Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

emily blunt

  • LA FILLE DU TRAIN

    de Tate Taylor °

    296548_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec  : Emily Blunt, Rebecca Ferguson, Haley Bennet, Justin Theroux, Luke Evans, Edgar Ramirez, Lisa Kudrow 
     
    Synopsis : Rachel prend tous les jours le même train et passe tous les jours devant la même maison. Dévastée par son divorce, elle fantasme sur le couple qui y vit et leur imagine une vie parfaite… jusqu’au jour où elle est le témoin d’un événement extrêmement choquant et se retrouve malgré elle étroitement mêlée à un angoissant mystère.

    Lire la suite

  • SICARIO

    de Denis Villeneuve **

    SICARIO de Denis Villeneuve , Emily Blunt, Benicio Del Toro, Josh Brolin, cinéma

    Synopsis : La zone frontalière entre les Etats-Unis et le Mexique est devenue un territoire de non-droit. Kate, une jeune recrue idéaliste du FBI, y est enrôlée pour aider un groupe d’intervention d’élite dirigé par un agent du gouvernement dans la lutte contre le trafic de drogues. Menée par un consultant énigmatique, l'équipe se lance dans un périple clandestin, obligeant Kate à remettre en question ses convictions pour pouvoir survivre.

    Lire la suite

  • EDGE OF TOMORROW de Doug Liman **

    deux jours et une nuit de luc dardenne et jean-pierre dardenne,marion cotillard,fabrizio rongione

    Synopsis : Dans un futur proche, des hordes d'extra-terrestres (les mimics, si c'est pas mignon ?) ont livré une bataille acharnée contre la Terre et semblent désormais invincibles: aucune armée au monde n'a réussi à les vaincre. Le commandant William Cage, qui n'a jamais combattu de sa vie, est envoyé, sans la moindre explication, dans ce qui ressemble à une mission-suicide. Il meurt en l'espace de quelques minutes et se retrouve projeté dans une boucle temporelle, condamné à revivre le même combat et à mourir de nouveau indéfiniment…

    Lire la suite

  • LOOPER de Rian Johnson ***

    Looper : photoLooper : photo Emily BluntLooper : photo Joseph Gordon-Levitt

    En 2044, des mafieux pourris jusqu'à l'os ont inventé une machine à remonter le temps. Ils envoient dans le passé des tueurs chargés d'éliminer des témoins gênants. Ces sales types sans foi ni loi ni grandes compétences mais frimeurs et drogués car plein aux as s'appellent des "loopers". Leur boulot est assez simple, équipés d'un "tromblon", une arme qui éclaterait un moustique à 200 mètres, ils se contentent d'attendre aux abords d'un champ de maïs qu'un gars leur tombe du ciel directement sur les pieds, cagoulé, les mains dans le dos et de tirer. En échange de ce service, ils reçoivent une coquette somme en lingots d'or qu'il leur est conseillé de capitaliser jusqu'aux jours où ils se retrouvent face... à eux-mêmes. La plupart des "loopers" tirent sans rechigner sur leur "moi" âgé. Dans ce cas, la "boucle est bouclée" et ils n'ont plus qu'à se ranger des voitures. Parfois, un looper hésite à se tirer dessus et là, ça fiche un sacré bazar. C'est ce qui arrive au jeune Joe... d'autant que le vieux Joe, informé de ce qui va lui arriver... a réussi à ôter le sac qu'il devait porter sur la tête. Une seconde d'hésitation et paf, la machine s'enraye. Contre toute attente, les deux Joe ne vont pas s'allier, ne vont pas s'entendre. Et le vieux Joe va se mettre à la recherche du pourri qui sera responsable de l'assassinat de sa femme 30 ans plus tard et qui est à l'heure actuelle un enfant. Cet élément, empêcher un petit garçon de devenir une ordure, ne lui pose d'ailleurs aucun problème... Ce qui n'est pas l'élément le plus inattendu du film.

    J'arrête là de me retourner le cerveau et je vous conseille d'en faire de même et vous recommande également de laisser votre logique au vestiaire avant de voir ce film FORMIDABLE et unique en son genre. Même s'il lorgne avec humilité du côté des Matrix, Inception, Memento et compagnie avec une petite dose homéopathique de Damien, la Malédiction. Et même si j'en suis encore à me demander comment et pourquoi, alors qu'ils sont renvoyés dans le passé... ce sont les jeunes qui sont chargés de tuer les vieux !!! Vous me suivez ? Moi non plus. Peu importe. A cette même époque, certaines personnes ont développé un mini pouvoir télékinésique à peu près inutile sauf à draguer des filles impressionnées de voir un garçon faire tournicoter une pièce par le seul pouvoir de la pensée. Ce don minable et vain prend une toute autre dimension et d'autres proportions chez un petit garçon isolé avec sa jolie maman dans sa ferme au milieu de n'importe où et qui pourrait bien être le futur pourri responsable de la mort de la femme de Joe. Ou pas !

