Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

romain duris

  • FLEUVE NOIR

    d'Eric Zonka *

    0440501_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec Vincent Cassel, Romain Duris, Sandrine Kiberlain, Elodie Bouchez, Charles Berling, Hafzia Herzi

    Synopsis : Au sein de la famille Arnault, Dany, le fils aîné, disparaît. François Visconti, commandant de police usé par son métier, est mis sur l’affaire. L’homme part à la recherche de l’adolescent alors qu’il rechigne à s’occuper de son propre fils, Denis, seize ans, mêlé à un trafic de drogue.

    Lire la suite

  • MADAME HYDE

    de Serge Bozon **

    1312919.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec Isabelle Huppert, Romain Duris, José Garcia

    Synopsis : Une timide professeure de physique dans un lycée de banlieue est méprisée par ses élèves. Un jour, elle est foudroyée pendant une expérience dans son laboratoire et sent en elle une énergie nouvelle, mystérieuse et dangereuse..

    Lire la suite

  • TOUT L'ARGENT DU MONDE

    de Ridley Scott ***

    the florida project de sean baker,cinéma

    Avec Michelle Williams, Christopher Plummer, Charlie Plummer, Mark Whalberg, Romain Duris

    Synopsis : Rome, 1973. Des hommes masqués kidnappent Paul, le petit-fils de J. Paul Getty, un magnat du pétrole connu pour son avarice, mais aussi l'homme le plus riche du monde.  Pour le milliardaire, l'enlèvement de son petit-fils préféré n'est pas une raison suffisante pour qu’il se sépare d’une partie de sa fortune. 

    Lire la suite

  • LA CONFESSION

    de Nicolas Boukhrief *

    344015_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec : Romain Duris, Marine Vacth, Anne le Ny, Solène Rigot,

    Synopsis : Sous l’Occupation allemande, dans une petite ville française, l’arrivée d’un nouveau prêtre suscite l’intérêt de toutes les femmes... Barny, jeune femme communiste et athée, ne saurait cependant être plus indifférente.

    Lire la suite

  • UN PETIT BOULOT

    de Pascal Chaumeil ***

    184563_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec : Romain Duris, Michel Blanc, Alice Belaïdi, Gustave Kervern

    Jacques accumule les poisses. Il perd son emploi suite à la fermeture de l'usine dans laquelle il travaille. Sa fiancée le quitte. Il se met à jouer et à beaucoup perdre. Il lui reste ses deux meilleurs potes Tom et Jeff avec qui il boit des bières.

    Lire la suite

  • L'ÉCUME DES JOURS de Michel Gondry ***

    L'Ecume des jours : Affiche

    Colin a une belle vie. Il est si riche qu'il n'a pas besoin de travailler. Il passe son temps à créer des machines insensées comme ce pianocktail qui permet de composer des boissons en fonction des accords interprétés. Il vit avec Nicolas, son conseiller, avocat et cuisinier. Son meilleur ami, Chick n'est pas issu du même milieu et doit travailler en usine, d'autant plus qu'il a une passion ruineuse. Fan du philosophe Jean-Sol Partre, il se procure chaque oeuvre, chaque conférence et même l'effigie de son idole grandeur nature. Pour l'aider à assouvir sa passion onéreuse, Colin offre à Chick le quart de sa fortune. Côté coeur, tout va bien. Chick et Alise s'aiment, Nicolas et Isis s'aiment et Colin trouvant injuste de ne pas être amoureux, rencontre Chloé ("avez-vous été arrangée par Duke Ellington ?") et l'épouse. Tout va bien, la vie est belle... mais plus pour longtemps. Chick délaisse Alise au profit de Jean-Sol Partre, Nicolas ne cesse de tromper Isis et le nénuphar qui pousse dans le poumon de Chloé bouleverse tout l'univers. 

