Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gilles lellouche

  • KOMPROMAT - LEÏLA ET SES FRÈRES - PLAN 75

    0726452.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg5249527.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg2064246.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Vous l'avez compris, ces trois films n'ont en commun que le fait que je les ai vus. Quelques mots à leur propos avant qu'ils ne disparaissent.

    Lire la suite

  • BAC NORD

    De Cédric Jimenez ***

    bac nord de cédric jimenez,cinéma,gilles lellouche,karim leklou,françois civil,kenza fortas,adèle exarchopoulos

    Avec Gilles Lellouche, Karim Leklou, François Civil, Kenza Fortas, Adèle Exarchopoulos

    Cédric Jimenez s'inspire d'une histoire vraie. En 2012, dix-huit membres de la brigade anti-criminalité de Marseille ont été déférés en correctionnelle pour corruption, trafic de drogue et racket.

    Lire la suite

  • PUPILLE

    de Jeanne Herry ***

     

    0550992.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg0568180.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
    0582242.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Avec Sandrine Kiberlain, Elodie Bouchez, Miou Miou,Gilles Lellouche, Olivia Côte

    Synopsis : Théo est remis à l'adoption par sa mère biologique le jour de sa naissance. C'est un accouchement sous X. La mère à deux mois pour revenir sur sa décision...ou pas. Les services de l'aide sociale à l'enfance et le service adoption se mettent en mouvement.

    Lire la suite

  • LE SENS DE LA FÊTE

    d'Olivier Nakache et Eric Toledano ***

    570288_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec Jean-Pierre Bacri, Jean-Paul Rouve, Gilles Lellouche, Vincent Macaigne,  Eye Haidara, Hélène Vincent, Benjamin Laverhne, Suzanne Clément
     
    Synopsis : Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd'hui c'est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. .

    Lire la suite

  • ROCK'N'ROLL

    de Guillaume Canet **

    179029_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec : Guillaume Canet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche, Yvan Attal

    Synopsis : Guillaume Canet, 43 ans, est épanoui dans sa vie, il a tout pour être heureux.. Sur un tournage, une jolie comédienne de 20 ans va le stopper net dans son élan, en lui apprenant qu’il n’est pas très « Rock », qu’il ne l’a d’ailleurs jamais vraiment été, et pour l’achever, qu’il a beaucoup chuté dans la «liste» des acteurs qu’on aimerait bien se taper…

    Lire la suite

  • L'ENQUÊTE de Vincent Garenq **

    311216_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Synopsis : 2001. Le journaliste Denis Robert met le feu aux poudres dans le monde de la finance en dénonçant le fonctionnement opaque de la société bancaire Clearstream. Sa quête de vérité pour tenter de révéler "l'Affaire des affaires" va rejoindre celle du juge Renaud Van Ruymbeke, très engagé contre la corruption. Leurs chemins vont les conduire au cœur d'une machination politico-financière baptisée "l'affaire Clearstream" qui va secouer la Vème République.

    Lire la suite

  • LA FRENCH de Cédric Jimenez ***

    128118_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Dans les années 70, il y avait la French Connection et les Yankees nous envoyaient "Popeye" pour s'attaquer à un fléau : la drogue et plus particulièrement l'héroïne dont la majorité était importée de France et inondait le marché de la consommation américaine.

    Lire la suite

  • THÉRÈSE DESQUEYROUX de Claude Miller *

    thÉrÈse desqueyroux de claude miller,audrey tautou,gilles lellouche,anaïs demoustier,catherine arditi,cinéma

    Thérèse est une enfant fantasque, intelligente (elle passe son temps à lire alors que sa meilleure amie préfère chasser) sans doute est-elle aussi romantique et sentimentale... Je n'en sais rien, je n'ai pas lu Mauriac et je n'ai pas bien compris le personnage. Sauf qu'à cette époque (début du XXème) ce sont encore les mariages de raison qui unissent les familles plus que les êtres. Et d'amour il n'est pas question lorsque Thérèse est contrainte d'épouser Bernard Desqueyroux et qu'ainsi ils peuvent l'un et l'autre rassembler leurs immenses plantations de pins.

