Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

roschdy zem

  • LES HOMMES DU FEU

    de Pierre Jolivet **(*)

    310176_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec Roschdy Zem, Emilie Dequenne, Michaël Abiteboul, Guillaume Labbé

    Philippe,dirige une caserne dans le Sud de la France. L’été est chaud. Les feux partent de partout, criminels ou pas. Arrive Bénédicte, adjudant-chef, même grade que Xavier, un quadra aguerri : tension sur le terrain, tensions aussi au sein de la brigade...

    Lire la suite

  • ON A FAILLI ÊTRE AMIES d'Anne Le Ny **(*)

    062595_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Marithé est formatrice à l'AFPA (formation professionnelle pour adultes) et établit des bilans de compétence pour recaser des personnes sans emploi. Carole tient un magnifique restaurant étoilé en compagnie de son mari, et son métier, sous la surveillance et la tutelle permanente du grand homme, commence à lui provoquer de l'eczéma. La rencontre des deux femmes va bouleverser leur existence à plus d'un titre.

    Lire la suite

  • MAINS ARMÉES de Pierre Jolivet *

    Mains armées : photo Pierre Jolivet

    Mains armées : photo Pierre Jolivet

    Lucas est flic. Du genre cow-boy qui ne dort jamais, qui mange encore moins et qui b.... ! Non plus. Par contre, il pratique le jogging tout transpirant sur les hauteurs de Marseille. Et rejoint un indic' qui lui donne des éléments sur un trafic d'armes volées à l'Otan par de vilains serbes. Dans une vie antérieure Lucas a été prof de maths dans des pays lointains délaissant une jeune femme mise enceinte par ses soins mais sans son consentement. 26 ans plus tard, il retrouve le fruit de ses entrailles sur une enquête à Paris (pour la faire courte) , une jeune femme, flic comme lui* mais aux stups et sous la coupe d'un patron ripou grâce auquel elle se constitue un petit magot mal acquis.

    *Cet élément pourrait éventuellement constituer un des éléments surprises du film si le synopsis et la bande-annonce ne se chargeaient de le révéler alors qu'on ne le découvre que dans la première moitié du film... Soit.

    ça commence plutôt bien, sec et nerveux. Sans temps mort on suit la piste des tordus et on bénéficie d'une leçon de choses sur comment les armes qui ont servi dans les conflits atterrissent dans nos banlieues pas roses et moroses. Le quotidien des flics que l'on pourrait facilement confondre avec les voyous, leur absence de vie de famille, de RTT, les planques ennuyeuses au cours desquelles rien ne se passe, leurs deals avec la canaille tout cela est illustré intelligemment avec beaucoup de fluidité. Et l'interprétation de l'équipe de braves (Roschdy Zem, très bien) Vs l'équipe de ripoux (Marc Lavoine, très bien et plus que crédible en flic corrompu) est convaincue et convaincante.

    Hélas ça se gâte quand le grand flic ombrageux, mystérieux et solitaire se met en tête de renouer le contact avec sa fifille inconnue sous prétexte de lui soutirer des renseignements utiles à son enquête en cours. Il faut bien sûr que je reconnaisse que la surestimée Leïla Behkti, bouche tordue et grimaçante, diction approximative en mode wesh-wesh n'a encore pas réussi cette fois à me séduire. Mais la psychologie de bazar à deux balles, la rédemption du père, l'hystérie de la mère (ah la scène de l'hôtel aussi inutile que stupide, pauvre Marilyne Canto !), la trashitude de la fille qui cherche un père dans l'unique but de savoir s'il la trouve jolie (ah la grande scène du II)... ont eu raison de ma patience et de mon indulgence.
    Sans compter que la complexité de l'intrigue policière a fini par totalement m'échapper tant elle s'embrouille et s'obscurcit au point qu'on n'y comprend strictement plus rien.

    Enfin, entre les sonneries qui se veulent sans doute originales (je lol) ou discrètes, les vibreurs, les messages vocaux... je n'en peux plus de ce téléphone qui est devenu un personnage à part entière des films, et sans qui l'action n'avancerait plus !