    N'en déplaise aux  Inrocks et autres pisse-vinaigre qui un jour peut-être aimeront le cinéma, ça leur déridera peut-être un peu les fesses fera un bien fou, Michel Gondry  a presque tout bon ! Et pourtant j'avais peur. On ne touche pas à l'Ecume des Jours. C'est LE roman de l'adolescence, de la jeunesse. Celui qu'on lit, qu'on relit et qu'on n'oublie jamais. Celui que même ceux qui ne lisent pas ont lu ! C'est un monument, une cathédrale et sans doute réputé inadaptable au cinéma. Et pourtant en regardant le film, on lit le livre en images et on a envie de le re-lire, de fouiller dans la bibliothèque et de retrouver la vieille version toute cornée  découverte en terminale ou avant, celle avec le nénuphar ou la tête de Boris en couverture. Le roman date de 1947.  Et cette histoire est incroyable, extraordinaire, toujours actuelle. J'espère qu'une nouvelle génération de teenagers va dévaliser les librairies et tomber amoureuse de Colin, Chloé, Isis, Nicolas, Chick et Alise, et du style époustouflant de l'auteur !

    Evidemment, il y a deux segments bien distincts. Avant et après le "nénuphar" de Chloé. Et Michel Gondry accomplit la prouesse de nous mettre dans le même état d'esprit que ses personnages. En entrant dans cet univers, celui de Vian animé par Gondry, on passe une heure avec un sourire figé en mode découverte, admiration et émerveillement. Le réalisateur n'oublie rien mais ne se contente pas de faire figurer des gadgets en pagaïe mais bien de rendre vivant le monde surréaliste, onirique où les objets prennent vie, l'influencent ou agissent en fonction des événements. Jamais on aurait cru pouvoir voir le fameux pianocktail, la voiture nuage, la sonnette insecte, la souris, les doublezons, les fenêtres qui repoussent, la chambre qui rapetisse, ou assister à une démonstration de "biglemoi"...

    Lorsque le film commence Colin se taille "en biseau les coins de ses paupières mates, pour donner du mystère à son regard" comme dans le livre. Et toute la fantasmagorie déployée par Vian refait brusquement surface. Et Colin (incarné idéalement par Romain Duris au jeu tellement surréaliste) apparaît, innocent, gentil, superficiel car "Il était presque toujours de bonne humeur, le reste du temps il dormait". Le temps de l'insouciance où les amoureux dansent, vont à la patinoire, boivent, s'amusent est éphémère. Et la seconde partie, dès le mariage de Colin et Chloé, est peu à peu et de plus en plus sombre, menaçante, angoissante. L'appartement si grand, si lumineux  devient lugubre, marécageux. Il rétrécit. Les couleurs s'estompent jusqu'à disparaître. Il ne reste plus qu'un noir et blanc brumeux, dramatiquement chargé.

    Mais Gondry ne se contente pas de la forme, le fond est là aussi. Et le réalisateur, comme Vian, dénonce le monde du travail, l'exploitation, le rendement, les cadences, la médecine impuissante, l'Eglise cupide et mercantile, l'administration, le culte de la personnalité illustré par le personnage de Jean-Sol Partre, l'individualisme... Par ailleurs Colin, à l'instar de Vian est un grand amateur de jazz et pas n'importe lequel. La BO est donc admirable et les apparitions de Duke Ellington un régal.

    Mais curieusement, on est beaucoup plus bouleversé par les modifications de l'environnement, par ce monde qui devient funeste et par Colin misérable, obligé d'accepter des emplois extravagants, (fabriquer des armes à la chaleur de son corps, travailler pour une administration qui prédit les événements) dans des conditions épouvantables que par l'histoire d'amour dramatique. J'avais le souvenir d'un grand roman d'amour triste à mourir, et du film je retiens surtout un profond désespoir provoqué par la perte de l'innocence, la fin de l'insouciance  douloureusement expérimentées par Colin.

    Je n'arrive pas à dire si L'ECUME DES JOURS est un grand film ou un beau film ou les deux (sûrement les deux) mais il est à coup sûr, différent, inventif, subtil... désespéré.

