Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'ÉCHAPPÉE BELLE

de Paolo Virzi ***

4881490_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Helen Mirren, Donal Sutherland

Synopsis : Les années ont passé, mais l'amour qui unit Ella et John Spencer est resté intact. Un matin, déterminés à échapper à l'hospitalisation qui les guette, ils prennent la route à bord de leur vieux camping-car et mettent le cap sur Key West.

Ils découvrent alors une Amérique qu'ils ne reconnaissent plus… et se remémorent des souvenirs communs, mêlés de passion et d’émotions.

Rien de révolutionnaire ici et pas de grandes surprises inattendues, mais embarquer pendant près de deux heures à bord de l'Echappée Belle, un camping-car totalement vintage, offre un voyage au cours duquel alternent le sourire et l'émotion.

Au début on ne sait pas lequel de John ou Ella est malade mais on sent que ce voyage est pour eux une dernière opportunité de vivre un peu seuls, ensemble, libres, loin des contraintes de la maladie et de la vieillesse. En ne se préoccupant que d'eux, sans se soucier du jugement des autres ou de l'inquiétude des enfants.

Le réalisateur n'insiste pas sur les ravages de la décrépitude de l'âge mais ne les élude pas. Evidemment le film n'évite pas quelques lourdeurs mais on sent la volonté de ne pas enjoliver plus que nécessaire ou de façon inconcevable les désagréments d'une période bien délicate de la vie. Ce qui n'est pas simple et qu'il réussit de façon plutôt élégante je trouve.

Et puis l'on traverse une partie de l'Amérique en pleine campagne électorale, avant la stupeur de l'élection de Trump. On y croise des syriens, des militants pro-Trump, des serveuses de dinner très cultivées, des gens plein de bienveillance, d'autres d'indifférence. On visite un site historique, sorte de parc d'attractions qui évoque la Guerre de Sécession (madame est originaire du Sud).  C'est le principe du road-movie, quelques idées, quelques rencontres qui peuvent paraître artificielles mais sont bien agréables. Et des moments où le couple se révèle encore amoureux, jaloux, se fait des révélations (par forcément utiles)... Tout cela est gentil, touchant et je le répète pas bien original mais...

Mais, il nous permet de retrouver Donald Sutherland (82 ans au compteur) plus beau, touchant et classe que jamais parfois, complètement égaré à d'autres. Grand acteur. Et Helen Mirren, débarrassée de son épouvantable cabotinage des années post Queen, particulièrement touchante elle aussi. Leur beau couple fonctionne admirablement.

Franchement, pour eux, le voyage vaut le déplacement.

Commentaires

  • Bonsoir Dasola, ils sont les deux bonnes raisons de le voir.

  • Je me demande si ce n'est pas tiré d'un livre que j'ai lu il y a quelques années et que j'avais trouvé drôle et émouvant "Le cherche bonheur". Je pense y aller.

  • C'est un film délicieux et douloureux. Bonne séance :-)

  • Ça m'a paru longuet tout de même .. peut-être parce que j'ai un souvenir beaucoup plus vif du livre, nettement plus drôle et dynamique : http://legoutdeslivres.canalblog.com/archives/2011/12/19/22998913.html

  • Ah dommage. Je ne me suis pas lassée. Je n'aurais sans doute pas apprécié que ce soit plus drôle. Ça m'aurait paru moins réaliste car leur situation est désespérée.
    Ce doit être différent à l'écrit.

  • Comme toi j’ai passé un délicieux moment
    Je n’ai pas vu passé les quasi deux heures
    Merci de m’avoir donné envie d’aller le voir

  • Je craignais un peu ce film sur la vieillesse (qui me fait peur) mais le couple est magnifique.
    Contente que tu aies apprécié.

Écrire un commentaire

Optionnel