Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LE GRAND BAIN

de Gilles Lellouche ***

2636278_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Mathieu Amalric, Benoît Poelvoorde, Guillaume Canet, Virginie Efira, Leïla Behkti, Jean-Hugues Anglade, Philippe Katerine, Marina Foïs

Synopsis : C’est dans les couloirs de leur piscine municipale que Bertrand, Marcus, Simon, Laurent, Thierry et les autres s’entraînent sous l’autorité toute relative de Delphine, ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles.

Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusque-là propriété de la gent féminine : la natation synchronisée. Alors, oui c’est une idée plutôt bizarre, mais ce défi leur permettra de trouver un sens à leur vie...

Quelle bonne surprise que ce film tendre et drôle ! Rigolo et émouvant, qui a aucun moment ne se moque de ses personnages, bedaines en avant. Je m'attendais davantage à une grosse farce. Il n'en est rien.

C'est Bertrand qui rejoint le dernier le groupe de garçons qui s'entraînent à cette discipline dont on n'imagine pas qu'elle soit aussi masculine. Bertrand rumine son chômage depuis deux ans et se gave de pilules multicolores. Sa femme, Marina Foïs (douce et compréhensive comme on ne l'a jamais vue) le soutient. C'est en nageant à la piscine qu'il découvre les autres et s'intègre rapidement au groupe.

Ces huit hommes sont plein d'amertume, de mélancolie, de colère et de doutes et Gilles Lellouche pose sur eux un beau regard tendre et complice qui nous les rend sympathiques et terriblement attachants.

Le seul reproche que j'émettrais provient du fait que les deux acteurs les moins connus ont un rôle plus effacé, l'un se contentant d'émettre des borborygmes inintelligibles que l'autre comprend et traduit. Mais, passons sur ce point de détail qui n'ôte rien au plaisir que l'on prend en leur compagnie.

C'est une idée savoureuse que de placer ces hommes dans la situation de se jeter à l'eau pour reconquérir l'estime de soi qu'ils ont perdue en chemin. Plutôt que de bander les muscles ou pousser de la fonte en roulant des mécaniques, ils iront dans le grand bain avec leurs bonnets ridicules qui ne seront pourtant jamais source de moquerie facile. Pour les aider à sortir la tête de l'eau, deux femmes, elles aussi toutes couturées de blessures plus ou moins voyantes. Virginie Efira douce et meurtrie leur lit des textes littéraires, de la poésie en les entraînant. Leïla Behkti, cassée, se montrera brutale et injurieuse, les secouera davantage et j'ai trouvé les scènes où elle intervient très drôles.

Le casting masculin est au top. Mathieu Amalric dont le côté misanthrope commençait à me lasser depuis quelque temps, balade ici de façon touchante sa dégaine désabusée, son regard fixe et triste. Benoît Poelvoorde, toujours un peu grande gueule, est totalement perdu face à sa petite entreprise qu'il est incapable de gérer. Guillaume Canet est en colère contre le monde entier. Jean-Hugues Anglade, rocker raté de fêtes communales essaie de ne plus faire honte à sa fille. Philippe Katherine (le plus touchant, le plus adorable) cache sa solitude mais pas sa gentillesse. Une des scènes les plus drôles et pathétiques est celle où il rit comme un fou attablé à un restaurant... sauf qu'il est seul et rit aux blagues de la table voisine.

Dans la veine des comédies françaises très réussies de cette fin d'année, celle-ci me paraît très haut placée. La scène finale attendue, que l'on peut effectivement rapprocher de celle électrisante de The full Monty où des chômeurs jouaient aux chippendales parfois aussi gras du bide (mais pas seulement, souvenez-vous...) est enthousiasmante. On a envie d'applaudir.

Je n'ai pas envie de me fatiguer davantage et je vous invite chaleureusement à lire la belle chronique princière très enthousiaste aussi et bien chargée en jeux de jambes mots aquatiques.

Commentaires

  • Je n'ai pas dû voir la même version de ce film...

  • Ah ! On ne se méfiera jamais assez des copies tronquées, diffusées en province....

  • Oui un vrai scandale !

    Et quand je dis "ça arrive" je parle évidemment du ressenti envers un film et pas du fait que des versions différentes sont projetées en Province (où je me trouve d'ailleurs)..

  • J’ai bcp aimé ce film
    Le dernier qui rejoint le groupe c’est Félix Moati :-)
    Nan je chipote
    Katherine au top
    Un super bon moment
    C’est tourné chez moi à Grenoble

  • Exact c'est Moati le dernier, le pilier :-)
    Bon... moi, la montagne...