  • POPULAIRE de Régis Roinsard ***

    a royal affair,comme des frères,cinéma

    Une bulle de champagne ou de savon. Romain Duris et Déborah François irrésistibles sont à croquer, drôles. Tels Rock Hudson et Doris Day. Une reconstitution acidulée des années 50 qui ne sent pas la poussière. L'autre meilleure comédie de l'année.

    ..............................

    NB. : pour cause d'actualité personnelle très perturbée... j'ai encore la possibilité de voir des films (heureusement) mais peu de temps et d'énergie pour rédiger des articles conséquents. Néanmoins je continuerai à vous parler des films que je vous recommande ou pas.

  • RAIPONCE de Byron Howard et Nathan Greno ***

    19589908_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101115_115556.jpg19589911_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101115_115611.jpg19589891_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101115_115429.jpg

    Il était une fois une belle Princesse répondant au doux et curieux nom de Raiponce qui naquit dans un royaume idéal dont le bon roi et la très jolie reine étaient aimés de tous leurs sujets. Hélas tout ne pouvant jamais être pour le mieux dans ce monde de brutes, une vilaine bonne femme, vieille et laide, Mère Gothel, kidnappe la petite encore au berceau pour s'emparer de sa chevelure aux pouvoirs magiques de jeunesse éternelle, de guérison... et toute cette sorte de choses à condition que les cheveux demeurent sur la tête de sa propriétaire. La vieille se voit donc contrainte de séquestrer dans une tour inaccessible le bébé qui devient une petite fille puis une belle jeune fille, en la couvrant d'un étrange et envahissant amour et prétendant la protéger du monde cruel extérieur. Mais à 18 ans, la belle a des velléités d'indépendance, des rêves d'évasion et de liberté. Sa rencontre inopinée avec Flynn Rider, voyou charismatique qui s'la pète, recherché par toutes les polices du royaume va évidemment changer la donne et le cours des événements qui vont entraîner Raiponce dans une succession d'aventures et de drames.

    Chez Walt Disney il y a souvent une Princesse qui s'ignore mais qui finira par retrouver statut et position sociale. Mais aujourd'hui, même si au final le résultat sera le même : "Ils vécurent heureux et...bla bla bla" (ben oui, l'amour finit toujours par avoir raison des plus rebelles), elle ne somnole plus en soupirant qu'un Charmant vienne la délivrer. C'est elle qui prend son destin en mains en faisant du premier macho qui passe, son otage et en lui proposant un marché !

    Les héros du dernier Disney (j'ai dû en rater pas mal mais celui-ci est vraiment formidable je trouve) sont donc une Princesse à la chevelure magique longue de 20 mètres (ce qui n'est pas toujours pratique), un bandit de grands chemins plein de charme, d'assurance et d'humour, un cheval qui va retourner sa veste, un petit caméléon qui s'appelle... non, je vous laisse découvrir (cte honte !!!), une vilaine, des pas beaux, une poêle à frire etc. Et tout cela est drôle, beau à regarder, parfois profond dans l'analyse psychanalytique des rapports mère/fille, plein d'action, de bonne humeur, de retournements de situations, de suspens, de bons sentiments et d'autres qui le sont moins. Il y a quelques numéros chantés et dansés pas désagréables du tout, qui servent au contraire à éclaircir certains points, de la magie un peu, des invraisemblances parfois mais l'ensemble est franchement réjouissant et puis, un grand retour en arrière vers la Princesse de mon enfance, Cendrillon, la moins passive des belles endormies, ne fait pas de mal du tout.

    Cerise sur le sundae, le casting français est un régal de tous les instants. Si Raiponce est doublée en VF par Maeva Méline (inconnue de nos services) mais qui possède la voix idéale d'une princesse. Isabelle Adjani en vilaine mère de substitution abusive et Romain Duris en séducteur accomplissent des merveilles.

    19589978_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101115_122523.jpg