Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gilles lellouche

  • LE SENS DE LA FÊTE

    d'Olivier Nakache et Eric Toledano ***

    570288_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec Jean-Pierre Bacri, Jean-Paul Rouve, Gilles Lellouche, Vincent Macaigne,  Eye Haidara, Hélène Vincent, Benjamin Laverhne, Suzanne Clément
     
    Synopsis : Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd'hui c'est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. .

    Lire la suite

  • ROCK'N'ROLL

    de Guillaume Canet **

    179029_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec : Guillaume Canet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche, Yvan Attal

    Synopsis : Guillaume Canet, 43 ans, est épanoui dans sa vie, il a tout pour être heureux.. Sur un tournage, une jolie comédienne de 20 ans va le stopper net dans son élan, en lui apprenant qu’il n’est pas très « Rock », qu’il ne l’a d’ailleurs jamais vraiment été, et pour l’achever, qu’il a beaucoup chuté dans la «liste» des acteurs qu’on aimerait bien se taper…

    Lire la suite

  • L'ENQUÊTE de Vincent Garenq **

    311216_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Synopsis : 2001. Le journaliste Denis Robert met le feu aux poudres dans le monde de la finance en dénonçant le fonctionnement opaque de la société bancaire Clearstream. Sa quête de vérité pour tenter de révéler "l'Affaire des affaires" va rejoindre celle du juge Renaud Van Ruymbeke, très engagé contre la corruption. Leurs chemins vont les conduire au cœur d'une machination politico-financière baptisée "l'affaire Clearstream" qui va secouer la Vème République.

    Lire la suite

  • LA FRENCH de Cédric Jimenez ***

    128118_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Dans les années 70, il y avait la French Connection et les Yankees nous envoyaient "Popeye" pour s'attaquer à un fléau : la drogue et plus particulièrement l'héroïne dont la majorité était importée de France et inondait le marché de la consommation américaine.

    Lire la suite

  • THÉRÈSE DESQUEYROUX de Claude Miller *

    thÉrÈse desqueyroux de claude miller,audrey tautou,gilles lellouche,anaïs demoustier,catherine arditi,cinéma

    Thérèse est une enfant fantasque, intelligente (elle passe son temps à lire alors que sa meilleure amie préfère chasser) sans doute est-elle aussi romantique et sentimentale... Je n'en sais rien, je n'ai pas lu Mauriac et je n'ai pas bien compris le personnage. Sauf qu'à cette époque (début du XXème) ce sont encore les mariages de raison qui unissent les familles plus que les êtres. Et d'amour il n'est pas question lorsque Thérèse est contrainte d'épouser Bernard Desqueyroux et qu'ainsi ils peuvent l'un et l'autre rassembler leurs immenses plantations de pins.

    Thérèse est ce qu'on appelle communément une "grande gueule" mais son mari, plutôt affable au début puisqu'il l'encourage à continuer à parler uniquement dans l'intimité de leur chambre, et sa belle-famille vont s'appliquer à la lui faire fermer alors qu'au début des épousailles ils la considéraient comme une personne qui serait l'expression même de la sagesse. Et puis, à force d'asphyxie elle va commettre un acte coupable, monstreux mais pratiquement inconsciemment, sans préméditation en tout cas. Mécaniquement. Puis elle va chercher le pardon mais sera au nom des conventions sociales, séquestrée...

    Quel dommage que le dernier film de Claude Miller "responsable" de tant de films dont je ne me lasse pas La Meilleure façon de marcher, Dites-lui que je l'aime mais surtout Mortelle randonnée et Garde à vue, soit celui-ci, joliment filmé certes mais froid et totalement impersonnel ! Je ne sais si c'est le personnage de Thérèse elle-même dont je n''ai jamais ressenti la douleur et la révolte. Audrey Tautou, victime et coupable semble plutôt se dessécher d'aigreur et de jalousie envers sa meilleure amie qui connaîtra brièvement un grand amour. Quant à Gilles Lellouche, bouffi, j'ai aussi eu bien du mal à croire à la naïveté de son personnage.

    En un mot, je n'ai sans doute rien compris.

