Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

romain duris

  • LA CONFESSION

    de Nicolas Boukhrief *

    344015_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec : Romain Duris, Marine Vacth, Anne le Ny, Solène Rigot,

    Synopsis : Sous l’Occupation allemande, dans une petite ville française, l’arrivée d’un nouveau prêtre suscite l’intérêt de toutes les femmes... Barny, jeune femme communiste et athée, ne saurait cependant être plus indifférente.

    Lire la suite

  • UN PETIT BOULOT

    de Pascal Chaumeil ***

    184563_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec : Romain Duris, Michel Blanc, Alice Belaïdi, Gustave Kervern

    Jacques accumule les poisses. Il perd son emploi suite à la fermeture de l'usine dans laquelle il travaille. Sa fiancée le quitte. Il se met à jouer et à beaucoup perdre. Il lui reste ses deux meilleurs potes Tom et Jeff avec qui il boit des bières.

    Lire la suite

  • L'ÉCUME DES JOURS de Michel Gondry ***

    L'Ecume des jours : Affiche

    Colin a une belle vie. Il est si riche qu'il n'a pas besoin de travailler. Il passe son temps à créer des machines insensées comme ce pianocktail qui permet de composer des boissons en fonction des accords interprétés. Il vit avec Nicolas, son conseiller, avocat et cuisinier. Son meilleur ami, Chick n'est pas issu du même milieu et doit travailler en usine, d'autant plus qu'il a une passion ruineuse. Fan du philosophe Jean-Sol Partre, il se procure chaque oeuvre, chaque conférence et même l'effigie de son idole grandeur nature. Pour l'aider à assouvir sa passion onéreuse, Colin offre à Chick le quart de sa fortune. Côté coeur, tout va bien. Chick et Alise s'aiment, Nicolas et Isis s'aiment et Colin trouvant injuste de ne pas être amoureux, rencontre Chloé ("avez-vous été arrangée par Duke Ellington ?") et l'épouse. Tout va bien, la vie est belle... mais plus pour longtemps. Chick délaisse Alise au profit de Jean-Sol Partre, Nicolas ne cesse de tromper Isis et le nénuphar qui pousse dans le poumon de Chloé bouleverse tout l'univers. 

    N'en déplaise aux  Inrocks et autres pisse-vinaigre qui un jour peut-être aimeront le cinéma, ça leur déridera peut-être un peu les fesses fera un bien fou, Michel Gondry  a presque tout bon ! Et pourtant j'avais peur. On ne touche pas à l'Ecume des Jours. C'est LE roman de l'adolescence, de la jeunesse. Celui qu'on lit, qu'on relit et qu'on n'oublie jamais. Celui que même ceux qui ne lisent pas ont lu ! C'est un monument, une cathédrale et sans doute réputé inadaptable au cinéma. Et pourtant en regardant le film, on lit le livre en images et on a envie de le re-lire, de fouiller dans la bibliothèque et de retrouver la vieille version toute cornée  découverte en terminale ou avant, celle avec le nénuphar ou la tête de Boris en couverture. Le roman date de 1947.  Et cette histoire est incroyable, extraordinaire, toujours actuelle. J'espère qu'une nouvelle génération de teenagers va dévaliser les librairies et tomber amoureuse de Colin, Chloé, Isis, Nicolas, Chick et Alise, et du style époustouflant de l'auteur !

    Evidemment, il y a deux segments bien distincts. Avant et après le "nénuphar" de Chloé. Et Michel Gondry accomplit la prouesse de nous mettre dans le même état d'esprit que ses personnages. En entrant dans cet univers, celui de Vian animé par Gondry, on passe une heure avec un sourire figé en mode découverte, admiration et émerveillement. Le réalisateur n'oublie rien mais ne se contente pas de faire figurer des gadgets en pagaïe mais bien de rendre vivant le monde surréaliste, onirique où les objets prennent vie, l'influencent ou agissent en fonction des événements. Jamais on aurait cru pouvoir voir le fameux pianocktail, la voiture nuage, la sonnette insecte, la souris, les doublezons, les fenêtres qui repoussent, la chambre qui rapetisse, ou assister à une démonstration de "biglemoi"...

    Lorsque le film commence Colin se taille "en biseau les coins de ses paupières mates, pour donner du mystère à son regard" comme dans le livre. Et toute la fantasmagorie déployée par Vian refait brusquement surface. Et Colin (incarné idéalement par Romain Duris au jeu tellement surréaliste) apparaît, innocent, gentil, superficiel car "Il était presque toujours de bonne humeur, le reste du temps il dormait". Le temps de l'insouciance où les amoureux dansent, vont à la patinoire, boivent, s'amusent est éphémère. Et la seconde partie, dès le mariage de Colin et Chloé, est peu à peu et de plus en plus sombre, menaçante, angoissante. L'appartement si grand, si lumineux  devient lugubre, marécageux. Il rétrécit. Les couleurs s'estompent jusqu'à disparaître. Il ne reste plus qu'un noir et blanc brumeux, dramatiquement chargé.

