Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

clovis cornillac

  • LES CHATOUILLES

    d'Andréa Bescond et Eric Métayer ***(*)

    4063863_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec : Cyrille Mairesse, Andréa Bescond, Karin Viard, Clovis Cornillac, Pierre Deladonchamps, Carole Franck, Gregory Montel, Gringe

    Synopsis : Odette a huit ans, elle aime danser et dessiner. Pourquoi se méfierait-elle d’un ami de ses parents qui lui propose de « jouer aux chatouilles » ? Adulte, Odette danse sa colère, libère sa parole et embrasse la vie...

    Lire la suite

  • 600 KILOS D'OR PUR de Eric Besnard **

    19463560_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100616_113543.jpg19463570_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100616_113635.jpg19463563_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100616_113545.jpg

    Virgil met au point avec son ami Lionel le casse d'une mine d'or en plein coeur de la forêt guyanaise. Les rejoignent Rémi un français qui traficote déjà sur place, Georges qui s'ennuie ferme dans son restau en France et a besoin d'action et Enzo un bel aventurier énigmatique. Lionel se fait assassiner et sa femme Camille, n'ayant plus rien à perdre prend sa place dans le groupe. Le casse se passe à merveille et 600 kilos d'or pur sont subtilisés au nez et à la barbe de la "Canadian Gold". Souhaitant sauver une indigène enceinte, Camille retarde le départ de l'hélicoptère qui endommagé, est obligé de se poser en urgence. Dans l'impossibilité de transporter 600 kilos d'or à pieds dans un milieu hostile, les "amis" (hum, hum) enterrent le butin (qu'ils comptent évidemment récupérer plus tard) et entreprennent d'échapper à leurs nombreux poursuivants en pleine jungle...

    En ne se montrant pas trop regardant face au dernier "acte" qui force un peu trop sur le mythe du bon sauvage et s'il n'a pas d'autre prétention que de divertir, il est possible de passer un agréable moment devant ce film d'aventures en terrain très hostile. Les méchants sont très méchants et cherchent à faire la peau aux héros, mais ils ne sont pas les seuls dangers à affronter. Notre équipe de traqués aura à faire face à une végétation, une faune et un climat très inamicaux et sera décimée progressivement sans que les survivants n'en soient émus. Un d'entre eux sera grignoté par un serpent d'eau, un autre par une plante très urticante, un troisième fera une rencontre pas sympathique avec une machette et j'en passe. Les acteurs n'ont rien d'autre à faire qu'à prouver qu'ils peuvent être jolis très bronzés en marcel qui colle à la peau, être héroïques ou démontrer comment l'appât du gain révèle la nature humaine...

    Par contre la faute impardonnable est de faire disparaître Jean-Pierre Martins dans le premier quart d'heure !

  • La sainte Victoire de François Favrat ***

    La Sainte VictoireLa Sainte Victoire

    Le rêve de Xavier, gosse d'une banlieue du sud de la France, est de devenir "quelqu'un", d'avoir de l'argent et une Rollex (bien avant 50 ans). Malgré ses modestes origines il parvient à devenir architecte et son rêve ultime de réussite est d'obtenir un marché public. Il est persuadé que sa rencontre avec Vincent Cluzel, candidat outsider à la mairie de la ville, vertueux et humain sera le dernier tremplin qui le mènera au sommet. Il devient très proche de cet homme avec qui il devient ami, et finance entièrement la campagne du candidat. Il parvient à mettre en lumière une sombre histoire de magouille qui disqualifie définitivement l'adversaire. Après l'élection remportée, Xavier est persuadé que Vincent va l'aider par recommandation à lui faire obtenir le fameux marché dont il rêve. Mais Vincent est réellement un homme politique honnête qui n'usera pas de son pouvoir pour favoriser ses proches.

    Voilà encore une bien belle surprise en cette bien belle semaine cinématographique ! Un film politique dépourvu de manichéisme où les gentils ne sont pas complètement blancs et les méchants complètement noirs. On découvre (et c'est rare au cinéma) que des hommes et des femmes peuvent s'engager parce qu'ils ont des convictions et un désir réel de vouloir changer les choses ou au moins les faire bouger. On voit des hommes et des femmes francs et honnêtes mais pas naïfs et confrontés à des décisions, des choix. Pour parvenir à un résultat, il faut souvent négocier et consentir quelques compromissions sans pour autant renier ses principes et ses amitiés.