  • LES INFIDELES de Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Emmanuelle Bercot, Fred Cavayé, Eric Lartigau, Michel Hazanavicius, Alexandre Courtès **

    Les Infidèles : photo Alexandre Courtès, Emmanuelle Bercot, Eric Lartigau, Fred Cavayé, Gilles LelloucheLes Infidèles : photo Alexandra Lamy, Alexandre Courtès, Emmanuelle Bercot, Eric Lartigau, Fred CavayéLes Infidèles : photo Alexandre Courtès, Emmanuelle Bercot, Eric Lartigau, Fred Cavayé, Gilles Lellouche

    Le couple est-il synonyme d'infidélité(s) ? Oui répondent en choeur les 7 réalisateurs de ce film à sketches. Mais ce sont ici les hommes qui ont l'adultère et la trahison chevillés au corps. Je reconnais que j'allais un peu à reculons vers ce film car j'en ai vraiment plus qu'assez de la misogynie ambiante au cinéma, de l'image véhiculée sur les femmes (surtout les jeunes) par les réalisateurs avec la complicité des filles elles-mêmes tellement préoccupées par leur apparence et j'en passe (on n'est pas à un congrès du MLF). Mais contrairement à ce que j'imaginais et malgré les lourdeurs, les caricatures, j'ai ri et même souvent. Et il ne s'agit pas uniquement ici de rire DE, mais de rire AVEC. Bien sûr la plupart du temps, la caricature extrême fait plonger les hommes dans un ridicule sans fonds mais franchement, c'est parfois pas mal observé surtout lorsque ces chers machos se prennent pour des séducteurs irrésistibles. On sait de tout temps qu'un homme qui multiplie les conquêtes est un Don Juan, un tombeur, un bourreau des coeurs et qu'une femme atteinte du même symptome de conquérante est une salope, une nymphomane. C'est comme ça ! Qu'à cela ne tienne, je devais être de bonne humeur car je n'ai pas éprouvé ce sentiment de déséquilibre. Et si les hommes sont ici risibles et consternants dans leur addiction, j'ai trouvé que les femmes réagissaient plutôt avec fermeté à leurs petites bassesses et autres tromperies.

    Comme tout film à sketches il est forcément inégal. Le tort dans ce genre d'entreprise est de se réclamer forcément et systématiquement de Dino Risi et de ses Monstres ou d'Ettore Scola. Car si je tiens Jean Dujardin pour un merveilleux acteur, est-ce que Gilles Lellouche peut se réclamer de Vittorio Gassman, de Nino Manfredi ou Ugo Tognazzi ? Faut pas pousser mémère et je compte parmi mes films cultes "Nous nous sommes tant aimés" qui me fait toujours fondre en larmes de bonheur. Je n'imagine pas que ce film ci puisse devenir culte malgré de vraiment bons moments et même un sommet !

    La partie Manu Payet addict aux femmes du troisième âge coquines et S.M. ne m'a nullement convaincue ni même tiré un sourire compte tenu de la chute du sketche. Et puis Manu Payet... bon passons ! L'épilogue à Las Vegas tourne à la grosse poilade et au big porte nawak où il n'y a plus que les acteurs qui s'amusent. Gilles Lellouche aux urgences, "coincés" à l'intérieur d'une fille est l'apothéose de la bêtise et de la vulgarité. Ce qui fait quand même un score de 3 sketches qui sont d'après moi ratés.

    Il reste la virée pathétique des deux amis qui bien que mariés et père de famille pour l'un ne peuvent s'abstenir de sortir chaque nuit et de se retrouver immanquablement le matin, à l'heure où les "balayeurs sont plein de balais", plutôt insatisfaits. La vacuité de leurs bordées régulières démontrent comme jamais à quel point la chair peut être triste et "l'ennui désolé par de cruels espoirs". Mufles de façon extraordinaire ils parlent constamment de leurs légitimes à leurs conquêtes d'un soir.Le séminaire plus vrai que nature d'une entreprise dans un hôtel*** où Jean Dujardin, le sourcil épais, le bide flasque tente en vain jusqu'au petit jour de trouver une femme pour passer la nuit avec lui. Ses tentatives grotesques pour séduire, être drôle le conduiront à se comporter en gamin avec une collègue gentille et très patiente qu'il a quelques heures plus tôt insulter  sont navrantes. Et Jean Dujardin n'a pas son pareil pour jouer les abrutis sans avoir l'air de forcer. La liaison qui finit par le dépasser d'un dentiste bientôt quarantenaire et d'une jeunette de 19 ans qui refuse de se laisser soumettre. L'épisode des "Infidèles anonymes" qui réunit tous les participants de chaque sketche avec Sandrine Kiberlain (tordante et excellente) en animatrice autoritaire de ces "malades" dont Guillaume Canet, hilarant et fayot qui en est à sa 8ème tentative de désyntox.

