Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pierre niney

  • L'ODYSSÉE

    de Jérôme Salle **(*)

    238897_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec Lambert Wilson, Pierre Niney, Audrey Tautou
     
    Synopsis : 1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier.

    Lire la suite

  • FRANTZ

    de François Ozon **(*)

    195018_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avant première en présence de François Ozon, Paula Beer et Pierre Niney

    Synopsis : Au lendemain de la guerre 14-18, dans une petite ville allemande, Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front en France. Mais ce jour-là, un jeune Français, Adrien, est venu se recueillir sur la tombe de son ami allemand. Cette présence à la suite de la défaite allemande va provoquer des réactions passionnelles dans la ville.

    Lire la suite

  • 20 ANS D'ÉCART de David Moreau ***

    20 ans d'écart : affiche

    Alice a bientôt 40 ans et ne vit que pour son travail. Par son sérieux à tout épreuve et ses compétences indéniables, elle ambitionne de devenir la prochaine Rédactrice en Chef du Magazine de mode "Rebelle" pour lequel elle travaille. Mais justement, elle découvre que son attitude et son apparence coincée tailleur/chignon est un handicap. Lors d'un voyage en avion elle croise la route et le regard de Balthazar, un étudiant en architecture de 20 ans. A la suite d'un quiproquo, une photo de Balthazar et elle atterrit sur twitter qui change brutalement le regard de ses collègues et de son entourage. Sur les conseils d'un ami, elle décide de se servir de Balthazar pour restaurer son image. Sauf que le coeur de Balthazar est vraiment touché et qu'Alice va finir par capituler devant le charme irrésistible du garçon.

    Parfois, la rom-com même française fonctionne ! C'est rare, mais ça arrive ! C'est le cas ici où, exceptée une scène débile d'amphi, on est embarqué dans l'histoire de Balhazar et Alice du début à la fin et on passe un moment exquis en compagnie de ces deux vraiment très charmantes personnes. Balthazar, épuisé par une relation qui le dépasse, n'en revient pas d'avoir été choisi par cette fille drôle, intelligente et sexy. Et Alice fait tout son possible pour résister à ce garçon séduisant, fougueux et surprenant.

    Bien écrit, très drôle et sexy ce film ne se la pète pas et c'est ce qui fait sans doute tout son charme et qu'il réserve une aussi bonne surprise.

    Certaines scènes et le timing des deux acteurs parfaitement assortis est un éblouissement permanent. Je vous laisse découvrir entre autre bonne surprise, "l'utilisation" de Jean-Luc Mélanchon et Angela Merckel, c'est à mourir de rire. En outre, les milieux de la presse féminine et de la mode sont quelque peu écornés et Charles Berling dans le rôle du père de Balthazar, immature et séducteur de jeunes tendrons de l'âge de son fils est tordant.

    Pierre Niney, garçon charmeur absolument irrésistible met ici toute son énergie, son hyper activité pour répondre au comique très particulier de Virginie Efira, bombe anatomique évidente qui se révèle réellement excellente actrice.

  • COMME DES FRÈRES de Hugo Gélin ***

    319064-2012-comme-des-freres-23666-130378412-jp-620x0-1.jpg

    un road-movie qui tient la route... Un premier film. Une histoire tire-larmes sur le papier mais qui réussit intelligemment à maintenir constamment la distance entre le rire et l'émotion sans aucune utilisation de violons glycémiques (cf. Juan Antonio Bayona qui devrait en prendre de la graine). Et des acteurs CRAQUANTISSIMES (Nicolas Duvauchelle, Pierre Niney, Mélanie Thierry...) très drôles et émouvants au point qu'ils pourraient faire pleurer des cailloux. Denis Ménochet en troisième larron et c'était le **** assuré. En tout cas, pour moi LA comédie française de l'année.

    ..............................

    NB. : pour cause d'actualité personnelle très perturbée... j'ai encore la possibilité de voir des films (heureusement) mais peu de temps et d'énergie pour rédiger des articles conséquents. Néanmoins je continuerai à vous parler des films que je vous recommande ou pas.

  • J'AIME REGARDER LES FILLES de Frédéric Louf **

    J'AIME REGARDER LES FILLES de Frédéric Louf, cinéma, pierre niney, audrey bastien, lou de lâageJ'AIME REGARDER LES FILLES de Frédéric Louf, cinéma, pierre niney, audrey bastien, lou de lâageJ'AIME REGARDER LES FILLES de Frédéric Louf, cinéma, pierre niney, audrey bastien, lou de lâage

    Si Primo avait voté (pour la première fois de sa vie puisqu'il a 18 ans)en ce 10 mai 1981, il aurait sûrement voté Mitterrand. Pour l'occasion et alors qu'il vit dans une minuscule chambre sous les toits à Paris, il retourne en Province chez ses parents. Mais devant l'accueil une fois de plus réfrigérant de son père, il regagne la Capitale et s'inscrute dans une soirée chez des jeunes du XVIème. Il y rencontre une petite bourgeoise superficielle, Gabrielle. Pour être sûr de gagner et de conserver l'amour de la belle, il ment, s'invente un père mort et photographe (le sien n'est "que" fleuriste) et se prétend de droite. Dans le même temps la tout aussi bourgeoise mais beaucoup moins frivole Delphine fantasme sur Primo qui bien sûr l'ignore puisque son coeur appartient à Gabrielle qui va le mettre en pièces...

    Ce petit film d'éducation sentimentale entre bourgeois et prolos passerait sans doute inaperçu (et j'en demande pardon à Miss In The Mood qui le défend bec et ongles) s'il n'était illuminé par la présence extraordinaire de deux comédiens véritablement lumineux, d'une grâce, d'une légéreté et d'une profondeur tout à la fois, folles. Il s'agit de Pierre Niney dont le visage radieux embrase littéralement l'écran. Quant à Audrey Bastien (que j'ai croisée IRL) et qui est d'une réserve et d'une gentillesse délicieuse est une actrice à 200 % d'une beauté et d'un naturel inouïs. On aimerait que ces deux là passent leur vie ensemble et fassent plein de petits à leur image ! Dès qu'ils sont l'un et l'autre à l'écran il se crée une osmose et une alchimie comme rarement au cinéma. Le rôle de Primo, immature et passionné que Pierre Niney rend bouillonnant, capable de se jeter (plusieurs fois) par la fenêtre, de percuter un poteau en s'y jetant à toute vitesse s'oppose à la grande maturité de Delphine qui comprend, évalue de loin et patiente posément, calmement. Ils sont faits l'un pour l'autre mais il faudra que Primo redescende de son nuage pour le comprendre.

    Les autres personnages sont caricaturaux et pas bien sympathiques : les bourgeois de vrais cons, et les prolos des gens biens...

    Mais pour voir les larmes déchirantes de Primo/Pierre et de Delphine/Audrey, leurs sourires éblouissants et leur jeunesse resplendissante il est sans doute important de voir ce film puis d'attendre de les revoir vite tous les deux, ensemble ou séparément.

    .................

    P.S. : si quelqu'un a une explication à propos du job que Primo effectue la nuit... je suis preneuse !!!