Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CRASH TEST AGLAÉ

 

d'Éric Gravel ***(*)

508118_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec India Hair, Julie Depardieu, Yolande Moreau

Aglaé n'aime ni les changements, ni les surprises. Tout ce qu'elle fait elle le fait trois fois. Pour être sûre. C'est dire si son boulot de vérification des normes lors des crash test des voitures lui convient.

D'ailleurs, elle l'accomplit avec zèle et enthousiasme. Ce jour-là précisément elle est en retard et à la cantine ses collègues Marcelle et Liette, très déconfites, lui annoncent que la direction a rassemblé tout le personnel dans la cour pour leur annoncer la fermeture prochaine de l'usine et sa délocalisation en Inde. Liette est effondrée, Marcelle se console dans les mots croisés et Aglaé, passé le moment de surprise réagit, à sa façon évidemment.

Lors de l'entretien au cours duquel la direction reçoit chaque salarié pour lui proposer une hypothétique reconversion, Aglaé choisit de conserver son emploi. "Vous voulez partir en Inde ?" Oui évidemment. Aglaé hésite à peine et d'ailleurs cette proposition, même si la direction fait tout pour la rendre encore moins attractive qu'elle ne l'est, fait partie de la négociation.

La direction décide de ne finalement plus payer le billet d'avion ? Qu'à cela ne tienne, Aglaé partira à pied s'il le faut. Mais ses deux collègues n'ayant elles non plus pas grand chose à perdre et à laisser décident de l'accompagner, en voiture ! Et voilà, la vieille guimbarde de Marcelle fera l'affaire.

Pour un premier film, on peut applaudir chaleureusement Eric Gravel qui réussit à parler de mondialisation et de délocalisation, sujets pas très propices à la rigolade, sans jamais plomber l'ambiance et sans pour autant jamais non plus tomber dans la comédie facile et franchouillarde où il serait de bon ton, pour un instant, pour un instant seulement, de rire des déboires de ces ouvriers menacés de perdre leur emploi.

Evidemment, ce périple va s'accompagner de multiples aléas et d'une quête existentielle. De fille bien sage qui n'a jamais tourné le coin de la rue, Aglaé va se transformer en aventurière improbable et son aventure s'apparentera parfois à ce qu'a traversé le héros de Into the wild de Sean Penn, et oui, pas moins.

Malgré le caractère burlesque de l'histoire, jamais le chemin semé d'embûches d'Aglaé ne paraît risible, ridicule voire même improbable. Tellement de thèmes et d'histoires sont traités en moins d'une heure vingt que cela tient du petit miracle que tous tiennent la route et la durée. Idem pour les personnages, ils sont nombreux et ont tous une épaisseur incroyable. Jusqu'à la rencontre tardive et révélatrice d'un médecin indien transgenre. Je n'en dis pas plus.

Ce petit film en forme de road movie qui n'a l'air de rien et qui hélas sort en plein cagnard et au moment où juilletistes et aoûtiens se font coucou sur l'autoroute, risque bien d'être pour moi la meilleure surprise de cet été. Une surprise à déguster sans modération et j'espère que vous prendrez le temps de vous y intéresser. D'ailleurs, en cette période de transhumance humaine, si vous n'avez pas pu vous échapper un peu de votre quotidien, je vous garantis un voyage pas ordinaire et la traversée de cinq pays : la Suisse, la Pologne, la Chine, le Kazhatstan et finalement l'Inde. Et comme Eric Gravel n'est pas non plus manchot côté cadrages et lumière je vous promets également des images à couper le souffle de beauté.

Pour finir, le réalisateur ne cesse de nous surprendre maintes et maintes fois, par son prologue qui commence par la fin, par des scènes qu'on croit téléphonées (le kidnapping du PDG) par exemple et par ses dialogues impeccables.

Un sans faute donc pour ce premier film, je le répète, au casting également parfait. C'est un plaisir de côtoyer et d'accompagner ces trois filles. Julie Depardieu toujours charmante, fragile et empathique. Yolande Moreau telle qu'on l'aime, femme surprenante comme elle le dira elle-même lors d'une scène magnifique et inattendue. Et India Hair,  grâce à sa petite bouille ronde de blondinette, sa sublime tignasse au vent, sa démarche volontaire et saccadée, son air buté et ronchon, fait de son Aglaé un personnage qu'on aime fort.

Commentaires

  • Totalement d'accord ;) une vraie bouffée d'oxygène !

  • Incroyable oui.

  • Ta chronique donne envie !
    Je n'avais lu jusqu'alors que des avis au mieux mitigés...

  • TU vas aimer :-)

  • Bonjour Pascale, je souscris à tes louanges. C'est bourré d'invraisemblances pratiques mais c'est un film très sympa. Dommage que Yolande soit laissée assez vite en route même si c'est bien pour elle. J'aurais bien aimé qu'elle continue le voyage. Je ne connaissais la jeune India Hair : très naturelle. Bonne journée.

  • Bonjour dasola,
    On passe outre les invraisemblances et on avance avec elles puis elle. Oui dommage et tant mieux pour Yolande. Que c'est drôle et bien ce passage !
    Mais si tu connais India. Regarde bien sa filmo. Tu l'as déjà vue.
    Bonne journée.

  • Je partage complètement ton avis, pour son premier long métrage, Eric a tout bon. Le ton, l'image, les comédiennes, un grand bravo !

  • Un sans faute étonnant et bienvenu en cette disette.

  • Oui un très beau film. Trois actrices que j adore même si je découvre moi aussi Inria. Je la trouve sublime. Les paysages. Les dialogues. Les situations incroyables ...le chien plissé dans la baignoire avec la dame masquée....ahaha quand Yolande Moreau a découvert cette scène...j ai ri sans pouvoir m arrêter ...malgré le silence revenu dans la salle. Bref j ai adoré m enfermer au st Exupéry au centre ville de Strasbourg où la douceur de la soirée aurait pu nous retenir sur une terrasse.

  • Et oui on aime accompagner ces 3 filles le temps de leur voyage.
    Ah le St ex., j'y serai bientôt ☺

Écrire un commentaire

Optionnel