  • Tu es plus positive que Dasola sur ce coup-là. On verra ... j'attends surtout "en liberté".

  • Il est vraiment bien ce film.
    En liberté a un petit coup de mou vers le milieu je trouve mais je l'ai vu en fin de festival j'étais un peu fatiguée... et après Whitney complètement désespérant.

  • Ce film me semble être un plagiat éhonté du film britannique "Swimming with men", c'est très surprenant. Je précise que je n'ai pas vu le film de Lellouche.

  • La ressemblance entre les deux films n'est pas due à un plagiat : les deux oeuvres ont été semble-t-il tournées à peu près à la même époque et, surtout, c'est dès 2015 que Gilles Lellouche a annoncé vouloir tourner cette histoire, adaptée de son modèle suédois. Britanniques comme Français ont simplement puisé à la même source.

    Je serais curieux de voir la version d'outre-Manche. La comparaison des deux films doit être révélatrice de nos particularités culturelles respectives.

  • Pourquoi éhonté ? Des tas de remakes de tas de films existent. C'est au contraire intéressant.

  • Merci pour ces précisions.

  • Ravie que tu ais aimé.
    J'espère apprécier cette brochette de portraits masculin.
    Gilles lellouche m'a agacé dans son dernier rôle, j'espère qu'il me fera sourire ce soir :)

  • Quel est son dernier rôle ???
    Ah oui, le truc avec Guillaume.
    Quand tu le verras dans Pupilles, tu changeras d'avis. Ce garçon a un cœur et un cerveau :-)

  • Bon, et bien je suis sortie très très mitigée. Je n'ai pas vraiment accroché ...
    Mais Canet est de plus en plus beau :)

  • Dommage.
    Il est pas mal en effet. Et je l'aime bien en colère, pour tout et pour rien.

  • Bel effort que cette critique dont les mots se glissent dans la coulée du film sans jamais tomber à plat. ;-)
    Tu parles si justement de Monsieur Katerine (parlez-vous anglais ? serait-il aussi dans la version britannique dont je n'avais connaissance) et de ses compagnons de bassin au bout du rouleau (ou au creux de la vague, selon le point de vue balnéaire).
    Et merci pour le lien référentiel vers la principauté.
    Toujours est-il que Lellouche semble marcher sur l'eau au regard du nombre des entrées et des faveurs du bouche à oreille.

  • Faire un plat ça fait pas du bien mais je n'arrive pas à la hauteur de tes brassards.
    Je ne suis pas surprise et même ravie que ce film fonctionne. Pour une fois qu'on peut sourire sans "thème" et sans se moquer.

  • Rebonjour Pascale, je suis beaucoup moins enthousiaste que la moyenne. Je trouve bancal avec des personnages inexistants. Il y a que les rapports entre Anglade et sa fille qui m'ont paru touchant. La bande-annonce est ce qu'il y a de plus réussi dans le film. Bonne journée.

  • Rebonsoir dasola, oui je t'ai lue et ça me surprend pour ce que je connais de toi. Les personnages sont neurasthéniques mais pas inexistants je trouve. Je n'ai pas vu la bande-annonce :-)

  • La première partie est un peu longuette à mon goût, mais après j'ai beaucoup aimé, il y a plein de petits clins d'oeil drôles ou émouvants, le personnage de Leila Bekhti m'a fait beaucoup rire, vraiment!!
    Et je retiendrai Canet Et Anglade qui m'ont agréablement surprise car ils jouent ds un registre inhabituel pr eux
    Coup de coeur pr Philippe Katherine et ss oublier V.efira
    Pour moi c'est un film réussi et j'espère voir la version anglaise.
    Et maintenant je vais aller voir le gilm de Salvadori Bonne journée et merci pr votre blog

  • Je suis d'accord avec tout ce que vous dites (sauf pour le début longuet, je crois que je suis entrée immédiatement dans le film). Je me suis attachée à tous les personnages avec un petit faible pour Philippe Katerine. Et j'ai beaucoup aimé les filles aussi.
    Bonne soirée et merci beaucoup.

  • Bien loin d'avoir trouvé ce film que drôle. Ils m'ont fait mal au coeur tous ces losers. Et même j'ai eu les larmes aux yeux plusieurs fois. J'ai aimé, mais c'est vraiment pas qu'une comédie.
    Mention à Katerine, il est génial. Et j'adore son déhanché. Il en serait presque sexy

  • Katerine EST sexy.
    Et oui, ils sont touchants, attachants. On les aime tout de suite. Chapeau.

Écrire un commentaire

Optionnel