  • UNE NUIT de Philippe Lefèbvre **

    Une nuit : photo Jean-Pierre Martins, Philippe Lefebvre (II), Roschdy ZemUne nuit : photo Philippe Lefebvre (II), Roschdy ZemUne nuit : photo Philippe Lefebvre (II), Sara Forestier

    Chaque nuit Simon Weiss commandant à "La Mondaine" se voit attribuer un chauffeur qui doit le conduire au gré de sa volonté et des affaires en cours dans tous les endroits chauds de Paris. Cette nuit c'est la jeune sous-brigadier Laurence Deray qui l'accompagne. Elle suit docilement ce vieux routard que tout le monde connaît, appelle par son nom ou son prénom dans ce Paris noctambule. Il n'a peur de rien ni de personne et c'est sans doute sa proximité avec la faune parfois bien louche de ce monde interlope qui fait qu'il est également surveillé de près par l'I.G.S. qui flaire en l'homme un ripou. Effectivement, tout au long de cette nuit, de bars suspects en boîtes chics, de soirées privées en établissements sulfureux, Simon va faire découvrir à la jeune Laurence tout un monde où la drogue, l'argent, les affaires et les embrouilles s'imbriquent et se confondent.

    Comme dit l'un des personnages : "Passer une nuit avec Simon Weiss (et donc, Roschdy Zem, de plus en plus sexy) est passionnant, on ne s'ennuie pas". Sa haute stature, sa prestance et son flegme permettent à l'acteur très à l'aise de composer un très imposant flic pas comme les autres, suffisamment ambigu pour être crédible et qu'on s'y attache.

    Le réalisateur filme un Paris de nuit et sous la pluie (c'est plus romantique a dit Woody Allen) où il n'y a pas une voiture qui circule, où l'on peut se garer du soir à l'aube sans difficulté, et écume toutes les boîtes connues ou moins qui sous une apparente respectabilité cachent de sombres trafics ou magouilles. Tout n'est pas toujours très clair au niveau des intrigues mais cela permet en outre de voir défiler toute une série d'acteurs à trognes qui composent leur numéro de noceurs, truands qui se cherchent une respectabilité ou travestis bien réjouissante.

    Dommage que Philippe Lefèbvre ne se contente pas de filmer "Une nuit" dans la vie d'un flic et cherche à boucler une intrigue, voire plusieurs en quelques heures. Quant au twist final... il a été repéré bien avant la fin par mon voisin de droite !

    Cela dit il y a Roschy Zem, grand dans tous les sens du terme, et même il sourit deux fois (quel cascadeur !!!) et Sara Forestier vraiment très bien.

  • A BOUT PORTANT de Fred Cavayé °°

    19250961_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100217_010759.jpg19536655_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101008_033650.jpg19536647_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101008_033615.jpg

    Fred Cavayé m'avait totalement bluffée et embarquée dans son premier film, une histoire rocambolesco/abracadabrantesque qui s'appelait Pour Elle. Déjà à l'époque il avait placé des personnages ordinaires dans des situations qui ne l'étaient pas. Le suspens et l'énergie qui régnaient avaient raison des invraisemblances, et le couple Vincent Lindon/Diane Kruger fonctionnait à merveille et déployait des trésors de finesse, d'intensité et de fièvre. 

    Ici et une nouvelle fois, un ptit couple de pépère et mémère, Samuel et Chéplucomment roucoulent dans les cartons de leur nouvel appartement bien moche en attendant bébé, mais en lieu et place de Vinz et Diane, tous deux à la sensibilité vibrante, le réalisateur a placé Gilles Lellouche et une inconnue Elena Anaya qui ne sert à rien dont la cote de glamour frôle le néant et dont la connivence à l'écran se situe sous le niveau de la mer.

    Mais ce qui ne va pas, mais alors pas du tout du tout ici, en plus des acteurs TOUS CATASTROPHIQUES (sauf deux, mais j'y reviendrai) et réduits au néant d'UN seul trait de caractère méchant/gentil, c'est le scenario qui empile à la chaîne les énormités et invraisemblances et mes yeux ne cessaient de s'écarquiller devant tant de nullité rassemblée dans la même péloche. Il faudrait presque revoir ce machin pour prendre des notes, mais je ne trouve aucune raison de m'infliger cette souffrance ! Donc, en gros, nos deux tourtereaux se rendent à l'échographie du septième mois et demi de la dame et la gynéco, une abrutie de première, décidément j'adore les hôpitaux leur annonce qu'il va falloir la jouer cool le mois et demi restant. Devant l'étonnement du couple "gné, rester couchée pendant un mois ???", la gynéco lâche les chiens et s'emballe : "oui ben un moutard ça se fait en 9 mois pas en 7, alors on se calme, on boit frais à saint Trop' et on vient pas se plaindre après nanmého".