    Et surtout, surtout, et sans vouloir être rabat-joie, l'épisode intitulé "La question", le seul réalisé par une femme, Emmanuelle Bercot est de loin le meilleur. Il n'est pas seulement le meilleur à l'intérieur du film mais vraiment d'une qualité exceptionnelle. Un couple rentre chez lui après une soirée chez un couple d'amis dont l'homme, infidèle compulsif, évoque ses conquêtes à voix basse pendant que sa femme s'affaire en cuisine. Devant la muflerie de cette attitude Alex... euh Lisa demande à son Jeannot de se parler franchement dès leur retour à la maison. Elle l'assure que leurs 15 ans de vie commune auront raison d'un coup de griffe dans le contrat, d'autant que le temps a sûrement passé sur cette incartade. Mauvaise idée. Et c'est à un véritable "Qui a peur de Virginia Woolf" auquel on assiste. Et si le propos est particulièrement bien observé (la femme dit "qu'est-ce qu'elle avait de plus que moi ?" et l'homme "il baisait mieux que moi ?") et filmé, les deux acteurs en présence : Notre Loulou et Notre Chouchou sont absolument prodigieux et je pèse mes mots. Alexandra Lamy merveilleuse, profonde et intelligente se décompose littéralement sous nos yeux. Et Notre Jeannot beau comme jamais fait preuve d'une mauvaise foi (ça, on a l'habitude) et d'une violence dont on ne l'imaginait pas capable. La complicité, le timing du couple font une fois encore, comme au temps d'Un gars une fille, vraiment des merveilles dans un registre tout à fait inédit.

  • MA PART DU GÂTEAU de Cédric Klapisch °°°

    MA PART DU GÂTEAU de Cédric Klapish, gilles lellouche, karin viard, cinémaMA PART DU GÂTEAU de Cédric Klapish, gilles lellouche, karin viard, cinéma

    L'usine où travaille France ferme ses portes. Au chômage, seule avec trois filles à élever et après une tentative de suicide... elle profite d'une opportunité de formation de femme de ménage pour "monter" à Paris. Là, elle se fait embaucher par Stéphane (ou Steve pour les intimes) le trader précisément responsable (en partie) de la fermeture de son usine. Au début elle n'en saura rien mais plus tard si, et ça ne va pas se passer comme ça. Non mais.

    Je ne vais pas m'apesantir et m'éterniser sur un film aussi mauvais et ridicule. Mais qu'a essayé de prouver ou démontrer Klapisch en tournant cette chose plutôt laide et bête ? Même Venise parcourue lors d'une scène honteusement balourde et misogyne, est sans âme. Mais là je ne résiste pas au plaisir de vous relater l'intermède vénitien : une très très jeune et très maigre mannequin draguée à la rustaude par Gilles Lellouche est emmenée pour un week end dans la Sérénissime. Arrivée sur place Tessa (oui Tessa, car les parisiennes s'appellent Tessa ou Melody... les filles du Nord se prénominent France ou Josy !!!) s'extasie "ôôô c'est beau" lit-on sur ses lèvres alors qu'elle vaporette sur le Grand Canal ! Mais le soir, alors que Gilou lui offre une nuisette (bien moche d'ailleurs) et lui demande de lui faire la danse des sept voiles avant de lui faire subir les derniers outrages... la belle jeunette est toute surprise : "mais euh... monsieur, je ne couche pas le premier soir !!! Il faut que je sente les choses moi !". En gros, "tu te la mets sur l'oreille mon Gilou, tu te la fumeras plus tard". Mais le Gillou n'est pas du genre à se laisser berner par la minaudeuse, et après un temps de réflexion s'exprime : "ah tu veux sentir des choses et bien tiens je vais t'en faire sentir une !!!" Le "viol" n'est que suggéré bien sûr, mais il est difficile d'appeler différemment ce qui se passe lorsqu'une fille n'est pas consentante et qu'un garçon la plaque sur un plumard !!! En résumé, la Tessa de Paris est fort naïve et un rien couillonne. Elle peut embarquer avec un quasi inconnu pour un week end en Italie et supposer que le garçon ne va QUE la couvrir de cadeaux. Cadeaux qu'elle rendra plus tard, la Tessa étant finalement naïve, couillonne mais honnête. Quant à l'homme, ce pourceau libidineux, il ne peut imaginer qu'une fille ne peut "s'obtenir" qu'en l'achetant. Beurcke.

