils prennent la route à bord de leur vieux camping-car et mettent le cap sur Key West.

    Lire la suite

  • LA FEMME AU TABLEAU de Simon Curis *

    160427_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Synopsis : Lorsqu’il fait la connaissance de Maria Altmann, Randol Schoenberg jeune avocat de Los Angeles est loin de se douter de ce qui l’attend… Cette septuagénaire excentrique lui confie une mission des plus sidérantes : l’aider à récupérer l’un des plus célèbres tableaux de Gustav Klimt, exposé dans le plus grand musée d’Autriche, dont elle assure que celui-ci appartenait à sa famille !

    Lire la suite

  • RED 2 de Dean Parisot *

    21010498_20130605152306096_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Synopsis : Lorsque l’agent retraité de la CIA Franck Moses apprend la mort de son ancien collègue Marvin, il se rend à son enterrement avec sa compagne Sarah, sans se douter qu’il va au-devant de gros problèmes… Arrêté et interrogé par le FBI au sujet d’un mystérieux "Projet Nightshade", il ne doit son salut qu’à l’intervention de Marvin qui avait simulé sa mort. Ils se lancent alors dans une course poursuite à travers le monde pour découvrir le secret du "Projet Nightshade".

    Lire la suite

  • BRIGHTON ROCK de Rowan Joffé ***

    BRIGHTON ROCK de Rowan Joffé, sam riley, cinémabrighton rock de rowan joffé,sam riley,cinémabrighton rock de rowan joffé,sam riley,cinéma

    Totale overbookée, je m'en voudrais néanmoins de ne pas vous parler (au cas où vous décideriez d'aller au cinéma ce week end !), même si c'est brièvement, de cette petite pépite découverte parce que Sam Riley... et rien d'autre ! Et oui, je suis midinette je l'avoue (ah ? vous ne le saviez pas encore ?) mais ce que ce garçon avait fait dans le "Control" d'Anton Corbijn m'incite forcément à le suivre pas à pas ! J'y allais donc pour Sam Riley, ce qui n'était déjà pas si mal, mais j'ai eu le bonheur de découvrir un film absolument enthousiasmant qui ne ressemble à rien de ce qu'on peut voir récemment et qui pourtant évoque Alfred Hitchcock. Pas moins.

    En Angleterre en 1964 et à Brighton en particulier, ça ne tourne pas bien rond et les affrontements entre bandes rivales donnent souvent lieu à des scènes d'une rare violence. Les motards s'opposent à des jeunes en costumes cravates qui déambulent sur des scooters.

    Pinkie Brown est un petit délinquant pas bien net dans sa tête. Mais lorsque son chef de gang est assassiné, il veut non seulement le venger mais également prendre sa place. Quant à Rose, jeune oie blanche pas bien finie non plus, elle se trouve malencontreusement au mauvais endroit au mauvais moment et détient un élément qui pourrait envoyer Pinckie droit se faire pendre (la peine de mort vit ses derniers soubresauts à l'époque). Pour éviter qu'elle ne parle et convaincu de son charme irrésistible, il embobine la jeune fille qui est effectivement instantanément séduite et tout aussi rapidement soumise.

    Ce qui va résulter de cette rencontre et de l'union improbable de ce couple imprévisible et inadapté est tout à fait inédit. Rose conquise jusqu'à en perdre le peu de bon sens qu'elle ait jamais eu et Pinkie qui ne cesse d'osciller entre répulsion et attirance et dont on ne sait jamais réellement si Rose lui inspire amour ou dégoût même si on penche plus facilement vers la seconde proposition, ce qui est suffisamment original pour s'attarder sur l'histoire de ce couple insolite.

    Bien que reconstituée en décors, l'action s'éloigne peu de l'étonnante jetée du Brighton Pier. Il y a donc dans ce film une ambiance de "Troisième homme" (même pas peur), des scènes de poursuites qui s'étirent comme chez Alfred, de la violence imbécile, un couple bizarroïde et incohérent, des scènes inouïes (celle où Pinkie enregistre sa voix à la demande de Rose, celle encore où il se jette à genoux pour prier, et la toute dernière remarquablement et curieusement follement romantique...) et puis soudain de brusques envolées lyriques et une musique quasi symphonique qui brutalement envahit l'écran. Les effets sont visibles mais efficaces, c'est bon.

    Et puis surtout il y a des acteurs. La vieille garde Helen Mirren (cougarissime) et John Hurt contre la jeunesse Sam Riley et Andrea Riseborough. Rien que pour ces deux là, déroutants, insaisissables, ce Brighton Rock vaut largement le voyage. Alors, foncez.

  • TOLSTOÏ, LE DERNIER AUTOMNE de Michaël Hoffman ***

    19183296_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091014_052459.jpg19183291_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091014_052449.jpg19183288_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091014_052448.jpg19183284_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091014_052416.jpg

    Les derniers mois de la vie de Tolstoï. Alors qu'il aspire au calme, à la solitude et à la paix, le grand homme se trouve au centre des querelles qui opposent sa femme la Comtesse Sofia et son disciple Chertkov, plus tolstoïen que nature. Ce dernier use de son influence pour convaincre Tolstoï de modifier son testament en offrant ses droits d'auteur au peuple russe alors que Sofia entend bien se battre pour qu'elle-même et sa famille ne soient pas lésés. Elle considère comme une injustice que son époux casse son testament alors qu'elle lui a sacrifié sa vie. Un tout jeune homme, Valentin Bulgakov (James McAvoid plus moujik que jamais) grand admirateur de l'écrivain va dans le même temps devenir son secrétaire privé, assister à ces empoignades, découvrir l'amour et perdre quelques illusions.

    Quel spectacle de voir ce couple vieillisant amoureux comme au premier jour se déchirer pour des questions idéologiques ! Alors que Tolstoï n'est préoccupé que de questions éthiques et spirituelles, sa femme Sofia reste attachée aux biens matériels dont il veut absolument se défaire. Leon et Sofia ne peuvent plus vivre ensemble mais la simple idée d'être séparés les détruit également. Le drame conjugal qui se joue sous nos yeux, fait de disputes et de réconciliations est tout entier empli de l'âme russe, d'exaltation, de générosité, de sacrifice et d'incohérences. Alors que Tolstoï est devenu un véritable maître à penser qui combat la violence et prône la vie simple, il rend sa femme responsable de son incapacité à rendre cohérent sa vie et son idéal. Le choix déchirant qu'il va faire va encore attiser l'agitation.

    C'est un film comme je les aime et comme en voit de moins en moins. Follement romantique, plein de tumulte, de passion, d'emportement, de sentiments exaltés. Il pose et répond à une question simple : peut-on mettre en harmonie sa vie, ses ambitions et ses opinions ? Comme le cinéma est parfois plus beau que la vie, il répond de façon catégorique à cette question tout en se permettant une fin moins terrible mais plus poignante que la réalité. Le réalisateur propose aussi une vision incroyable de la "peopolisation" de Tolstoï filmé, "paparazzé", épié dans les derniers mois de sa vie comme une star internationale.

    Les acteurs sont russifiés mais les clichés sont absents, pas de neige, pas de chapka... Helen Mirren est admirable, plus elle vieillit plus elle est belle. La première scène de rencontre entre Tolstoï et son nouveau secrétaire est une merveille. Mon coeur a palpité tout du long. Le seul reproche : les personnages ne parlent pas russe !