    Thérèse est ce qu'on appelle communément une "grande gueule" mais son mari, plutôt affable au début puisqu'il l'encourage à continuer à parler uniquement dans l'intimité de leur chambre, et sa belle-famille vont s'appliquer à la lui faire fermer alors qu'au début des épousailles ils la considéraient comme une personne qui serait l'expression même de la sagesse. Et puis, à force d'asphyxie elle va commettre un acte coupable, monstreux mais pratiquement inconsciemment, sans préméditation en tout cas. Mécaniquement. Puis elle va chercher le pardon mais sera au nom des conventions sociales, séquestrée...

    Quel dommage que le dernier film de Claude Miller "responsable" de tant de films dont je ne me lasse pas La Meilleure façon de marcher, Dites-lui que je l'aime mais surtout Mortelle randonnée et Garde à vue, soit celui-ci, joliment filmé certes mais froid et totalement impersonnel ! Je ne sais si c'est le personnage de Thérèse elle-même dont je n''ai jamais ressenti la douleur et la révolte. Audrey Tautou, victime et coupable semble plutôt se dessécher d'aigreur et de jalousie envers sa meilleure amie qui connaîtra brièvement un grand amour. Quant à Gilles Lellouche, bouffi, j'ai aussi eu bien du mal à croire à la naïveté de son personnage.

    En un mot, je n'ai sans doute rien compris.

  • LES INFIDELES de Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Emmanuelle Bercot, Fred Cavayé, Eric Lartigau, Michel Hazanavicius, Alexandre Courtès **

    Les Infidèles : photo Alexandre Courtès, Emmanuelle Bercot, Eric Lartigau, Fred Cavayé, Gilles LelloucheLes Infidèles : photo Alexandra Lamy, Alexandre Courtès, Emmanuelle Bercot, Eric Lartigau, Fred CavayéLes Infidèles : photo Alexandre Courtès, Emmanuelle Bercot, Eric Lartigau, Fred Cavayé, Gilles Lellouche

    Le couple est-il synonyme d'infidélité(s) ? Oui répondent en choeur les 7 réalisateurs de ce film à sketches. Mais ce sont ici les hommes qui ont l'adultère et la trahison chevillés au corps. Je reconnais que j'allais un peu à reculons vers ce film car j'en ai vraiment plus qu'assez de la misogynie ambiante au cinéma, de l'image véhiculée sur les femmes (surtout les jeunes) par les réalisateurs avec la complicité des filles elles-mêmes tellement préoccupées par leur apparence et j'en passe (on n'est pas à un congrès du MLF). Mais contrairement à ce que j'imaginais et malgré les lourdeurs, les caricatures, j'ai ri et même souvent. Et il ne s'agit pas uniquement ici de rire DE, mais de rire AVEC. Bien sûr la plupart du temps, la caricature extrême fait plonger les hommes dans un ridicule sans fonds mais franchement, c'est parfois pas mal observé surtout lorsque ces chers machos se prennent pour des séducteurs irrésistibles. On sait de tout temps qu'un homme qui multiplie les conquêtes est un Don Juan, un tombeur, un bourreau des coeurs et qu'une femme atteinte du même symptome de conquérante est une salope, une nymphomane. C'est comme ça ! Qu'à cela ne tienne, je devais être de bonne humeur car je n'ai pas éprouvé ce sentiment de déséquilibre. Et si les hommes sont ici risibles et consternants dans leur addiction, j'ai trouvé que les femmes réagissaient plutôt avec fermeté à leurs petites bassesses et autres tromperies.