    Bon je ne vous parle même pas de la mer du Nord filmée comme dernier terrain vague... En tout cas ici, c'est assez simple finalement, les traders/riches sont des hommes et des femmes puants, mauvais et vaniteux qui ne peuvent que se reproduire entre eux. Les prolos sont pauvres et gentils. Ils se serrent les coudes et boivent des coups dès que ça va mal et rentrent en titubant le soir chez eux. Surtout s'ils sont du Nord, pensez donc !

    C'est peu dire que tout sonne faux. D'autant que pour rendre encore ce film plus insauvable, il souffre d'un "mis-casting" définitif. Gilles Lellouche n'a pas la mâchoire carrée de Michaël Douglas et en trader à cravate, il n'est jamais crédible. Idem pour Karin Viard, malgré tous ses efforts et elle est le seul point positif du film avec l'énergie qu'elle met à tenter d'être cette femme de ménage... ça ne passe jamais. Comment évoquer aussi les répliques et les dialogues débités comme des sentences ou des maximes censés symboliser la lutte des classes et le goufre entre les nantis et les démunis ?

    Et puis que dire finalement du virage opéré dans le dernier quart d'heure qui fait définitivement sombrer ce film dans les abysses du ridicule qu'il avait jusque là frôlé à de nombreuses reprises ?

    Pouah.

    P.S. : je ne parle pas de Jean-Pierre Martins qui une fois de plus gâche son talent dans un film râté. Regardez le sur la photo, n'a t'il pas l'air de dire : "pendant que vous faites les cons dans cette bouse, je joue avec le moutard !". Il ferait mieux de lire les scenarii.

  • 15 PLACES DE CINEMA A GAGNER POUR

    Ma-Part-du-Gateau-affiche-749x1000.jpg

    de Cédric Klapisch grâce à STUDIO CANAL. Ce film sortira en salle le mercredi 16 mars.

    Pour remporter une place il vous suffit de trouver à quel film appartient ces morceaux d'images de films que j'ai découpées et colorisées.
    Evidemment vous ne donnez qu'UNE réponse à la fois. Si je vous dis que votre réponse est fausse, vous retentez votre chance, sinon bravo !

    Les premiers gagnants sont : Grégoire, marion, Laura, Yohan, manu, caro54, spleen, Ed, zapette, sopel, Mister Loup, Florence, ludo, peraut, COMAGI91.

    GAME OVER. Merci.

    1

    KARNAVAL trouvé par Grégoire

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    2

    LOUISE MICHEL trouvé par marion

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    3

    DIKKENEK trouvé par Laura

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    4

    A L'ORIGINE trouvé par peraut

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    5

    ENTRE SES MAINS trouvé par Mister Loup

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    6

    MAMMUTH trouvé par sopel

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    7

    MAMAN EST FOLLE trouvé par zapette

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    8

    LA VIE EST UN LONG FLEUVE TRANQUILLE trouvé par COMAGI91

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    9

    LA VIE RÊVEE DES ANGES trouvé par Yohan

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    10

    LA VIE DE JESUS trouvé par Florence

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    11

    NOTRE JOUR VIENDRA trouvé par Manu

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    12

    RIEN A DECLARER trouvé par caro 54

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    13

    LE SCAPHANDRE ET LE PAPILLON trouvé par Spleen Spleen

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    14

    WELCOME trouvé par ludo

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    15

    WEEK END à ZUYDCOOTE trouvé par Ed

    ma part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinémama part du gâteau de cédric klapisch,cinéma,gilles lellouche,karin viar,jeu cinéma

    Synopsis : France, ouvrière, vit dans le nord de la France, à Dunkerque avec ses trois filles.
    Son ancienne usine a fermé et tous ses collègues se retrouvent comme elle au chômage. Elle décide de partir à Paris pour trouver un nouveau travail. Elle va trouver un stage pour devenir femme de ménage. Assez rapidement, elle se fait engager chez un homme qui vit dans un univers radicalement différent du sien. Cet homme, Steve est un trader qui a réussi, il travaille entre la City de Londres et le quartier de la Défense à Paris.