    Le Samuel est aide-soignant à l'hôpital mais il fait les cours du soir pour devenir infirmier, que même il passe l'exam' lundi, preuve qu'il a du courage. Chéplucomment ne sert à rien, elle couve et couvera encore après le générique de fin. Donc entre temps on voit Roschdy Zem et on comprend qu'il fait des trucs chelou. Il s'appelle Sartet comment Alain Delon dans "Le Cercle Rouge", c'est un hommage (vous pouvez en causer dans vos dîners en ville, ça le fait ! Quelqu'un vous dit "pourquoi il s'appelle Hugo Sartet avec la tête qu'il a le Roschdy" et là, du tac'o'tac, vous balancez "c'est rapport à l'hommage au Cercle rouge que Cavayé il fait". Là, respect. Bon, Roschdy a un accident de scooter. Mais pas l'accident de tapette. Le truc de ouf contre une bagnole lancée à 115 sous le tunnel de l'Alma que ça lui fait faire le soleil de la mort avec double salto avant et récupération à plat ventre sur le bitume. Mais comme c'est Roschdy, il meurt pas. Il se retrouve à l'hosto où travaille Samuel. Tu la sens venir ? Il est tout entubé de partout (pas Samu, Roschdy) et les keufs (y'a deux équipes, les cons méchants et les très cons très très méchants) découvrent que le blessé est recherché. Du coup, il est surveillé, Roschdy je veux dire. Samuel prend son service. Alors, faut savoir que dans cet hôpital y'a pas de passation de pouvoir (les "transmissions") entre l'équipe de jour et l'équipe de nuit... nan nan ! Samuel va juste taper dans le dos de son collègue aide-soignant et lui dit "c'est bon, tu peux rentrer chez toi !". Puis, il voit un type qui se sauve de l'hôpital et en fait il découvre que c'est un chanmé qui est venu débrancher Roschdy qui suffoque du coup. Mais comme il est presque infirmier (pas Roschdy, Samuel), il le regonfle avec une pompe à vélo et il rentre chez lui et il est 5 h 07 du matin... Ce qui fait qu'en gros il a dû finir vers 4 heures, si j'estime qu'il a mis trois quart d'heure pour rentrer chez lui dans son appart moche plein de cartons. 

    Fred Cavayé : renseigne-toi sur les horaires de travail des gens de l'hôpital, c'est presque les mêmes dans tous les hôpitaux de France ! C'est peu de chose mais quand même.

    Le matin, Samuel tripote le ventre de sa meuf, cause à son bébé en disant "ta mère est folle"... et après on s'étonne qu'il y a des divorces et que c'est toujours les moutards qui trinquent. En fait, il voudrait un garçon, mais c'est une fille. C'est démontré, y'a pas de kékette. Bon, il dit à sa meuf "t'sais que t'as épousé un héros ! Cette nuit, j'ai regonflé un mec avec ma pompavélo..." et là, la fille elle fait "aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah", Samuel se prend un coup de poèle à frire sur la tronche et quand il se réveille, il a du ketchup sur la tête et Chéplucomment n'est plus là. Le téléphone sonne et il dit "pourquoi tu pleures mon amour ?"' et là, LA VOIX lui explique qu'il faut qu'il fasse sortir Roschdy de l'hôpital sinon sa meuf, il la retrouve en pièces détachées.

    Ni une ni deux. Le Samuel sort le Roschdy subclaquant de l'hosto et l'emmène je sais plus où. Roschdy c'est pas une tapette, il court en se tenant le bide et Samuel le recoud dans un appartement où y'a tout le matos pour recoudre des gens. Ensuite vient la SEULE BONNE IDEE du film : Samuel dit à Roschdy de prendre sa douche en laissant la porte ouverte. Et là, c'est bon, Roschdy est une bombe anatomique que même pas c'est imaginable !!! Ce sont les deux minutes vingt et une de pur bonheur.

