Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

À VOIX HAUTE

LA FORCE DE LA PAROLE

de Stéphane de Freitas, Ladj Ly ****

038492_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Synopsis : Chaque année à l’Université de Saint-Denis se déroule le concours "Eloquentia", qui vise à élire « le meilleur orateur du 93 ». Des étudiants de cette université issus de tout cursus, décident d'y participer et s'y préparent grâce à des professionnels (avocats, slameurs, metteurs en scène...) qui leur enseignent le difficile exercice de la prise de parole en public.

Au fil des semaines, ils vont apprendre les ressorts subtils de la rhétorique, et vont s’affirmer, se révéler aux autres, et surtout à eux-mêmes. Munis de ces armes, Leïla, Elhadj, Eddy et les autres, s’affrontent et tentent de remporter ce concours pour devenir « le meilleur orateur du 93 ».

Contrairement à ce que j'ai lu ça et là, ce film n'est pas un énième film de et sur la banlieue, même si la plupart des jeunes gens que l'on y croise viennent du 9.3. Mais il y aussi cet étonnant Eddy qui se rend chaque jour de Corcy dans l'Aisne jusqu'à l'université de Saint-Denis ! Parfois 6 heures de trajet par jour dont 10 à pieds jusqu'à la gare. Il a d'abord trouvé cette contrainte pénible puis elle est devenue salutaire et indispensable.

Décidément le documentaire a toutes mes faveurs ces derniers temps. Après les formidables Qu'est-ce qu'on attend et L'Opéra, en voici un autre. Tout aussi passionnant et excellent quoique bien différent. J'ai ri et j'ai pleuré. C'est en partie ce que j'attends au cinéma.

Nous ne sommes donc pas ici en présence de jeunes gens qui zonent en bas des tours, les ouech ma gueule et autre génération perdue ou difficile. Même si leur couleur, leur origine, leur casquette à l'envers, leur voile et leur dégaine de jeunes gens de leur âge les exposent à tous les clichés dont nos têtes sont farcies.

Ils font tous des études et ont des projets, parfois parfaitement altruistes et incroyables (créer une école dans un pays d'Afrique) et ajoutent 6 semaines de formation en dehors de leurs cours pour participer au concours Eloquentia. On s'attarde sur quelques parcours particulièrement exemplaires ou atypiques. Comme cette jeune femme d'origine syrienne, voilée et dont le combat est le féminisme. C'est par la douceur de sa voix claire qu'elle convainc. Comme ce jeune homme qui a vécu dans la rue et croyait que tout était perdu et qui chérit son "chez lui" comme si l'on pouvait encore lui enlever. Cette autre qui souhaite rapper... mais une fille qui rappe ça ne se fait pas. Il y a des parcours plus ordinaires mais tout aussi passionnants. Eddy qui veut devenir comédien et considère son père, gravement malade, comme un génie, un modèle.

On assiste aux cours. Les "étudiants" écrivent leurs textes suivant un thème imposé. Ce qu'ils écrivent est magnifique et ils ont chacun leur façon de se faire entendre. Coachés par un avocat drôle et impitoyable (j'adore quand il leur dit "j'ai sans doute été mille fois plus timide que vous, donc quel que soit votre degré de timidité vous ne me faites pas peur"), une metteur en scène de théâtre, un slameur qui les fascine lorsqu'il "invoque l'eau". Il y a de quoi !

Puis on découvre leurs performances. On suit leur évolution. On les voit "grandir".

Limiter et comparer ce film à un "film de banlieue" est réducteur et mensonger. On a face à nous de jeunes adultes bourrés de talent, de choses à dire, à exprimer. Et toute cette intelligence finit par véritablement foutre le tournis. Mais ce n'est pas tout. On découvre une "école" de tolérance, d'empathie, de partage, d'écoute... même lorsqu'un des participants lit un discours douteux (je l'ai trouvé douteux) en se moquant, critiquant, jugeant l'intervention de deux de ses camarades. Les réactions sont d'une justesse et d'une bienveillance extrême. Trop beau pour être vrai ? Peut-être ! Mais que ça fait du bien.

Passer à côté de ce film serait une grave erreur.

Et les jurys ne se trompent pas ; les deux finalistes sortent du lot et nous offrent deux véritables one man et woman show dignes d'un stand-up, d'une rare intelligence, parfaits dans l'interprétation pleine d'humour, d'émotion et, encore une fois, d'intelligence.

Résultat de recherche d'images pour "a voix haute"

Résultat de recherche d'images pour "a voix haute"

Commentaires

  • Je l'ai vu et j'ai adoré ! Comme toi je n'ai pas compris l'intervention du camarade chicos ni sa place dans ce documentaire.
    À voir revoir et surtout à partager avec les jeunes, tous les jeunes

  • J'ai cru que je n'étais pas sûre de comprendre... mais si... il est puant le Monsieur De Quelque chose :-)

  • Vu avec mes ados ... on a tous adoré. Ils ont dit que ça "leur donnait envie" (entendre faire des études :)) ce qui n'est pas si aisé...
    Et j'ai moi aussi ri et pleuré.

  • C'est super s'ils ont aimé.
    Et c'est drôle et touchant. Impossible de résister ou d'être indifférent.

Écrire un commentaire

Optionnel