Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guillaume gallienne

  • LES AUTRES FILMS DE SEPTEMBRE 2016

    VOIR DU PAYS

    de Delphine Coulin et Muriel Coulin **

    voir du pays de delphine coulin et muriel coulin,ariane labed,soko cinéma

    LA TAULARDE

    de Audrey Estrougo **

    voir du pays de delphine coulin et muriel coulin,ariane labed,soko cinéma

    CÉZANNE ET MOI

    de Danièle Thompson *

    voir du pays de delphine coulin et muriel coulin,ariane labed,soko cinéma? la taularde de audrey estrougo,sophie marceau,suzanne clément,anne le ny,eye haidara,marie-sohna condé,carole franck,marie denarnaud,anne coesens

    Lire la suite

  • ASTÉRIX ET OBÉLIX AU SERVICE DE SA MAJESTÉ de Laurent Tirard **

    Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté : photo Edouard Baer, Gérard Depardieu
    Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté : photo Fabrice LuchiniAstérix et Obélix : au service de Sa Majesté : photo Edouard Baer, Gérard Depardieu
    A la tête de ses légions bas du bulbe, César continue d'envahir le monde. Son choix se porte sur une île aux rites bizarres : Britania. Même si la victoire est aisée, comme pour la Gaule, César tombe sur un os. Un village d'irréductibles résiste mais s'épuise peu à peu. La Reine des bretons se voit donc contrainte à contre coeur d'envoyer son fidèle serviteur Jolitorax chercher de l'aide en Gaule et surtout de rapporter la fameuse potion magique qui permet encore et toujours aux gaulois de tenir tête à César. Astérix et Obélix sont chargés d'escorter Jolitorax et de remettre eux-mêmes à la Reine un tonneau de potion. Evidemment il y aura plein d'embûches en chemin d'autant que les deux comparses sont flanqués d'un compagnon peu ordinaire en la personne de Goudurix, un ado dans toute sa splendeur dont ils sont chargés de faire l'éducation. Et puis, surprise, Astérix et Obélix vont se brouiller un temps,  ils vont devoir prouver qu'ils ne sont pas "deux hommes qui vivent ensemble avec un petit chien", l'un d'eux va tomber amoureux, Obélix va pouvoir baffer quelques romains et toute cette sorte de choses... comme disent les bretons !
    Mais ce qui compte ici ce sont les acteurs, davantage au service de leurs personnages que d'une histoire dont on n'a en gros, que faire. Si l'on excepte quelques passages sans intérêt, la conversion de Dany Boon en gentleman, la cuite carabinée des légionnaires, le personnage agaçant de Pindépis... il faut bien reconnaître que ce quatrième épisode des aventures filmées des deux gaulois est l'un des plus marrant (loin derrière l'opus Chabat évidemment). J'ai donc bien ri de voir énumérer les préjugés que les anglais et les français ont les uns envers les autres (entre autre, les anglais boivent de l'eau chaude et les français puent...), d'entendre l'accent délicieux et excessifs des acteurs français qui jouent des anglais et surtout leurs répliques traduites littéralement comme par un site de traduction en ligne gratuit, que certaines expressions soient prises au pied de la lettre (un gentleman ne doit jamais courir).
    L'idée de mettre dans les pattes des deux compères un troisième luron est excellente et Vincent Lacoste nous refait son numéro très con mais très réaliste d'ado insupportable dont on ne peut rien tirer. Fabrice Lucchini en César c'est du nanan, pour lui comme pour nous. Une fois encore, alors qu'on l'imagine peu en toge et coiffé de lauriers, il donne l'impression d'improviser chacune de ses répliques. Cet acteur est étonnant au point de se fondre dans chaque rôle comme s'il l'inventait et d'y imprimer sa forte personnalité. Guillaume Galienne est plus vrai que vrai en gentleman qui ne veut pas trahir sa bonne éducation. Les filles sont plutôt bien servies et aussi drôles que les garçons ; Catherine Deneuve en reine imperturbable, Valérie Lermercier en chaperon rigide et Charlotte Lebon en jeune première (même si elle hérite de la robe la plus moche qui soit)... Le casting luxueux réserve plein de bonnes surprises et quelques apparitions inattendues.
    Il semble par ailleurs qu'avec Edouard Baer on retrouve le vrai tempérament d'Astérix. Celui d'un petit bonhomme sûr de lui, de son charme, imbu de sa personne, donneur de leçons et un chouilla méprisant. Evidemment il reste toujours le plus courageux dès qu'il faut défendre l'opprimé et cela même sans potion magique. L'acteur parvient comme personne à faire ressortir le côté un peu pathétique et ridicule du personnage.
    Et Gérard Depardieu fait plus que jamais de cet Obélix un couillon empoté, naïf et immature mais invariablement fidèle en amitié. Tout en lui exprime la douceur et la gentillesse, sa voix, sa démarche, son regard, son sourire. Et c'est extravagant que ce soit avec un tel personnage de BD qu'il nous offre sa composition la plus discrète, modeste  mais aussi la plus touchante depuis bien longtemps !

  • L'ITALIEN de Olivier Baroux **

    19463603_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100616_114637.jpg
    19463601_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100616_114636.jpg
    Comme le dit à peu près l'affiche : "les hommes naissent libres et égaux en droit".. Certains sont plus égaux que d'autres néanmoins et Mourad Ben Saoud est persuadé que s'il a obtenu et gardé son appartement, son boulot de vendeur de Maserati dans lequel il excelle à Nice, c'est parce que depuis des années, il se fait passer pour Dino Fabrizzi un italien, bellâtre, frimeur, fort en gueule. Tout va pour le mieux dans le meilleur du monde que Dino s'est créé. Il a une fiancée qu'il aime et qui le lui rend, une famille aimante, un patron qui, proche de la retraite le considère comme son successeur, un ami alavialamort. Seuls sa soeur qui a réussi sa carrière grâce à ses études en a assez de ce mensonge et son ami Jacques qui suggère à Dino de révéler la vérité à ses proches, sont dans la confidence de ce mensonge. Le destin va se charger de le mettre face à l'absurdité de cette situation. Son père est victime d'un infarctus juste au moment où va commencer le ramadan. Incapable de  suivre ce rite trop contraignant pour sa santé il demande à Dino/Mourad de lui faire la promesse de le faire pour lui. Il accepte.
    A partir d'une situation de comédie qui permet à Kad Merad de jouer le paradeur bling-bling avec éclat et de multiplier gaffes et quiproquos, Olivier Baroux, mine de rien parle avec justesse, pertinence et sincérité de sujets profonds : les racines, l'identité, le racisme, la religion et ses pratiques, la différence, l'intégration. C'est beaucoup pour une comédie mais c'est pas mal fait du tout, grâce à des répliques telles que : "on ne nous demandait pas de nous intégrer mais de ne pas nous faire remarquer"... Par ailleurs, Kad Merad se révèle aussi juste dans les excès de son personnage de frimeur que dans les scènes plus intimes, délicates et émouvantes où il retrouve ses origines. Il se montre également particulièrement sincère et respectueux dans les moments où il se plie au cérémonial imposé par la pratique du ramadan, notamment lors des cinq prières quotidiennes.
    Il aurait sans doute été moins vendeur ou trop "provoc" d'intituler ce film "L'arabe", "Le Mulsulman" ou "L'algérien", mais c'est une plutôt bonne surprise. Bravo.