    Mais Gondry ne se contente pas de la forme, le fond est là aussi. Et le réalisateur, comme Vian, dénonce le monde du travail, l'exploitation, le rendement, les cadences, la médecine impuissante, l'Eglise cupide et mercantile, l'administration, le culte de la personnalité illustré par le personnage de Jean-Sol Partre, l'individualisme... Par ailleurs Colin, à l'instar de Vian est un grand amateur de jazz et pas n'importe lequel. La BO est donc admirable et les apparitions de Duke Ellington un régal.

    Mais curieusement, on est beaucoup plus bouleversé par les modifications de l'environnement, par ce monde qui devient funeste et par Colin misérable, obligé d'accepter des emplois extravagants, (fabriquer des armes à la chaleur de son corps, travailler pour une administration qui prédit les événements) dans des conditions épouvantables que par l'histoire d'amour dramatique. J'avais le souvenir d'un grand roman d'amour triste à mourir, et du film je retiens surtout un profond désespoir provoqué par la perte de l'innocence, la fin de l'insouciance  douloureusement expérimentées par Colin.

    Je n'arrive pas à dire si L'ECUME DES JOURS est un grand film ou un beau film ou les deux (sûrement les deux) mais il est à coup sûr, différent, inventif, subtil... désespéré.

  • POPULAIRE de Régis Roinsard ***

    a royal affair,comme des frères,cinéma

    Une bulle de champagne ou de savon. Romain Duris et Déborah François irrésistibles sont à croquer, drôles. Tels Rock Hudson et Doris Day. Une reconstitution acidulée des années 50 qui ne sent pas la poussière. L'autre meilleure comédie de l'année.

    ..............................

    NB. : pour cause d'actualité personnelle très perturbée... j'ai encore la possibilité de voir des films (heureusement) mais peu de temps et d'énergie pour rédiger des articles conséquents. Néanmoins je continuerai à vous parler des films que je vous recommande ou pas.

  • RAIPONCE de Byron Howard et Nathan Greno ***

    19589908_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101115_115556.jpg19589911_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101115_115611.jpg19589891_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101115_115429.jpg

    Il était une fois une belle Princesse répondant au doux et curieux nom de Raiponce qui naquit dans un royaume idéal dont le bon roi et la très jolie reine étaient aimés de tous leurs sujets. Hélas tout ne pouvant jamais être pour le mieux dans ce monde de brutes, une vilaine bonne femme, vieille et laide, Mère Gothel, kidnappe la petite encore au berceau pour s'emparer de sa chevelure aux pouvoirs magiques de jeunesse éternelle, de guérison... et toute cette sorte de choses à condition que les cheveux demeurent sur la tête de sa propriétaire. La vieille se voit donc contrainte de séquestrer dans une tour inaccessible le bébé qui devient une petite fille puis une belle jeune fille, en la couvrant d'un étrange et envahissant amour et prétendant la protéger du monde cruel extérieur. Mais à 18 ans, la belle a des velléités d'indépendance, des rêves d'évasion et de liberté. Sa rencontre inopinée avec Flynn Rider, voyou charismatique qui s'la pète, recherché par toutes les polices du royaume va évidemment changer la donne et le cours des événements qui vont entraîner Raiponce dans une succession d'aventures et de drames.

    Chez Walt Disney il y a souvent une Princesse qui s'ignore mais qui finira par retrouver statut et position sociale. Mais aujourd'hui, même si au final le résultat sera le même : "Ils vécurent heureux et...bla bla bla" (ben oui, l'amour finit toujours par avoir raison des plus rebelles), elle ne somnole plus en soupirant qu'un Charmant vienne la délivrer. C'est elle qui prend son destin en mains en faisant du premier macho qui passe, son otage et en lui proposant un marché !