    Puis ils se mettent à courir partout tous les deux car ils sont poursuivis. On ne saura JAMAIS pourquoi Roschdy est poursuivi. En tout cas, moi je n'ai pas compris. Mais j'ai découvert que Gilles Lellouche sait voler :

    19536656_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101008_033651.jpg

    Les flics ne s'entendent pas bien. Alors, il y a deux équipes, l'équipe de Mireille Perrier (ridicule !!!) qui court après Roschdy sans savoir qu'il est mêlé à une sale affaire. Et l'équipe de Gérard Lanvin (ridicule !!!) qui court après Roschdy en sachant qu'il est mêlé à une sale affaire. Tout le monde veut prendre de court l'autre équipe mais TOUS les flics sont des ripoux, et certains meurent avec une balle dans la joue ou vont en prison avec une écorchure sur la joue.

    Ensuite tout le monde se retrouve au commissariat et Chéplucomment enceinte jusqu'aux yeux doit se jeter par la fenêtre mais elle se bat avec une fliquette drôlement vilaine qui la regarde comme ça avec des gros yeux et c'est elle qui a le dessus. C'est un gros boxon dans le commissariat, Gérard Lanvin essaie de récupérer une cassette compromettante, tandis que Roschdy qui s'est rhabillé (meeeeeeeeeeeeerde !!!) essaie les 172 combinaisons pour ouvrir le coffre où se trouve la cassette et que Gilles/Samuel court partout on ne sait plus trop pourquoi !

    Quand tout est fini, Chéplucomment est encore enceinte, Gérard Lanvin se tape une pute et Roschdy fait un strip-tease en souvenir de son frère que Lanvin a saigné.... naaaaan, j'rigole !

    Bon alors donc, de ce marasme, sans queue ni tête, complètement cheap, qui ne possède pas deux lignes de dialogues consécutifs et qui pousse les invraisemblances à un degré rarement atteint, il faut néanmoins sauver Roschdy Zem (ce garçon est à tomber) et une petite fliquette adorable pleine de talent et que j'espère vite revoir (c'est elle qui court sur la photo au-dessus). Elle s'appelle Claire Perot et elle mérite mille fois mieux que ce film débile.

  • HORS LA LOI de Rachid Bouchareb ***

    19490528_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100806_052912.jpg19490529_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100806_052912.jpg19490532_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100806_052913.jpg19490530_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100806_052912.jpg

    Chassée de ses terres par des colons français, une famille algérienne (3 garçons, 2 filles et les parents) s'installe à Sétif. Le 8 mai 1945, la population fête la fin de la guerre et profite de ce rassemblement pour revendiquer l'indépendance de l'Algérie. La manifestation se transforme en massacre lorsqu'un policier tire sur un jeune homme. Le père et les deux filles sont tués lors des émeutes. Abdelkader est emprisonné en France comme opposant politique et s'engagera dans le Front de Libération Nationale (FLN) à sa sortie de prison, l'aîné Messaoud le rejoindra de retour d'Indochine, tandis que le plus jeune Saïd s'installera avec sa mère dans un bidonville de Nanterre (saisissante reconstitution) avant de devenir proxénète à Pigalle puis associé dans une boîte de nuit avant de faire fortune dans les combats de boxe.

    Ce n'est pas une leçon d'histoire que nous donne Rachid Bouchareb mais à travers les difficultés d'une famille marquée et secouée par les événements qui ont jalonné l'histoire de l'Algérie, mais surtout celle des algériens de France, il retrace le destin de trois frères qui avaient comme point d'ancrage l'amour indéfectible de leur mère. Des français de France nous ne verrons que les policiers. C'est donc bien du seul point de vue des algériens que le film se situe. Et c'est passionnant parce que le réalisateur nous détaille trois perspectives, trois façons de choisir ou pas de s'en sortir, trois manières différentes de vivre un engagement ou de décider qu'il faut s'en sortir coûte que coûte.

    Ce cinéma a belle allure, c'est un cinéma ample, lyrique et passionné, ponctué de scènes d'action efficaces et puissantes, d'autres plus intimistes. Rachid Bouchareb est à l'aise dans ces deux extrêmes. Film de gangsters, chronique politique, saga familiale, petite histoire des "petites" gens intégrée dans la Grande, "Hors la loi" est tout ça, c'est-à-dire éminemment populaire au très bon sens du terme, jamais prétentieux ou péremptoire mais toujours sincère et romanesque, donc accessible et captivant.