    Tout s'enchaîne parfaitement dans ce film multiple, même si après l'élection, le film politique se transforme davantage en décryptage de la psychologie des personnages. Rythmé et haletant de bout en bout, s'éloignant quelque peu de la résolution et du happy end redouté ce film à la fois divertissant et profond que je recommande sans hésitation est aussi servi par un casting luxueux et brillant. Christian Clavier en politicien de haute moralité est absolument crédible et surprenant, tout en intelligence, finesse et sobriété. Face à lui, Clovis Cornillac, un poil déchaîné est finalement parfait en opportuniste blessé par la vie qui assume sa vulgarité. Mais il y a aussi une nouvelle révélation, Vimala Pons formidable en fille de Christian Clavier qui préfère l'amour à son confort bourgeois et Valérie Benguigui, Marilyne Canto Sami Bouajila militants impliqués et convaincants, et Marianne Denicourt, Michel Aumont, Eric Berger. Il est rare qu'un casting complet soit à ce point d'un niveau aussi élevé !

  • Le jeu cinéma avec des places de cinéma à gagner

    La désormais célèbre Sophie de Cinéfriends et Cinemanet me permet de vous faire gagner 5 X 2 places au non moins célèbre jeu du lundi qui a lieu n'importe quand mais que je continue d'appeler jeu du lundi car je suis trop une rebelle !

    Il s'agit du film de François Favrat

    La Sainte Victoire 

    avec Christian Clavier, Clovis Cornillac, Sami Bouajila, Michel Aumont, Eric Berger et Marianne Denicourt sorti depuis le 02 décembre 2009. Voir le synopsis officiel à la fin.

    Donc, je vous propose des morceaux d'affiches. Vous me donnez le titre. Une seule réponse par personne et c'est gagné. C'est pas merveilleux ?

    Les gagnants sont Marie, Rob, Fred, Jordane et Yohan.

    Bravo aux gagnants et merci à Sandra M pour sa participation, à Mélissa et pL arrivés trop tard.

    1

    9.jpg

    LE CAÏMAN - Rob

    18614706_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20060504_124120.jpg

    2

    8.jpg

    CHE - Frédérique

    18977791_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20080827_040710.jpg

    3

     7.jpg

    J'AI VU TUER BEN BARKA - pL

    45965.jpg

    4

     6.jpg

    VIOLENCE DES ECHANGES EN MILIEU TEMPERE - Yohan

    40649.jpg

    5

    5.jpg

    JEUX DE POUVOIR - Mélissa
    19092391_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20090417_025028.jpg

    6

     4.jpg

    LA GUERRE SELON CHARLIE WILSON - Jordane

    18883102_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20071228_041155.jpg

    7

    3.jpg

    LE CANDIDAT - Sandra M.

    18748983_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20070306_114157.jpg

    8

     2.jpg

    BOBBY - Mélissa

    18702629_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20061213_103114.jpg

    9

    1.jpg
    LA ROUTE DE GUANTANAMO - Marie
    18611173_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20060419_114727.jpg

    10

    10.jpg

    LE PRESIDENT - Sandra M.

    18653783_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20060705_030950.jpg


    "Xavier Alvarez est un petit architecte d’Aix-en-Provence en recherche perpétuelle de reconnaissance sociale. Il s’est fait tout seul et prospère, mais ne parvient pas à décrocher de gros marchés publics pour assouvir ses rêves de grandeur. Il décide donc de se lancer corps, âme et biens dans la campagne de Vincent Cluzel, le candidat outsider à la mairie, persuadé qu’il renverra l’ascenseur en cas de victoire. À force d’énergie et de ruse, il parvient à discréditer le favori et à faire élire son protégé. Mais leur amitié sincère, nouée dans la conquête du pouvoir, se heurte alors aux limites des intérêts et de l’ambition." 

    Pour tout savoir sur ce film cliquez ici.

    Les premières critiques parlent d'un film "Captivant" *** Le Point, "Efficace et nerveux" Le Parisien. Pour Première "La Sainte Victoire parvient à ne jamais se laisser cataloguer, accumulant les genres (comédie, polar politique, film psychologique) sans jamais se perdre".