Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

virginie efira

  • PRIS DE COURT

    d'Emmanuelle Cuau ***

    115322_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec Virginie Efira, Renan Prévot, Zaccharie Chasseriaud, Marilyne Canto, Gilbert Melki

    Alors qu'elle est sur le chemin pour entamer sa toute première journée de travail dans un nouvel emploi, Nathalie joaillère, récemment veuve et qui a quitté le Canada pour s’installer à Paris avec ses deux fils reçoit un appel de son nouvel employeur.

    Lire la suite

  • UNE FAMILLE À LOUER de Jean-Pierre Améris ***

    UNE FAMILLE A LOUER de Jean-Pierre Améris, cinéma, Benoît Poelvoorde, Virginie Efira, Edith Scob, Philippe Rebbot

    Paul-André est un homme très riche mais très seul et très dépressif. Dans sa maison bunker digne de celle de Bruce Wayne, totalement isolée, décorée mais impersonnelle comme un musée sans âme où trône une œuvre déprimante de Jackson Pollock (si ma mémoire est bonne), il s'ennuie ferme, aux bons petits soins d'un majordome très positif qui se charge de faire en sorte qu'il n'oublie pas ses antidépresseurs.

    Lire la suite

  • 20 ANS D'ÉCART de David Moreau ***

    20 ans d'écart : affiche

    Alice a bientôt 40 ans et ne vit que pour son travail. Par son sérieux à tout épreuve et ses compétences indéniables, elle ambitionne de devenir la prochaine Rédactrice en Chef du Magazine de mode "Rebelle" pour lequel elle travaille. Mais justement, elle découvre que son attitude et son apparence coincée tailleur/chignon est un handicap. Lors d'un voyage en avion elle croise la route et le regard de Balthazar, un étudiant en architecture de 20 ans. A la suite d'un quiproquo, une photo de Balthazar et elle atterrit sur twitter qui change brutalement le regard de ses collègues et de son entourage. Sur les conseils d'un ami, elle décide de se servir de Balthazar pour restaurer son image. Sauf que le coeur de Balthazar est vraiment touché et qu'Alice va finir par capituler devant le charme irrésistible du garçon.

    Parfois, la rom-com même française fonctionne ! C'est rare, mais ça arrive ! C'est le cas ici où, exceptée une scène débile d'amphi, on est embarqué dans l'histoire de Balhazar et Alice du début à la fin et on passe un moment exquis en compagnie de ces deux vraiment très charmantes personnes. Balthazar, épuisé par une relation qui le dépasse, n'en revient pas d'avoir été choisi par cette fille drôle, intelligente et sexy. Et Alice fait tout son possible pour résister à ce garçon séduisant, fougueux et surprenant.

    Bien écrit, très drôle et sexy ce film ne se la pète pas et c'est ce qui fait sans doute tout son charme et qu'il réserve une aussi bonne surprise.

    Certaines scènes et le timing des deux acteurs parfaitement assortis est un éblouissement permanent. Je vous laisse découvrir entre autre bonne surprise, "l'utilisation" de Jean-Luc Mélanchon et Angela Merckel, c'est à mourir de rire. En outre, les milieux de la presse féminine et de la mode sont quelque peu écornés et Charles Berling dans le rôle du père de Balthazar, immature et séducteur de jeunes tendrons de l'âge de son fils est tordant.

    Pierre Niney, garçon charmeur absolument irrésistible met ici toute son énergie, son hyper activité pour répondre au comique très particulier de Virginie Efira, bombe anatomique évidente qui se révèle réellement excellente actrice.

  • MON PIRE CAUCHEMAR d'Anne Fontaine *

    Mon pire cauchemar : photo Anne FontaineMon pire cauchemar : photo Anne Fontaine

    J'aime Benoît Poelvoorde, et Isabelle Hupppert que j'ai cessé d'aimer il y a quelques années (pour cause de tic labial insupportable) est plutôt pas mal ici. Mais faire de Benoît un belge, alcoolique, beauf, vulgaire et d'Isabelle une bourgeoise coincée, méprisante et pas commode aussi bien avec son entourage proche qu'avec ses collaborateurs n'a rien de bien inventif et ne mène nulle part. Dans cette histoire où la Belgique d'en bas rencontre la France d'en haut, Anne Fontaine qu'on a connue plus subtile, essaie de nous faire croire à une histoire d'amour en empilant les clichés et les situations pas drôles. Pire, au bout d'une demi-heure la bourgeoise dont un feu incandescent brûle ardemment sous la banquise apparente évidemment, tombe sous le charme du prolo pas sortable qui, entre autres délicatesses "fourre du boudin !"

    Je comprends parfaitement qu'on tombe sous le charme de Benoît Poelvoorde, en une scène où il chante "Les yeux noirs" dans "Les émotifs anonymes" il pourrait conquérir la plus récalcitrante. Mais qu'en quelques jours cette grande bourgeoise arrogante se mette à faire la brouette en poussant des cris dans son appartement... j'ai des doutes !

    La seule orginalité est d'avoir avancé cette hypothèse subversive voire révolutionnaire : le fils de l'ouvrier est surdoué alors que celui du VIème arrondissement est une vraie tanche !