    Incontestable directeur d'acteurs accompli, Rachid Bouchareb réunit pour la deuxième fois son prestigieux casting quatre étoiles (sauf Samy Nacéri, hélas) d'"Indigènes", qui accomplit cette fois encore des prouesses et des miracles. Il faut dire qu'avec ces quatre là, il joue sur du velours. Sami Bouajila s'est emparé du rôle d'Abdelkader l'activiste forcené prêt à tout sacrifier au FLN même ses frères avec une telle détermination qu'il en fait presque peur. Son investissement est tellement radical qu'il en perd parfois toute humanité. Il ne s'accorde aucun répit dans sa lutte mais c'est pourtant à son grand frère Messaoud qu'il laisse le soin d'accomplir toutes les sales besognes. On ne sait jamais tout à fait si c'est à la cause ou à son frère que ce dernier est le plus dévoué. En tout cas, Roschdy Zem, constamment en lutte contre ses états d'âme et sa mauvaise conscience est un colosse aux pieds d'argile absolument fascinant. Jamel Debouze, toujours meilleur, toujours différent, est Saïd, le petit caïd de Pigalle qui refuse de "faire l'esclave chez Renault" et trouve les combines pour s'en sortir confortablement.

    Evidemment je n'oublie pas Bernard Blancan, ici colonel Faivre de la DST, ancien résistant qui continue après la fin de la guerre à faire son boulot "pour la France". Inflexible mais sûr de son engagement patriotique, il est ce flic appliqué néanmoins capable de respecter et d'admirer son adversaire au point de lui dire qu'ils auraient pu faire partie du même réseau de résistance. A ce titre Sami Bouajila et lui ont l'avantage de partager l'une des plus belles et plus fortes scènes du film. C'est aussi à Bernard que revient la très belle réplique finale au double sens et l'on décèle sous l'apparence imperturbable, l'humanité et la désillusion.

     

    NB : si vous ne l'aviez pas regardée en mai, je vous invite à (re)voir la vidéo de l'interview que Sandra M. avait faite de Bernard Blancan à Cannes, mais surtout à aller voir le film évidemment.

  • TETE DE TURC de Pascal Elbé **

    19251982_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100218_043313.jpg
    19251992_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100218_043428.jpg
    19251991_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100218_043427.jpg
    Atom et Simon sont frères. Le premier est flic et procède à des arrestations musclées dans une cité de banlieue. L'autre est médecin urgentiste et intervient dans la même cité. Un jour, le véhicule de Simon se fait caillasser et un jeune ado de 14 ans d'origine turque, Bora, balance un cocktail molotov. La voiture prend feu et alors que tous ses copains se sauvent le jeune garçon arrache le médecin des flammes. Atom se promet de retrouver le coupable alors que son frère est dans le coma. Par ailleurs, pendant l'agression une femme meurt dans les bras de son mari. Ce dernier en rend le médecin responsable, convaincu qu'il n'a pas répondu à l'appel qu'il avait lancé suite au malaise de sa femme.
    Le jeune Bora se retrouve au centre de l'histoire. D'une part, la maire de la ville souhaite lui faire remettre une médaille pour son courage. Elle pense que cela calmerait les esprits de la cité si on faisait de l'un d'entre eux un exemple. D'autre part va t'il accepter cette distinction et laisser un autre être accusé à sa place ?
    Le démarrage est très prometteur avec cette trame un peu particulière où le coupable est aussi un héros. Et puis Pascal Elbé nous dépeint une banlieue que l'on a déjà vue avec ses dealers, ses caïds qui font régner la terreur, les échauffourés avec les flics, les barres d'immeubles déshumanisés, les terrains vagues. Mais aussi il montre qu'à l'intérieur de ses immeubles vivent des gens qui font des pieds et des mains pour s'en sortir, pour tenter que les enfants ne sombrent pas dans la délinquance. Les mères sont ici d'ailleurs essentielles et c'est parfois le seul lien avec la réalité qui reste aux jeunes en perdition. C'est pour elles et seulement pour elles qu'ils pourraient éventuellement s'assagir. Elles qui leur sont toute entière dévouées pour qu'ils s'en sortent, qu'ils parviennent à rester dignes bien malgré eux parfois. La solidarité est d'ailleurs vraiment impressionnante.
    Les révélations sur les "missions" des flics ou des médecins qui n'osent plus se rendre dans ces banlieues, le fait que certains n'aient pas d'autres choix que d'être truand, balance ou victime sont particulièrement bien vues.
    Mais hélas, au bout d'une première moitié très prometteuse j'ai eu l'impression d'un cafouillage de première où trop de protagonistes, trop d'histoires s'imbriquaient les uns dans les autres et que du coup, on perdait de vue l'essentiel. Pourquoi avoir ajouté le personnage de la petite jeune fille qui souhaite partir en Turquie retrouver son père ? Quel est l'intérêt d'ajouter un traumatisme de l'enfance à Atom ? Quant à ses problèmes de couple (pauvre Laure Marsac !) ils sont particulièrement sans intérêt. Et en multipliant les personnages et les histoires, le réalisateur met étrangement de côté un acteur essentiel, Simon Abkarian dont le rôle sacrifié est pourtant capital. Et me nous priver de Simon Abkarian est absolument impardonnable, même si Roschdy Zem est heureusement omniprésent et comme toujours absolument formidable. Lors de la dernière demi heure j'avoue avoir passé mon temps à me demander qui était viable ou pas. Et je me suis un peu trompée, mais pas tout à fait...
    Et puis, ces flash lumineux à chaque changement de scène : non !