    Les deux individus vont se côtoyer. Cette ouvrière va découvrir les gens qui vivent dans le luxe. Elle va finir par découvrir que cet homme, fort séduisant et sympathique, est en partie responsable de la faillite de son ancienne entreprise.

  • A BOUT PORTANT de Fred Cavayé °°

    19250961_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100217_010759.jpg19536655_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101008_033650.jpg19536647_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101008_033615.jpg

    Fred Cavayé m'avait totalement bluffée et embarquée dans son premier film, une histoire rocambolesco/abracadabrantesque qui s'appelait Pour Elle. Déjà à l'époque il avait placé des personnages ordinaires dans des situations qui ne l'étaient pas. Le suspens et l'énergie qui régnaient avaient raison des invraisemblances, et le couple Vincent Lindon/Diane Kruger fonctionnait à merveille et déployait des trésors de finesse, d'intensité et de fièvre. 

    Ici et une nouvelle fois, un ptit couple de pépère et mémère, Samuel et Chéplucomment roucoulent dans les cartons de leur nouvel appartement bien moche en attendant bébé, mais en lieu et place de Vinz et Diane, tous deux à la sensibilité vibrante, le réalisateur a placé Gilles Lellouche et une inconnue Elena Anaya qui ne sert à rien dont la cote de glamour frôle le néant et dont la connivence à l'écran se situe sous le niveau de la mer.

    Mais ce qui ne va pas, mais alors pas du tout du tout ici, en plus des acteurs TOUS CATASTROPHIQUES (sauf deux, mais j'y reviendrai) et réduits au néant d'UN seul trait de caractère méchant/gentil, c'est le scenario qui empile à la chaîne les énormités et invraisemblances et mes yeux ne cessaient de s'écarquiller devant tant de nullité rassemblée dans la même péloche. Il faudrait presque revoir ce machin pour prendre des notes, mais je ne trouve aucune raison de m'infliger cette souffrance ! Donc, en gros, nos deux tourtereaux se rendent à l'échographie du septième mois et demi de la dame et la gynéco, une abrutie de première, décidément j'adore les hôpitaux leur annonce qu'il va falloir la jouer cool le mois et demi restant. Devant l'étonnement du couple "gné, rester couchée pendant un mois ???", la gynéco lâche les chiens et s'emballe : "oui ben un moutard ça se fait en 9 mois pas en 7, alors on se calme, on boit frais à saint Trop' et on vient pas se plaindre après nanmého".

    Le Samuel est aide-soignant à l'hôpital mais il fait les cours du soir pour devenir infirmier, que même il passe l'exam' lundi, preuve qu'il a du courage. Chéplucomment ne sert à rien, elle couve et couvera encore après le générique de fin. Donc entre temps on voit Roschdy Zem et on comprend qu'il fait des trucs chelou. Il s'appelle Sartet comment Alain Delon dans "Le Cercle Rouge", c'est un hommage (vous pouvez en causer dans vos dîners en ville, ça le fait ! Quelqu'un vous dit "pourquoi il s'appelle Hugo Sartet avec la tête qu'il a le Roschdy" et là, du tac'o'tac, vous balancez "c'est rapport à l'hommage au Cercle rouge que Cavayé il fait". Là, respect. Bon, Roschdy a un accident de scooter. Mais pas l'accident de tapette. Le truc de ouf contre une bagnole lancée à 115 sous le tunnel de l'Alma que ça lui fait faire le soleil de la mort avec double salto avant et récupération à plat ventre sur le bitume. Mais comme c'est Roschdy, il meurt pas. Il se retrouve à l'hosto où travaille Samuel. Tu la sens venir ? Il est tout entubé de partout (pas Samu, Roschdy) et les keufs (y'a deux équipes, les cons méchants et les très cons très très méchants) découvrent que le blessé est recherché. Du coup, il est surveillé, Roschdy je veux dire. Samuel prend son service. Alors, faut savoir que dans cet hôpital y'a pas de passation de pouvoir (les "transmissions") entre l'équipe de jour et l'équipe de nuit... nan nan ! Samuel va juste taper dans le dos de son collègue aide-soignant et lui dit "c'est bon, tu peux rentrer chez toi !". Puis, il voit un type qui se sauve de l'hôpital et en fait il découvre que c'est un chanmé qui est venu débrancher Roschdy qui suffoque du coup. Mais comme il est presque infirmier (pas Roschdy, Samuel), il le regonfle avec une pompe à vélo et il rentre chez lui et il est 5 h 07 du matin... Ce qui fait qu'en gros il a dû finir vers 4 heures, si j'estime qu'il a mis trois quart d'heure pour rentrer chez lui dans son appart moche plein de cartons. 