    Comme tout film à sketches il est forcément inégal. Le tort dans ce genre d'entreprise est de se réclamer forcément et systématiquement de Dino Risi et de ses Monstres ou d'Ettore Scola. Car si je tiens Jean Dujardin pour un merveilleux acteur, est-ce que Gilles Lellouche peut se réclamer de Vittorio Gassman, de Nino Manfredi ou Ugo Tognazzi ? Faut pas pousser mémère et je compte parmi mes films cultes "Nous nous sommes tant aimés" qui me fait toujours fondre en larmes de bonheur. Je n'imagine pas que ce film ci puisse devenir culte malgré de vraiment bons moments et même un sommet !

    La partie Manu Payet addict aux femmes du troisième âge coquines et S.M. ne m'a nullement convaincue ni même tiré un sourire compte tenu de la chute du sketche. Et puis Manu Payet... bon passons ! L'épilogue à Las Vegas tourne à la grosse poilade et au big porte nawak où il n'y a plus que les acteurs qui s'amusent. Gilles Lellouche aux urgences, "coincés" à l'intérieur d'une fille est l'apothéose de la bêtise et de la vulgarité. Ce qui fait quand même un score de 3 sketches qui sont d'après moi ratés.

    Il reste la virée pathétique des deux amis qui bien que mariés et père de famille pour l'un ne peuvent s'abstenir de sortir chaque nuit et de se retrouver immanquablement le matin, à l'heure où les "balayeurs sont plein de balais", plutôt insatisfaits. La vacuité de leurs bordées régulières démontrent comme jamais à quel point la chair peut être triste et "l'ennui désolé par de cruels espoirs". Mufles de façon extraordinaire ils parlent constamment de leurs légitimes à leurs conquêtes d'un soir.Le séminaire plus vrai que nature d'une entreprise dans un hôtel*** où Jean Dujardin, le sourcil épais, le bide flasque tente en vain jusqu'au petit jour de trouver une femme pour passer la nuit avec lui. Ses tentatives grotesques pour séduire, être drôle le conduiront à se comporter en gamin avec une collègue gentille et très patiente qu'il a quelques heures plus tôt insulter  sont navrantes. Et Jean Dujardin n'a pas son pareil pour jouer les abrutis sans avoir l'air de forcer. La liaison qui finit par le dépasser d'un dentiste bientôt quarantenaire et d'une jeunette de 19 ans qui refuse de se laisser soumettre. L'épisode des "Infidèles anonymes" qui réunit tous les participants de chaque sketche avec Sandrine Kiberlain (tordante et excellente) en animatrice autoritaire de ces "malades" dont Guillaume Canet, hilarant et fayot qui en est à sa 8ème tentative de désyntox.

    Et surtout, surtout, et sans vouloir être rabat-joie, l'épisode intitulé "La question", le seul réalisé par une femme, Emmanuelle Bercot est de loin le meilleur. Il n'est pas seulement le meilleur à l'intérieur du film mais vraiment d'une qualité exceptionnelle. Un couple rentre chez lui après une soirée chez un couple d'amis dont l'homme, infidèle compulsif, évoque ses conquêtes à voix basse pendant que sa femme s'affaire en cuisine. Devant la muflerie de cette attitude Alex... euh Lisa demande à son Jeannot de se parler franchement dès leur retour à la maison. Elle l'assure que leurs 15 ans de vie commune auront raison d'un coup de griffe dans le contrat, d'autant que le temps a sûrement passé sur cette incartade. Mauvaise idée. Et c'est à un véritable "Qui a peur de Virginia Woolf" auquel on assiste. Et si le propos est particulièrement bien observé (la femme dit "qu'est-ce qu'elle avait de plus que moi ?" et l'homme "il baisait mieux que moi ?") et filmé, les deux acteurs en présence : Notre Loulou et Notre Chouchou sont absolument prodigieux et je pèse mes mots. Alexandra Lamy merveilleuse, profonde et intelligente se décompose littéralement sous nos yeux. Et Notre Jeannot beau comme jamais fait preuve d'une mauvaise foi (ça, on a l'habitude) et d'une violence dont on ne l'imaginait pas capable. La complicité, le timing du couple font une fois encore, comme au temps d'Un gars une fille, vraiment des merveilles dans un registre tout à fait inédit.