    Vous ne suivez toujours pas ? C'est normal.

    Néanmoins, je vous recommande vivement de ne pas faire l'impasse sur ce grand petit film qui sans surenchère d'effets spéciaux envahissants (la deuxième partie se passe dans une ferme au milieu d'un champ je vous le rappelle) va vous en mettre plein la vue et vous laisser sur le fondement avec un final tellement inattendu, renversant que je n'ai pu m'empêcher de dire "oh" ou "noooon !"  de stupéfaction, c'est dire !!! Quant aux réponses à certaines questions, et bien, je pense qu'il faut revoir la chose.

    Bruce Willis est beau et bon comme Bruce Willis. Il porte toujours admirablement le ti-shirt blanc taché de sang, a toujours ses magnifiques yeux verts et son regard qui semble frisotter. Et Joseph Gordon Levitt, parfois méconnaissable, lui ressemble comme un double et a poussé le perfectionisme jusqu'à emprunter ses tics et ses tocs. Impressionnant.

  • DES SAUMONS DANS LE DÉSERT de Lasse Hallström °

    Des saumons dans le désert : photo

    Des saumons dans le désert : photo

    Des saumons dans le désert : photo

    • Un cheikh très riche souhaite introduire des saumons dans son pays le Yémen. Ce n'est pas un caprice de star mais bien dans l'intérêt de son peuple qui pourra ainsi grignoter le fruit de sa pèche ! Harriet Avecunnomcompliqué (Emily Blunt toute mimi) est chargée des intérêts du Prince Avecunnomàrallonge et contacte un professeur Fred Jones CommIndiana (ewan Tout mimi) expert en friture qui végète au ministère de l'agriculture j'imagine. Une porte-parole du gouvernement que nous appellerons Machine (Christin Scott Thomas plus pète-sec tu meurs) entends justement redorer le blason du Moyen Orient avec ce projet original dont tout le monde se fiche éperdument mais qui tombe à pic après un attentat meurtrier dans une région sablonneuse. Ben oui pendant qu'on cause poiscaille on compte pas les morts du terrorisme.
    • Pourquoi parler de ce film aussi stupide qu'inutile me direz-vous ? Je ne sais pas. Sans doute parce que je l'ai vu et qu'il n'y a aucune raison que je sois la seule à souffrir. Quoiqu'après m'avoir lu, il y a peu de chance que vous preniez un billet via le Yémen, surtout que le film a été tourné au Maroc. Ce qui m'a conduit en salle ce n'est évidemment pas le titre car la pèche à la mouche en rivière même réalisée avec talent n'est pas trop ma came. Bien sûr, vous l'avez compris, c'est Ewan qui m'a attirée, faible mortelle, dans ses rets. Le traître ! Ici il est donc un professeur même si je ne sais ce qu'il professe chargé de mettre des bâtons dans les roues du projet, mais pas trop, tout non violent qu'il est. Il est en outre mal marié à une mégère qui ressemble plus à sa mère qu'à une chérie, totalement coincé de la braguette (grande scène de lit hilarante) et quand il va mal, il parle aux carpes du bassin de son jardin. Quant à la petite Harriett, elle vient juste de rencontrer G.I. Joe, beau, drôle, intelligent qui hélas se fait juste rappeler en Afghanistan puis porter disparu peu après. La faute à pas de chance.
    • Lorsque Fred et Harriett se retrouvent tout tristes et malheureux à travailler main dans la main (façon de parler) en Ecosse puis au Yémen avec le Cheikh Mohamed (très beau, très intelligent, très classe, très philosophe tout ça), tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes, car tout le monde est là, tranquille mimile à s'assurer que des saumons européens exilés et tout stressés remontent bien le courant dans le bon sens. Mais de vilains terroristes font péter le barrage au nom de Dieu comme d'hab' car Dieu est exigeant, la mégère n'entend pas se laisser quitter si facilement et le troufion refait surface alors qu'on s'était habitué à l'idée de sa mort. Sans y croire vraiment mais sans le regretter non plus car on n'avait pas eu le temps de s'attacher.
    • Fred et la ptite Harriett finiront-ils par frayer de conserve ?
    • Ne comptez pas sur moi pour vous le révéler ! 
  • L'AGENCE de Georges Nolfi *

    19640219_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110119_105538.jpg19693828_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110314_114257.jpg19640213_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110119_105519.jpg

    David Norris avec sa bouille de Kennedy n'a qu'un rêve en tête : devenir sénateur de l'Etat de New-York. Il y est preque lorsqu'à quelques jours des élections et après une tonitruante campagne à grand renfort de flonflons, de pom-pom girls et de serrages de mains à ploucland, la presse fait paraître des photos datant de la folle jeunesse de David. Mais l'américain, contrairement à nous autres outre-atlantique, n'aime pas voir les fesses de ses hommes politiques étalées dans les journaux, même s'il s'agit des fesses de Mat Damon. Il n'en faut pas plus pour que l'américain retourne casaque et vote pour le camp adverse.