    Les héros du dernier Disney (j'ai dû en rater pas mal mais celui-ci est vraiment formidable je trouve) sont donc une Princesse à la chevelure magique longue de 20 mètres (ce qui n'est pas toujours pratique), un bandit de grands chemins plein de charme, d'assurance et d'humour, un cheval qui va retourner sa veste, un petit caméléon qui s'appelle... non, je vous laisse découvrir (cte honte !!!), une vilaine, des pas beaux, une poêle à frire etc. Et tout cela est drôle, beau à regarder, parfois profond dans l'analyse psychanalytique des rapports mère/fille, plein d'action, de bonne humeur, de retournements de situations, de suspens, de bons sentiments et d'autres qui le sont moins. Il y a quelques numéros chantés et dansés pas désagréables du tout, qui servent au contraire à éclaircir certains points, de la magie un peu, des invraisemblances parfois mais l'ensemble est franchement réjouissant et puis, un grand retour en arrière vers la Princesse de mon enfance, Cendrillon, la moins passive des belles endormies, ne fait pas de mal du tout.

    Cerise sur le sundae, le casting français est un régal de tous les instants. Si Raiponce est doublée en VF par Maeva Méline (inconnue de nos services) mais qui possède la voix idéale d'une princesse. Isabelle Adjani en vilaine mère de substitution abusive et Romain Duris en séducteur accomplissent des merveilles.

    19589978_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101115_122523.jpg

  • L'HOMME QUI VOULAIT VIVRE SA VIE de Eric Lartigau ***

    19501351_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100901_052740.jpg19501353_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100901_052741.jpg19501364_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100901_052821.jpg

    19501362_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100901_052821.jpg

    Paul Exben brillant avocat, père de deux enfants qu'il vénère, propriétaire d'une magnifique demeure en banlieue chic, amoureux de sa superbe femme qui lui reproche de l'avoir mise dans une cage dorée... sent sa vie lui échapper peu à peu. Il s'interroge. Aime t'il correctement ses enfants, se sent-il de taille à reprendre le cabinet d'avocats que son amie et associée lui offre clés en mains ? Il regrette de n'avoir jamais pu vivre de sa vocation de photographe et enfin il soupçonne sa femme de le tromper. Un événement tragique va précipiter les décisions à prendre. Du jour au lendemain, il disparaît, abandonnant tout, famille, travail, patrie...

    Ce film est formidable et je ne dis pas ça parce qu'à une époque Eric Lartigau était amoureux de moi et que depuis il préfère une fille avec des seins creux plus jeune ! Alors que jusque là il avait plutôt pour habitude de nous faire rire, le réalisateur évoque le drame familial et personnel de cet homme perdu à jamais avec une belle intensité et un sens du suspens qu'il rend parfois oppressant. Paul (Romain Duris qui brûle ici d'une fièvre peu commune) est un homme pressé qui semble se bercer de l'illusion que le bonheur est dans la réussite et la possession. Il croit être "arrivé" mais dès le début de l'histoire alors qu'il s'entraîne sur son tapis de course, son regard est déjà absent, ailleurs, plus loin. Quelques scènes, en famille, entre amis, au travail, prouvent que tout lui échappe, qu'il n'est déjà plus là. Le coup d'accélérateur imprévisible et non prémédité qui va survenir serait presqu'inespéré s'il n'était aussi effroyable. Paul va en effet devoir aller jusqu'à quitter le pays, changer d'identité, disparaître comme pour s'échapper de lui-même et fuir l'homme qu'il est devenu et qu'il déteste.

    Le soin méticuleux avec lequel il organise sa "disparition" est absolument fascinant. S'ensuivent un isolement, une solitude qui sont comme une nouvelle prison pour Paul contraint de vivre en homme traqué. C'est pourtant grâce à ce bouleversement qu'il porura, Nikon en mains, réaliser ce dont il a toujours rêvé : des photos. Et à ce titre la "photographie" du film est absolument sublime. Mais là encore, laisser libre court à sa passion le mettra en danger et Eric Lartigau démontre implacablement que nous vivons dans un monde où l'anonymat est devenu impossible.

    Captivant de bout en bout, on aimerait encore poursuivre le chemin en compagnie de Paul lorsqu'il se retourne pour la dernière fois.

    Entouré d'un casting de premier choix, Romain Duris est ici fascinant. Catherine Deneuve est forte, rassurante et fragile, Marina Foïs belle comme jamais est touchante et injuste, et Niels Arestup comme toujours parvient à se rendre irrésistible en balançant ses répliques comme s'il les inventait lui-même. Romain Duris est bouillonnant, tourmenté. Il est crédible en avocat, en papa poule, en mari amoureux. Totalement habité par ce rôle qui le propulse une grande partie du film seul à l'écran et sans dialogue, il nous fait partager ses larmes, ses éclats de rire, ses cris avec cette profondeur et cette intensité qui ne cessent de croître de film en film. Quel bel acteur !

  • MA SEMAINE AU CINEMA et ailleurs...