  • Commis d’office d’Hannelore Cayre **

    Commis d'office - Roschdy ZemCommis d'office - Roschdy ZemCommis d'office - Roschdy Zem

    Antoine Lahoud est avocat mais il a bien du mal à boucler les fins de mois compte tenu des « petits » dossiers qui ne rapportent rien et pour lesquels il est commis d’office. Jusqu’à ce qu’un avocat véreux qui roule sur l’or lui fasse une proposition qui le mettrait à l’abri du besoin pour le restant de ses jours : prendre la place d’un de ses clients détenu auquel il ressemble. Antoine, intègre et scrupuleux refuse puis de plus en plus coincé par un compte en banque négatif, se résoud à accepter l’invraisemblable marché.

    La réalisatrice, avocate passionnée de cinéma, connaît son dossier. Et c’est bien dans la partie quasi documentaire que son film est le plus séduisant. En effet, l’immersion dans les coulisses des commissariats, des tribunaux, des prétoires, des salles d’audience, des bureaux des juges est vraiment très intéressante et édifiante sur pas mal de points. Le mépris des « ténors » du barreau, la toute puissance des juges, le cynisme ambiant, le désarroi des auteurs de « petits » délits… tout ça fait assez froid dans le dos et on se prend à souhaiter ne jamais avoir affaire à la « justice ».

    Par ailleurs et même si Hannelore Cayre réussit à maintenir un réel suspens dans la partie purement fictive, on a quand même bien du mal à croire à cette histoire abracadabrante de substitution de personne au sein même de la prison. Ce qui fait qu’on se retrouve avec deux films dans un seul et qu’on aurait préféré coller davantage aux basques de la profession du « commis d’office ».

    Cela dit, il ne faut pas bouder son plaisir et surtout ce film assez insolent.

    Il aurait également fallu que la réalisatrice parvienne à canaliser l’outrance de Jean-Philippe Ecoffey car même si on comprend le plaisir que peut éprouver un acteur à interpréter un pourri de cette envergure qui cumule pas mal de tares, son exubérance finit par lasser et être ridicule.

    Mais vous l’avez compris, Antoine Lahoud est interprété par un géant. Roschdy Zem, quasi omniprésent, porte ce film sans faillir. Aussi à l’aise et crédible en robe légèrement débraillée d’avocat, qu’en sweat à capuche et qu’élégant en costume Armani (ou autre, j’y connais rien aux marques, mais un « costard à 30 plaques »… ça doit bien être ça), il assure le charme, l’énergie et la crédibilité du film tout entier. Convaincant, plus charismatique que jamais, drôle, pathétique, émouvant, cet acteur irrésistible est vraiment infaillible.

    Tiens c’est pas dur, rien que pour l’entendre redire encore : « Je veux qu’on soit gentil avec moi », j’irais bien revoir le film. C’est dire si Hannelore Cayre lui doit beaucoup et qu’elle ne s’est pas plantée dans ce choix.