    Celui-dont-on-ne-sait-le-nom mais qu'il convient d'appeler "Patron" pour simplifier, n'apprécie guère qu'il y ait du mou dans la corde à noeuds et que ses grand projets écrits sur un livre qui gigote soient empêchés. Il envoie donc sur terre des sortes d'anges étrangement chapeautés, dont un qui ressemble à Marcel Amont, chargés de remettre David sur le droit chemin. Mais, nouvel os dans l'engrenage ce grand foufou va faire la connaissance dans les toilettes pour hommes, d'Elise et hop, c'est le coup de foudre, intégral, absolu et réciproque. Elise ne fait pas partie du plan élaboré par Celui-dont-on-ne-prononce-pas-le-nom et les sbires à chapeau vont avoir la lourde tâche de tout mettre en oeuvre pour séparer les tourtereaux. La roue tourne, les années passent... les routes d'Elise et de David ne cessent de se croiser, mais que fait la police ?

    Pas grand chose à dire et guère de surprise dans ce film pourtant prometteur. Une comédie sentimentale sur fond de thriller d'anticipation et philosophico-politique c'était tout à fait inédit, original et intéressant. D'autant que le réalisateur ne force pas sur les effets spéciaux et n'abuse pas non plus d'une belle idée : des portes passages secrets qui permettent d'échapper à son destin. Mais bon, tout est plan plan et mou du genou !

    L'amour est plus fort que tout -ooopsss j'ai spoilé- et Matt semble se reposer sur la couronne de lauriers que je m'applique à lui tresser depuis quelques-uns de ses derniers films. Matt, il faut te ressaisir (et demander à ta maquilleuse qu'elle ne force pas trop sur l'auto-bronzant !). 

  • PETITS MEURTRES A L'ANGLAISE de Jonathan Lynn **

    19470842_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100630_040740.jpg
    19470841_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100630_040740.jpg
    19463646_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100616_120453.jpg
    Victor Maynard a repris la petite entreprise familiale de tueurs à gages. Il effectue son travail consciencieusement sans état d'âme et malgré ses 54 ans, il rend quotidiennement visite à sa mère pour lui rendre des comptes. Pour la vieille femme, il en va de la réputation de la famille et de feu son époux que son fils soit irréprochable auprès de ses employeurs. Jusqu'au jour où par un curieux hasard il se retrouve à sauver la vie de sa victime, une jeune cleptomane très délurée. Par la suite, séduit par la jeune femme, il  ne parvient pas à mener à bien son contrat. Le duo va se transformer en trio avec l'arrivée d'un troisième larron, Tony, jeune fumeur de pétards désoeuvré que Victor va prendre sous son aile pour lui enseigner le métier... Poursuivi par les sbires d'un escroc collectionneur de tableaux (Ruppert Everett, exquis comme toujours) qui s'est fait filouter par Rose, les trois compères vont se cacher et ruser pour échapper à leurs poursuivants.
    Voilà un film formidablement rafraîchissant qui n'a d'autre but que de divertir. Il le fait admirablement bien grâce à un scenario rondement mené qui enchaîne les actions à un rythme trépidant et surtout à son casting qui semble, comme le spectateur, s'amuser follement de l'autre côté de l'écran.
    Rupert Grint prouve qu'il aura sans doute une vie professionnelle après l'école des sorciers. Bill Nighy use avec aisance et élégance de son flegme britannique. A son impertubabilité s'oppose la vivacité et la spontanéité d'Emily Blunt qui révèle ses talents comiques. Et physiquement elle est un mélange de Gene Tierney et d'Eva Green si seulement les réalisateurs pouvaient s'intéresser davantage à elle qu'à cette nouille de Gemma Atterton.
     
    Quant à l'Office de Tourisme londonien, il peut remercier Jonathan Lynn pour la visite de Londres, de Camdem à Trafalgar Square (je fais ma maligne car je connais...), car il a bien saisi toute la différence, l'attraction et la séduction de cette magnifique ville.