    CHRISTOPHE*****

    aimer-ce-que-nous-sommes-christophe_reference.jpg

    L'ARNACOEUR de Pascal Chaumeil ***

    arnacoeur.jpg

    ALICE AU PAYS DES MERVEILLES de Tim Burton ***

    19200926_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091118_125737.jpg

    L'IMMORTEL de Richard Berry **

    l-immortel-18224-982363645.jpg
     

    BUS PALLADIUM de Christopher Thompson **

    19238491_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100127_052230.jpg

    .................................................

    MES COUPS DE/AU COEUR

    P3190166.JPG

    johnny_depp_reference.jpg
    969302975.jpg 
    jean-reno-20060301-112414.jpg
  • L'ARNACOEUR de Pascal Chaumeil ***

    19222818_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100111_035612.jpg
    19222844_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100111_035952.jpg
    159015_0a5c007161489e7118007c7826ec4dea.jpg
    Alex, sa soeur et son beau-frère en sont certains, il y a 3 catégories de femmes : celles qui sont heureuses en amour, celles qui sont malheureuses et s'en accomodent et celles qui sont malheureuses mais ne le savent pas. C'est cette troisième catégorie qui représente le "créneau" de leur petite entreprise dont le but est : ouvrir les yeux de ces malheureuses. La soeur et le beau-frère s'occupent de la logistique et organisent la mise en scène de véritables scenarii avec accessoires et figurants. Alex quant à lui, applique son infaillible méthode de séduction qui consiste à démontrer à la malheureuse avec quelle andouille elle s'apprête à passer sa vie et surtout, et encore plus fort, à la convaincre qu'elle est une personne unique et merveilleuse et qu'elle mérite mieux. Ces "missions" lucratives sont commanditées par des frères, des amis, des parents qui n'ont pas les arguments pour ramener l'amoureuse à la raison.
    Une nouvelle mission leur est proposée : en une semaine faire en sorte que Juliette renonce à son prochain mariage avec Jonathan. D'abord réticent car il refuse de s'interposer dans un couple visiblement heureux, Alex qui a fait quelques bêtises, accepte le nouveau contrat...
    Je m'attendais à une énième comédie misogyne (la faute à une Bande-Annonce (pour une fois que j'en vois une) vraiment pas terrible) et c'est à peu près tout le contraire qui se produit. Si on passe les faiblesses vraiment pas gênantes : un fiancé pas du tout charismatique et une histoire à la mormoille de dettes envers des gens pas reluisants, le reste est vraiment le top du top de la comédie, que même les américains (spécialistes de la spécialité) n'ont encore pas fait aussi drôle et original.
    C'est ryhtmé non stop, sans temps mort ni baisse de régime, ensoleillé, drôle (j'ai ri, mais j'ai ri !!!) et complètement barjot par moments. Les seconds rôles tenus par Julie Ferrier mais surtout François Damiens sont impeccables. Ce dernier est absolument génial, chacune de ses apparitions est un régal, toutes ses répliques, toutes les scènes où il apparaît sont des sketches. C'est incroyable qu'avec autant d'humilité il parvienne à monopoliser l'attention dès qu'il est là. Ce type est un phénomène.
    Vanessa Paradis est absolument adorable et bien à sa place dans ce rôle de petite fille riche élégante et fashion qui découvre l'amour. Evidemment, on ne doute pas un instant de l'issue et c'est le principe même de la comédie sentimentale, mais ici on y arrive en s'amusant franchement et pas sottement.
    Evidemment, je suis sûre que vous me voyez arriver avec mes gros sabots... Eh oui, bien vu, l'inévitable, l'incontournable arnaqueur au grand coeur ici, c'est Romain Duris ! Cet acteur est absolument prodigieux, toujours crédible et doué pour tout. La comédie, le ridicule, l'émotion, rien ne l'arrête, rien ne lui fait peur, même "avoir l'air con". On dirait qu'il sait tout faire et effectivement ici il fait tout. Il parle japonais, arabe, italien, fait la cuisine, chante, danse, court, se bat, virevolte et j'en passe. Et tout ça, à 100 à l'heure ! Devant s'adapter à chacune de ses "victimes", il les attire en simulant de s'intéresser à leur hobbie préféré. Alors, il joue mille rôles, il y va, à fond et chaque fois il est bon, il est crédible, il est formidable. Rien ni personne ne lui résiste.
    Il paraît qu'il y a des fans de "Dirty dancing"  dans la salle ? (je reprécise que je n'ai encore jamais vu ce film parce que je croyais qu'il était sale rapport à son titre, mais je compte me rattraper un jour ou l'autre, ou pas !), alors pour plaire à Vaness', Romain répète et répète encore (torse nu, merci !) ce qui semble être LA scène de Dirty Dancing. Et c'est beau, et pas sale du tout.
    19222822_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100111_035613.jpg