Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LUNDI 4 JUIN 2018 - 4 ANS. ILS NOUS ONT DÉTACHÉS...

"Ils ont amputé

Tes cuisses de mes hanches

A mes yeux ce sont toujours

Des médecins. Tous autant qu'ils sont.

Ils nous ont détachés

L'un de l'autre. A mes yeux ce sont des ingénieurs.

Dommage. Nous étions une bonne invention

Et amoureuse avec ça : un avion fait d'un homme

et d'une femme;

Avec des ailes et tout le reste :

Nous nous sommes un peu élevés du sol,

Nous avons un peu volé."

Yehuda Amichaï, Perdu dans la grâce.

 

Parce que les livres parlent mieux que moi :

"Les rêveries que mes paupières protègent du jour s'échappent à chaque battement, mes mains repoussent la couverture d'un geste las, mes coudes m'aident à me redresser. Il faut se lever. Je me retrouve assise devant la commode, respire longuement, me redresse avec l'envie de quitter cette pièce au plus vite et laisser reposer l'intimité de notre chambre. Je m'appuie sur le meuble pour reprendre mon souffle et sens sa main se poser sur la mienne. Sa main m'obsède, nos mains qui ne se quittaient jamais. Nos mains qui mangeaient, nos mains qui s'endormaient. Ces paumes qu'il nous était impossible de décoller, bâties l'une pour l'autre. Comme une roche épouse l'eau qui la lèche chaque jour..."

Cette nuit, Joachim Schnerf

Merci Aifelle.

H2LhMnyFb6C9t-AgiX9S8nkfVaE.jpg

Commentaires

  • Merci Martin. C'est vrai que tu avais suivi le chemin de croix.

  • Ca pique les yeux. C'est beau. C'était et c'est encore Mouche et Mouchette.

  • Tu as connu la belle invention que nous étions.
    Je n'ai pas rêvé.
    Parfois je me dis qu'il n'a pas existé.
    Et j'adore cette photo. Il était dune beauté...! C'était à l'anniversaire de Baptiste.
    Et 8 mois après...

  • C'est beau...j'ai pas de mots là, ça résonne tellement...dans 8 jours ça fera 1 an. Un an que j'ai l'impression de n'avoir plus de maison, plus de point d'ancrage et que je me laisse balloter de droite à gauche.On apprend à vivre amputé, on s'adapte, on compense. Mais on se souvient toujours de comment c'était quand on était "entier"
    Je t'embrasse fort
    Myriam

  • Ah oui, le 13, c'est ton 4. Je ne t'ai pas écrit pour l'instant, j'aurais voulu t'annoncer de bonnes nouvelles pour mon affaire, que le mail soit un peu youplaboum... Ce n'est pas "encore" le cas.

    Je comprends mieux pourquoi j'ai développé tous ces problèmes aux pieds depuis que je marche sur une patte.
    Mais au moins nous... "nous nous sommes un peu élevés du sol... nous avons un peu volé"... Tout le monde n'y a pas eu droit.
    Je suis d'accord, je confirme, et j'expérimente... ça ne compense qu'un bref instant. Je n'occupe toujours pas la place gauche du lit.
    Je t'embrasse.

  • Pour moi aussi, le mois prochain il y aura 4 ans. 4 ans que j'entasse mon chagrin dans un coin de ma tête pour ne pas embêter mon entourage, 4 années au cours desquelles je ne suis pas arrivée à accepter son départ, 4 ans qui me semble une éternité...

  • Oui je vois ce que tu veux dire. Je fais le maximum aussi pour n'embêter personne alors qu'il est là tout le temps. Le deuxième cercle de mon entourage je dirais (pas mes 4 ou 5 très proches), ne parle strictement plus de lui, ne me demande jamais comment je vais, comment ça se passe.
    ça continue, pas de me choquer véritablement, mais de me surprendre.
    J'espère que comme moi tu passes quand même de bons moments avec quelques personnes qui valent le coup.

  • Même si je ne manifeste pas souvent, je pense à toi et à ton amour infini pour celui qui est toujours en toi pour toi avec toi, à l'infini. Votre lien était si fort qu'il perdure au-delà de la vie! Il t'aide à vivre, tu le portes jour après jour, c'est comme ça que je le vois.

    En ce début juin, je passe le cap des 5 ans de rémission.
    Peut on dire guérie après 5 ans ?
    Je l'espérais jusqu'à ce que j'apprenne qu'un petit Maël qui n'a même pas 6 ans avait rechuté d'une LAM (blog Maël leucémie). Je suis en contact avec lui et ses parents. Il va avoir une greffe très bientôt. Comment peut on vivre ça quand on est encore un tout petit ?

    Alors mes questions, mes angoisses, tout cela me semble bien dérisoire...

    Profite de ceux que tu aimes...

  • Merci. Franchement je ne pensais pas que c'était possible de vivre ainsi avec un amour qui n'est plus là. Encore cette a.m. je me suis surprise à dire : j'aimerais tellement que tu vois ça...

    Je suis vraiment contente pour toi et le fameux cap des 5 ans franchi. Je pense que c'est une étape importante et que c'est bon signe.

    Je suis allée voir le blog de Maël. Il est drôle et adorable ce petit bout mais ça me rend triste. Ici les greffes ont lieu à l'hôpital d'enfants même pour les adultes. C'était toujours terrible de les voir isolés et subir ces traitements tellement lourds. Moi aussi je me demande comment ils supportent ca ces petits. Maël a lair particulièrement bien entouré. Je ne sais pas si j'aurais la force de suivre son histoire.
    Mais la douleur de Maël et sa famille ne doit pas amoindrir ta victoire. C'est sûr que ça fait relativiser.

    Bon courage en tout cas, très sincèrement.

  • Oui, il reste heureusement quelques irréductibles qui me portent, me supportent et me racontent leurs souvenirs avec lui. Mais c'est vrai que la plupart ne prononcent même pas son prénom comme s'il n'avait jamais existé (une deuxième mort), peut-être par pudeur ?
    Pour Biquette, quand mon mari voyait des enfants en hématologie il citait toujours Woody Allen " si Dieu existe, j'espère qu'il a une bonne excuse"...

  • C'est le thème du très beau dessin animé Coco. Les morts, si on les oublie ils meurent une 2ème fois.

    Parfois je comprends ceux qui n'en parlent plus...d'autres fois je me dis que cest abusé... je ne demande pas non plus qu'on en parle constamment, mais juste une petite évocation... Et non, rien.

    Moi qui suis athée, j'adore aussi cette formule de Woody directe, simple et bien sentie. C'est vrai que s'il existait il aurait sans doute du mal à se regarder dans la glace...

  • Je te l'ai déjà dit mais, aussi surprenant que cela paraisse, votre histoire que je ne connais qu'à travers ton blog est de celles que je citerais si on me demandait un exemple d'"évidence" ... C'est tellement beau et tellement triste aussi ...
    Douces pensées

Écrire un commentaire

Optionnel