    Fred Cavayé : renseigne-toi sur les horaires de travail des gens de l'hôpital, c'est presque les mêmes dans tous les hôpitaux de France ! C'est peu de chose mais quand même.

    Le matin, Samuel tripote le ventre de sa meuf, cause à son bébé en disant "ta mère est folle"... et après on s'étonne qu'il y a des divorces et que c'est toujours les moutards qui trinquent. En fait, il voudrait un garçon, mais c'est une fille. C'est démontré, y'a pas de kékette. Bon, il dit à sa meuf "t'sais que t'as épousé un héros ! Cette nuit, j'ai regonflé un mec avec ma pompavélo..." et là, la fille elle fait "aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah", Samuel se prend un coup de poèle à frire sur la tronche et quand il se réveille, il a du ketchup sur la tête et Chéplucomment n'est plus là. Le téléphone sonne et il dit "pourquoi tu pleures mon amour ?"' et là, LA VOIX lui explique qu'il faut qu'il fasse sortir Roschdy de l'hôpital sinon sa meuf, il la retrouve en pièces détachées.

    Ni une ni deux. Le Samuel sort le Roschdy subclaquant de l'hosto et l'emmène je sais plus où. Roschdy c'est pas une tapette, il court en se tenant le bide et Samuel le recoud dans un appartement où y'a tout le matos pour recoudre des gens. Ensuite vient la SEULE BONNE IDEE du film : Samuel dit à Roschdy de prendre sa douche en laissant la porte ouverte. Et là, c'est bon, Roschdy est une bombe anatomique que même pas c'est imaginable !!! Ce sont les deux minutes vingt et une de pur bonheur.

    Puis ils se mettent à courir partout tous les deux car ils sont poursuivis. On ne saura JAMAIS pourquoi Roschdy est poursuivi. En tout cas, moi je n'ai pas compris. Mais j'ai découvert que Gilles Lellouche sait voler :

    19536656_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101008_033651.jpg

    Les flics ne s'entendent pas bien. Alors, il y a deux équipes, l'équipe de Mireille Perrier (ridicule !!!) qui court après Roschdy sans savoir qu'il est mêlé à une sale affaire. Et l'équipe de Gérard Lanvin (ridicule !!!) qui court après Roschdy en sachant qu'il est mêlé à une sale affaire. Tout le monde veut prendre de court l'autre équipe mais TOUS les flics sont des ripoux, et certains meurent avec une balle dans la joue ou vont en prison avec une écorchure sur la joue.

    Ensuite tout le monde se retrouve au commissariat et Chéplucomment enceinte jusqu'aux yeux doit se jeter par la fenêtre mais elle se bat avec une fliquette drôlement vilaine qui la regarde comme ça avec des gros yeux et c'est elle qui a le dessus. C'est un gros boxon dans le commissariat, Gérard Lanvin essaie de récupérer une cassette compromettante, tandis que Roschdy qui s'est rhabillé (meeeeeeeeeeeeerde !!!) essaie les 172 combinaisons pour ouvrir le coffre où se trouve la cassette et que Gilles/Samuel court partout on ne sait plus trop pourquoi !

    Quand tout est fini, Chéplucomment est encore enceinte, Gérard Lanvin se tape une pute et Roschdy fait un strip-tease en souvenir de son frère que Lanvin a saigné.... naaaaan, j'rigole !

    Bon alors donc, de ce marasme, sans queue ni tête, complètement cheap, qui ne possède pas deux lignes de dialogues consécutifs et qui pousse les invraisemblances à un degré rarement atteint, il faut néanmoins sauver Roschdy Zem (ce garçon est à tomber) et une petite fliquette adorable pleine de talent et que j'espère vite revoir (c'est elle qui court sur la photo au-dessus). Elle s'appelle Claire Perot et elle mérite mille fois mieux que ce film débile.